[A] Ces clichés qui nous horripilent

Sujets inactifs depuis un an ou plus
Avatar de l’utilisateur
Jo Ann v.
CoCynelle
Messages : 1107
Inscription : jeu. sept. 03, 2009 12:26 am
Rang special : Batracienne rouge et noire
Localisation : Devant Wally
Contact :

Re: Les clichés, ceux qui nous horripilent

Message par Jo Ann v. »

Dans mon roman fantasy, il n'y a ni elfes ni dragons, ni magie ni prophétie. C'est certifié comme ça. :hihihi:
(Des retours des lecteurs, ça ne les a pas choqués outre-mesure. :croise: )
Umanimo a écrit :J'y ai pensé parce que mon autre roman en préparation (à part le Baron qui est actuellement dans les challenges) se passe dans un univers type fantasy, mais il n'y a pas de magie. Or certains de mes lecteurs (j'en ai fait lire des versions non abouties pour voir comment c'était perçu) "ont été surpris / m'ont reproché" justement ce trait : le manque de magie dans un univers de fantasy.
Dedans, il y a également des Elfes assez différents de ceux de Tolkien (mais il n'y a pas de dragons, ni d'orcs). Ça aussi ça a "choqué/ennuyé", le fait que mes Elfes ne ressemblaient pas à ceux de l'auteur de référence.
:wow:
Des contes de fées avec des métamorphes & des romances contemporaines
www.joannv.com
La Diversité décomplexée
www.ladiver.site

Avatar de l’utilisateur
Umanimo
La preuve par neuf que le rock et le folk sont nés en Mongolie
Messages : 3922
Inscription : dim. avr. 19, 2015 3:14 pm
Rang special : Whovianne
Localisation : Dans le temps et l'espace
Contact :

Re: Les clichés, ceux qui nous horripilent

Message par Umanimo »

Jo Ann v. a écrit :Dans mon roman fantasy, il n'y a ni elfes ni dragons, ni magie ni prophétie. C'est certifié comme ça. :hihihi:
(Des retours des lecteurs, ça ne les a pas choqués outre-mesure. :croise: )
À vrai dire, c'étaient des lecteurs fans de fantasy et de Tolkien en particulier, d'où peut-être l'impression qu'il manquait quelque chose à mon récit. Cependant, une fois passé la première déception, la plupart ont aimé ce que j'avais écrit. Peut-être qu'il leur fallait juste passer le cap.

Contente pour toi que ton récit ait reçu une appréciation positive même sans les éléments que les gens s'attendent à voir dans un texte de fantasy.
·
Défi lecture 2020 : La Fille de la PAL

Quand la mare s’assèche, il faut prendre de la hauteur…

Avatar de l’utilisateur
Roanne
Reine du shooting photo
Messages : 9937
Inscription : dim. juil. 09, 2006 6:42 pm
Rang special : Super Roanne
Localisation : Avec les lutins de l'Hermitain
Contact :

Re: Les clichés, ceux qui nous horripilent

Message par Roanne »

Umanimo a écrit :J'y ai pensé parce que mon autre roman en préparation (à part le Baron qui est actuellement dans les challenges) se passe dans un univers type fantasy, mais il n'y a pas de magie. Or certains de mes lecteurs (j'en ai fait lire des versions non abouties pour voir comment c'était perçu) "ont été surpris / m'ont reproché" justement ce trait : le manque de magie dans un univers de fantasy.
Dedans, il y a également des Elfes assez différents de ceux de Tolkien (mais il n'y a pas de dragons, ni d'orcs). Ça aussi ça a "choqué/ennuyé", le fait que mes Elfes ne ressemblaient pas à ceux de l'auteur de référence.
Tes lecteurs ont l'air d'avoir une culture fantasy pauvre, si tu veux mon avis.

