[A] Existe-t-il un "profil de héros" pour la jeunesse ?

Sujets inactifs depuis un an ou plus

Modérateur : Crazy

Avatar de l’utilisateur
Lys
Farouche princesse des challenges
Messages : 3156
Inscription : sam. janv. 16, 2016 8:46 pm
Rang special : Attrapeuse de rêves
Localisation : Sur les sentiers de l'imagination

Re: Les héros jeunesse

Message par Lys » sam. févr. 25, 2017 6:59 pm

Dans la série les Chevaliers d’Emeraude, il me semble que la plupart des personnages sont adultes alors que c’est un livre plutôt orienté jeunesse. Personnellement j’avais pas trop aimé, mais ça a eu beaucoup de succès.
Il y a aussi des livres comme Murkmere ou la malédiction d'Old Haven que j'avais lu quand j'avais 10 ans alors que l'héroïne est une jeune fille plus âgée (15 et 17 ans), et j'avais adoré!
Milora a écrit :
sam. févr. 25, 2017 11:00 am
Question subsidiaire à ceux d'entre vous qui écrivent pour cette tranche d'âge : pour les cas où votre héros n'est pas dans un cadre de formation (école, apprentissage, vie familiale, etc.), comment vous gérez son degré d'indépendance ?
Il y aussi le héros qui se retrouve propulsé dans un autre monde sans ses parents, profs... Par exemple, la quête d'Ewilan ou Félix et le monde à l'envers.
Miromensil a écrit :
sam. févr. 25, 2017 4:04 pm
Et un énorme coup de coeur pour Le dernier Elfe (et la suite, Le dernier orc), qu'on m'a offert en 2005 donc j'avais 10 ans. Dans le tome 1 il est enfant, donc plus jeune ou +/- du même âge que moi. Dans le tome 2 il est ado, mais je l'ai lu beaucoup plus tard, vers 15 ans, et là je sais plus quel âge il a. Mais c'est le seul livre de fantasy pendant lequel j'ai un peu pleuré, je crois que l'auteur avait réalisé un tour de force pour la psycologie des personnages, ce sur quoi le livre était vraiment tourné (et l'histoire aussi). Leurs émotions étaient très subtiles et retranscrites avec beaucoup de finesse, et de l'humour, c'est ça que j'ai du aimer à l'époque (sans m'en rendre compte).
J'adore ce livre aussi, ça reste un de mes préférés même aujourd'hui :love: :love:
D'ailleurs dans le deuxième tome, l'Elfe est un adulte puisqu'il est marié et a une petite fille.
Enchanteresse Vertmagus, djinn du feu, démon gardien du savoir

Challenge : Les lointains royaumes parrainé par Doubar et Gejooquien
OLT:La Porte des Sables
Marraine de Perosia et Kashiira:heart:

Avatar de l’utilisateur
Crazy
Impératrice incontestée du Pareil © Crazy
Messages : 9937
Inscription : mer. juin 05, 2013 9:30 pm
Rang special : Chieuse pas tentée
Localisation : IdF
Contact :

Re: Les héros jeunesse

Message par Crazy » sam. févr. 25, 2017 8:46 pm

Bergamote a écrit :
sam. févr. 25, 2017 6:15 pm
C'est donc qu'il doit y avoir une caractérisation spécifique aux super-héros qui a tendance à tout de suite correspondre à ce peuvent en attendre certains ados.
C'est le thème de la transformation, qui fait un parallèle avec l'adolescence et le passage à l'âge adulte, sur le plan physique et mental.

(Je me suis beaucoup intéressée au sujet dans ma jeunesse ;))
:mouahaha: Grenouille vampire :wamp:, Mith :jedi: et sadique :fouet:
:lect: Challenge 2019 : Symbiotes (SF/SpaceOp)
:stylo: Blog : Crazy's Wor(l)ds

Avatar de l’utilisateur
Milora
C'est qui le dragon le plus mignon de Meurk ?
Messages : 6192
Inscription : sam. déc. 18, 2010 8:58 pm
Rang special : Milosoupline
Localisation : Dans le Puits des Histoires Perdues

