[A] Ces clichés qui nous horripilent

Sujets inactifs depuis un an ou plus

Modérateur : Crazy

Avatar de l’utilisateur
Umanimo
Quand trop de chance tourne à la déveine
Messages : 3435
Inscription : dim. avr. 19, 2015 3:14 pm
Rang special : Whovianne
Localisation : Dans le temps et l'espace
Contact :

Re: Les clichés, ceux qui nous horripilent

Message par Umanimo » mar. nov. 03, 2015 5:47 pm

sherkkhann a écrit :Un autre cliché qui commence aussi à me taper sur le système, c'est celui du héro amoureux coûte que coûte de la fille : elle peut être jalouse sans raisons/se faire des films tous les quatre matins/être désagréable et complètement niaise, c'est pas grave, il l'aime quand même et lui pardonne toujours :hihihi: j'ai l'impression de voir que ça en ce moment dans les séries.
Est-ce que ça ne correspond pas à une certaine réalité ? Les hommes aiment les garces.

Je sens que je vais me faire lyncher par la gens masculine du forum. :sifflote:


Autre "cliché" qui m'agace : écrire les mots "à l'anglaise", c'est à dire avec une graphie anglo-saxonne au lieu de française. En français "héros" s'écrit avec un "s" au singulier comme au pluriel. J'dis ça, j'dis rien, hein, mais je le vois trop souvent.

Je sens que je vais me faire lyncher par tous les modos du forum. :sifflote:
Challenge 12/01/2019 : Les Jumeaux de Central Park (ex Brandon et Mason sont sur un bateau) [avec Melalivres]

Avatar de l’utilisateur
Hotep
Batracien
Messages : 60
Inscription : lun. sept. 07, 2015 1:05 pm
Rang special : Brûle-pourpoint

Re: Les clichés, ceux qui nous horripilent

Message par Hotep » mar. nov. 03, 2015 6:00 pm

Umanimo a écrit :
sherkkhann a écrit :Autre "cliché" qui m'agace : écrire les mots "à l'anglaise", c'est à dire avec une graphie anglo-saxonne au lieu de française. En français "héros" s'écrit avec un "s" au singulier comme au pluriel. J'dis ça, j'dis rien, hein, mais je le vois trop souvent.
Ouiiiii ! Je sais pas où ils ont été pêché l'idée que l’illettrisme, c'était tendance. Tant de "qu" remplacés par des "k", de "in" remplacés par des "1"... Enfin bon, on a même une chaîne de télévision appelée France Ô, désormais. La guerre est perdue d'avance. :pleure:
Challenge Premier Jet 2015 : Illusions Morales (roman de Fantasy)

Avatar de l’utilisateur
sherkkhann
C'est moi que tu regardes ?
Messages : 3863
Inscription : mer. janv. 20, 2010 4:33 pm
Rang special : Hu Cannabis !

Re: Les clichés, ceux qui nous horripilent

Message par sherkkhann » mar. nov. 03, 2015 6:02 pm

Sauf que dans mon cas, c'est juste une phôte ;)
:romain: Cycliste :romain:

Avatar de l’utilisateur
Umanimo
Quand trop de chance tourne à la déveine
Messages : 3435
Inscription : dim. avr. 19, 2015 3:14 pm
Rang special : Whovianne
Localisation : Dans le temps et l'espace
Contact :

Re: Les clichés, ceux qui nous horripilent

Message par Umanimo » mar. nov. 03, 2015 6:04 pm

Hotep a écrit :Ouiiiii ! Je sais pas où ils ont été pêché l'idée que l’illettrisme, c'était tendance. Tant de "qu" remplacés par des "k", de "in" remplacés par des "1"... Enfin bon, on a même une chaîne de télévision appelée France Ô, désormais. La guerre est perdue d'avance. :pleure:
Ça, c'est plus du langage sms (les "k" qui remplacent les "qu" et les "1" à la place des "in"), mais je parle des gens qui écrivent bien par ailleurs, mais qui se laissent influencer par la graphie anglo-saxonne de certains mots qui sont les mêmes qu'en français ou y ressemblent beaucoup.
Challenge 12/01/2019 : Les Jumeaux de Central Park (ex Brandon et Mason sont sur un bateau) [avec Melalivres]

