[A] Jusqu'où décrire un univers ?

Sujets inactifs depuis un an ou plus
Avatar de l’utilisateur
Stef-
Maquettiste d'Ayanar et amateur de papyrus
Messages : 1936
Inscription : ven. janv. 23, 2009 1:52 pm
Rang special : Un jour...
Contact :

Re: Jusqu'où creuser son univers ?

Message par Stef- »

Card citait plutôt le SdA comme un récit "d'environnement", on découvre l'univers (et donc l'intrigue et le déroulement de l'histoire) par les yeux des hobbits candides (au début en tout cas)

Cela devrait vous aider à vous mettre d'accord ? :)

Sinon, pour donner mon opinion par rapport à la question initiale
En fantasy, jusqu'où creusez-vous votre univers et comment distinguez-vous l'utile du superflu ?
Déjà, pourquoi "en fantasy" ? La problématique est la même dans tout contexte fantastique dès que l'univers diffère beaucoup de notre monde contemporain ? C'est valable aussi en SF par exemple.

Pour ma part j'ai tendance à utiliser mes vieilles méthodes "jeux de rôles", et développer, mais j'essaie d'être vigilant, et de le faire avec parcimonie (non pas que je croule sous des tonnes de matériel à exploiter et de bonnes idées, loin de là !)

Le piège serait de développer des choses pas forcément indispensables à l'intrigue et la caractérisation des personnages. Si c'est le cas, le lecteur risque d'avoir l'impression que l'auteur se fait plaisir tout seul ou bien se parle à lui-même, en poussant à l'extrême.

Les détails du monde sont pour moi tout l'habillage, le contexte, surtout présent pour mettre en valeur l'histoire et les personnages. Il faut aussi s'autoriser à modifier des choses en cours de route, ou développer des aspects lorsqu'ils deviennent nécessaires. Dire qu'on a créé un univers "fini" pour son roman relève à mon sens de l'utopie !

Avatar de l’utilisateur
Nicéane
Messages : 265
Inscription : dim. avr. 01, 2012 4:33 pm
Rang special : rainette verte
Localisation : Deuxième étoile à droite et tout droit jusqu'au matin

Re: Jusqu'où creuser son univers ?

Message par Nicéane »

Stef- a écrit :Déjà, pourquoi "en fantasy" ? La problématique est la même dans tout contexte fantastique dès que l'univers diffère beaucoup de notre monde contemporain ? C'est valable aussi en SF par exemple.
Je voulais parler du cas où on crée un univers entier à partir de rien. Par exemple, en fantastique on a déjà la base du monde réel à laquelle on peut se raccrocher. Tu as tout à fait raison, c'est également valable pour la SF, je t'avoue qu'en écrivant mon post je n'y avais pas du tout pensé, mais peut-être est-ce parce que je ne le lis (presque) jamais de science-fiction... J'ai donc posé la question en prenant mon cas personnel.
Stef- a écrit : Les détails du monde sont pour moi tout l'habillage, le contexte, surtout présent pour mettre en valeur l'histoire et les personnages. Il faut aussi s'autoriser à modifier des choses en cours de route, ou développer des aspects lorsqu'ils deviennent nécessaires. Dire qu'on a créé un univers "fini" pour son roman relève à mon sens de l'utopie !
Je suis d'accord, l'univers qu'on crée n'est jamais terminé ! Le tout est de savoir dire ''stop, je m'arrête là pour l'instant.''

Merci pour ton avis :)

Avatar de l’utilisateur
Selsynn
Messages : 946
Inscription : mar. août 11, 2009 2:06 pm
Rang special : Batracien
Contact :

Re: Jusqu'où creuser son univers ?

Message par Selsynn »

Pour ma part, je trouve que dans mes histoires, le principal défaut est le manque de caractérisation du monde. Les personnages et l'ambiance générales sont aussi assez bateau (peut-être ma "jeunesse" d'écriture) par contre, j'ai déjà les prémisses des idées du contextes, simplement, j'écris en premier jet un "résumé" de l'action. Le contexte n'y ait pas du tout exploité et expliqué.

Quand je reprends le texte que j'ai écrit, je me retrouve moi-auteur avec un univers riche, mais que le moi-lecteur ne trouve pas dans l'histoire. C'est déjà une première grosse modification que je vois dans l'histoire.
Et au fur et à mesure que je me dis comment je vais pouvoir "installer" le contexte dans l'histoire... Modifier l'histoire de telle manière que le contexte ne soit plus bateau, mais pas forcément mettre en avant tous les points non-dits de mon univers.
Simplement, je considère mon roman comme du post-apo "spécial", et je sais qu'actuellement, le lecteur qui ne connaît pas mon monde ne s'en rendra certainement pas compte.
Il y a un manque de caractérisation du monde assez flagrant...