Re: Les héros jeunesse

Message par Milora » dim. févr. 26, 2017 10:13 am

Beorn a écrit :
sam. févr. 25, 2017 2:31 pm

Mon intuition personnelle est qu'on peut très bien inventer des personnages non enfants auxquels les enfants pourront s'identifier. On le trouve dans les dessins animés par enfants. Quand j'étais petit, je regardais Goldorak, Capitaine Flam, Cat's eyes, etc. pardon pour les références... :rougit: Plus récemment, la plupart des productions Disney ou Pixar ne présentent pas des personnages d'enfants (Cars, Planes, Raiponce, Shrek, L'Age de glace..). Alors certes, ces productions visent en général les deux publics, adulte et enfants, mais ils touchent souvent très bien les enfants.
et :
Bergamote a écrit :
sam. févr. 25, 2017 6:15 pm
Je suis peut-être à côté de la plaque parce que ce ne sont pas strictement des romans, mais il y a des œuvres où l'age du héros n'empêche aucune identification ce sont les comics. IL y a certes l'image qui joue, mais est-ce qu'elle a vraiment un rôle dans le fait que les jeunes ados puissent s'identifier au héros, je n'en suis pas certaine.
Je pense que la lecture d'un comics ne fonctionne pas pareil que celle d'un roman, et que du coup c'est pas vraiment comparable. Idem pour les dessins animés, les films et les séries, où on peut aimer un personnage plus âgé que soit quand on est enfant/pré-ado. Mais la lecture d'un livre repose sur des mécanismes différents. Généralement : l'identification. Pas au sens de "ce personnage me ressemble !", mais au sens où, souvent, a priori en littérature jeunesse/ado, tout le roman est écrit en focalisation interne, de sorte que l'histoire est entièrement transmise au lecteur par le prisme des pensées et impressions du ou des personnages principaux. Du coup, ça ne me semble pas vraiment comparable aux autres supports, sur cette question-là.
Nana a écrit :
sam. févr. 25, 2017 4:57 pm
Si ça peut te rassurer, quand j'avais 10-11 ans, je lisais Peggy Sue alors que l'héroine avait 14 ans et j'avais accroché.
Oui, moi aussi (les 3 premiers, avant que ça devienne n'importe quoi :lol: ), mais 14 ans, c'est encore une situation où on peut s'identifier : le personnage est caractérisée comme enfant/ado, avec une psychologie d'enfant/ado, un cadre de vie enfant/ado (même imaginaire). C'est pas pareil qu'un héros de 19 ans que, quand on en a 11, on classe tout de suite en "adulte".
Kira a écrit :
sam. févr. 25, 2017 3:14 pm
La règle veut que le héros doit avoir 2 ans de plus que le lecteur cible. Après tu peux faire ce que tu veux à mon sens. Simplement tu auras sans doute plus de mal à le faire éditer si tu t'affranchis de cette règle. Pour la Grande Rivière mes héros quittent leurs tribus (ou sont fichus à la porte) à 12 ans mais c'est la préhistoire à cet âge ils sont casiment adultes. Sinon dans les exemples tu as la Guerre des clans: les héros sont adultes (bon d'accord ce sont des chats... :sifflote: )
Ah bon ? De quelle règle tu parles ? :perplexe:
Sinon, en effet, je suis tout à fait d'accord qu'on fait ce qu'on veut en écrivant et on voit si ça marche. Mais quand on écrit, on doit se mettre à la place du lecteur pour savoir si les effets qu'on recherche fonctionnent. Et pour de la littérature jeunesse/jeune ado, le lecteur est assez différent de l'auteur, d'où la plus grande difficulté que pour écrire pour des adultes, quand on n'est pas habitué et pas parent, de se mettre à sa place (je trouve). D'où ma question ^^


Je vois qu'y a pas vraiment de réponse tranchée (je me disais que certains auraient peut-être des expériences du type "j'ai écrit une histoire comme ça, mes enfants ont trouvé que le héros était trop vieux" ou "tel roman a un héros de 25 ans et marche très bien en jeunesse"), du coup je vais en rester à "écris comme tu le sens et tu verras si ça marche". :mouahaha:
Nouveauté :
Jour de pluie dans une cuisine (Le Mammouth éclairé)

Anciennetés :
Alice (Malpertuis VI)
Un sacré coup de pouce (E-Courts, Voy'El)

Avatar de l’utilisateur
Kira
De son sabre, cette guerrière défend son trésor : ses livres
Messages : 2857
Inscription : ven. nov. 20, 2009 3:13 pm
Rang special : Fantôme du forum
Localisation : De l'autre côté du miroir

Re: Les héros jeunesse

Message par Kira » dim. févr. 26, 2017 11:31 am

Milora a écrit :
dim. févr. 26, 2017 10:13 am
Kira a écrit :
sam. févr. 25, 2017 3:14 pm
La règle veut que le héros doit avoir 2 ans de plus que le lecteur cible.
Ah bon ? De quelle règle tu parles ?
Celle définie par les éditeurs ;) Après je pense qu'elle s'applique surtout jusqu'aux romans ados, il me semble qu'à partir du YA il y a plus de liberté à ce niveau.

