[A] Existe-t-il un "profil de héros" pour la jeunesse ?

Sujets inactifs depuis un an ou plus

Modérateur : Crazy

Avatar de l’utilisateur
Feldo
Croqueur de cuisses repenti (ou pas) ! A vos risques et périls...
Messages : 64
Inscription : ven. juil. 31, 2009 12:03 pm
Rang special : Écureuil des roseaux.
Localisation : France
Contact :

Re: Les héros jeunesse

Message par Feldo » mer. déc. 01, 2010 3:46 pm

Booz a écrit :Par contre je dois avouer que niveau littérature jeunesse contemporaine, j'ai, aujourd'hui, une nette préférence pour la blanche que pour la SFFF. En SFFF je trouve que la plupart des auteurs (et je dis bien la plupart parce que j'apprécie le travail de certains auteurs jeunesse de SFFF et que je sais qu'il y a des textes de jeunesse blanche très moyens) empruntent le même chemin : les héros se ressemblent tous, l'intrigue et les sentiments des personnages prennent trop souvent le pas sur le style, les clichés s'enchaîne... J'admets lire plus de littérature jeunesse blanche parce que les auteurs y content des histoires qui m'emportent d'avantage, que je trouve dans leur style une sensibilité que je retrouve très peu dans la SFFF. J'ai toujours trouvé les héros de blanche plus vrais et mieux écrits que ceux de SFFF parce que leurs problèmes sont crédibles et de ce fait, leur réaction le sont aussi.
La raison à la proliférations de daubes avec des héros Mary Sue/Gary Stue (soyons honnêtes) en SFFF jeunesse est très simple : le jeune lecteur n'a par définition par lu énormément de livres du genre et sera donc moins au courant de ces clichés. Et les éditeurs (souvent américains) en profitent évidement, les français emboîtant le pas via les traduction, dans l'espoir de faire du livre rentable jusqu'à épuisement du filon lié au succès d'une série en particulier (par exemple les écoles de sorciers, les dragons, puis les vampires). Ma libraire jeunesse de l'espace culturel Leclerc de Châteauroux appelait cela de la "littérature éphémère" pour ces ersatz marketing très facilement oubliables par le lecteur. :mage:
En gros, ce sont les "romans de gare" de la SFFF jeunesse que tu n'aimes pas, et c'est parfaitement compréhensible. ;)

En héros animaux jeunesse, on pourrait aussi évoquer la Guerre des clans du pseudonyme d'auteures Erin Hunter où les personnages sont des chats. Avec guerres, amitiés, trahisons, histoires d'amour, spiritualité, magie et tout le toutim. :lect:

Avatar de l’utilisateur
Mélanie
Mélafique carbonise les imprudents qui ne savent pas orthographier fu... fu...
Messages : 7444
Inscription : dim. mai 17, 2009 6:29 pm
Rang special : Power Mélanie!
Localisation : Chapitre 13

Re: Les héros jeunesse

Message par Mélanie » ven. déc. 03, 2010 9:38 am

Aelys a écrit :Au fait, pour ceux que ça intéresse, je peux envoyer l'intégralité de mon cours de littérature jeunesse par mail (dont le dernier sur la SFFF, mais ce n'est pas le plus brillant).
Il suffit de m'envoyer un mp avec votre adresse mail ^^
Quelle documentation ! C'est super intéressant. Merci ! Pleins de mercis !
ıllıllı Cycliste et modératrice ıllıllı

"Aux armes ! dieux et demi-dieux !
Abattons cette tyrannie,
Ce régime est fastidieux !
Plus de nectar, plus d'ambroisie !"
Orphée aux enfers

Avatar de l’utilisateur
Aelys
Alors que l'aube diffuse sa couleur sur le monde, le tigre sort du bois noir et lève les yeux vers le ciel qui s’étend de l’autre côté du mur. Est-ce le jour pour jouer sa vie ?
Messages : 9295
Inscription : dim. oct. 31, 2010 11:56 am
Rang special : Grande flemmarde avec des pics d'activité

Re: Les héros jeunesse

Message par Aelys » ven. déc. 03, 2010 9:18 pm

De rien ! Ca me coûte pas grand chose ;)
J'avoue que j'ai pas encore tout lu moi ^^ C'est normalement le contenu du cours + des compléments
Hésitez pas si vous avez des questions, et j'essaierai de vous faire suivre si on nous envoie de nouveaux docs (mais a priori je n'ai plus ce cours, donc je ne pense pas en avoir).