Avatar de l’utilisateur
Umanimo
Quand trop de chance tourne à la déveine
Messages : 3435
Inscription : dim. avr. 19, 2015 3:14 pm
Rang special : Whovianne
Localisation : Dans le temps et l'espace
Contact :

Re: Les clichés, ceux qui nous horripilent

Message par Umanimo » mar. nov. 03, 2015 6:05 pm

sherkkhann a écrit :Sauf que dans mon cas, c'est juste une phôte ;)
Parfait alors. C'est juste que je le vois souvent par des gens qui pensent que ça s'écrit comme ça (logique, le "s" c'est pour le pluriel, sauf que parfois non) et que ça m'énerve.
Challenge 12/01/2019 : Les Jumeaux de Central Park (ex Brandon et Mason sont sur un bateau) [avec Melalivres]

Avatar de l’utilisateur
Hotep
Batracien
Messages : 60
Inscription : lun. sept. 07, 2015 1:05 pm
Rang special : Brûle-pourpoint

Re: Les clichés, ceux qui nous horripilent

Message par Hotep » mar. nov. 03, 2015 6:20 pm

Ah, tu veux parler des anglicismes ? C'est vrai, je vois de plus en plus "globalisation" à la place de "mondialisation"... Tu as aussi le verbe "réaliser" qui à l'origine ne voulait pas du tout dire "se rendre compte de" mais qui est maintenant employé comme faux équivalent de "to realize". Ainsi va l'Histoire.

Enfin bon, ce qui me fascine encore plus, c'est l'emploi d'expressions anglaises là où il existait déjà une traduction française littérale (et souvent plus simple). Exemple-type : challenge pour défi. Apparemment, le simple fait de passer le mot en anglais rend ça plus... cool ? Zut, voilà que je m'y mets aussi. Je voulais dire : classe. :wamp:

D'ailleurs, je voudrais passer un message à tous les auteurs français : arrêtez d'écrire des romans censés se passer aux États-Unis. Vous n'y êtes jamais allés plus de deux semaines. Les ricains de vos romans mangent des baguettes tartinées le matin, vont à la Poste déposer leur courrier et conduisent en boîte manuelle. Tous vos lecteurs lèvent les yeux au ciel. Par pitié, respectez-vous. Arrêtez le massacre. S'il-vous-plaît. :pleure:
Challenge Premier Jet 2015 : Illusions Morales (roman de Fantasy)

Avatar de l’utilisateur
Umanimo
Quand trop de chance tourne à la déveine
Messages : 3435
Inscription : dim. avr. 19, 2015 3:14 pm
Rang special : Whovianne
Localisation : Dans le temps et l'espace
Contact :

Re: Les clichés, ceux qui nous horripilent

Message par Umanimo » mar. nov. 03, 2015 6:48 pm

Hotep a écrit :Ah, tu veux parler des anglicismes ?
Oui, entre autre. On dévie du sujet. Ça pourrait faire l'objet d'un autre sujet, si ça n'a pas déjà été fait.
Challenge 12/01/2019 : Les Jumeaux de Central Park (ex Brandon et Mason sont sur un bateau) [avec Melalivres]

Laurent-Olivier
Batracien
Messages : 139
Inscription : dim. oct. 04, 2015 1:03 pm
Rang special : 404 ERROR

Re: Les clichés, ceux qui nous horripilent

Message par Laurent-Olivier » mar. nov. 03, 2015 7:06 pm

Hotep a écrit :Ah, tu veux parler des anglicismes ? C'est vrai, je vois de plus en plus "globalisation" à la place de "mondialisation"... Tu as aussi le verbe "réaliser" qui à l'origine ne voulait pas du tout dire "se rendre compte de" mais qui est maintenant employé comme faux équivalent de "to realize". Ainsi va l'Histoire.
Il ne faut pas oublier que la langue anglaise est elle aussi très influencée par le français, en vocabulaire comme en tournure de phrase. C'est normal, puis certains changements sont aujourd'hui complètement admis par les dictionnaires (par exemple pour "réaliser" mon dictionnaire analogique me confirme que c'est bien un équivalent de "se rendre compte", je dis ça, je dis rien, mais ça vient d'un dictionnaire analogique hein :sifflote: ).