Avatar de l’utilisateur
Milora
C'est qui le dragon le plus mignon de Meurk ?
Messages : 6192
Inscription : sam. déc. 18, 2010 8:58 pm
Rang special : Milosoupline
Localisation : Dans le Puits des Histoires Perdues

Re: Les héros jeunesse

Message par Milora » dim. févr. 26, 2017 11:33 am

Kira a écrit :
dim. févr. 26, 2017 11:31 am
Milora a écrit :
dim. févr. 26, 2017 10:13 am
Kira a écrit :
sam. févr. 25, 2017 3:14 pm
La règle veut que le héros doit avoir 2 ans de plus que le lecteur cible.
Ah bon ? De quelle règle tu parles ?
Celle définie par les éditeurs ;)
Tu peux nous en dire plus sur ce point ? ;)
Règle tacite/explicite ? Orientation globale ou règle absolue ? Pour tous les genres ? Chez tous les éditeurs ?
Nouveauté :
Jour de pluie dans une cuisine (Le Mammouth éclairé)

Anciennetés :
Alice (Malpertuis VI)
Un sacré coup de pouce (E-Courts, Voy'El)

Avatar de l’utilisateur
Tibert
Messages : 267
Inscription : sam. avr. 23, 2016 2:47 pm
Rang special : Chat parleur

Re: Les héros jeunesse

Message par Tibert » dim. févr. 26, 2017 11:37 am

Concernant les héros de livres jeunesses plus âgés que le lecteur, ma première référence ce serait certains livres des Murail, notamment les Nils Hazard de Marie-Aude Murail.
Dans cette série, le héros est étruscologue à la Sorbonne et dans mes souvenirs a entre 30 et 40 ans, même s'il fait parfois jeune homme avec son comportement immature ^^.
Début collège, j'étais aussi une grande lectrice de Michel Honaker dont beaucoup de livres ont pour héros des hommes adultes (d'ailleurs il a réécrit plusieurs fois sa série du commandeur, en commençant par des livres pulp pour adultes : sexe, violence et tout).
Si je remonte encore plus le temps, une partie des livres de la Comtesse de Ségur concernent des jeunes adultes ou des personnages qu'on voit grandir au fil du livre. C'étaient même mes préférés de la collection et pourtant je les ai lus en primaire. Je pense notamment à la Fortune de Gaspard : les premiers chapitres parlent de son enfance, puis il intègre une usine pour travailler. Dans mes souvenirs, le personnage est plus un adulte qu'un enfant, et les principales péripéties se déroulent lorsqu'il est jeune adulte.
Ce qui me rappelle les Alice de la bibliothèque verte, où l'héroïne était aussi une jeune adulte.

Mais c'est vrai que dans les romans récents, je ne vois pas d'exemple. Peut-être parce que je ne lis plus de littérature jeunesse depuis un moment et que je n'avais pas forcément accès aux sorties récentes avant le lycée (vive les bibliothèque!).
Malgré tout, je suis certaine d'avoir lu des livres où les héros étaient de mon âge, pourtant ce ne sont pas ceux qui m'ont le plus marquée.
Il y avait chez les personnages adultes quelque chose de bien plus fascinant, amha.
Milora a écrit :
dim. févr. 26, 2017 10:13 am
du coup je vais en rester à "écris comme tu le sens et tu verras si ça marche". :mouahaha:
Je pense que tu as complètement raison. C'est le meilleur moyen de créer des personnages intéressants et une bonne histoire :yata: . Et si les maisons d'éditions formatent leurs parutions quitte à passer à côté d'un super manuscrit parce que l'âge des héros ne correspond pas à leur idée, c'est vraiment dommage pour les lecteurs.

Edit : Ah siiiii ! Je viens de me souvenir de la trilogie Morgenstern d'Hervé Jubert, publiés début 2000 dans la collection jeunesse d'Albin Michel. L'héroïne était une sorcière adulte (30 ans?). En 2013, l'auteur a aussi reçu le grand prix jeunesse de l'imaginaire pour une autre trilogie où le héros est aussi un adulte (même si l'un des perso principaux est une jeune fille).
Donc, ça existe ^^ (aujourd'hui ces livres sont publiés en poche adulte, mais les premières éditions étaient bien dans des collections jeunesse)
Dernière modification par Tibert le dim. févr. 26, 2017 11:51 am, modifié 1 fois.

Avatar de l’utilisateur
Kira
De son sabre, cette guerrière défend son trésor : ses livres
Messages : 2857
Inscription : ven. nov. 20, 2009 3:13 pm
Rang special : Fantôme du forum
Localisation : De l'autre côté du miroir

Re: Les héros jeunesse

Message par Kira » dim. févr. 26, 2017 11:49 am

Alors (et sous toutes réserves, je ne suis pas éditrice, je ne fais que répéter ce qui se dit notamment sur le forum de la Charte et ce qu'ont pu me dire mes éditeurs) (si d'autres copains auteurs jeunesse ou éditeurs ont d'autres échos qu'ils n'hésitez pas à corriger)
- règle implicite, sauf dans le cas d'une commande/d'un appel à textes MAIS l'éditeur peut te demander de changer l'âge des héros si besoin est
- orientation globale, tu trouveras toujours des exceptions
- principalement chez les gros éditeurs qui ont une production plus formatée
- et c'est plus net dans le cas de la fiction contemporaine
Je lis beaucoup de littérature jeunesse et en général, cette règle est respectée.
(Du moins dans les romans, dans les albums, plus proches des contes de fées, il y a plus de personnages adultes et/ou animaux).