Sinon, +1 pour Silène !!!
Mes derniers bébés : I.R.L., éditions Gulf Stream et Quelques pas de plus, éditions Scrineo
Grenouille tu as été, grenouille tu resteras.

Site
Blog

Avatar de l’utilisateur
Mélanie
Mélafique carbonise les imprudents qui ne savent pas orthographier fu... fu...
Messages : 7444
Inscription : dim. mai 17, 2009 6:29 pm
Rang special : Power Mélanie!
Localisation : Chapitre 13

Re: Les héros jeunesse

Message par Mélanie » sam. déc. 04, 2010 2:21 pm

Aelys a écrit :Hésitez pas si vous avez des questions, et j'essaierai de vous faire suivre si on nous envoie de nouveaux docs (mais a priori je n'ai plus ce cours, donc je ne pense pas en avoir).
Tu as quoi d'autres comme cours, en fait ? :mrgreen:
ıllıllı Cycliste et modératrice ıllıllı

"Aux armes ! dieux et demi-dieux !
Abattons cette tyrannie,
Ce régime est fastidieux !
Plus de nectar, plus d'ambroisie !"
Orphée aux enfers

Avatar de l’utilisateur
Aelys
Alors que l'aube diffuse sa couleur sur le monde, le tigre sort du bois noir et lève les yeux vers le ciel qui s’étend de l’autre côté du mur. Est-ce le jour pour jouer sa vie ?
Messages : 9295
Inscription : dim. oct. 31, 2010 11:56 am
Rang special : Grande flemmarde avec des pics d'activité

Re: Les héros jeunesse

Message par Aelys » sam. déc. 04, 2010 8:56 pm

^^ Sur l'ordinateur, pas grand chose pour l'instant.
J'ai des dates d'histoire du livre, des portraits de maisons d'édition / éditeurs, et un planisphère des gros groupes éditoriaux + leur diffuseur. Tout le reste est sur papier... Mais si tu veux des infos, envoie moi un MP et je te dirai tous les cours que j'ai suivis pour voir si je peux t'en redire les grandes lignes ^^
Je vais aussi mettre en ligne (dès que je l'aurai eu) mon cours sur les 4é de couv, dans la section appropriée.


Pour en revenir aux héros jeunesse, je me rends compte sur le salon que classer les livres jeunesse à part, c'est parfois vraiment stupide. Sur notre stand, on ne vend presque que des livres pour adultes, à Montreuil. Et on n'est pas les seuls. A part un ou deux gros noms, tous les auteurs se tournent les pouces la plupart du temps, les éditeurs râlent parce qu'ils ne vendent rien ou rient pour passer le temps (nous, on s'est mis à faire un atelier pop-up... ^^). A mon avis, si il y avait eu adultes + jeunesse, ça n'aurait pas été comme ça. Mais bon...
Mes derniers bébés : I.R.L., éditions Gulf Stream et Quelques pas de plus, éditions Scrineo
Grenouille tu as été, grenouille tu resteras.

Site
Blog

Avatar de l’utilisateur
chocolaa
Messages : 843
Inscription : lun. déc. 13, 2010 5:49 pm
Rang special : Grenouille romantique
Localisation : Au royaume des kilts

Re: Les héros jeunesse

Message par chocolaa » mar. déc. 14, 2010 12:17 pm

*o*

Dis-moi tu aurais encore ce cours sur l'écriture "jeunesse", je serais aussi intéressée, si ce n'est pas trop demander :mrgreen:
La romance c'est bon pour le moral :heart:
Le kilt c'est chic !

Avatar de l’utilisateur
Aelys
Alors que l'aube diffuse sa couleur sur le monde, le tigre sort du bois noir et lève les yeux vers le ciel qui s’étend de l’autre côté du mur. Est-ce le jour pour jouer sa vie ?
Messages : 9295
Inscription : dim. oct. 31, 2010 11:56 am
Rang special : Grande flemmarde avec des pics d'activité

Re: Les héros jeunesse

Message par Aelys » mar. déc. 14, 2010 12:31 pm

Envoie moi ton mail par mp et je te transfère tout ça ;)
Mes derniers bébés : I.R.L., éditions Gulf Stream et Quelques pas de plus, éditions Scrineo
Grenouille tu as été, grenouille tu resteras.

