Ecrire (et se motiver) vs travail/enfants/chats/chiens/...

Sujets inactifs depuis un an ou plus
Avatar de l’utilisateur
Beorn
Bond, Alexander Bond
Messages : 5894
Inscription : jeu. août 21, 2008 9:28 am
Rang special : L'avant-dernier des Mohicans
Contact :

Re: Ecrire (et se motiver) vs travail/enfants/chats/chiens/.

Message par Beorn »

Oksanna a écrit :J'en suis au stade étudiante de prépa et ça prend énormément de temps; quand je rentre le soir, je suis tellement crevée que je n'ai plus vraiment la motivation pour écrire.
Ah, la prépa... Je me souviens, c'était il y a, hum, un petit moment déjà.
Je n'avais pas écrit une ligne pendant l'année, mais je m'étais rattrapé pendant les grandes vacances. :mrgreen:
Site officiel
Bragelonne : Le 7ème Guerrier-Mage / Calame T1
Castelmore : Le jour où... / 14-14 / Un ogre en cavale / Lune rousse
Rageot : Le club des chasseurs de fantômes 1 et 2

Garg
A un faible pour les pommes bien rouges
Messages : 224
Inscription : mar. sept. 29, 2009 8:37 am
Localisation : Ile de France

Re: Ecrire (et se motiver) vs travail/enfants/chats/chiens/.

Message par Garg »

Intéressant ce fil !

Je comprends maintenant pourquoi certains passent des heures sous la douche (à réfléchir à leurs scénarios), à côtoyer le diable ^^ (pour acheter du temps, cela me rappelle une nouvelle de Guillaume ;) ).

À mon avis, il n'y a pas de miracle. Il y a une limite humaine à ce qu'on peut mener efficacement de front, sans faire n'importe quoi (en y prenant plaisir).

J'avais lu quelque part, qu'il fallait choisir les priorités et s'en occuper d'abord. Une image de sa vie était un bac vide :
- on mettait d'abord les grosses pierres (les projets les plus importants)
- ensuite les pierres moyennes s'il restait de la place (le à faire intéressant)
- on ajoutait du sable pour remplir les interstices (le courant)
- on terminait par de l'eau (l'inintéressant et inutile)

Si vous démarrez par le sable, impossible ensuite de mettre une grosse pierre.

Moralité : le plus important d'abord.

En pratique, on a toujours tendance à chercher le plaisir immédiat (manger des plats tous faits et regarder la TV par exemple) qui ne demandent pas d'efforts.

Il faut donc combattre cette tendance et se recentrer en permanence.

Pour les gens qui adorent les systèmes d'organisation : GTD (Getting Things Done, D. Allen)
Un site qui s'en inspire avec plein d'articles intéressants : http://www.43folders.com (lire "Your brain needs a dad").

Vous trouverez bien votre bonheur là-dedans.

Si vous ne lisez pas l'anglais : je suis en train de lire "S'organiser tout simplement" de L. Einfalt et S. Bujon qui reprend la méthode GTD en la simplifiant pour la rendre utilisable dans la vie de tous les jours (et pas uniquement pour les gros projets). Moi, je trouve cela clair et bien fait.

Le plus important, c'est d'adapter les méthodes existantes à votre vie et pas le contraire :D
Se forger son système, c'est le plus efficace.

Je précise que je n'ai pas d'actions dans les livres, sites cités. Mais comme j'adore parler d'organisation, je me suis un peu lâché ce soir. :oops:
Dernière modification par Garg le sam. avr. 16, 2011 5:33 pm, modifié 1 fois.

Avatar de l’utilisateur
EtienneB
Crapaud fleur bleue
Messages : 168
Inscription : ven. mars 12, 2010 4:50 pm
Rang special : Batracien
Localisation : Près de Rennes
Contact :

Re: Ecrire (et se motiver) vs travail/enfants/chats/chiens/.

Message par EtienneB »

3 Chat(te)s très câlines, une aimée adorable et merveilleuse mais qui aime bien s'épancher sur mon épaule (ce qui se comprend, elle bosse toute seule à la maison), un grand garçon (15 ans) qui envoie souvent paître son père pour revenir le voir cinq minutes après, un boulot de free-lance pas forcément super prenant mais où il y a toujours quelque chose à faire, un second boulot d'animateur de groupe de solidarité à l'association Solidarités Nouvelles face au Chômage...