Avatar de l’utilisateur
Lofarr
Divine couturière de SG
Messages : 5315
Inscription : dim. déc. 27, 2015 9:57 pm
Rang special : Rantanplan
Localisation : Regensburg

Re: Les héros jeunesse

Message par Lofarr » dim. févr. 26, 2017 12:46 pm

Si, si, il y a de l'espoir, Christelle Dabos avec "les fiancés de l'hiver" a gagné en 2016 le grand prix de l'imaginaire - romans jeunesse de Gallimard
Je me demande quand même si ce roman n'a pas été classé jeunesse, car il avait l'étiquette SFFF et que, comme chacun sait, ce n'est pas un genre assez sérieux pour être classé adulte. :sifflote:

On ne connait pas l'âge des héros, car l'auteur est allergique aux étiquettes et a volontairement laissé dans le flou (elle le dit sur son site)
Les deux protagonistes ont malgré tout l'âge d'être mariés et assument des responsabilités d'adultes.

Je comprends que les jeunes aient besoin de s'identifier à leurs héros, mais il me semble tout aussi important de leur offrir des histoires dans lesquels ils puissent se projeter et a plus de deux ans.

Ca ne change pas que Kira a certainement raison et que la règle du: âge des lecteurs + 2 ans = âge du héros semble se retrouver un peu partout en ce moment.

J'espère que je ne vais pas m'attirer les foudres de certains, mais j'avoue que même si j'écris pour la jeunesse, je n'aime pas l'idée de catégorie jeunesse avec des marqueurs très codifiés. Pour moi, cela revient une fois de plus à mettre les gens dans les boites et à préformater la pensée des jeunes. Dès 10 ans je lisais tout et n'importe quoi, de Pantagruel à la comtesse de Ségur en passant pas Jimmy Guieu. Maintenant que je suis maman, je dois me battre tous les jours pour que mes filles lisent autre chose que des histoires de gamines qui chevauchent des licornes mauves à paillettes pour sauver le monde. Scrogneugneu :wamp:
Cycliste :bike:

Avatar de l’utilisateur
Milora
C'est qui le dragon le plus mignon de Meurk ?
Messages : 6192
Inscription : sam. déc. 18, 2010 8:58 pm
Rang special : Milosoupline
Localisation : Dans le Puits des Histoires Perdues

Re: Les héros jeunesse

Message par Milora » dim. févr. 26, 2017 1:14 pm

Merci, Kira, pour ces précisions très intéressantes !
Lofarr a écrit :
dim. févr. 26, 2017 12:46 pm
Si, si, il y a de l'espoir, Christelle Dabos avec "les fiancés de l'hiver" a gagné en 2016 le grand prix de l'imaginaire - romans jeunesse de Gallimard
Je me demande quand même si ce roman n'a pas été classé jeunesse, car il avait l'étiquette SFFF et que, comme chacun sait, ce n'est pas un genre assez sérieux pour être classé adulte. :sifflote:
Haha, justement, je viens de le commencer et c'est ce qui m'a poussée à ouvrir ce fil ! :mouahaha:

Et là tout de suite je viens de trouver un contre-exemple dont je comprends pas pourquoi j'y ai pas pensé avant : Le Château de Hurle, de Diana Wynne Jones (LE bouquin que j'ai adoré à 15 ans et sans cesse relu depuis ; je sais pas pourquoi j'y pensais plus). L'héroïne est une jeune adulte. L'âge n'est jamais donné mais si on est assez cingl... fan ( :hihihi: ) pour calculer l'âge des personnages, on peut déduire qu'elle a 18 ans et le magicien Hurle, 27. Mais elle passe le roman sous la forme d'une vieille femme. Et j'avais totalement adoré ce roman, sans avoir la moindre distance due au "le héros est un grand", alors que ça avait pu me gêner pour d'autres histoires.