Ne tiens pas compte de ce genre d'avis, il n'engage que eux.
(la fantasy finira par s'étouffer avec ses propres clichés si on écoute uniquement ce genre de lecteurs à œillères pour savoir quoi écrire / publier, c'est peut-être déjà le cas, note, puisque je ne lis quasi plus de fantasy à titre perso par peur de tomber sur une énième resucée d'univers med-fan)

Si tu veux de la fantasy magistrale sans magie (ni elfes) tu peux leur conseiller de lire Guy Gavriel Kay, par exemple (c'est juste l'un des meilleurs auteurs contemporain dans le genre et l'un des ses titres est vraiment exempte de magie). Au passage, ce que j'ai reproché à cet auteur, c'est la plus-que-perfection de ses persos principaux, mais pas ses univers, qui sont superbes et maîtrisés.
Mon petit compte Wattpad, sur lequel vous trouverez aussi un chouette roman partagé / écrit avec Chapardeuse.

Avatar de l’utilisateur
Umanimo
La preuve par neuf que le rock et le folk sont nés en Mongolie
Messages : 3922
Inscription : dim. avr. 19, 2015 3:14 pm
Rang special : Whovianne
Localisation : Dans le temps et l'espace
Contact :

Re: Les clichés, ceux qui nous horripilent

Message par Umanimo »

Roanne a écrit :Au passage, ce que j'ai reproché à cet auteur, c'est la plus-que-perfection de ses persos principaux...
Ça a tendance à m'insupporter aussi.

Si je fais le bilan de mes persos principaux (bon, je suis un peu en dehors du sujet, là, mais c'est pour montrer que j'espère qu'ils ne sont pas clichés) :
- Petit Prince (roman de littérature blanche) : nain, roux et handicapé (mais c'était dans la "charte", vu que je suis partie d'un délire entre amis où le perso devait avoir ces caractéristiques)
- Le Baron : l'héroïne est une femme ordinaire, le "héros" non, puisqu'il est un personnage inventé, donc forcément (et volontairement) cliché, mais il n'est pas pour autant exempt de défaut tant physiques que moraux (surtout pas moraux en fait, vu que c'est un "méchant" à la base)
- Elfia : le héros est petit et malingre. Il est peureux aussi. Enfin, selon certains critères (ou plutôt les critères de certains).
·
Défi lecture 2020 : La Fille de la PAL

Quand la mare s’assèche, il faut prendre de la hauteur…

Avatar de l’utilisateur
Brume
Batracien
Messages : 80
Inscription : dim. oct. 25, 2015 11:49 am
Rang special : Jeune Padawan

Re: Les clichés, ceux qui nous horripilent

Message par Brume »

La plupart des clichés concernant les personnages féminins surtout dans les romances (50 shades of grey ou Twilight), parfois j'ai l'impression que la plupart des personnages féminins sont limités à trois types: la mère, la p*te et la vierge!!!! Et qu'est-ce c'est énervant!! Ah oui et tout le truc de la "jalousie féminine" je sais pas mais c'est juste trop exagéré. Surtout quand il s'agit de romance. D'ailleurs dans les romances on a souvent ce cliché de la fille banal qui rencontre un homme extra-ordinaire et riche et sa vie change: mais qu'est-ce que c'est chiant ce type de scénario bad boy/good girl.
Il y a aussi le cliché de la femme carriériste qui a tout... sauf le grand amour (quel drame :mrgreen: ). Autre cliché, les bad boy, il y en a que j'apprécie encore ais la plupart du temps, j'en peux plus de leurs excuses à la noix pour justifier leur mauvais comportement.
Le scénario "rape and revanche" alors parfois je peux comprendre son utilité mais j'avoue que parfois c'est juste énervant, ça donne un message genre: elle a été violé maintenant elle super forte (genre un viol ça rend super fort) et je ne vois que rarement une descente psychologique d'une personnage féminin suite à un viol, c'est toujours à propos de revanche. J'ai aussi l'impression que les personnages féminins n'ont pas le droit d'être "moche" ou disons de ne pas rentrer dans notre norme sociale. Et même moi, quand j'écris sur un personnage féminin sans m'en rendre compte je le fais rentrer dans la norme. C'est inconscient. Dans la plupart des romans que je lis, j'ai rarement lu des descriptions "moches" sur les femmes et quand il y en avait c'était pour se moquer d'elle ou les tourner en ridicule.