Heureusement, il y a le train (AR Hebdomadaire pour Paris). 4H30 de TGV chaque semaine, intégralement consacrées à l'écriture, plus des petites plages à la maison, plus souvent consacrées à la relecture-correction.

Et Cocy, bien sûr. Votre soutien est précieux et irresponsable !

Avatar de l’utilisateur
gradavad
Mais non, ce n'est que du jus de fruit ! C'est bon pour la digestion, à ce qu'il paraît...
Messages : 1524
Inscription : jeu. nov. 25, 2010 12:15 am

Re: Ecrire (et se motiver) vs travail/enfants/chats/chiens/.

Message par gradavad »

mystic badger a écrit : - on a une tribu d'enfants en bas âge (et qui ne font pas la sieste en même temps)
au moins ils font la sieste...
mystic badger a écrit :N.B. : je précise que je ne râle pas sur les circonstances invoquées plus haut. On ne quitte pas le boulot, on ne vend pas les gosses, on ne vire pas le chien
Mais pourquooooiiiii??? C'est ce que j'allais proposer. Si certains manquent de compagnie, je peux me délester de quelques boulets...
:rha:

Trève de plaisanterie, ce problème d'organisation est également un gros challenge pour moi.
Je dois dire que traîner sur cocyclics m'aide bien. Même en ne faisant que des bêtas, on reste dans la thématique de l'écriture. :viva:
J'essaie d'écrire le soir quand les enfants sont couchés. Chez nous c'est l'armée. Ils vont se coucher à 8h. Le premier qui se repointe doit être au seuil de la mort pour ne pas s'exposer à des représailles... Avec 5 enfants, c'est ce qu'on est obligé de faire pour respirer une heure dans une journée.
Mais même le soir, je ne suis pas toujours motivée. Après une journée de boulot, on a pas toujours la force mentale! La théorie du bac vide de Garg m'a bien interpellée... J'ai tendance à flemmarder devant la télé, traînasser dans la baignoire.
La motivation est un moteur essentiel et je constate que les grenouilles qui s'inscrivent aux challenges annuels bénéficient de beaucoup de soutien, c'est donc une solution intéressante quand on a un projet relativement abouti.
J'ai découvert aussi les nuits de l'écriture hier, c'est vraiment sympa de ne pas être tout seul devant son texte. Ca m'a bien relancée. Hier (et ce soir), il s'agissait d'une mi-nuit (21h30-minuit) et c'était donc totalement faisable. J'ai retouché un texte et écrit 500 mots en plus, ce n'est pas le nirvana, mais si je fais ça régulièrement, ça permettra toujours d'avancer. Je me dis qu'écrire un peu tous les soirs, même une heure, c'est profitable et faisable.
J'ai aussi remarqué que, quand j'écris le soir, mon cerveau travaille pendant la nuit. C'est un autre avantage.

On a finalement de la chance d'avoir un entourage (conséquent parfois!). certaines personnes en rêveraient. Cela peut être un frein, mais aussi un moteur.
C'est parce que j'ai une famille que j'ai voulu faire "autre chose", me nourrir intérieurement par l'écriture, pour ne pas tomber dans le cliché "desperate housewife". Si je vivais seule, je ne sais pas si j'aurais plus de motivation en fin de compte...

Avatar de l’utilisateur
Sifoell
Batracien
Messages : 15
Inscription : mer. mars 09, 2011 6:31 am
Rang special : Batracien
Localisation : Le far ouest français

Re: Ecrire (et se motiver) vs travail/enfants/chats/chiens/.

Message par Sifoell »

Pour ma part, à la maison, j'ai mon compagnon à roulettes, deux minettes (voire un matou aussi, vu qu'elles se font draguer, mes jolies), un gros naquarium avec plein de poissons et de plantes (et d'algues) et un projet de nano-aquarium... Une formation qui s'achève et un mémoire sur le feu (hum hum). Je procrastine à mort là-dessus. Une partie de ma famille boulet (aie aie aie, les divorces et les mères en crise de la quarantaine...). Bref, je suis assez rapidement overbookée. Mais ça ira mieux d'ici quelques semaines.

Mes méthodes : en fait, quand je n'écris pas, que je suis sous la douche, en voiture, que je fais à manger (plat préparé en général ces temps-ci), quand j'essaie de dormir et que je regarde le plafond, bref, quand je fais une activité ne mobilisant pas tous mes neurones, je vais à la pêche aux idées. Je pense à certains scénarios, certains persos, et quelques scènes défilent toutes seules ou presque. Si je suis pas sous la douche, je prends mon dictaphone pour parler au fil de la pensée des deux trois idées qui me viennent, en gros, je réfléchis tout haut...