Par contre je comprends pour les histoires qui se passent aux États-Unis. Je trouve pas ça bien grave (j'adore les textes qui se passent en Europe de l'Est, les auteurs français sont pas obligés de tout situer en France :hihihi: ) mais ça l'est un peu plus quand ça créé des incohérences par rapport au pays, ou quand les auteurs ne sortent que des gros clichés sur le pays en question qui agaceront toutes les personnes qui s'y connaissent un minimum. Moi, études obligent, je tique sur tout ce qui concerne le Japon. Parfois je n'ose pas dire aux gens quand j'ai relevé des erreurs :rougit:

Ce topic est amusant en tout cas, on a tous des clichés qu'on déteste plus ou moins que les autres.

Moi par exemple j'ai en horreur le cliché de la fille dont le héros masculin de livre young adult (autrement dit souvent dans les romances contemporaines avec des ados) est amoureux. Ce sera l’archétype de la fille mystérieuse, extravagante (mais pas trop), avec un caractère un peu chelou que le mec adore grave, avec une beauté "originale" (genre rousse, connerie du genre), ce sera une fille populaire mais pas au point d'en être une bimbo, qui va s'extasier devant le moindre papillon (ça c'est le côté cute-impulsivité à deux balles-moment où le mec tombe amoureux d'elle, souvent) mais qui en même temps aura une fêlure profonde que le mec ne comprend et qui fait la fille reste toujours un peu inaccessible. On en a un bon exemple dans Attachement de Rainbow Owell, quand le héros parle de son ex.
Bref, une marye sue mais vu du point de vue d'un mec. Aussi agaçant que n'importe quel gary tsu vu du point de vue d'une fille (ou d'un héros gay, le problème reste le même on est d'accord). Rien de plus agaçant. :psychocoah:
Dernière modification par Laurent-Olivier le mar. nov. 03, 2015 7:08 pm, modifié 1 fois.
Mes fanfictions Harry Potter : Wiggenweld.
:mage:

Avatar de l’utilisateur
Florie
Tueuse de canaris et dévoreuse de fromage
Messages : 2238
Inscription : jeu. août 27, 2015 3:57 pm
Rang special : Nife en l'Air
Contact :

Re: Les clichés, ceux qui nous horripilent

Message par Florie » mar. nov. 03, 2015 7:08 pm

Brume a écrit :Dans les séries, niveau "demoiselle" en détresse, je cite sans hésité Elena Gilbert de Vampire Diaries (pas un épisode sans que quelqu'un l'enlève/tente de la tuer.
Ah, Vampire Diaries, quand on parle de sac à clichés! J'ai commis l'erreur de commander les 4 premiers tomes de la série (livres) il y a quelques années (et quand j'achète, je lis), et je crois que j'ai rarement lu un tel ramassis de... je crois que c'est encore un cas d'auteur qui assouvit ses fantasmes de manière un peu trop visible à travers son écriture. Ce qui n'est pas un problème en soi, mais un peu de subtilité, les amis!
Elena, entre le cliché de la jeune femme en détresse (chose qui m'énervait beaucoup dans Loïs et Clark aussi, soit dit en passant) et le cliché du triangle amoureux avec les deux hommes qui s'arrachent son attention alors qu'il y a plein d'autres filles bien plus intéressantes autour d'eux (je pense à ses deux amies Bonnie et Mérédith, qui avaient l'air un peu plus fines qu'Elena, entre autres). Puis il y avait le cliché de la pom pom girl princesse licorne aussi. Dans les livres, Elena est une blonde pimbêche populaire insupportable, et il y a quand même une scène où elles vont à un bal avec ses copines avec une descriptions sans fin de la magnificence de leurs robes. On rejoindrait presque le cliché des mecs qui préfèrent les garces :hihihi:
Bref.
Hotep a écrit :vue la persistance du mythe du "bon sauvage"
Je pense que le mythe du "bon sauvage" est à l'origine de beaucoup de clichés en effet. Je pense au cliché à la Avatar/Zack et Crysta etc. où, pour illustrer des idées écologistes (j'imagine) on retrouve la méchante civilisation contre les gentils sauvages qui vivent en communion avec la nature et vont se faire jeter dehors. Autant ce cliché n'est pas le plus horripilant pour moi, puisqu'en termes d'idéologie j'ai tendance à être d'accord avec le message de fond, autant à un moment il faut se réveiller, ces "gentils sauvages" comptent probablement des arrivistes cupides au même titres que les "méchants de la civilisation"...
sherkkhann a écrit :Un autre cliché qui commence aussi à me taper sur le système, c'est celui du héro amoureux coûte que coûte de la fille : elle peut être jalouse sans raisons/se faire des films tous les quatre matins/être désagréable et complètement niaise, c'est pas grave, il l'aime quand même et lui pardonne toujours j'ai l'impression de voir que ça en ce moment dans les séries.
Ca, c'est parce que l'amour vaincra toujours! Mais j'avoue que dans la vraie vie, la plupart auraient lâché l'affaire.