Puis en creusant les détails des scènes, qui instaureront cette atmosphère, je suis arrivée à une découverte fondamentale de mon monde. L'univers n'était en fait pas post-apo mais virtuel (dans un monde détruit, un peu comme à la Matrix). Ce qui change fondamentalement le contexte, mais en fait, pas du tout l'histoire, car c'est simplement le fond que j'ai changé.
Creusé ce fond pour lui donner du sens et du symbole est pour moi enrichissant pour l'histoire. Le fait que j'ai au moins quatre histoires dans le même univers me donne un univers très riche, mais je suis parfaitement conscience que mon héros ne PEUT pas tout découvrir, et que surtout, ce n'est pas le but de l'histoire.

Je trouve que le contexte permet d'utiliser à fond une idée sur lequel repose l'histoire.
Dans Ayleen, l'idée qui est derrière toute l'histoire, c'est la relation, non pas entre les deux amoureux (c'est une romance, donc elle est importante) mais la relation entre Ayleen et son père (voir plutôt la relation entre le père d'Ayleen et ses enfants). Cela je le savais tout au long de l'écriture du premier jet. Mais sans rien de plus.
Puis j'ai eu une découverte : le monde dans lequel vit Ayleen est très proche du notre. Je me suis demandé pourquoi (il y a diverses catastrophe entre l'an 2010 et l'époque d'Ayleen).
La réponse est simple, et renforce l'idée de la relation entre Matthieu et ses enfants : le monde dans lequel ils vivent (surtout Ayleen, et dans une moindre mesure Lias) est une construction entière de Matthieu, qui a reconstruit ce qu'il aimait dans la société de son enfance (autour de 2000-2010).
Cette constatation faite,, elle n'implique rien d'autre qu'une explication du contexte.
Mais elle a continué à tourner dans ma tête, avec la question "Jusqu'où irait Matthieu pour ses enfants ?" (Matthieu est un mage immortel qui maîtrise totalement l'énergie du vent, j'ai pas peur des super-pouvoirs)
Et la réponse est en train de devenir de plus en plus précises, de la couleur du ciel, à l'emplacement des villes,et à leur nom... comme pour les règles de la société, et les amis d'Ayleen. Tout a été construit pour elle. (Et bien sur, comme Matthieu, du haut de ses 500 ans et des poussières a toujours rien compris à la psychologie, et qu'il est trop ... occupé par ses sujets de recherches pour le remarquer, le monde est devenue décadent avant qu'il ne s'en rende compte...)


Comme je sais que pour moi, il coulera de l'eau sous les ponts avant que je ne détaille trop et que j’assomme le lecteur de détails sans importance (j'ai les descriptions en horreur, et même ce qui est fondamental pour mon histoire, j'ai l'impression d'en faire trop quand je passe au delà de deux phrase sur un même sujet), je crois que tout est question de ton style d'écriture.

Par exemple, pour moi, il est fondamental que si je précise la couleur des chaussettes de l'héroine, cela ait un rôle : soit pour montrer sa position sociale, par exemple, soit par ce qu'elle se saliront plus vite... j'ai horreur des détails qui sont là pour donner du détails. Toutes choses précisées doit avoir une raison d'être.

Toute scène ajoutée à un roman, toute description ajoutée doit avoir une raison d'être pour l'intrigue. Pour le lecteur. Après, seul un lecteur (ou plutôt plusieurs lecteurs) peuvent te donner le juste milieu entre pas assez et trop
Selsynn
Rêveuse invétérée - N'hésitez pas à me relancer si j'ai promis quelque chose
Challenge 1er jet / Nano - Modération

Avatar de l’utilisateur
Colcoriane
Maîtresse dentelière des mots
Messages : 1536
Inscription : jeu. nov. 24, 2011 1:47 am
Rang special : -
Contact :

Re: Jusqu'où creuser son univers ?

Message par Colcoriane »

Moi j'ai repris à mon compte une idée que j'ai trouvé super intéressante d'un auteur (Timothée de Fombelle, me semble-t-il) qui s'est confronté à un problème similaire, mais pour un roman historique. Il disait qu'il commençait par une phase de documentation intense (que je mets en paralèlle avec la "création" de l'univers) pendant laquelle il cherchait tous azimuts sans forcément penser à l'histoire. Ensuite, une phase "d'oubli", c'est-à-dire laisser reposer le tout pour qu'il ne reste plus qu'une image globale du contexte où doit se placer le récit. De cette façon, lors de la phase d'écriture, le contexte vient naturellement, sans trop risquer de tomber dans le piège du "comment je vais caser ce détail-là ?". En cas de besoin, une recherche ponctuelle va permettre de retrouver un détail nécéssaire à l'intrigue.

