[A] Les descriptions et vous

Sujets inactifs depuis un an ou plus

Modérateur : Crazy

Avatar de l’utilisateur
Beorn
Bond, Alexander Bond
Messages : 10522
Inscription : jeu. août 21, 2008 9:28 am
Rang special : L'avant-dernier des Mohicans
Contact :

Re: Les descriptions

Message par Beorn » jeu. avr. 21, 2011 3:17 pm

Ellie a écrit :Plus sérieusement, je pense que la SFFF c'est quand même assez large pour qu'il y ait aussi des histoires où faire découvrir un monde, c'est plutôt secondaire et où on est pas spécialement emmené en voyage. Ce qui veut pas dire que les descriptions sont forcément complétement superflues pour autant, mais bon, on peut peut-être éviter les trucs du genre «si tu mets pas ça, c'est pas la peine de faire de la SFFF»...
takisys a écrit :l'intolérance et les aprioris ça me fiche des pustules, et c'est pas seyant à mon teint vert olive.
Takisys, tu parlais de manière générale ou du post de Sytra en particulier ?
Si tu parlais de manière générale, précise-le pour éviter qu'elle ne se sente visée.
Blog : Les conseils de Tonton Beorn / Site officiel
Bragelonne : Le 7ème Guerrier-Mage / Calame T1 Castelmore : Le jour où... / 14-14 / Un ogre en cavale

Avatar de l’utilisateur
takisys
Grenouille à quatre roues
Messages : 4943
Inscription : jeu. mars 31, 2011 7:37 pm
Rang special : Dragon dyslexique
Localisation : Au coeur d'une faille spatiotemporelle
Contact :

Re: Les descriptions

Message par takisys » jeu. avr. 21, 2011 3:27 pm

Béorne a écrit :Takisys, tu parlais de manière générale ou du post de Sytra en particulier ?
Si tu parlais de manière générale, précise-le pour éviter qu'elle ne se sente visée.
Je parlais en générale, j'ai pas l'habitude d'agresser les autres, c'est pas dans ma nature.

Je pense qu'on est ici pour trouver nos défauts et aller de l'avant. J'ai du mal à suivre le fil, car il va trop vite.

Mais je pense que effectivement lorsqu'on commence à penser description, c'est qu'elle est, ou foireuse ou qu'elle arrive comme un cheveu sur la soupe. si elle est bien intégrée à l'intrigue, on ne la voie plus et même l'auteur en arrive à oublier qu'il fait de la description. là c'est gagner!
Challenge en cours : Plan B
Cycle terminé : Machines & Machinations
Les Enfants du Passé chez Voy'el
La Débusqueuse de Mondes chez le Peuple de Mü
BLOG/Site

Avatar de l’utilisateur
Sytra
La Grande Mytra
Messages : 3405
Inscription : jeu. déc. 09, 2010 12:29 pm
Rang special : Batracienne occitane
Localisation : Toulouse
Contact :

Re: Les descriptions

Message par Sytra » jeu. avr. 21, 2011 3:36 pm

Beorn a écrit :Je pense qu'une bonne description, c'est quelque chose qui vous plonge dans la scène comme si vous y étiez, qui vous décrit tout ce qui se passe, mais d'une telle manière que vous ne vous dites jamais : "tiens, une description"
takisys a écrit :Mais je pense que effectivement lorsqu'on commence à penser description, c'est qu'elle est, ou foireuse ou qu'elle arrive comme un cheveu sur la soupe. si elle est bien intégrée à l'intrigue, on ne la voie plus et même l'auteur en arrive à oublier qu'il fait de la description. Là c'est gagner!
+1
Je ne l'avais jamais réfléchi comme ça, mais ça me semble en effet correspondre à ce qu'il faut rechercher. :lect:
Les descriptions "dans l'action", "dans le ressenti" ou "dans les dialogues" sont en effet celles qui passent le mieux, et à vrai dire qu'on ne voit même pas passer ! :mage:
Esclave consentante de Mère Fouettarde
Challenge 1er jet : Byakko
Sytra no Yume, mon blog
Des auteurs à l'Ouest, notre site d'auteurs avec Chapardeuse, Elikya et Roanne

Avatar de l’utilisateur
Ereneril
Photographe de l'extrême.
Messages : 1051
Inscription : mer. nov. 15, 2006 3:20 pm
Rang special : S'est débarassé du badge Loser Officiel de la Mare
Localisation : Au fond d'une crypte translavynienne

Re: Les descriptions

Message par Ereneril » jeu. avr. 21, 2011 3:58 pm

Roanne a écrit :Heu, Le conteur, je t'avoue que je ne comprends pas trop le distingo entre tes deux types d'auteurs mais je crois saisir ce que tu veux dire. ^^
(mince, le temps que j'écrive, déjà 2 autres posts dans l'intervale...)
De mon côté j'aime bien et j'adhère bien à cette vision de conteur.