Concernant l'amour et le sexe (faut bien en parler ^^ ): beaucoup de clichés et je trouve aussi qu'une trop grande importance est accordée à la recherche de l'amour: parfois j'ai l'impression que c'est l'ultime but de l'humanité (ou de la femme :mrgreen: ) et les scènes de sexe mettant souvent en avant des relations hétérosexuelle avec le gars qui a toujours envie de s'envoyer en l'air et la fille un peu moins... rarement vu l'inverse. Quand la romance est gay, parfois il y a toujours un des deux protagonistes qui est masculinisé (si c'est un couple de fille) ou (féminisé) si c'est un couple d'homme: alors oui, ça eut arrivé mais on voit que l'auteur tente de reproduire une sorte de schémas hétérosexuel et c'est juste super agaçant.

Pour les héros, j'ai pas de cliché particulier mais j'aime pas quand ils sont trop parfaits, qu'ils n'admettent pas leurs erreurs ou qu'ils conçoivent leur vision du monde selon leur propre morale à eux sans prendre en compte l'opinion ou le ressenti des gens (genre captain america par exemple).

Bon après je pense que même s'il y a des clichés dans un livre, ça ne fait pas forcément de ce livre quelque chose de mauvais. Par exemple Arya et Brienne (Game of Thrones) sont de rès bon personnage mais assez cliché quand même. En fait, il faut qu'il y est un bon développement psychologique.

Anonyme_Quatre

Re: Les clichés, ceux qui nous horripilent

Message par Anonyme_Quatre »

Bon après je pense que même s'il y a des clichés dans un livre, ça ne fait pas forcément de ce livre quelque chose de mauvais. Par exemple Arya et Brienne (Game of Thrones) sont de rès bon personnage mais assez cliché quand même. En fait, il faut qu'il y est un bon développement psychologique.
Ce qui fait qu'elles sont pas trop clichés, c'est qu'elles ne sont pas représentatives du reste du bouquin :p Il y a un éventail de personnages féminins diversifiés, bien qu'un peu archétypaux, mais qui ont une évolution parfois très différentes de ces archétypes

Avatar de l’utilisateur
Brume
Batracien
Messages : 80
Inscription : dim. oct. 25, 2015 11:49 am
Rang special : Jeune Padawan

Re: Les clichés, ceux qui nous horripilent

Message par Brume »

Nariel Limbaear a écrit :
Bon après je pense que même s'il y a des clichés dans un livre, ça ne fait pas forcément de ce livre quelque chose de mauvais. Par exemple Arya et Brienne (Game of Thrones) sont de rès bon personnage mais assez cliché quand même. En fait, il faut qu'il y est un bon développement psychologique.
Ce qui fait qu'elles sont pas trop clichés, c'est qu'elles ne sont pas représentatives du reste du bouquin :p Il y a un éventail de personnages féminins diversifiés, bien qu'un peu archétypaux, mais qui ont une évolution parfois très différentes de ces archétypes
Tout à fait, c'est pour ça qu'il est important de bien développer la psychologie des personnages, ça évite qu'ils s'enferment dans des clichés. Surtout sur l'évolution et leur choix en fait. Je pense qu'une histoire de base peut paraître cliché mais si les personnages sont approfondies, ça devient très intéressant.