Sinon, pour l'écriture elle-même, en général c'est le soir. Je sais pas, je préfère. C'est toujours quand namoureux dort que j'ai du temps, et que je peux tenter d'écrire. Sinon, ça peut être dans le bus, en cours... J'ai souvent un carnet, ou des feuilles de brouillon. J'ai toujours de quoi écrire sur moi. Mais j'ai des difficultés à me dire : de 18h à 22 h, tu bouges pas de ton bureau et tu m'écris dix pages... Je suis pas très plannings. J'ai besoin d'une certaine urgence pour écrire, donc je commence à m'activer une fois que les échéances obligatoires (genre date de rendu du mémoire), ou celles que je me donne (clôture concours, AT) approchent.

Voilà voilà.
Tout dans la tête, rien dans les poches. La procrastination, c'est le Mal.
Les allégories de Kaspar, challenge premier jet 2011
Sur le seuil

Avatar de l’utilisateur
gallae
Apporte chaleur (et chocolat!) dans un univers impitoyable
Messages : 584
Inscription : ven. avr. 01, 2011 4:34 pm
Rang special : Grenouille curieuse ou curieuse grenouille ?
Localisation : Bouches-du-Rhône
Contact :

Re: Ecrire (et se motiver) vs travail/enfants/chats/chiens/.

Message par gallae »

Fil très intéressant !

De mon côté, un mari, deux enfants pleins d'activités (badminton, guitare, gymnastique, GRS...), un chien, un travail salarié à 80%, un travail en freelance en complément (travailler plus pour gagner plus qui disait !), une mère envahissante, de la famille et des ami(e)s toujours une invitation à la main, bref, un emploi du temps bien rempli.

Donc, le seul temps libre disponible, le soir quand les enfants sont couchés (21h chez nous, mère indigne que je suis !) mais effectivement, après ces journées pleines, la motivation n'est pas toujours au rendez-vous.

Ma petite astuce depuis 2 ans, 2 heures par semaine en atelier d'écriture. J'y suis la plus mauvaise élève car au lieu de bosser les sujets proposés par l'animatrice, je travaille sur mes textes mais ces 2 heures loin de la maison ne sont rien qu'à moi (pas de mari, d'enfants...), et les réelles contraintes de cet atelier se bornent à : 'écrire' ^^

Bon, c'est sûr, 2 heures par semaine, ce n'est pas énorme, mais ajouté aux quelques soirs où je suis motivée, ça me permet d'avancer.

Par ailleurs, je rejoins certains sur le fait que je ne pense pas parvenir à travailler efficacement sans une vie si active.

Allé, courage les grenouilles, l'important est de se faire plaisir !

Avatar de l’utilisateur
Milora
C'est qui le dragon le plus mignon de Meurk ?
Messages : 5431
Inscription : sam. déc. 18, 2010 8:58 pm
Rang special : Milosoupline
Localisation : Dans le Puits des Histoires Perdues

Re: Ecrire (et se motiver) vs travail/enfants/chats/chiens/.

Message par Milora »

Beorn a écrit :
Oksanna a écrit :J'en suis au stade étudiante de prépa et ça prend énormément de temps; quand je rentre le soir, je suis tellement crevée que je n'ai plus vraiment la motivation pour écrire.
Ah, la prépa... Je me souviens, c'était il y a, hum, un petit moment déjà.
Je n'avais pas écrit une ligne pendant l'année, mais je m'étais rattrapé pendant les grandes vacances. :mrgreen:
Courage Oksanna ! C'est vrai que c'est frustrant de pas pouvoir beaucoup écrire en prépa. Pareil, j'avais beaucoup de mal à l'époque. J'avais "craqué" aux vacances de février (une fois les concours blancs passés), et puis pendant l'été. Mais pour les deux khâgnes (2ème année), c'était plus dur, avec le concours (oraux jusqu'en juillet en plus... Et après, tellement crevée que pas le courage d'écrire !)
Mais en même temps, les années de prépa m'ont beaucoup apporté pour l'écriture (plus méticuleuse, des idées plus travaillées parce que les cours de lettre d'hypokhâgne sont vraiment une ouverture très intéressante sur la littérature... Et puis, personnellement, j'avais pas le temps d'écrire mais j'inventais beaucoup, dans ma tête. Aujourd'hui, 3 ans après, j'ai encore en tête une partie de ce "stocks" d'histoires inventées pendant la prépa, qu'il faut juste que je trouve le temps d'écrire!).
Bref courage, mais ce ne sont que quelques années très enrichissantes ! Et l'été est là pour scribouiller :)
Jour de pluie dans une cuisine (Le Mammouth éclairé)