Pour certains, c'est le monde avant tout. L'histoire est secondaire. Elle peut n'être qu'un prétexte à la mise en scène d'un monde. en pratique, ça ne marche pas ce genre de bouquin. sauf exception, c'est ennuyeux à mourir. Rien de pire que de devoir lire 50 pages de description de monde avant d'avoir le moindre mot sur un personnage. On parle de roman, pas de supplément de jeu de rôle.
A l'opposé il y a ceux qui placent l'histoire avant tout. Le monde n'est qu'un décor autour. D'ailleurs, on pourrait facilement transposer l'histoire dans un autre univers sans changer quoique ce soit à l'intrigue.

Là, où je ne suis pas d'accord c'est sur l'impact que ça va avoir sur l'auteur dans ses descriptions.

Dans le premier type de textes, ce sont les descriptions qui supportent tout le poids du livre. Ce sont elles qui font la qualité. Il faut bien sûr être à l'aise dans l'exercice mais si au milieu une des descriptions est moins réussie que les autres, ça va quand même passer.
Pour le second type de roman, les descriptions sont extrêmement importantes car peu nombreuses. Elle doivent donner assez de matière au lecteur pour bien visualiser le nécessaire et pour se faire une image personnel du monde environnant. C'est difficile de réussir ça de manière fluide et transparente comme le dit Beorn.

Et ensuite, il y a tous les autres cas où monde et intrigues sont étroitement liés. C'est bien souvent le cas en SFFF. Aucun des deux n'est au service de l'autre. L'histoire, ce sont des personnages à qui il arrive quelque chose dans un monde. Ils influent sur le monde autant que le monde influe sur eux.
C'est peut-être ce qui permet de faire les descriptions les plus fluides car elles ne sont pas estampillés "description". Ce sont des éléments de l'histoire, au même titre que le duel final en haut de la tour...
"Les coupes d'émeraude", la première pierre des Lithomanciens, a pris forme...

Avatar de l’utilisateur
Nyaoh
Messages : 1113
Inscription : mar. avr. 27, 2010 2:54 pm
Rang special : Grenouille de papier
Localisation : Dans les pages d'un livre
Contact :

Re: Les descriptions

Message par Nyaoh » jeu. avr. 21, 2011 4:21 pm

... Je trouve aussi qu'une description qui coule d'elle même et ne dérange pas l'histoire est souvent la bonne description juste. Sauf quand le livre tout entier est finalement basé autour de ça. Je ne sais pas si je suis la seule à l'avoir lu mais LES LOUPS DE MERCY FALLS, m'a quasiment accroché uniquement pour ça. Pour ces aspects là, parfaitement poétiques et maitrisés et qui prennent parfois le pas sur l'action etc. pourtant pour moi c'était juste, bien écrit et ça faisait rêver même s'il y en avait beauuucoup ! C'est la force de cette saga. Qui à d'autres aspects plus faibles justement. La description de ce que ressentent les personnages, devient aussi comme une sorte de paysages, mais au lieu que ça soit un lieu c'était des éléments de décors ou... ce sont les émotions, ressentis, visions du héros qui s'entrechoquent dans sa tête.

Je ne sais pas jusqu'à quel point c'est compréhensible mon post oups...
"Je ne cherche à être sur de rien mais je veux trouver la forme juste de mon doute"
J.Benameur
Blog auteure

Avatar de l’utilisateur
Syven
Pinky Gothan (transforme les cauchemars en rêves)
Messages : 5992
Inscription : dim. juil. 09, 2006 3:03 pm
Rang special : Arf
Localisation : Hondreuse, Cité des Mages
Contact :

Re: Les descriptions

Message par Syven » jeu. avr. 21, 2011 4:43 pm

Rin a écrit : PS :Syven, aurais-tu des précision à faire sur les fameux codes ? Cela pourrait tous nous apporter un plus je pense.
Ah, hum, ah, la question qui tue.

(Le reste à suivre n'est que mon avis, ce n'est pas forcément une référence.)

Je dirais que les codes caractérisent un genre. Souvent, on va définir un genre par son contenu en terme de thèmes, mais à force de lire un genre donné, on va voir que le format du texte répond aussi à des codes: sur le nombre de personnages, sur le rythme, bref, sur un certain nombre de choses, dont les descriptions.