Site
Blog

Avatar de l’utilisateur
Milora
C'est qui le dragon le plus mignon de Meurk ?
Messages : 4982
Inscription : sam. déc. 18, 2010 8:58 pm
Rang special : Milosoupline
Localisation : Dans le Puits des Histoires Perdues

Re: Les héros jeunesse

Message par Milora » sam. févr. 25, 2017 11:00 am

Je remonte ce vieux fil, parce que j'envisage de reprendre l'écriture de certains textes longs (3) que j'avais délaissés pour raison d'études trop prenantes, et du coup, en me repenchant dessus, je les vois avec plus de recul qu'à l'époque où j'avais établi le scénario, il y a quelques années.
Et me voilà face à un potentiel problème.

Par la légèreté de l'ambiance, par les thèmes abordés, par la structure de l'histoire et par le niveau de violence très très soft, je pense que ce sont des textes plus volontiers jeunesse (enfin, ados, disons. 12+) qu'adultes. Et puis j'ai toujours voulu écrire pour ce public, de toute façon. OUI MAIS VOILÀ. Mes héros ne sont pas des enfants. Dans les trois cas que j'envisage de reprendre, les héros sont plutôt de jeunes adultes. Parce que les héros ados, quand on sort d'un cadre de formation, je trouve ça plus compliqué à gérer (les parents, ça encombre ; et puis un héros ado, à moins d'un univers centré atour d'une indépendance précoce des gamins, il a pas la marge de manoeuvre d'un personnage plus âgé). Du coup, je m'aperçois que j'ai tendance à imaginer des héros autour de 19 ans (assez grands pour avoir l'expérience d'un métier ou d'un mode de vie (genre : aventurier ^^ ), mais assez jeunes pour construire un schéma de roman initiatique avec un héros qui doit apprendre la vie.

Sauf que des histoires pour ados avec des héros de plus de 16 ans, j'en vois pas beaucoup.
Il me semble me rappeler que quand j'avais dans les 10-13 ans, j'arrivais d'ailleurs pas à m'identifier à quelqu'un de plus de 2 ans de plus que moi. (Ce qui ne m'avait pas empêchée d'apprécier Bilbo le Hobbit ou des films et séries où les héros sont adultes - c'est pas très logique, d'ailleurs).

Je précise que je situe ma questiondans le deuxième cas de figure qu'avait isolé Silène :
Silène a écrit :
mer. déc. 01, 2010 2:22 pm
A mon avis, on peut sortir de cette problématique par une réponse assez simple :
Il y a de la littérature au sens large qui s'adresse en premier lieu aux adultes et peut aussi plaire et intéresser la jeunesse.
Il y a une littérature spécifiquement écrite pour la jeunesse mais qui peut aussi plaire et intéresser les adultes.
Il y a, enfin, de la littérature classée jeunesse ou adulte pour des raisons simplement commerciales et sans rapport avec la visée première de l'auteur.
Je sais bien - et les débats sur ce fil le confirment - qu'il n'y a pas de règle ni de consigne sur l'âge du héros jeunesse. Mais j'ai beau chercher, je trouve pas vraiment d'exemple de roman classé jeunesse/ado où le héros est plus âgé que son potentiel lectorat.
Est-ce que vous avez des exemples ?

Et qu'est-ce que vous en pensez : c'est rédhibitoire d'avoir un héros plus âgé que son lectorat dans ce cadre ? Comment vous gérez ce genre de héros ?