En parlant de lâcher l'affaire, un autre cliché énorme, c'est celui du patriote tellement à fond dans son travail qu'il en oublie sa vie de famille et fera tout pour sauver la mise sans aucune considération pour sa vie personnelle (c'est souvent des séries américaines, avec des militaires, des agents du FBI etc.) Dans la vraie vie, quand les gens se font enlever, blesser, ou je ne sais quoi, à un moment ils changent de taf.
Laurent-Olivier a écrit :Moi par exemple j'ai en horreur le cliché de la fille dont le héros masculin de livre young adult (autrement dit souvent dans les romances contemporaines avec des ados) est amoureux. Ce sera l’archétype de la fille mystérieuse, extravagante (mais pas trop), avec un caractère un peu chelou que le mec adore grave, le genre de fille populaire mais pas au point d'en être une bimbo, qui va s'extasier devant le moindre papillon (ça c'est le côté cute-impulsivité à deux balles-moment où le mec tombe amoureux d'elle, souvent) mais qui en même temps aura une fêlure profonde que le mec ne comprend et qui fait la fille reste toujours un peu inaccessible.
:lol: je vois exactement le cliché! C'est vrai que c'est très énervant, mais au moins elles ont un peu plus de profondeur qu'nu simple faire-valoir...
Explorer les possibles avec optimisme (SF & polar, simplicité urbaine, voyage créatif): Florieteller

Avatar par Amaryan :heart:

Avatar de l’utilisateur
Brume
Batracien
Messages : 80
Inscription : dim. oct. 25, 2015 11:49 am
Rang special : Jeune Padawan

Re: Les clichés, ceux qui nous horripilent

Message par Brume » mar. nov. 03, 2015 9:12 pm

Florie a écrit :
Brume a écrit :Dans les séries, niveau "demoiselle" en détresse, je cite sans hésité Elena Gilbert de Vampire Diaries (pas un épisode sans que quelqu'un l'enlève/tente de la tuer.
Ah, Vampire Diaries, quand on parle de sac à clichés! J'ai commis l'erreur de commander les 4 premiers tomes de la série (livres) il y a quelques années (et quand j'achète, je lis), et je crois que j'ai rarement lu un tel ramassis de... je crois que c'est encore un cas d'auteur qui assouvit ses fantasmes de manière un peu trop visible à travers son écriture. Ce qui n'est pas un problème en soi, mais un peu de subtilité, les amis!
Elena, entre le cliché de la jeune femme en détresse (chose qui m'énervait beaucoup dans Loïs et Clark aussi, soit dit en passant) et le cliché du triangle amoureux avec les deux hommes qui s'arrachent son attention alors qu'il y a plein d'autres filles bien plus intéressantes autour d'eux (je pense à ses deux amies Bonnie et Mérédith, qui avaient l'air un peu plus fines qu'Elena, entre autres). Puis il y avait le cliché de la pom pom girl princesse licorne aussi. Dans les livres, Elena est une blonde pimbêche populaire insupportable, et il y a quand même une scène où elles vont à un bal avec ses copines avec une descriptions sans fin de la magnificence de leurs robes. On rejoindrait presque le cliché des mecs qui préfèrent les garces :hihihi:
Bref.
Alors j'ai lu les deux premiers tomes (je pouvais pas avaler le truc de l'ange) et j'ai vu la série: autant dire Elena dans les livres a le mérite d'avoir une "personnalité", bon ok c'est une pompom girl narcissique mais dans la série c'est genre la fille super gentille, super populaire (une sore de clone de Lana Lang mais en vraiment pire) mais qui est toujours, toujours, toujours en danger. Pire que dans les livres. Dans mes pires cauchemars Elena Gilbert et Bella Swan fusionnent :o