Par exemple, en fantasy ultra classique, si on met deux armées en présence qui attendent le signal pour se lancer l'une contre l'autre, une bonne description bien étalée de leur armement passera bien. Un autre exemple, un livre de fantasy raconté à la première personne va impliquer certaines attentes, en particulier sur le ressenti du personnage et sur sa perception du monde fantasy dans lequel il vit. Donc quelques descriptions de son quotidien seront sûrement bienvenues et attendues.

Ce n'est pas parce qu'un code existe qu'on est obligé de le respecter à la lettre, mais avoir conscience de ce code, c'est un grand plus pour déterminer les attentes du lectorat et comprendre pourquoi certaines choses ne fonctionnent pas (typiquement, une description qui ne vient pas au bon moment ou qui est trop courte ou trop longue).

C'est comme dans n'importe quel domaine, connaître le code, ça permet de savoir ce qu'on fait et d'en jouer. Parfois, on va construire une structure de récit qui va correspondre ou emprunter des éléments à un code, et c'est au moment où on ne le respecte plus que le lecteur risque de ne plus adhérer, parce qu'on a créé des attentes et que si on ne les satisfait pas au moins en partie, au final le lecteur est déçu.

Le code peut aussi influer sur le contenu de la description lui-même: si on écrit un livre tout public à partir de 10 ans, on ne va pas décrire une scène sanglante de la même façon que dans un livre gore où on pourra donner tout un luxe de détails sur les tripailles à l'air, les orbites vides, etc.

Pour connaître un code, il faut lire beaucoup et analyser ce qu'on a lu. Je pense que c'est applicable localement à la description, c'est-à-dire qu'on peut aussi rationaliser son écriture des descriptions quand on a du mal en analysant les textes qu'on aime pour comprendre comment ça fonctionne : comment est-ce qu'on prépare le terrain pour une grosse description par exemple, ou comment les scènes sont organisées visuellement, etc. Il me semble avoir lu que certains auteurs recopient des passages qu'ils aiment d'autres auteurs pour mieux comprendre leur prose.

Souvent, on connaît ce code de façon inconsciente. De mon côté, pour régler ces problèmes, je me place souvent du point de vue du personnage, et je montre ce qu'il voit en rapport avec son intérêt pour ce qu'il voit. Si une pièce est en désordre mais qu'il n'y prête pas attention, parce que, au hasard, il est poursuivi et qu'on en veut à sa vie, il va se contenter de traverser "une pièce en désordre", "trébucher sur une botte abandonnée là" et "s'engouffrer dans la pièce suivanteé. Je vais donner 2-3 détails, puis passer. Au contraire, si le personnage vient fouiller la pièce, il va y passer du temps et je vais la décrire dans cette perspective: les vêtements sales au pied du lit, la commode aux tiroirs grands ouverts, l'armoire qui baille, le lit défait, la boîte à bijoux renversée, blablabla. Et ce, dans l'ordre où il les remarque.

Coller à l'histoire, à l'action, au point de vue me semble une solution plus simple et plus facile à mettre en oeuvre. Le code devient plutôt un garde-fou pour le vocabulaire. enfin, je me comprends. :roll:
A titre personnel, je suis d'accord avec Beorn : la bonne description, c'est celle qu'on ingurgite sans même sans rendre compte.
+111
Les chroniques de Siwès sont complètes et dispo aux Editions du Riez ! Le tome 3 de la Balance Brisée, Elémentale, sort en novembre aux éditions Castelmore !
Ecriture et techniques sur mon blog

Avatar de l’utilisateur
Isaiah
Grenouille aux doigts de fée (pour les massages ou pour écrire sur les femmes aux cheveux verts)
Messages : 1797
Inscription : lun. juin 07, 2010 10:01 pm
Rang special : Toujours inspiré

Re: Les descriptions

Message par Isaiah » ven. avr. 22, 2011 7:41 am

J'abonde dans le sens d'Illuinar. Réduire les descriptions permet de flouter le monde et de le rendre conceptuel au possible, ce n'est peut-être pas le désir de tous que de le faire. La description permet d'installer une ambiance, un point de vue narratif (très bien expliqué par Booz, rapport au temps, à l'urgence) et donne au lecteur les moyens de construire une architecture mentale cohérente. Trop de descriptions étouffent l'intrigue, et je ne suis pas fana, par exemple, du chapitre de Notre-Dame de Paris de V. Hugo dans lequel l'auteur décrit les toits de la ville vingt pages durant ! Pourtant, c'est sacrément bien écrit...