Avatar de l’utilisateur
Hotep
Batracien
Messages : 55
Inscription : lun. sept. 07, 2015 1:05 pm
Rang special : Brûle-pourpoint

Re: Les clichés, ceux qui nous horripilent

Message par Hotep »

En même temps, Le Trône de Fer est clairement présenté comme une subversion des clichés de la Fantasy, des contes et des romans épiques en général. Tous les personnages principaux semblent parodier un cliché :
  • Eddard : Le héros noble qui a tout pour lui et qui ne se plante jamais
  • Catelyn : La méchante belle-mère
  • Sansa : La princesse (de type Disney) qui attend le prince charmant dans sa tour
  • Arya : Le garçon manqué méprisant les oripeaux de la féminité et vivant d'incroyables aventures
  • Bran : Le pauvre petit handicapé qui découvre qu'en fait ce handicap lui donne des super-pouvoirs
  • Jon : Le bâtard héroïque au grand cœur promis à un avenir fabuleux
  • Tyrion : Le nain (à la Blanche-neige/Gimli)
  • Daenerys : La gentille blanche qui va délivrer ces pauuuuvres sauvages et leur apprendre la civilisation
Allez, pour continuer, quelques autres clichés qui m'horripilent :
  • Les protagonistes d'une histoire de vampires/zombies/super-héros qui n'ont jamais au grand jamais entendu parler du concept de vampires/zombies/super-héros avant que le vampire/zombie/super-héros ne se manifeste. Jamais, à aucun moment de l'Histoire de l'Humanité, le concept n'avait été abordé dans la fiction et les mythologies. Jamaiiiiis.
  • La baise, ça rend puissant. Pour développer ses pouvoirs psychiques/magiques, il est essentiel de besogner l'accorte indigène du village rebelle. Elle ne demande que ça, d'ailleurs. Corollaire : tous les chefs de tribus ont une épouse morte en couches, une fille canon qui galoche les étrangers et un fils jaloux, possessif, limite incestueux qui finit tué par le héros d'un coup de pierre dans la tronche.
  • Lorsqu'un personnage est frappé par la foudre, il n'y survit jamais. Ou alors il a le bon goût de développer des super-pouvoirs.
  • Les jeunes palefreniers élevés à la dure dans une communauté rurale arriérée sont invariablement les personnes les plus sages, pondérées et ouvertes d'esprit qui soit.
  • Les critères de sélection des nounous magiques et autres anges gardiens sont très stricts : la famille choisie doit être très malheureuse, mais attention, suffisamment équilibrée et saine pour que les enfants y restent et que les parents n'y soient jamais culpabilisés.
Challenge Premier Jet 2015 : Illusions Morales (roman de Fantasy)

Anonyme_Quatre

Re: Les clichés, ceux qui nous horripilent

Message par Anonyme_Quatre »

Catelyn est loin d'être cantonnée à son rôle de méchante belle-mère, et ce dès le début du livre ^.^ C'est plus l'archétype de la Mère (Mère-Vierge-Vieillarde)

Avatar de l’utilisateur
Liya
Messages : 227
Inscription : dim. déc. 28, 2014 10:58 pm
Rang special : Grenouille des airs

Re: Les clichés, ceux qui nous horripilent

Message par Liya »

Hotep a écrit :
  • Les protagonistes d'une histoire de vampires/zombies/super-héros qui n'ont jamais au grand jamais entendu parler du concept de vampires/zombies/super-héros avant que le vampire/zombie/super-héros ne se manifeste. Jamais, à aucun moment de l'Histoire de l'Humanité, le concept n'avait été abordé dans la fiction et les mythologies. Jamaiiiiis.
Ah ah, moi aussi ça m'a toujours fait triper ce genre de choses!
Spoiler: montrer
Merci à Z nation, d'avoir (un peu) cassé le cliché.
“La patience est une vertu qui s’acquiert avec de la patience.”