Question subsidiaire à ceux d'entre vous qui écrivent pour cette tranche d'âge : pour les cas où votre héros n'est pas dans un cadre de formation (école, apprentissage, vie familiale, etc.), comment vous gérez son degré d'indépendance ?
Cette dernière question est peut-être un peu flou, du coup, quelques exemples de "ficelles" que les auteurs emploient pour camper un héros jeune mais débarrassé de la tutelle d'une autorité adulte qui limite son action dans l'histoire en tant que personnage principale :
- Lockwood and Co (de Jonathan Stroud) : dans cet univers, les enfants et ados sont les seuls à percevoir les fantômes, du coup pour les combattre, ils s'organisent en agences anti-fantômes où ils ont un salaire, un logement, pas de parents, etc. Les personnages se comportent assez comme des jeunes adultes, alors qu'ils ont 14-16 ans. Autre exemple du même auteur : La Trilogie de Bartiméus, où les magiciens sont recrutés super jeunes et le héros arrive à avoir un poste au gouvernement à 17 ans.
- Hunger Games (Suzanne Collins) : oui on est dans du young adult et pas dans de la jeunesse, donc c'est pas un très bon exemple, mais c'est le schéma typique de l'ado qui endosse le rôle de chef de famille et la responsabilité d'adultes, par défection des parents et absence de structure scolaire (père mort et mère dépressive, monde où l'héroïne gagne sa croûte seule dès son adolescence) Autre ex : Will dans A la Croisée des mondes (Philip Pullman) : père disparu, mère folle dont il doit prendre soin.
- le schéma classique du héros orphelin (innombrables exemples). Ex : Jennifer Strange (de Jasper Fforde), où l'héroïne est orpheline et, du coup, gère toute seule une agence de magiciens (en gros elle a beau avoir 16 ans, elle conduit, a sa propre maison, des responsabilités, et au-delà de son âge se comporte comme une jeune adulte). Autre ex : Lyra de A la Croisée des Mondes (Philip Pullman)
- le schéma du gamin des rues qui s'élève tout seul (je pense, hors SFFF, à la série des Garin Trousseboeuf d'Evelyne Brisou-Pellen, avec un héros qui a dans les 13-14 ans, au Moyen Âge, et qui gagne sa vie comme scribe itinérant en se baladant, seul, de ville en ville)


Bref, vous avez des exemples qui trouvent d'autres ficelles ? Ou qui arrivent à camper des personnages, dans des romans destinés à des collections pour la jeunesse/jeunes ados, qui assument d'avoir un héros plus âgé que son lectorat ? Vous, vous faites comment ?


(Vous avez 4h et je relève les copies ^^ )
Nouveauté :
Jour de pluie dans une cuisine (Le Mammouth éclairé)

Anciennetés :
Alice (Malpertuis VI)
Un sacré coup de pouce (E-Courts, Voy'El)

*Bêta-lectrice* et *modératrice*

Avatar de l’utilisateur
Beorn
Sous son large chapeau et son tricot de laine, dispense son enseignement tout en haut de la montagne, bravant l'hiver grâce à ses chaussettes aux super pouvoirs
Messages : 10211
Inscription : jeu. août 21, 2008 9:28 am
Rang special : L'avant-dernier des Mohicans
Contact :

Re: Les héros jeunesse

Message par Beorn » sam. févr. 25, 2017 12:02 pm

Milora a écrit :Je sais bien - et les débats sur ce fil le confirment - qu'il n'y a pas de règle ni de consigne sur l'âge du héros jeunesse. Mais j'ai beau chercher, je trouve pas vraiment d'exemple de roman classé jeunesse/ado où le héros est plus âgé que son potentiel lectorat.
Est-ce que vous avez des exemples ?
J'ai beau avoir écrit pour la jeunesse, je suis loin d'être un spécialiste en la matière.
Il n'y a qu'un exemple qui me vienne en tête, mais tu l'as déjà cité : c'est Bilbo. Il est adulte, quand l'histoire commence, MAIS il se trouve que c'est un semi-homme, ce qui facilite probablement l'identification pour le lecteur enfant.

Sinon, on trouve pas mal d'histoires (souvent des romans assez anciens) où il existe un héros jeune, mais en réalité épaulé/soutenu par un (ou des) personnage dans la force de l'âge, qui joue un peu le rôle de "parent idéal" (je pense à l'ïle au trésor, où le héros jeune part avec plusieurs adultes).