Lofarr a écrit :
dim. févr. 26, 2017 12:46 pm
J'espère que je ne vais pas m'attirer les foudres de certains, mais j'avoue que même si j'écris pour la jeunesse, je n'aime pas l'idée de catégorie jeunesse avec des marqueurs très codifiés. Pour moi, cela revient une fois de plus à mettre les gens dans les boites et à préformater la pensée des jeunes. Dès 10 ans je lisais tout et n'importe quoi, de Pantagruel à la comtesse de Ségur en passant pas Jimmy Guieu. Maintenant que je suis maman, je dois me battre tous les jours pour que mes filles lisent autre chose que des histoires de gamines qui chevauchent des licornes mauves à paillettes pour sauver le monde. Scrogneugneu
Sur le fond, je suis totalement d'accord avec toi ! :yata:
Mais dans la pratique, je me souviens que quand j'avais, allez, 10-15 ans, j'avais du mal à ne pas ressentir de distance avec les héros plus vieux, et ça tenait sans doute à deux choses : je me suis cantonnée très longtemps au rayon jeunesse (jusqu'à la fin de l'adolescence. Je savais que j'étais une âme sensible et j'avais peur, en allant chez les adultes, de tomber sur des passages gores ou de sexe qui m'auraient gênée). Et l'autre raison c'est que, dans la vraie vie, j'ai toujours été impressionnée par les gens plus âgés que moi. Je trouvais Harry (Potter) "grand" parce qu'il avait un an de plus que moi, c'est dire :lol: .
Du coup, une autre des raisons pour lesquelles j'ai lancé la discussion, c'était pour voir si cette difficulté à adhérer à des personnages plus âgés quand j'étais jeune m'était spécifique ou était plutôt partagé par cette tranche d'âge.
Nouveauté :
Jour de pluie dans une cuisine (Le Mammouth éclairé)

Anciennetés :
Alice (Malpertuis VI)
Un sacré coup de pouce (E-Courts, Voy'El)

Avatar de l’utilisateur
Macada
Va embrasser le prince grenouille
Messages : 10334
Inscription : jeu. mars 22, 2007 6:40 pm
Contact :

Re: Les héros jeunesse

Message par Macada » dim. févr. 26, 2017 1:28 pm

Kira a écrit :
dim. févr. 26, 2017 11:49 am
Alors (et sous toutes réserves, je ne suis pas éditrice, je ne fais que répéter ce qui se dit notamment sur le forum de la Charte et ce qu'ont pu me dire mes éditeurs) (si d'autres copains auteurs jeunesse ou éditeurs ont d'autres échos qu'ils n'hésitez pas à corriger)
- règle implicite, sauf dans le cas d'une commande/d'un appel à textes MAIS l'éditeur peut te demander de changer l'âge des héros si besoin est
- orientation globale, tu trouveras toujours des exceptions
- principalement chez les gros éditeurs qui ont une production plus formatée
- et c'est plus net dans le cas de la fiction contemporaine
Je lis beaucoup de littérature jeunesse et en général, cette règle est respectée.
(Du moins dans les romans, dans les albums, plus proches des contes de fées, il y a plus de personnages adultes et/ou animaux).
J'allais répondre la même chose, mais Kira le résume très bien.

Je suis d'ailleurs, sur la demande d'un éditeur, en train de ré-écrire toute une histoire en vieillissant mes héros humains de 10 à 12 ans pour mieux correspondre à un lectorat collège (j'avais écrit pour du primaire mais l'éditeur estime que l'histoire est plus à même d'intéresser des collégiens). Les héros non-humains - qui sont "adultes" - n'ont pas besoin d'être retouchés.

A noter, que si cela avait été possible, plutôt que de mettre mes héros en 5e (12 ans), les mettre en 4e-3e (14-15 ans) aurait agrandi le lectorat collégien potentiel : il est plus courant que des enfants s'intéressent à des héros plus âgés qu'eux, que l'inverse.
Dans le cas présent, l'éditeur était d'accord que le changement de caractérisation/maturité des personnages humains (on serait passé de gamins à ados plein d'hormones) aurait été trop important pour que l'histoire reste en harmonie avec eux. Là, il aurait fallu la changer.

Une autre remarque au sujet de l'âge des héros et des lecteurs que je me suis faite plusieurs fois et que d'autres se font aussi : il s'agit très souvent d'a priori. On croit que l'histoire d'un plus jeune/d'un trop vieux ne nous intéressera pas. Ce barrage doit être franchi - livre fortement conseillé par quelqu'un de convaincant, auteur connu,... - pour que le livre ait sa chance de démontrer (soit lu, donc) son intérêt. Et comme il est très difficile de démonter un a priori bien ancré, le barrage sera entier ou à peine écorné pour la prochaine histoire avec des héros du "mauvais" âge.
Je comprends donc très bien que les éditeurs se montrent très frileux à investir dans la publication d'un livre quand une grande partie du lectorat a dressé ce barrage. Qu'importe que le livre soit bon s'il n'est pas acheté/lu ?