Avatar de l’utilisateur
Aelys
Alors que l'aube diffuse sa couleur sur le monde, le tigre sort du bois noir et lève les yeux vers le ciel qui s’étend de l’autre côté du mur. Est-ce le jour pour jouer sa vie ?
Messages : 5828
Inscription : dim. oct. 31, 2010 11:56 am
Rang special : Grande flemmarde avec des pics d'activité

Re: Ecrire (et se motiver) vs travail/enfants/chats/chiens/.

Message par Aelys »

J'ai fait une pause de trois ans (prépa + dernière année de licence dans laquelle j'ai vraiment bossé et j'accumulais les activités annexes), sans rien écrire. Je ne me sentais pas trop frustrée, j'avais autre chose en tête ; je me demandais même si j'allais un jour écrire un autre roman. Et puis quand même, plus le temps passait, plus je me sentais frustrée. Alors voilà, j'ai profité d'une année "à temps libre" pour m'y remettre, et je pense que ça va me permettre de continuer même quand j'aurai un emploi du temps plus chargé, parce que j'ai énormément appris pendant ces trois ans. Sans avoir rien écrit de fictif, je sens mon écriture plus sûre, je sais mieux ce que je veux et j'aborde les corrections avec beaucoup plus de méthode et de sérénité.
Sans compter, comme dit Milora, tous les horizons que m'ont ouverts ces trois années de lettres :wow:

Bref, avec le recul, je pense m'être plus améliorée pendant ces trois ans de pause que pendant les cinq années précédentes. Donc Oksana : tu ne perds pas ton temps ! ^^
Mes derniers bébés : I.R.L., éditions Gulf Stream et Quelques pas de plus, éditions Scrineo
Grenouille tu as été, grenouille tu resteras.

Site
Blog

Graad

Re: Ecrire (et se motiver) vs travail/enfants/chats/chiens/.

Message par Graad »

Aelys a écrit :J'ai fait une pause de trois ans (prépa + dernière année de licence dans laquelle j'ai vraiment bossé et j'accumulais les activités annexes), sans rien écrire. Je ne me sentais pas trop frustrée, j'avais autre chose en tête ; je me demandais même si j'allais un jour écrire un autre roman. Et puis quand même, plus le temps passait, plus je me sentais frustrée.
Je ne voulais pas ouvrir un nouveau sujet car je suis en recherche de motivation pour écrire et même m'investir dans la bêta.
Puis je tombe sur ceci qui me correspond parfaitement. Je suis vraiment comme toi Aelys. Enfin, presque.

Depuis un an et demi que je cherche du travail (dans l'audiovisuel), j'ai quelques passions (sport, musique, vidéo) mais qui sont loin de prendre tout mon temps.
Mais j'ai un gros problème de motivation pour me mettre à écrire. J'ai l'envie, les idées, m'investir mais un gros problème de motivation qui ne peut se résoudre que par un gros coup de pied aux fesses. ^^
Cela fait plus d'un an que je n'ai plus écrit un peu sérieusement quelque chose (un peu plus de 1000 mots en gros) et une multitude de scenarii naissent dans ma tête. Heureusement, je prends la peine de les écrire. Pourtant j'ai envie et je suis en train de me forcer à m'y remettre. Entendons-nous bien, ce n'est pas me forcer à écrire mais me forcer à m'y mettre. Je ne fais rien contre ma volonté.
Je faisais les nuits de l'écriture qui m'ont permis de beaucoup progresser, je faisais quelques défis de la mare, je bêta lisais. Maintenant, je ne fais plus grand chose mais j'ai envie.
Donc, j'ai décidé de reprendre tout ça sérieusement car, comme Aelys le disait, avec le temps une frustration s'installe. J'ai du temps libre et je ne le mets pas à profit. Le jour où j'aurai du travail et plus assez de temps pour écrire, je suis sûr de le regretter.
Je vais faire tout mon possible pour revenir plus présent sur la mare, m'investir dans les bêtas et dans mon écriture.