J'ai oublié un cliché agaçant mais c'est celui de la "blonde", on le voit en particulier dans les romances mais souvent rivales de l'héroïne principale qui est banale et attachante, et la "blonde" qui cherche à lui piquer son mec ou qui fout son décolleté sous le nez du gars.
Et aussi la fille qui reste avec son mec malgré les crasses (parfois violente) qu'il lui fait... parce qu'il l'aime malgré tout :(
Hotep a écrit :Oui, Eragon ou Fascination sont condamnés à ressurgir invariablement dans ce fil. Ces bouquins auraient certainement connus l'admiration s'ils avaient été vendus comme des catalogues des clichés de leurs genres respectifs. Caser autant de stéréotypes à la page, c'est pas si facile, et pourtant ces auteurs ont réussi sans même faire exprès ! Quel talent ! :love: Je pense sincèrement qu'on peut apprendre à écrire correctement rien qu'en disséquant ces œuvres, tellement leurs défauts sont riches et variés. Il suffit de faire tout l'inverse. :wow:

...mais ouais, pour élargir la discussion sur les sages garçons de ferme, j'ai JAMAIS compris l'obsession de notre civilisation concernant "l'innocence" des enfants. Non mais, SÉRIEUSEMENT ? Les enfants sont de véritables psychopathes ! :ronge: Il faut des années avant qu'ils développent le moindre sens moral, ils sont capables d'une inimaginable cruauté ! Un bébé sait mentir avant même de savoir marcher ou parler ! Je ne compte plus le nombre de personnages d'enfants intégrés au sein d'une équipe d'adultes (alors qu'ils n'ont rien à faire là) simplement pour en faire le "centre moral," le "cœur" du groupe. On se retrouve avec des bambins tous pimpants qui vous filent le diabète dès qu'ils sortent leurs niaiseries sur la justice et l'amitié. :psycho: AUCUN gosse digne de ce nom n'agit comme ça. Ce sont de fichus archétypes plutôt que de véritables personnages.

Certes, les enfants sont bêtes et ignares, mais ça ne suffit pas à les rendre innocents... enfin bon, je crois qu'il y a beaucoup d'auteurs (et de gens en général) qui font l'amalgame entre pureté et manque d'instruction (Paul et Virginie de Bernadin de Saint-Pierre, vous connaissez ?), vue la persistance du mythe du "bon sauvage", de l'Eden perdu, de la virginité sur-valorisée, etc. Il serait temps d'en finir avec ces fadaises : le savoir, l'expérience, l'expérimentation, c'est le Bien. :lect: Quand on croit au Progrès, il faut un minimum mettre les mains dans le cambouis.

...il faudra également m'expliquer pourquoi le destin du monde est quasiment toujours entre les mains d'un ado. :perplexe: Attention, ils sont souvent compétents et quand on voit les adultes qui les entourent, on se dit qu'ils n'auraient pas forcément fait mieux... Mais bon, un ado, c'est, dans 99% des cas, mal dans sa peau et rongé par les hormones. C'est pas le profil le plus stable et fiable pour sauver l'univers. Je dis ça, je dis rien. :sifflote:
C'est trop vrai concernant les enfants!!! Et si par malheur, l'enfant est méchant c'est juste que c'est le fils du diable....
"Eragon" avait un bon potentiel mais j'ai vraiment pas pu. Trop de clichés. Bon après qu'est-ce qui différencie Eragon d'Harry Potter ? Ils ont tous les deux un énorme poids sur les épaules et le sort de pas mal de gens dépendent de leurs actions.
Pour moi, c'est qu'Eragon est trop "héroïque" alors qu'Harry ça lui arrive souvent de péter des câbles, de râler parce qu'il a des devoirs. Mais Eragon, c'est un personnage qui accepte très facilement son statut de "sauveur" et qui est assez vide (de mon point de vu).

Avatar de l’utilisateur
Crazy
Impératrice incontestée du Pareil © Crazy
Messages : 9269
Inscription : mer. juin 05, 2013 9:30 pm
Rang special : Chieuse pas tentée
Localisation : IdF
Contact :