Du coup, pour moi, l'univers est assez fouillé. Parce que je me sens plus à l'aise d'avoir une image globale en tête pour raconter l'histoire. Mais je sais pertinemment que toutes mes "recherches" ne se verront pas forcément à l'écrit.

Ceci dit, je ne suis pas forcément un exemple à suivre, je planche sur mon tome 1 depuis bientôt six ans... Notamment parce que l'écriture a été longuement interrompue par ces périodes de recherches/création. Mais je sais aussi qu'à ce niveau-là, les trois quarts du travail sont déjà faits pour le tome 2 et 3.
Colcoriane
Anim'autrice : animatrice indépendante d'ateliers d'écriture :stylo:
Venez travailler vos techniques d'écriture dans mes ateliers en visioconférence !
Site internet ~ Facebook

Avatar de l’utilisateur
reveanne
Batracien
Messages : 32
Inscription : mer. juin 22, 2011 3:34 pm
Rang special : grenouille morte
Localisation : Dans une cuvette, sur la paillasse
Contact :

Re: Jusqu'où creuser son univers ?

Message par reveanne »

Je n'écris pas de fantasy, juste du fantastique dans des périodes et des lieux parfois loin de nous.
Je ne crée pas d'univers à proprement parlé mais par exemple la vie de mon héroïne de 16 ans, à Prague, dans une famille de joailliers juifs, en 1735, n'a pas grand chose à voir avec une ado de maintenant. Lieu, façon de vivre, mentalité ont peu de chose à voir, je dois donc dessiner un univers, en connaître les détails pour être réaliste et crédible. je lis et fais beaucoup de recherche, parfois sur des détails insignifiants qui n'apparaîtront pas dans le texte... après j'adapte l'intrigue à l'univers. Je n'utilise qu'1 ou 2% des informations que j'ai accumulé (mon roman n'est pas un livre documentaire), mais de connaître les moindre détails du contexte me permet de bien visualiser mon histoire et son décors et d'éviter des anachronismes ou des "flottement".
Bref on peu créer un univers dans ses moindre détails, mais n'utiliser qu'une part infime dans le texte en lui-même.

Avatar de l’utilisateur
Bergamote
Plume alerte et sensuelle.
Messages : 560
Inscription : ven. déc. 21, 2007 10:42 am
Rang special : Batracien
Localisation : C'est rose et c'est une ville

Re: Jusqu'où creuser son univers ?

Message par Bergamote »

Pour moi il faut le creuser jusqu'à temps qu'il permette de soutenir l'action qui se déroulera à l'intérieur.
Personnellement, j'avais tendance à beaucoup fouiller mon univers et finalement je ne finissais jamais les textes en question. J'ai donc décidé de procédé par touche, je me documente sur ce qui est important pour mes personnages. Par exemple, si l'un adore vivre dans sa chambre, c'est certain je ferais un croquis, je choisirais les meubles en fonction de photos sur Internet, etc. Ce qui est moins important pour ce personnage sera forcément plus flouté, mais pourra s'affiner grâce à un autre personnage pour qui ce détail compte.

Pour finir, je vais vous citer une des fabuleuses phrases de mon bêta-féroce alors que je m’échinais à approfondir mon univers plutôt qu'à écrire mon roman.

"Dis-toi que tu es une naine. Et on sait tous ce qu'il arrive aux nains quand ils creusent trop profond !"

Avatar de l’utilisateur
Siana
Messages : 3263
Inscription : dim. janv. 09, 2011 2:55 pm
Rang special : Grenouille-paranormale
Localisation : 49

Re: Jusqu'où creuser son univers ?

Message par Siana »

Selsynn a écrit : Toute scène ajoutée à un roman, toute description ajoutée doit avoir une raison d'être pour l'intrigue. Pour le lecteur. Après, seul un lecteur (ou plutôt plusieurs lecteurs) peuvent te donner le juste milieu entre pas assez et trop
Je ne suis pas d'accord. La description d'un lieu ou d'un personnage n'est pas forcément utile à l'intrigue... par contre, ça peut être utile pour l'ambiance ! Et l'ambiance c'est une grosse partie du roman.