D'ailleurs, je vais ouvrir un sujet dans le challenge 2011 pour me motiver. J'ai aussi acheté le GGG dans le but de retenter l'expérience de l'envoi aux éditeurs.

Avatar de l’utilisateur
tigrette
Grenouille militante
Messages : 723
Inscription : ven. févr. 25, 2011 2:30 pm
Rang special : Dans la Lune Mauve
Contact :

Re: Ecrire (et se motiver) vs travail/enfants/chats/chiens/.

Message par tigrette »

Donc, j'ai décidé de reprendre tout ça sérieusement car, comme Aelys le disait, avec le temps une frustration s'installe. J'ai du temps libre et je ne le mets pas à profit. Le jour où j'aurai du travail et plus assez de temps pour écrire, je suis sûr de le regretter.
Je vais faire tout mon possible pour revenir plus présent sur la mare, m'investir dans les bêtas et dans mon écriture.
Profite-en, quand je pense au temps libre que j'ai gâché des années, alors qu'aujourd'hui il me faudrait deux vies pour faire tout ce que j'ai envie de faire!

Avatar de l’utilisateur
Asia M
Messages : 202
Inscription : jeu. mars 03, 2011 9:42 pm
Rang special : Batracien
Localisation : Montérégie, Québec
Contact :

Re: Ecrire (et se motiver) vs travail/enfants/chats/chiens/.

Message par Asia M »

Trouver le temps: problème majeur pour moi aussi... Et pourtant, je reconnais que mathématiquement, ça devrait le faire. Il y en a qui ont des vies plus remplies que moi, avec plus d'obligations. Hélas, comme j'aimerais que cela se réduise à un problème mathématique!

Chez moi, j'ai repéré deux grosses difficultés:

1) Définir mes priorités: en tant qu'étudiante à la maîtrise, j'ai à la fois beaucoup de temps "libre" et beaucoup de travail. Je pourrais donc théoriquement profiter de ce temps libre pour écrire, sauf que cela veut dire consacrer moins (pas assez?) de temps à mes études. Et je culpabilise. Je me dis que je devrais plutôt étudier...

2) Le temps que cela prend de seulement s'y mettre. J'ai personnellement un "moteur" qui met du temps à démarrer. En gros, écrire dans des trous d'une heure, ou même deux heures n'a aucun sens pour moi; c'est à peu près le temps dont j'ai besoin pour me sentir bien dans mon écriture et arriver à un rythme correct. En gros, écrire dans les petites plages horaires serait au fond une perte de temps, ce serait comme se préparer pour toujours abandonner dès que je suis prête... J'ai besoin d'au moins trois heures de libre devant moi pour produire quoi que ce soit de constructif, et c'est une vraie contrainte.

Donc voilà... ce n'est pas le temps en soi qui me manque, c'est le temps pour écrire, tout simplement. Je pense qu'il est symptomatique de la tendance néolibérale de nos sociétés de prétendre que tout peut être échangé sur la base de l'échangeur universel, l'argent; or ce n'est pas vrai.

On me demande souvent si j'étudie au boulot quand je n'ai rien à faire et que je m'ennuie, comme si tout ce dont on avait besoin dans la vie pour accomplir des choses, c'était du temps. Mais quel temps? de quelle qualité? On le précise peu. Non, je n'étudie pas à ma job, parce que la moitié du temps je suis en état zombie (ce qui suffit pour tenir une réception, mais certainement pas pour avoir des idées originales sur des théories politiques), et du reste, on n'a beau "ne rien faire", on ne sait jamais quand le téléphone va sonner ou quand quelqu'un de doué comme un manche va me demander de remettre la chasse d'eau des toilettes. J'ai beau avoir au total peut-être deux heures de libre à chaque shift, je ne peux pas écrire si je risque d'être interrompue toutes les cinq minutes.

De même, pour "rentabiliser" le temps que je passe dans les transports en commun, j'ai tendance à lire... Sauf que quand il y a un gars qui parle super fort au téléphone pendant tout le trajet, j'ai beau essayer de me concentrer sur les mots imprimés sur la page, je ne lis pas bien fort. Alors, c'est pareil: le temps existe, mais ce n'est pas forcément du temps approprié à la lecture. On ne peut pas faire n'importe quoi à n'importe quel moment, à n'importe quel prix. Par exemple, le (peu de) temps que je passe sur Facebook n'est par définition pas du temps que je pourrais exploiter à écrire, ou à dormir. C'est le plus souvent des dix minutes par ci, des quinze minutes par là pendant lesquelles j'ai besoin de souffler, des "transitions" en plein milieu de la journée... Donc si je passais moins de temps sur Facebook, je ferais autre chose à la place, mais sûrement pas écrire ni dormir.