Avatar de l’utilisateur
Florie
Tueuse de canaris et dévoreuse de fromage
Messages : 2296
Inscription : jeu. août 27, 2015 3:57 pm
Rang special : Nife en l'Air
Contact :

Re: Les clichés, ceux qui nous horripilent

Message par Florie »

Brume a écrit :La plupart des clichés concernant les personnages féminins surtout dans les romances (50 shades of grey ou Twilight), parfois j'ai l'impression que la plupart des personnages féminins sont limités à trois types: la mère, la p*te et la vierge!!!! Et qu'est-ce c'est énervant!!
Comme je suis d'accord! On a parfois l'impression que c'est l'auteur qui assouvit ses fantasmes à travers son roman, mais en perpétuant des clichés dans la foulée. Et ça m'énerve encore plus quand l'auteur est une autrice. Sérieux, meuf? tu veux vraiment que tes textes perpétuent le modèle patriarcal dans l'esprit de tes lectrices adolescentes, et qu'elles finissent par croire qu'elles ne peuvent être heureuses que si elles épousent le riche du coin, et que c'est le seul sens qu'elles peuvent donner à leur vie? À ce niveau-là, j'avoue que je préfère encore le cliché de romance des dystopie YA, au moins, ces livres ont tendance à présenter des personnages féminins plus volontaires et affirmés, pour qui la romance n'est pas le but ultime de leur vie.

D'ailleurs tant qu'on est dans la parenthèse égalitariste, un autre cliché qui m'horripile est le héros qui est forcément un mec (hétéro)et qui va forcément faire preuve d'héroïsme (donc) pendant que la fille ne sert que de faire-valoir, ou de cruche qui attend tranquillement dans sa cellule que le héros veuille bien la libérer. Alors que le héros lui-même, dans ce cas, ne se gênerait pas pour prendre sa vie en main et se libérer tout seul. Dans mon enfance, j'ai vu beaucoup de ces héros auxquels j'avais du mal à m'identifier (parce que je suis une fille) et en même temps je n'avais aucune envie de m'identifier à la princesse stupide qui ne fait rien d'autre que de se faire enlever et "être dans un autre château". C'est peut-être pour ça que j'aimais tant la caverne de la rose d'or à l'époque, qui avait inversé le cliché du héros et de la princesse (c'était la princesse qui sauvait son prince à chaque épisode...). Ou les Cat's eyes, qui avaient un but dans la vie et une vraie force de caractère au-delà du côté faire-valoir des personnages féminins.
Hotep a écrit :En même temps, Le Trône de Fer est clairement présenté comme une subversion des clichés de la Fantasy, des contes et des romans épiques en général
Il y a un article hyper intéressant sur Medium à propos du storytelling du trône de fer et comment il renverse les clichés du genre, pas seulement au niveau des persos: ici.
Hotep a écrit :Les protagonistes d'une histoire de vampires/zombies/super-héros qui n'ont jamais au grand jamais entendu parler du concept de vampires/zombies/super-héros avant que le vampire/zombie/super-héros ne se manifeste. Jamais, à aucun moment de l'Histoire de l'Humanité, le concept n'avait été abordé dans la fiction et les mythologies. Jamaiiiiis.
:lol: c'est vrai que c'est très horripilant. Surtout quand l'histoire se passe dans notre monde (pour ainsi dire). Mais où est votre culture pop?
Explorer les possibles avec optimisme : Florieteller
Challenge en cours : Science-fantasy - L'Impératrice

Avatar par Amaryan :heart:

Avatar de l’utilisateur
Crazy
Impératrice incontestée du Pareil © Crazy
Messages : 9855
Inscription : mer. juin 05, 2013 9:30 pm
Rang special : Chieuse pas tentée
Localisation : IdF
Contact :

Re: Les clichés, ceux qui nous horripilent

Message par Crazy »

Florie a écrit :D'ailleurs tant qu'on est dans la parenthèse égalitariste, un autre cliché qui m'horripile est le héros qui est forcément un mec (hétéro)et qui va forcément faire preuve d'héroïsme (donc) pendant que la fille ne sert que de faire-valoir, ou de cruche qui attend tranquillement dans sa cellule que le héros veuille bien la libérer. Alors que le héros lui-même, dans ce cas, ne se gênerait pas pour prendre sa vie en main et se libérer tout seul.
Quand je lis ça, je pense à la série "Castle" : ça arrive plusieurs fois que l'héroïne soit dans la m... et le héros vienne à son secours. Sauf que ça se termine toujours sur un "il arrive, plein de bravoure, pour la sauver... et s'aperçoit qu'elle s'est débrouillée toute seule" :mouahaha:
(J'aime bien comment ils jouent avec le trope ^^).
c'est vrai que c'est très horripilant. Surtout quand l'histoire se passe dans notre monde (pour ainsi dire). Mais où est votre culture pop?
C'est surtout dans les séries télé que je vois ça (qui a dit "Heroes" ? ^^), et c'est vrai que ça me fait hurler :psycho:
Challenge 2019 : Symbiotes (SF/SpaceOp) (suspendu).
Blog : Crazy's Wor(l)ds