Sinon, il m'est aussi arrivé de changer fondamentalement les bases d'un monde lorsque je me suis attaquée au tome 3, mais sans changer l'histoire, puisqu'il s'agissait d'un changement qui la supportait et qui expliquait mieux certaines choses. Et avec des ajustements, j'ai pu rendre l'histoire plus cohérente avec le contexte.
Bergamote a écrit :"Dis-toi que tu es une naine. Et on sait tous ce qu'il arrive aux nains quand ils creusent trop profond !"
J'adore ! ^^
:steampunk: :stylo:
- Frères d'enchantement, chez RroyzZ éditions (2019)
- Le silence sous les murmures, challenge 2020 (objectif : faire pleurer les madeleines dans les chaumières :mrgreen:)

Avatar de l’utilisateur
Lowëya
Regard coquin de la mare
Messages : 345
Inscription : sam. août 20, 2011 10:44 am
Rang special : Esprit de Lumière
Localisation : Nancy

Re: Jusqu'où creuser son univers ?

Message par Lowëya »

Selsynn a écrit :Toute scène ajoutée à un roman, toute description ajoutée doit avoir une raison d'être pour l'intrigue.
Comme Siana, je ne suis pas d'accord. Personnellement, j'écris de la Science-Fantasy pour la jeunesse et mon histoire se passe surtout sur une autre planète et en général, mes descriptions ont plus pour but d'émerveiller le lecteur que de servir l'intrigue à proprement parler. Elles servent comme l'a si bien dit Siana, à donner un cadre, une ambiance au récit.

Pour répondre à la question initiale, j'ai cette planète dans la tête depuis des années et j'ai eu tout le loisir d'y réfléchir pendant 2 ans dans ma tête avant d'écrire quoi que ce soit tout en faisant des dessins aussi. J'ai aussi eu la chance de me rêver sur la planète parfois (c'est complètement fou ça :heart: ). Donc, quand j'ai commencé à écrire, l'univers était déjà là, je "vivais" déjà dedans. Après lorsqu'il m'arrive de bloquer sur quelque chose et bien j'invente. Dernier exemple en date : j'avais besoin d'un moyen de descendre mes personnages d'une falaise mais je voulais qu'ils arrivent en bas rapidement, paf, j'ai inventé une toute nouvelle espèce : les Flamboyants du Ciel qui sont des êtres volants. En gros, je met mon univers complètement au service de mon histoire et pas l'inverse. C'est pas trop casse-tête (il faut juste s'empêcher d'avoir des idées trop farfelues ^^) et puis au fur et à mesure que tu avances dans ton histoire, ton univers s'enrichit lui aussi. Et d'une pierre deux coups :D Et puis c'est fou ce que tu gagnes du temps, à moins de bloquer bien sûr, quand ça arrive c'est pas marrant :roll:
Siana a écrit :
Selsynn a écrit :
Bergamote a écrit :"Dis-toi que tu es une naine. Et on sait tous ce qu'il arrive aux nains quand ils creusent trop profond !"
J'adore ! ^^
Tout pareil ^^ (décidément, je copite Siana ^^)
:cam:

Avatar de l’utilisateur
Selsynn
Messages : 946
Inscription : mar. août 11, 2009 2:06 pm
Rang special : Batracien
Contact :

Re: Jusqu'où creuser son univers ?

Message par Selsynn »

Et le fait d'émerveiller le lecteur ne fait pas partie de l'intrigue / l'intérêt de l'histoire ?
Pour moi, si... Que ce soit la description d'un monde merveilleux, ou la description d'un dragon, cela sert l'intrigue, car cela plonge le lecteur dans un autre monde, dans un autre univers.
(Bon, et maintenant, il est dix heures et demi, largement temps que je me mettes un peu au boulot... et plus serieusement que ça)
Selsynn
Rêveuse invétérée - N'hésitez pas à me relancer si j'ai promis quelque chose
Challenge 1er jet / Nano - Modération

Avatar de l’utilisateur
Lowëya
Regard coquin de la mare
Messages : 345
Inscription : sam. août 20, 2011 10:44 am
Rang special : Esprit de Lumière
Localisation : Nancy

Re: Jusqu'où creuser son univers ?

Message par Lowëya »

Ah dans ce cas nous sommes d'accord Selsynn, je ne savais pas si tu incluais cela dans l'intrigue :oops:

Et courage pour le boulot ;)
:cam:

Avatar de l’utilisateur
Beorn
Bond, Alexander Bond
Messages : 5896
Inscription : jeu. août 21, 2008 9:28 am
Rang special : L'avant-dernier des Mohicans
Contact :

Re: Jusqu'où creuser son univers ?