On trouve aussi des romans anciens pas spécialement estampillés jeunesse mais en réalité lus très souvent lus par des enfants/ados, je pense au Monde perdu de Conan Doyle. Le narrateur est un personnage adulte, qui part avec des adultes. Il n'est pas le personnage le plus héroïque ni le plus déterminant de l'histoire, il a plutôt un rôle de témoin bien qu'il agisse avec les autres

(je pense que dans ce cas de figure, comme dans celui de Bilbo, l'identification est plus facile quand le personnage n'est pas un super fort qui réussit tout, mais le gars d'à côté qui apprend à devenir fort au contact de vrais héros, je ne sais pas si tu vois ce que je veux dire ? il s'agit toujours d'un récit initiatique)
Question subsidiaire à ceux d'entre vous qui écrivent pour cette tranche d'âge : pour les cas où votre héros n'est pas dans un cadre de formation (école, apprentissage, vie familiale, etc.), comment vous gérez son degré d'indépendance ?
Il y a sûrement plein d'autres exemples, mais spontanément, je pense à toutes ces histoires où les enfants/ados se retrouvent sans adultes et doivent survivre, du type Sa majesté des mouches, Gone de Michael Grant, Seuls (la BD et le film qui vient de sortir) Le jour où (d'un certain Paul Beorn). Ce sont souvent des histoires qui flirtent avec le genre post apocalyptique, version sans adulte.
(A la croisée des monde T2 y ressemble aussi, en effet)
(Vous avez 4h et je relève les copies ^^ )
(purée, je n'ai pas fait un plan en trois parties et je n'ai pas posé ma problématique :ronge: )
Blog : Les conseils de Tonton Beorn / Site officiel
Bragelonne : Le 7ème Guerrier-Mage / Calame T1 Castelmore : Le jour où... / 14-14 / Un ogre en cavale

Avatar de l’utilisateur
Milora
C'est qui le dragon le plus mignon de Meurk ?
Messages : 4982
Inscription : sam. déc. 18, 2010 8:58 pm
Rang special : Milosoupline
Localisation : Dans le Puits des Histoires Perdues

Re: Les héros jeunesse

Message par Milora » sam. févr. 25, 2017 12:22 pm

Bravo Beorn, tu es dans le laps de temps des 4h !
Beorn a écrit :Citer :
(Vous avez 4h et je relève les copies ^^ )
(purée, je n'ai pas fait un plan en trois parties et je n'ai pas posé ma problématique :ronge: )
ça passe pour cette fois, jeune homme :P
On trouve aussi des romans anciens pas spécialement estampillés jeunesse mais en réalité lus très souvent lus par des enfants/ados, je pense au Monde perdu de Conan Doyle. Le narrateur est un personnage adulte, qui part avec des adultes. Il n'est pas le personnage le plus héroïque ni le plus déterminant de l'histoire, il a plutôt un rôle de témoin bien qu'il agisse avec les autres
Oui (d'ailleurs il est super passif, le narrateur du Monde Perdu >.< ), et dans Jules Verne aussi, le héros est jeune mais un peu adulte (dans Voyage au centre de la terre, c'est un jeune homme sur le point de se fiancer ; dans Le Tour du monde en 80 jours, il est adulte aussi). J'ai l'impression que dans les anciens textes pour enfants, le héros adulte est beaucoup plus fréquent (même s'il n'a pas la complexité psychologique d'un personnage adulte). Je crois me souvenir que dans Capitaines courageux de Kipling, les personnages sont adultes aussi. Bilbo entre dans le même cas de figure. Et, comme tu dis, dans tous ces exemples, le héros a beau être adulte, il n'est pas caractérisé comme un adulte (les hobbits ont d'ailleurs un côté "éternels enfants", à l'exception de Frodon, qui d'ailleurs se sent différent de ses semblables).

Mais dans les récents, je trouve pas d'exemple. Cette question me turlupine. Parce que : est-ce que c'est un "formatage" des maisons d'édition qui privilégient un certain type de héros ? Est-ce que, culturellement, il est devenu plus difficile à un enfant/pré-ado, actuellement, de s'identifier à un personnage plus âgé ? Ou bien est-ce que c'est parce que les romans actuels misent beaucoup plus sur l'identification au personnage principal, que les anciens romans ? Au niveau de la focalisation interne, un roman comme Harry Potter nous place beaucoup plus au coeur des pensées et émotions du héros que Le Club des Cinq, si on veut comparer deux classiques jeunesse à 50 ans d'écart...
Non, vraiment, ça m'interroge : est-ce qu'un gamin actuel peut se prendre autant d'affection pour un personnage qui est différent de lui sur le plan de l'âge ?