Avatar de l’utilisateur
Brume
Batracien
Messages : 80
Inscription : dim. oct. 25, 2015 11:49 am
Rang special : Jeune Padawan

Re: Les clichés, ceux qui nous horripilent

Message par Brume »

Florie a écrit : Comme je suis d'accord! On a parfois l'impression que c'est l'auteur qui assouvit ses fantasmes à travers son roman, mais en perpétuant des clichés dans la foulée. Et ça m'énerve encore plus quand l'auteur est une autrice. Sérieux, meuf? tu veux vraiment que tes textes perpétuent le modèle patriarcal dans l'esprit de tes lectrices adolescentes, et qu'elles finissent par croire qu'elles ne peuvent être heureuses que si elles épousent le riche du coin, et que c'est le seul sens qu'elles peuvent donner à leur vie? À ce niveau-là, j'avoue que je préfère encore le cliché de romance des dystopie YA, au moins, ces livres ont tendance à présenter des personnages féminins plus volontaires et affirmés, pour qui la romance n'est pas le but ultime de leur vie.

D'ailleurs tant qu'on est dans la parenthèse égalitariste, un autre cliché qui m'horripile est le héros qui est forcément un mec (hétéro)et qui va forcément faire preuve d'héroïsme (donc) pendant que la fille ne sert que de faire-valoir, ou de cruche qui attend tranquillement dans sa cellule que le héros veuille bien la libérer. Alors que le héros lui-même, dans ce cas, ne se gênerait pas pour prendre sa vie en main et se libérer tout seul. Dans mon enfance, j'ai vu beaucoup de ces héros auxquels j'avais du mal à m'identifier (parce que je suis une fille) et en même temps je n'avais aucune envie de m'identifier à la princesse stupide qui ne fait rien d'autre que de se faire enlever et "être dans un autre château". C'est peut-être pour ça que j'aimais tant la caverne de la rose d'or à l'époque, qui avait inversé le cliché du héros et de la princesse (c'était la princesse qui sauvait son prince à chaque épisode...). Ou les Cat's eyes, qui avaient un but dans la vie et une vraie force de caractère au-delà du côté faire-valoir des personnages féminins.
Moi aussi j'ai lu beaucoup de livres ou la fille est vraiment le faire-valoir du héro. Et effectivement c'était super compliquée de s'identifier, heureusement que petite je lisais "Les malheurs de Sophie" (ça me donnait des idées :mrgreen: moi aussi je voulais cuisiner les poissons de mon aquarium) et "Le club des cinq" ou les personnages féminins sont "normaux" pour l'époque. Fantomette est pas mal aussi pour les petites filles. Après, il y a des livres ou c'est la catastrophe, je me souviens même plus des titres mais oui toujours le cliché de la princesse en détresse qui attend qu'on la sauve sans prendre les choses en main.