Avatar de l’utilisateur
Nyaoh
Messages : 1113
Inscription : mar. avr. 27, 2010 2:54 pm
Rang special : Grenouille de papier
Localisation : Dans les pages d'un livre
Contact :

Re: Les descriptions

Message par Nyaoh » ven. avr. 22, 2011 11:04 am

Oui mais l'époque était différente, les styles et les envies des lecteurs aussi. Je me rappelle de Eugénie Grandet qui était séparé en 2 livres, le 1 n'est que narration l'histoire commence à la fin... Enfin l'action pardon, à notre époque ça n'est plus ce qui semble adapté, mais avant une bonne partie fonctionnait ainsi. Je pense que c'est une évolution de la littérature ça, que ça n'est pas comparable quelque part.
"Je ne cherche à être sur de rien mais je veux trouver la forme juste de mon doute"
J.Benameur
Blog auteure

Avatar de l’utilisateur
Celia
C'est le grand retour d'une merveilleuse grenouille
Messages : 4062
Inscription : dim. mai 25, 2008 5:26 pm
Rang special : Aime le sang et les câlins
Localisation : A l'Est
Contact :

Re: Les descriptions

Message par Celia » ven. avr. 22, 2011 5:46 pm

Il y a une évolution, d'accord.
Mais si tu jettes ton lecteur dans un western steam-punk, un vaisseau spatial, une cité sous-marine, sans décrire son environnement, comment celui-ci est fait, comment celui-ci fonctionne, et ce que cela fait au narrateur, ce qu'il en ressent, non seulement ton lecteur risque de se perdre et de ne pas comprendre grand chose, mais en plus tu perds en "matière", en volume.
Après c'est un choix de l'auteur, mais je suis convaincue que celui-ci ne doit choisir s'il fera une description ou non que s'il se rend compte de son utilité ou non dans son récit, pas simplement parce qu'il n'aime pas en écrire ou, au contraire, adore ça et en fait des tartines.
Bêta-lectrice
Creep Show en recherche d'éditeur

Avatar de l’utilisateur
Nyaoh
Messages : 1113
Inscription : mar. avr. 27, 2010 2:54 pm
Rang special : Grenouille de papier
Localisation : Dans les pages d'un livre
Contact :

Re: Les descriptions

Message par Nyaoh » ven. avr. 22, 2011 7:28 pm

Bien sûr Celia, je suis bien d'accord. Je réagissais juste à la comparaison avec Victor Hugo. Parce que je ne me rappelle pas d'un seul livre que j'ai pu lire qui soit récent, ou ce genre de descriptions de 20 a 1 livre entier existe encore, ça n'est plus "juste" selon notre manière de lire. C'est pour ça que je disais que il faut le remettre dans le contexte...
"Je ne cherche à être sur de rien mais je veux trouver la forme juste de mon doute"
J.Benameur
Blog auteure

Avatar de l’utilisateur
Lierachan
Messages : 202
Inscription : ven. mai 17, 2019 10:44 pm
Rang special : Auteur
Localisation : Canada
Contact :

Re: Les descriptions

Message par Lierachan » sam. juin 01, 2019 10:20 pm

Mitsu a écrit :
mer. avr. 20, 2011 2:48 pm
Ah, les descriptions ! J'aime tellement ça que j'ai tendance à en tartiner un peu trop. Mais je me soigne. Sinon, j'ai fini par trouver une astuce qui fonctionne plutôt bien pour moi. Lorsque j'ai un passage descriptif, j'essaye d'alterner dans la mesure du possible :
- Eléments factuels ("Une immense table en bois trônait au centre de la pièce.")
- Impressions du personnage qui observe la scène décrite ("Cette table lui rappela les grands banquets que Trucmuche le sage organisait chaque semaine au village avant que la guerre n'éclate. Elle secoua la tête comme pour effacer cette image de son esprit et continua d'avancer.")
- Eléments d'ambiance ("L'absence de fenêtres et la poussière qui s'était accumulée sur les meubles rendait l'atmosphère oppressante.")

Je trouve que ça rend la description plus vivante. Sinon, je n'ai rien contre les gros pavés descriptifs en tant que lectrice, ils permettent de s'imprégner de l'ambiance et constituent une pause reposante dans l'intrigue. Mais c'est vrai que les descriptions par petites touches ont aussi leurs avantages, le premier étant de ne pas gaver le lecteur avec des détails inutiles.

Sinon, dans le futur, je vais essayer de faire plus attention aux endroits où les descriptions apparaissent, pour éviter que le héros, en plein scène d'action où sa vie est en jeu, ne s'arrête quelques minutes pour détailler le paysage verdoyant.
Ça va m'être utile.

Répondre