Tout ça bien sûr est dans une optique d'édition. Tout ce que vous dites sur des adultes peuvent plaire à des mômes et inversement est tout à fait exact. Je pense cependant que nous mêmes et quelques fois nos enfant ne sommes pas représentatifs du lectorat général. Nous sommes des passionnés de lectures et/ou histoires et la lecture est loin d'être une vraie passion pour la grande majorité de ceux qui lisent. Ils ne liront que 2 ou 3 livres par an, à mon avis comme à celui des éditeurs, ils ont tendance à privilégier les "valeurs sûres".



Ah aussi, je ne sais pas si l'idée a été citée (je lis ce forum mais quelquefois en diagonale) : plutôt que un héros d'un certain âge, on peut avoir plusieurs héros d'âges différents. Une fratrie par exemple avec des majeurs et des mineurs.
Comme ça, chaque lecteur peut s'identifier à qui il veut (ou à tous). ^^

Edit : grillée par Lofarr et Milora
Actualité :
Ceux qui vivront, Challenge en cours
Rose-thé et gris-souris, Gephyre (avril 2019)
Entre troll et ogre, ActuSF (avril 2018)
Les Aériens, Sarbacane (octobre 2017)

Avatar de l’utilisateur
Umanimo
Quand trop de chance tourne à la déveine
Messages : 3584
Inscription : dim. avr. 19, 2015 3:14 pm
Rang special : Whovianne
Localisation : Dans le temps et l'espace
Contact :

Re: Les héros jeunesse

Message par Umanimo » dim. févr. 26, 2017 1:37 pm

Macada a écrit :
dim. févr. 26, 2017 1:28 pm
Une autre remarque au sujet de l'âge des héros et des lecteurs que je me suis faite plusieurs fois et que d'autres se font aussi : il s'agit très souvent d'a priori. On croit que l'histoire d'un plus jeune/d'un trop vieux ne nous intéressera pas. Ce barrage doit être franchi - livre fortement conseillé par quelqu'un de convaincant, auteur connu,... - pour que le livre ait sa chance de démontrer (soit lu, donc) son intérêt. Et comme il est très difficile de démonter un a priori bien ancré, le barrage sera entier ou à peine écorné pour la prochaine histoire avec des héros du "mauvais" âge.
J'ai un à priori semblable pour les histoires mettant en scène des adolescents, que ce soit en livre ou en film/série. Il faut dire que trop souvent cette tranche d'âge est traitée avec tellement de personnages clichés que j'ai fait une allergie. J'ai donc toujours un à priori négatif et je dois me forcer pour démarrer une histoire avec un héros/une héroïne de cet âge. Ou je me force pas, souvent. Je passe peut-être à côté de bons textes, mais les héros ados (surtout contemporains ou dans un léger futur, donc avec un comportement assez actuel, du moins dans l'esprit des auteurs), je peux pas.
Challenge 03/07/2019 : [Fantasy] Aïsaïa : Bodil

Avatar de l’utilisateur
Faisselle
Historien des mondes imaginaires à venir
Messages : 222
Inscription : ven. févr. 24, 2017 3:27 pm
Rang special : Têtard historien, habitué des tentatives.
Localisation : Région caladoise.

Re: Les héros jeunesse

Message par Faisselle » dim. févr. 26, 2017 1:47 pm

Umanimo a écrit :
dim. févr. 26, 2017 1:37 pm
J'ai un à priori semblable pour les histoires mettant en scène des adolescents, que ce soit en livre ou en film/série. Il faut dire que trop souvent cette tranche d'âge est traitée avec tellement de personnages clichés que j'ai fait une allergie. J'ai donc toujours un à priori négatif et je dois me forcer pour démarrer une histoire avec un héros/une héroïne de cet âge. Ou je me force pas, souvent. Je passe peut-être à côté de bons textes, mais les héros ados (surtout contemporains ou dans un léger futur, donc avec un comportement assez actuel, du moins dans l'esprit des auteurs), je peux pas.
Je, euh, je me permets d'intervenir pour rebondir sur ça, dans mon premier post hors présentation d'ailleurs donc :ronge:

Je suis assez d'accord sur les a prioris sur les histoires avec les adolescents, mais je me demande si d'une certaine façon ça ne tient pas plus à la façon dont des autrices/auteurs adultes écrivent des ados - je ne connais pas la proportion de livres écrits par des ados mettant en scène des ados dans la SFFF, donc il me semble que c'est plus souvent le premier schéma qui se produit. En gros, de la même façon que beaucoup de personnages d'enfants sont des clichés ambulants qui correspondent à une poignée restreinte de catégories, "l'ado" en tant que personnage peut en venir à recouvrir un certain nombre de critères... et le souci c'est que beaucoup sont insupportables :psycho: Et ce y compris quand il s'agit de "lectures jeunesses", bien que ça doive peut-être plus dépendre de la démarche de l'autrice/auteur : si l'on écrit un ado sans perspective de "vouloir plaire aux ados", peut-être le personnage est-il du coup moins caricatural ou orienté ?
D'ailleurs, à propos des personnages clichés d'ados, est-ce que vous vous êtes du coup déjà trouvés dans la situation de lire, en tant qu'ados, des personnages supposés vous parler qui vous ont donné une grave envie de rire ou de vous moquer l'autrice/auteur ? :hihihi: Parce qu'au final, on peut en arriver davantage à s'identifier à des personnages "adultes" dont écrits par des adultes, qui seront plus variés et mieux travaillés, paradoxalement, qu'à des personnages d'ados qui correspondent à la check-list des ados de fiction... et en deviennent totalement insupportables :tetard:

Avatar de l’utilisateur
Milora
C'est qui le dragon le plus mignon de Meurk ?
Messages : 6192
Inscription : sam. déc. 18, 2010 8:58 pm
Rang special : Milosoupline
Localisation : Dans le Puits des Histoires Perdues

Re: Les héros jeunesse

Message par Milora » dim. févr. 26, 2017 2:02 pm

Merci Macada : ton post répond à à peu près toutes mes questions ! :yata:
Je te plussoie largement pour la différence "ce qu'on peut faire en littérature"/"ce qui est édité", et pour le fait qu'on n'est pas représentatifs de la plupart des lecteurs.
Faisselle a écrit :
dim. févr. 26, 2017 1:47 pm

Je, euh, je me permets d'intervenir pour rebondir sur ça, dans mon premier post hors présentation d'ailleurs donc :ronge:
Permets-toi, permets-toi ! Le forum est à tout le monde et, promis, on ne mord pas (sauf peut-être certaines grenouilles : :wamp: )
D'ailleurs, à propos des personnages clichés d'ados, est-ce que vous vous êtes du coup déjà trouvés dans la situation de lire, en tant qu'ados, des personnages supposés vous parler qui vous ont donné une grave envie de rire ou de vous moquer l'autrice/auteur ? :hihihi: Parce qu'au final, on peut en arriver davantage à s'identifier à des personnages "adultes" dont écrits par des adultes, qui seront plus variés et mieux travaillés, paradoxalement, qu'à des personnages d'ados qui correspondent à la check-list des ados de fiction... et en deviennent totalement insupportables :tetard:
En livre, rarement, parce que je choisissais avec soin mes lectures. Je n'ai jamais adhéré à Harry Potter faisant sa crise d'adolescence, ni à Bowman du Vent de feu quand il grandit et devient ado. Mais sinon, dans mes lectures, les personnages adolescents étaient plutôt hors norme - ce qui aidait à s'y reconnaître.
Par contre, dans les films, les séries, les publicités et les idées reçues véhiculés par les gens, CONSTAMMENT. Les clichés sur les adolescents m'agacent, actuellement. Mais quand j'étais moi-même ado, ils me mettaient hors de moi. Pourquoi est-ce qu'on devrai nécessairement se sentir mal dans sa peau ou en colère ou se rebeller ou vouloir rentrer dans le moule ou être un paresseux que ses parents saoûlent, quand on a 15 ans ? Ça m'horripilait, parce que ça généralise un comportement, comme si parce que on a tel âge, on était obligés d'avoir tel caractère. Ça nie l'individualité des adolescents. Et, ce qui m'horripilait encore plus et dont j'avais beaucoup conscience à l'époque déjà, à force de montrer cette image des adolescents, beaucoup d'ado se mettent à adopter l'attitude qu'ils sont censés avoir selon les médias, alors que si on ne leur avait pas imposé l'image de l'ado déprimé/en colère/rebelle/souhaitant être populaire/autre cliché, eh bien ils auraient sans doute eu une toute autre attitude. L'adolescence c'est souvent l'âge où on apprend à se définir, et paradoxalement, j'ai l'impression que c'est un âge où on est beaucoup plus influençables par les modèles comportementaux qu'on nous montre. Ça m'énerve d'autant plus qu'on présente des images caricaturales, monolithiques et d'ailleurs assez négatives des ados.
(On parle beaucoup, ces temps-ci, du formatage de l'image des femmes à travers leur représentation dans la fiction et les médias, mais je trouve que les adolescents subissent le même formatage. Soit dit en passant : les personnes âgées aussi y ont droit, et c'est tout aussi horripilant).