Ah, si, un exemple me revient : une trilogie jeunesse qui s'appelait Lou Hendrix et que j'avais lue quand j'étais au collège. L'héroïne avait autour de la vingtaine et était pionne dans un lycée. (Mais j'avais pas du tout accroché, je ne saurais pas dire si l'âge de l'héroïne avait joué dans mon appréciation). (Et dans ce cas de figure, elle était encore plongée dans un monde scolaire).

Il y a sûrement plein d'autres exemples, mais spontanément, je pense à toutes ces histoires où les enfants/ados se retrouvent sans adultes et doivent survivre, du type Sa majesté des mouches, Gone de Michael Grant, Seuls (la BD et le film qui vient de sortir) Le jour où (d'un certain Paul Beorn). Ce sont souvent des histoires qui flirtent avec le genre post apocalyptique, version sans adulte.
De la liste, j'ai lu que Sa Majesté des Mouches (je lirai Le Jour Où, promis promis ;) ), mais à mon sens, c'est pas un roman jeunesse. Les enfants y servent une sorte de transposition des relations sociale de base et de la cruauté humaine. En tout cas, je l'avais lu à 16 ans et j'avais pas du tout senti que c'était fait pour s'identifier à eux (aucun n'est sympa, aucun n'est campé pour emporter l'adhésion inconditionnelle du lecteur).
Nouveauté :
Jour de pluie dans une cuisine (Le Mammouth éclairé)

Anciennetés :
Alice (Malpertuis VI)
Un sacré coup de pouce (E-Courts, Voy'El)

*Bêta-lectrice* et *modératrice*

Avatar de l’utilisateur
Beorn
Sous son large chapeau et son tricot de laine, dispense son enseignement tout en haut de la montagne, bravant l'hiver grâce à ses chaussettes aux super pouvoirs
Messages : 10211
Inscription : jeu. août 21, 2008 9:28 am
Rang special : L'avant-dernier des Mohicans
Contact :

Re: Les héros jeunesse

Message par Beorn » sam. févr. 25, 2017 2:31 pm

Mais dans les récents, je trouve pas d'exemple. Cette question me turlupine. Parce que : est-ce que c'est un "formatage" des maisons d'édition qui privilégient un certain type de héros ? Est-ce que, culturellement, il est devenu plus difficile à un enfant/pré-ado, actuellement, de s'identifier à un personnage plus âgé ? Ou bien est-ce que c'est parce que les romans actuels misent beaucoup plus sur l'identification au personnage principal, que les anciens romans ?
Il y a sans doute de ça. Le roman a perdu une grande partie de sa fonction de "description de pays inconnus" ou "description de paysages imaginaires merveilleux", je crois, au profit des médias utilisant limage (ce qui explique, je pense, ces descriptions interminables des romans du XIXème qu'un lecteur moyen d'aujourd'hui a du mal à supporter). Du coup, peut-être que le roman repose maintenant davantage sur les mécanismes d'identification, surtout en jeunesse ? Je ne sais pas, en tout cas, je crois que tu as raison, l'importance de l'identification s'est accrue (ou bien, l'identification est devenue plus difficile et il faut plus insister pour l'obtenir ?).

Mon intuition personnelle est qu'on peut très bien inventer des personnages non enfants auxquels les enfants pourront s'identifier. On le trouve dans les dessins animés par enfants. Quand j'étais petit, je regardais Goldorak, Capitaine Flam, Cat's eyes, etc. pardon pour les références... :rougit: Plus récemment, la plupart des productions Disney ou Pixar ne présentent pas des personnages d'enfants (Cars, Planes, Raiponce, Shrek, L'Age de glace..). Alors certes, ces productions visent en général les deux publics, adulte et enfants, mais ils touchent souvent très bien les enfants.
Je ne trouve pas d'exemple récent en littérature, mais ça veut pas forcément dire que ça ne marche pas...
Milora a écrit :ça passe pour cette fois, jeune homme :P
ouf :wow:
Blog : Les conseils de Tonton Beorn / Site officiel
Bragelonne : Le 7ème Guerrier-Mage / Calame T1 Castelmore : Le jour où... / 14-14 / Un ogre en cavale