Re: Les clichés, ceux qui nous horripilent

Message par Crazy » mar. nov. 03, 2015 9:35 pm

Hotep a écrit :j'ai JAMAIS compris l'obsession de notre civilisation concernant "l'innocence" des enfants. Non mais, SÉRIEUSEMENT ? Les enfants sont de véritables psychopathes ! :ronge: Il faut des années avant qu'ils développent le moindre sens moral, ils sont capables d'une inimaginable cruauté ! Un bébé sait mentir avant même de savoir marcher ou parler !
Je pense que tu exagères un peu. Je suis d'accord sur le sens moral qui met du temps à se construire, mais pas pour le reste : y'a des enfants sensibles et des enfants cruels.
je crois qu'il y a beaucoup d'auteurs (et de gens en général) qui font l'amalgame entre pureté et manque d'instruction (Paul et Virginie de Bernadin de Saint-Pierre, vous connaissez ?)
Il m'a valu une bonne note au Bac de français ^^
(J'avais bien aimé, mais plus pour la description des îles que pour la stupidité des héros - surtout Virginie).
il faudra également m'expliquer pourquoi le destin du monde est quasiment toujours entre les mains d'un ado. :perplexe: Attention, ils sont souvent compétents et quand on voit les adultes qui les entourent, on se dit qu'ils n'auraient pas forcément fait mieux
C'est ce que je reproche à la litté YA en général (quoiqu'il y ait des auteurs qui s'en tirent mieux que d'autres).
Mais faut pas oublier qu'à l'adolescence, y'a un très fort désir d'être reconnu comme un adulte (et donc, en voyant ces héros se montrer "meilleurs" que les adultes, y'a une sorte de sublimation ;)).

Umanimo a écrit :Autre "cliché" qui m'agace : écrire les mots "à l'anglaise", c'est à dire avec une graphie anglo-saxonne au lieu de française. En français "héros" s'écrit avec un "s" au singulier comme au pluriel. J'dis ça, j'dis rien, hein, mais je le vois trop souvent.
Ca, c'est "juste" une faute d'orthographe.
Moi, ce qui me fait :psychocoah: c'est les "Mr" au lieu de "M." et surtout, surtout, les gens qui confondent digital et numérique :psycho:
Hotep a écrit :Ah, tu veux parler des anglicismes ? C'est vrai, je vois de plus en plus "globalisation" à la place de "mondialisation"... Tu as aussi le verbe "réaliser" qui à l'origine ne voulait pas du tout dire "se rendre compte de" mais qui est maintenant employé comme faux équivalent de "to realize". Ainsi va l'Histoire.

Enfin bon, ce qui me fascine encore plus, c'est l'emploi d'expressions anglaises là où il existait déjà une traduction française littérale (et souvent plus simple). Exemple-type : challenge pour défi. Apparemment, le simple fait de passer le mot en anglais rend ça plus... cool ? Zut, voilà que je m'y mets aussi. Je voulais dire : classe. :wamp:
Je vais avoir l'air de me contredire, mais y'a des choses qui font partie de l'évolution des langages. Le sens des mots évolue différemment quand ils sont employés dans une autre langue que celle d'origine.
D'ailleurs, je voudrais passer un message à tous les auteurs français : arrêtez d'écrire des romans censés se passer aux États-Unis. Vous n'y êtes jamais allés plus de deux semaines. Les ricains de vos romans mangent des baguettes tartinées le matin, vont à la Poste déposer leur courrier et conduisent en boîte manuelle. Tous vos lecteurs lèvent les yeux au ciel. Par pitié, respectez-vous. Arrêtez le massacre. S'il-vous-plaît. :pleure:
Autant je comprends qu'on puisse ne pas aimer voir un pays décrit de façon superficielle (cf ce que dit Laurent-Olivier sur le Japon), autant je suis surprise que, de nos jours, il y ait encore des gens qui décrivent ainsi les USA :perplexe: Rien qu'avec la quantité de séries américaines visibles, y'a de quoi se faire une représentation réaliste !
:mouahaha: Grenouille vampire :wamp:, Mith :jedi: et sadique :fouet:
:lect: Challenge 2019 : Symbiotes (SF/SpaceOp)
:stylo: Blog : Crazy's Wor(l)ds

Avatar de l’utilisateur
tomate
Messages : 1323
Inscription : lun. juil. 23, 2012 10:40 am
Rang special : 3
Localisation : Planète Terre
Contact :

Re: Les clichés, ceux qui nous horripilent

Message par tomate » mer. nov. 04, 2015 10:09 pm

...il faudra également m'expliquer pourquoi le destin du monde est quasiment toujours entre les mains d'un ado. :perplexe: Attention, ils sont souvent compétents et quand on voit les adultes qui les entourent, on se dit qu'ils n'auraient pas forcément fait mieux... Mais bon, un ado, c'est, dans 99% des cas, mal dans sa peau et rongé par les hormones. C'est pas le profil le plus stable et fiable pour sauver l'univers. Je dis ça, je dis rien. :sifflote:
C'est pas un cliché, c'est l'Histoire: autant que je me rappelle, Louis VI Le Gros dirige sa première bataille à 16 ans, Philippe-Auguste à 17, Guillaume le Conquérant à 18, Alexandre Nevsky fut nommé "Prince", c'est à dire chef militaire à 16 ans et gagna sa première grande bataille à 20. Sans compter qu'à cet âge, ils étaient presque tous mariés. A 16 ans, vous étiez un adulte! Les ados boutonneux, c'est une invention moderne.