Je pense que je dois travailler à être moins attentive au monde extérieur, plus concentrée sur une seule chose à la fois, et une chose que je choisis, moi. Je fais trop passer les autres avant moi, du coup je n'ai pas toujours autant de prise sur mon propre emploi du temps que je le voudrais. (Et en plus après je suis frustrée et vindicative, et ça fait cercle vicieux.) Mais si quelqu'un a des tuyaux concrets pour m'aider, je suis preneuse!
Mon challenge 1er jet : Nocturne, Saison 2
Mon site d'auteure : S. J. Hayes
Mon blogue : Romanceville.net

Avatar de l’utilisateur
Milora
C'est qui le dragon le plus mignon de Meurk ?
Messages : 5431
Inscription : sam. déc. 18, 2010 8:58 pm
Rang special : Milosoupline
Localisation : Dans le Puits des Histoires Perdues

Re: Ecrire (et se motiver) vs travail/enfants/chats/chiens/.

Message par Milora »

Je me retrouve beaucoup dans ce que tu dis, Asia !
1) Définir mes priorités: en tant qu'étudiante à la maîtrise, j'ai à la fois beaucoup de temps "libre" et beaucoup de travail. Je pourrais donc théoriquement profiter de ce temps libre pour écrire, sauf que cela veut dire consacrer moins (pas assez?) de temps à mes études. Et je culpabilise. Je me dis que je devrais plutôt étudier...

2) Le temps que cela prend de seulement s'y mettre. J'ai personnellement un "moteur" qui met du temps à démarrer. En gros, écrire dans des trous d'une heure, ou même deux heures n'a aucun sens pour moi; c'est à peu près le temps dont j'ai besoin pour me sentir bien dans mon écriture et arriver à un rythme correct. En gros, écrire dans les petites plages horaires serait au fond une perte de temps, ce serait comme se préparer pour toujours abandonner dès que je suis prête... J'ai besoin d'au moins trois heures de libre devant moi pour produire quoi que ce soit de constructif, et c'est une vraie contrainte.
Tout pareil !
Et en ce moment (notamment ce matin) c'est particulièrement frustrant parce que j'ai très envie d'écrire mais que NON, je DOIS terminer ce mémoire de master 2 et ce projet de thèse et cet exposé, et je sais que je n'aurai pas de temps libre avant mi-juin pour écrire, et snif, c'est frustrant !!!

Question existentielle : pourquoi est-ce toujours quand on n'a pas le temps qu'on a des idées et de la motivation pour écrire, et que quand on a le temps, on laisse traîner et on a la flemme ? Hein ? Hein ? Hein ?

(je relirai ce message quand j'en aurai fini avec mon master, et j'espère y puiser la motivation et la mauvaise conscience de gâcher du temps nécéssaires pour me mettre à écrire à ce moment-là, lol)
Jour de pluie dans une cuisine (Le Mammouth éclairé)

Avatar de l’utilisateur
tigrette
Grenouille militante
Messages : 723
Inscription : ven. févr. 25, 2011 2:30 pm
Rang special : Dans la Lune Mauve
Contact :

Re: Ecrire (et se motiver) vs travail/enfants/chats/chiens/.

Message par tigrette »

J'ai découvert Freedom, un logiciel qui coupe Internet pour une durée pré réglée, 10 dollars.

Avatar de l’utilisateur
Celia
C'est le grand retour d'une merveilleuse grenouille
Messages : 3404
Inscription : dim. mai 25, 2008 5:26 pm
Rang special : Aime le sang et les câlins
Localisation : A l'Est
Contact :

Re: Ecrire (et se motiver) vs travail/enfants/chats/chiens/.

Message par Celia »

tigrette a écrit :J'ai découvert Freedom, un logiciel qui coupe Internet pour une durée pré réglée, 10 dollars.
C'est quand même meilleur marché d'aller débrancher la box directement, non ? ^^
Bêta-lectrice
Creep Show en recherche d'éditeur


Répondre