Avatar de l’utilisateur
Kira
Directrice de l'école au Bois Dormant
Messages : 2874
Inscription : ven. nov. 20, 2009 3:13 pm
Rang special : Fantôme du forum
Localisation : De l'autre côté du miroir

Re: Les héros jeunesse

Message par Kira » sam. févr. 25, 2017 3:14 pm

La règle veut que le héros doit avoir 2 ans de plus que le lecteur cible. Après tu peux faire ce que tu veux à mon sens. Simplement tu auras sans doute plus de mal à le faire éditer si tu t'affranchis de cette règle. Pour la Grande Rivière mes héros quittent leurs tribus (ou sont fichus à la porte) à 12 ans mais c'est la préhistoire à cet âge ils sont casiment adultes. Sinon dans les exemples tu as la Guerre des clans: les héros sont adultes (bon d'accord ce sont des chats... :sifflote: )

Avatar de l’utilisateur
Miromensil
Messages : 105
Inscription : ven. août 01, 2014 5:56 pm
Rang special : Hurluberlue
Localisation : Perpète-les-Alouettes (Be)

Re: Les héros jeunesse

Message par Miromensil » sam. févr. 25, 2017 4:04 pm

Non, vraiment, ça m'interroge : est-ce qu'un gamin actuel peut se prendre autant d'affection pour un personnage qui est différent de lui sur le plan de l'âge ?
Oui, je pense !
- J'ai lu les Orphelins Baudelaire en primaire, et les 3 enfants sont d'âge différents, ce qui ne m'a pas empêchée de vraiment apprécier les 3 et de lire la saga jusqu'au bout.
- Au même âge (à partir de 9 ans), j'ai commencé à suivre L'Apprenti épouvanteur. Sur wikipedia (https://fr.wikipedia.org/wiki/L%27Appre ... pouvanteur) ils disent que Thomas a 13 ans au début de la série, mais honnêtement je ne me souviens pas avoir accorder de l'importance à son âge. Je crois qu'il grandi au fur et à mesure des tomes, ce qui ne m'a pas empêchée de vouloir suivre toute ses aventures. Je crois vraiment qu'à l'âge où je lisais beaucoup de fantasy/fantastique, j'accordais peu d'importance à l'âge des personnages, d'ailleurs je m'en souviens même plus. Ce dont je me souviens, c'est que j'avais envie de lire des trucs un peu noirs. Je sais que je pouvais vite m'ennuyer en commençant une série où tout était mignon et coloré, c'est pour ça que je n'avais pas du tout accrochée à la quête d'Ewilan, que beaucoup de gens lisaient à mon époque. Enfin je dis peut-être des bêtises, ça remonte à loin tout ça, mais vraiment je voulais quelque chose qui ne fasse pas très enfant justement (je pense, et avec du recul).
- A la croisée des mondes, j'avais adoré, même si j'ai vraiment pas tout compris à l'époque. Et puis tu en parles.
- Narnia est une autre série fantasy que j'adorais à la même époque. J'avais acheté le gros livre de 1000 pages qui reprenait tous les tomes, je devais avoir 14 ans à ce moment-là. Je pense que les héros principaux étaient des enfants (dont j'ai pas retenu l'âge) mais je m'étais attachée aux personnages adultes, pour le coup. A la reine et au faune Tumnus :love: Les enfants je sais pas, dans mon souvenir ils vont toujours bien, ça m'avait ennuyée je crois (ce sont des souvenirs donc je dis peut-être des bêtises!). Tandis que les persos adultes avaient des problèmes et ça m'intéressait haha.
- Et un énorme coup de coeur pour Le dernier Elfe (et la suite, Le dernier orc), qu'on m'a offert en 2005 donc j'avais 10 ans. Dans le tome 1 il est enfant, donc plus jeune ou +/- du même âge que moi. Dans le tome 2 il est ado, mais je l'ai lu beaucoup plus tard, vers 15 ans, et là je sais plus quel âge il a. Mais c'est le seul livre de fantasy pendant lequel j'ai un peu pleuré, je crois que l'auteur avait réalisé un tour de force pour la psycologie des personnages, ce sur quoi le livre était vraiment tourné (et l'histoire aussi). Leurs émotions étaient très subtiles et retranscrites avec beaucoup de finesse, et de l'humour, c'est ça que j'ai du aimer à l'époque (sans m'en rendre compte).