Avatar de l’utilisateur
Florie
Tueuse de canaris et dévoreuse de fromage
Messages : 2238
Inscription : jeu. août 27, 2015 3:57 pm
Rang special : Nife en l'Air
Contact :

Re: Les clichés, ceux qui nous horripilent

Message par Florie » jeu. nov. 05, 2015 12:22 pm

tomate a écrit :
...il faudra également m'expliquer pourquoi le destin du monde est quasiment toujours entre les mains d'un ado. :perplexe: Attention, ils sont souvent compétents et quand on voit les adultes qui les entourent, on se dit qu'ils n'auraient pas forcément fait mieux... Mais bon, un ado, c'est, dans 99% des cas, mal dans sa peau et rongé par les hormones. C'est pas le profil le plus stable et fiable pour sauver l'univers. Je dis ça, je dis rien. :sifflote:
C'est pas un cliché, c'est l'Histoire: autant que je me rappelle, Louis VI Le Gros dirige sa première bataille à 16 ans, Philippe-Auguste à 17, Guillaume le Conquérant à 18, Alexandre Nevsky fut nommé "Prince", c'est à dire chef militaire à 16 ans et gagna sa première grande bataille à 20. Sans compter qu'à cet âge, ils étaient presque tous mariés. A 16 ans, vous étiez un adulte! Les ados boutonneux, c'est une invention moderne.
Je pense que cet argument fonctionne pour un texte historique (ou peut-être pour certains univers type fantasy qui reprennent les lignées et la temporalité de cette époque), et je pense aussi que tous ces dirigeants étaient bien entourés d'adultes plus expérimentés et à même de les guider...
A priori, le cliché de l'ado qui sauve le monde, c'est plutôt un ado ordinaire dans un monde actuel ou futuriste, dans une dystopie YA par exemple, qui sauve le monde toute seul sans aucune aide ou manipulation d'un adulte (d'ailleurs les adultes sont généralement particulièrement stupides dans ce genre de fiction).
D'ailleurs à propos de Hunger Games
Spoiler: montrer
c'est pour ça que j'avais plutôt aimé: au final Katniss est un instrument des adultes, ce qui est bien plus réaliste
Explorer les possibles avec optimisme (SF & polar, simplicité urbaine, voyage créatif): Florieteller

Avatar par Amaryan :heart:

Avatar de l’utilisateur
tomate
Messages : 1323
Inscription : lun. juil. 23, 2012 10:40 am
Rang special : 3
Localisation : Planète Terre
Contact :

Re: Les clichés, ceux qui nous horripilent

Message par tomate » jeu. nov. 05, 2015 1:06 pm

je pense aussi que tous ces dirigeants étaient bien entourés d'adultes plus expérimentés et à même de les guider...
Pas trop, en particulier pour Guillaume le Conquérant qui pouvait se vanter par la suite de s'être fait tout seul. Cette période de l'histoire serait une mine de romans type "Game of Thrones" et sans avoir besoin d'exagérer!

C'est vrai que la situation où un ado sauve le monde me semble très adapté à toute la medfan.

Pour Katniss, je ne sais pas s'il y a vraiment des "ados" au sens moderne dans son univers. Quant à elle, elle est obligée de subvenir aux besoins de sa famille, ce qui la fait ressembler à tous ces "ados" du Tiers Monde Moderne qui ont un comportement parfaitement adulte. C'est "grandir ou mourir".

Anonyme_Quatre

Re: Les clichés, ceux qui nous horripilent

Message par Anonyme_Quatre » jeu. nov. 05, 2015 4:48 pm

Cette période de l'histoire serait une mine de romans type "Game of Thrones" et sans avoir besoin d'exagérer!
Ah bah on ne cesse de rappeler son inspiration des rois maudits...

Répondre