Dans les séries, niveau "demoiselle" en détresse, je cite sans hésité Elena Gilbert de Vampire Diaries (pas un épisode sans que quelqu'un l'enlève/tente de la tuer.
Hotep a écrit : Allez, pour continuer, quelques autres clichés qui m'horripilent :
  • Les jeunes palefreniers élevés à la dure dans une communauté rurale arriérée sont invariablement les personnes les plus sages, pondérées et ouvertes d'esprit qui soit.
Ca me fait penser à Eragon :lol:

Avatar de l’utilisateur
Hotep
Batracien
Messages : 55
Inscription : lun. sept. 07, 2015 1:05 pm
Rang special : Brûle-pourpoint

Re: Les clichés, ceux qui nous horripilent

Message par Hotep »

Oui, Eragon ou Fascination sont condamnés à ressurgir invariablement dans ce fil. Ces bouquins auraient certainement connus l'admiration s'ils avaient été vendus comme des catalogues des clichés de leurs genres respectifs. Caser autant de stéréotypes à la page, c'est pas si facile, et pourtant ces auteurs ont réussi sans même faire exprès ! Quel talent ! :love: Je pense sincèrement qu'on peut apprendre à écrire correctement rien qu'en disséquant ces œuvres, tellement leurs défauts sont riches et variés. Il suffit de faire tout l'inverse. :wow:

...mais ouais, pour élargir la discussion sur les sages garçons de ferme, j'ai JAMAIS compris l'obsession de notre civilisation concernant "l'innocence" des enfants. Non mais, SÉRIEUSEMENT ? Les enfants sont de véritables psychopathes ! :ronge: Il faut des années avant qu'ils développent le moindre sens moral, ils sont capables d'une inimaginable cruauté ! Un bébé sait mentir avant même de savoir marcher ou parler ! Je ne compte plus le nombre de personnages d'enfants intégrés au sein d'une équipe d'adultes (alors qu'ils n'ont rien à faire là) simplement pour en faire le "centre moral," le "cœur" du groupe. On se retrouve avec des bambins tous pimpants qui vous filent le diabète dès qu'ils sortent leurs niaiseries sur la justice et l'amitié. :psycho: AUCUN gosse digne de ce nom n'agit comme ça. Ce sont de fichus archétypes plutôt que de véritables personnages.

Certes, les enfants sont bêtes et ignares, mais ça ne suffit pas à les rendre innocents... enfin bon, je crois qu'il y a beaucoup d'auteurs (et de gens en général) qui font l'amalgame entre pureté et manque d'instruction (Paul et Virginie de Bernadin de Saint-Pierre, vous connaissez ?), vue la persistance du mythe du "bon sauvage", de l'Eden perdu, de la virginité sur-valorisée, etc. Il serait temps d'en finir avec ces fadaises : le savoir, l'expérience, l'expérimentation, c'est le Bien. :lect: Quand on croit au Progrès, il faut un minimum mettre les mains dans le cambouis.

...il faudra également m'expliquer pourquoi le destin du monde est quasiment toujours entre les mains d'un ado. :perplexe: Attention, ils sont souvent compétents et quand on voit les adultes qui les entourent, on se dit qu'ils n'auraient pas forcément fait mieux... Mais bon, un ado, c'est, dans 99% des cas, mal dans sa peau et rongé par les hormones. C'est pas le profil le plus stable et fiable pour sauver l'univers. Je dis ça, je dis rien. :sifflote:
Challenge Premier Jet 2015 : Illusions Morales (roman de Fantasy)

Avatar de l’utilisateur
sherkkhann
C'est moi que tu regardes ?
Messages : 3964
Inscription : mer. janv. 20, 2010 4:33 pm
Rang special : hu

Re: Les clichés, ceux qui nous horripilent

Message par sherkkhann »

c'est, dans 99% des cas, mal dans sa peau et rongé par les hormones. C'est pas le profil le plus stable et fiable pour sauver l'univers. Je dis ça, je dis rien. :sifflote:
:lol: :lol: c'est vrai :sifflote:

Un autre cliché qui commence aussi à me taper sur le système, c'est celui du héro amoureux coûte que coûte de la fille : elle peut être jalouse sans raisons/se faire des films tous les quatre matins/être désagréable et complètement niaise, c'est pas grave, il l'aime quand même et lui pardonne toujours :hihihi: j'ai l'impression de voir que ça en ce moment dans les séries.
:romain: Cycliste :romain:

Répondre