Je ne sais pas si je réponds vraiment à ta question.. J'accordais peu d'importance à l'âge des persos, je pense, enfin je dis ça à + de 20 ans. Je commençais à lire, et si l'histoire ne m'emportait pas, j'arrêtais. J'avais commencé les Chroniques de Spiderwick à la même époque que l'Apprenti. Le héros avait mon âge (10 ans si je me souviens bien), mais je n'avais pas vraiment accroché, du moins j'ai pas continué la série. Par contre je ne saurais pas dire pourquoi (sans doute parce qu'il y avait l'Apprenti qui sortait à la même période).

Et surtout, ce dont je me souviens, c'est tout le plaisir que j'avais eu à lire tous ces livres :love: Après, c'est un peu difficile d'expliquer pourquoi, 10 ans plus tard. Et c'est marrant, mes références sont pas tout à fait les mêmes que les vôtres :mouahaha:
Fière marraine de Chany et Atar ( ノ^.^)ノ゚

Avatar de l’utilisateur
Nana
Les secs défilents à toute vitesse
Messages : 1419
Inscription : mer. avr. 27, 2016 8:04 pm
Rang special : écrivain du bonheur

Re: Les héros jeunesse

Message par Nana » sam. févr. 25, 2017 4:57 pm

Si ça peut te rassurer, quand j'avais 10-11 ans, je lisais Peggy Sue alors que l'héroine avait 14 ans et j'avais accroché. A la télé, je me mettais devant Yugi-Oh tous les après-midi, pas question de rater un épisode, pourtant les persos sont des ados. Je regardais aussi pas mal de trucs comme Jeanne et Serge, Cat's Eyes, Olive et Tom... Il y a quelques années, j'ai publié un roman à compte d'auteur (je sais faut pas faire ça, mais j'étais jeune et naïve), et les retours d'enfants que j'ai pu avoir étaient positifs, alors que le plus jeune personnage à 15 ans. Bon, après, c'est plus des ados que de jeunes adultes, c'est vrai.
En fait, je pense que ça dépend de l'intrigue. Si tes persos ont des problèmes d'adultes, je pense que c'est un peu risqué. Mais si c'est pour s'embarquer dans une aventure, je pense qu'ils ne s'arrêteront pas à l'âge des personnages.
"Make the plan, execute the plan, expect the plan to go off the rails, throw away the plan"
Challenge: Alexandre Jestin
marraine de Ji Aʃka :mage:

Avatar de l’utilisateur
Bergamote
Plume alerte et sensuelle.
Messages : 992
Inscription : ven. déc. 21, 2007 10:42 am
Rang special : Batracien
Localisation : C'est rose et c'est une ville

Re: Les héros jeunesse

Message par Bergamote » sam. févr. 25, 2017 6:15 pm

Je suis peut-être à côté de la plaque parce que ce ne sont pas strictement des romans, mais il y a des œuvres où l'age du héros n'empêche aucune identification ce sont les comics. IL y a certes l'image qui joue, mais est-ce qu'elle a vraiment un rôle dans le fait que les jeunes ados puissent s'identifier au héros, je n'en suis pas certaine.

C'est donc qu'il doit y avoir une caractérisation spécifique aux super-héros qui a tendance à tout de suite correspondre à ce peuvent en attendre certains ados. Il y a bien sûr le côté super-héros qui est très attirant...
En y réfléchissant, je pense que ce qui est vraiment bien fait dans les histoires type comics, c'est que le héros adulte ne laisse jamais penser à son lecteur qu'il ne pourra jamais être comme lui.

Il le prend à témoin de ses secrets (Batman, Wonderwoman, Superman notamment), il en fait son complice.

Bon j'arrête là, désolée si je semble un peu à côté de la plaque, mais je me disais que malgré le côté visuel, les comics ont aussi un fond qui touche les ados tout en mettant en avant des héros adultes.

Répondre