Un bon personnage d'adolescent, c'est un bon personnage tout court.
Nouveauté :
Jour de pluie dans une cuisine (Le Mammouth éclairé)

Anciennetés :
Alice (Malpertuis VI)
Un sacré coup de pouce (E-Courts, Voy'El)

Avatar de l’utilisateur
Umanimo
Quand trop de chance tourne à la déveine
Messages : 3584
Inscription : dim. avr. 19, 2015 3:14 pm
Rang special : Whovianne
Localisation : Dans le temps et l'espace
Contact :

Re: Les héros jeunesse

Message par Umanimo » dim. févr. 26, 2017 2:26 pm

Faisselle a écrit :
dim. févr. 26, 2017 1:47 pm
Umanimo a écrit :
dim. févr. 26, 2017 1:37 pm
J'ai un à priori semblable pour les histoires mettant en scène des adolescents, que ce soit en livre ou en film/série. Il faut dire que trop souvent cette tranche d'âge est traitée avec tellement de personnages clichés que j'ai fait une allergie. J'ai donc toujours un à priori négatif et je dois me forcer pour démarrer une histoire avec un héros/une héroïne de cet âge. Ou je me force pas, souvent. Je passe peut-être à côté de bons textes, mais les héros ados (surtout contemporains ou dans un léger futur, donc avec un comportement assez actuel, du moins dans l'esprit des auteurs), je peux pas.
Je suis assez d'accord sur les a prioris sur les histoires avec les adolescents, mais je me demande si d'une certaine façon ça ne tient pas plus à la façon dont des autrices/auteurs adultes écrivent des ados
Mais c'est totalement ça. Je le dis d'ailleurs. Il y a des adolescents comme des enfants de toutes sortes, mais ils sont souvent traités de façon complètement caricaturale, d'où mon rejet à priori (chat échaudé craint l'eau froide).

J'avais d'ailleurs posé la question, plutôt sur des ados dans une série, à des jeunes du même âge : "mais ça vous fait plaisir qu'on vous représente comme ça ?" Bien entendu, la réponse était "non".

Édit : Milora a dit ça beaucoup mieux que moi. ^^
Challenge 03/07/2019 : [Fantasy] Aïsaïa : Bodil

Avatar de l’utilisateur
Faisselle
Historien des mondes imaginaires à venir
Messages : 222
Inscription : ven. févr. 24, 2017 3:27 pm
Rang special : Têtard historien, habitué des tentatives.
Localisation : Région caladoise.

Re: Les héros jeunesse

Message par Faisselle » dim. févr. 26, 2017 3:13 pm

Milora a écrit :
dim. févr. 26, 2017 2:02 pm
Mais quand j'étais moi-même ado, ils me mettaient hors de moi. Pourquoi est-ce qu'on devrai nécessairement se sentir mal dans sa peau ou en colère ou se rebeller ou vouloir rentrer dans le moule ou être un paresseux que ses parents saoûlent, quand on a 15 ans ? Ça m'horripilait, parce que ça généralise un comportement, comme si parce que on a tel âge, on était obligés d'avoir tel caractère. Ça nie l'individualité des adolescents. [...] L'adolescence c'est souvent l'âge où on apprend à se définir, et paradoxalement, j'ai l'impression que c'est un âge où on est beaucoup plus influençables par les modèles comportementaux qu'on nous montre. Ça m'énerve d'autant plus qu'on présente des images caricaturales, monolithiques et d'ailleurs assez négatives des ados.
(On parle beaucoup, ces temps-ci, du formatage de l'image des femmes à travers leur représentation dans la fiction et les médias, mais je trouve que les adolescents subissent le même formatage. Soit dit en passant : les personnes âgées aussi y ont droit, et c'est tout aussi horripilant).

Un bon personnage d'adolescent, c'est un bon personnage tout court.
Je plussoie totalement :1010: Du coup ça me l'a plus fait en lecture, car ado je lisais des "livres pour ados", si tant est que cette catégorie ait un sens, et plusieurs personnages d'ados me crispaient suprêmement, le meilleur étant d'ailleurs, justement, Harry Potter à partir du tome 5 de la saga éponyme :psycho: Par contre, des bouquins vendus comme "jeunesse" ou "pour adolescents" ont eu tendance à me crisper après les 17-18 ans, mais probablement plus parce qu'ils souffraient de grosses faiblesses générales que vraiment à cause de leurs personnages, ados ou non.
Et je souscris totalement à ta mini-conclusion, je présume que la meilleure solution reste d'envisager un personnage d'ado au "complet", exactement comme les enfants d'ailleurs.

En outre, étant un noob absolu sur le monde de l'édition, je suis tout à fait étonné de constater qu'on puisse demander à une autrice ou un auteur de changer l'âge d'un ou plusieurs personnages pour mieux correspondre à un lectorat attendu mais pas franchement surpris parce que ça se fait dans le cinéma et dans le jeu vidéo, donc c'est assez logique que ça se fasse dans un truc aussi immense que l'édition :gothan:

Répondre