Message par Beorn »

Je me méfie un peu des décors qui ne servent qu'à émerveiller le lecteur et qui n'ont vraiment aucun rapport avec l'intrigue.
Je reconnais que l'ambiance est très importante, mais j'ai tendance à penser que tout doit être lié au maximum.

Par exemple, si vous décrivez un village entier au milieu du désert qui tient dans les airs par magie (je repense au roman de Gaby, Entrechats), vous émerveillez le lecteur, mais vous lui donnez aussi plusieurs informations capitales.
Gaby nous apprend ainsi que :
1) la magicienne qui le commande est super forte
2) ces gens sont des traditionalistes qui refusent la technologie et acceptent la magie
3) le village est... fragile

Eh bien, c'est une description qui donne une super ambiance et dont je me souviens longtemps après la lecture. Mais je pense que c'est aussi dû au fait qu'elle est complètement liée à l'intrigue et aux personnages.

A contrario, si le village était décrit pendant trois pages et qu'on l'oubliait ensuite, j'aurais tendance à me demander pendant tout le reste du roman, personnellement, quel était le rapport avec le schmilblick. ;)
Site officiel
Bragelonne : Le 7ème Guerrier-Mage / Calame T1
Castelmore : Le jour où... / 14-14 / Un ogre en cavale / Lune rousse
Rageot : Le club des chasseurs de fantômes 1 et 2

Avatar de l’utilisateur
Elikya
Petit escargot vaillant
Messages : 3816
Inscription : ven. mai 29, 2009 12:47 pm
Localisation : Entre terre et ciel

Re: Jusqu'où creuser son univers ?

Message par Elikya »

Beorn a écrit :Je me méfie un peu des décors qui ne servent qu'à émerveiller le lecteur et qui n'ont vraiment aucun rapport avec l'intrigue.
Je reconnais que l'ambiance est très importante, mais j'ai tendance à penser que tout doit être lié au maximum.
Moi aussi, je m'en méfie. Pour moi, les descriptions servent l'intrigue exactement comme les autres éléments de l'histoire, elles apportent au lecteur les informations dont il a besoin. J'essaie en général de les insérer dans l'action au lieu de les apporter en bloc, pour que le lecteur se rende à peine compte de ce que je suis en train de faire. De ce point de vue, j'ai beaucoup appris en écrivant à la première personne.
Je ne suis pas une spécialiste de la littérature jeunesse, mais il me semble que plus le public est jeune et plus les descriptions doivent aller à l'essentiel. Il faut capter l'attention du jeune lecteur et ne jamais la perdre avec des longueurs.
Elikya-Merveilleuse, de la Maison du trèfle à Nomorgame
Mon site internet
"Ma page facebook"

Avatar de l’utilisateur
Siana
Messages : 3263
Inscription : dim. janv. 09, 2011 2:55 pm
Rang special : Grenouille-paranormale
Localisation : 49

Re: Jusqu'où creuser son univers ?

Message par Siana »

Ok, Selsynn.
Pour ma part, je n'inclue pas les descriptions dans l'intrigue, car je pars du principe que l'intrigue c'est plutôt l'action, les péripéties et leurs liens. Si une description sert l'intrigue, c'est qu'elle explique quelque chose en lien avec l'action. Après, si des personnages passent dans une ville durant leur voyage, mais que c'est juste un passage, il me semble essentielle de la décrire un minimum pour que le lecteur puisse se repérer et visualise la scène. Mais c'est vrai qu'on ne pas pas s'étendre sur trois pages, un petit paragraphe suffira, et dans ce cas il ne sert qu'à apporter un peu d'ambiance, sans servir directement l'intrigue.
:steampunk: :stylo:
- Frères d'enchantement, chez RroyzZ éditions (2019)
- Le silence sous les murmures, challenge 2020 (objectif : faire pleurer les madeleines dans les chaumières :mrgreen:)

Avatar de l’utilisateur
Stef-
Maquettiste d'Ayanar et amateur de papyrus
Messages : 1936
Inscription : ven. janv. 23, 2009 1:52 pm
Rang special : Un jour...
Contact :

Re: Jusqu'où creuser son univers ?

Message par Stef- »

Beorn a écrit :Je me méfie un peu des décors qui ne servent qu'à émerveiller le lecteur et qui n'ont vraiment aucun rapport avec l'intrigue.
Je reconnais que l'ambiance est très importante, mais j'ai tendance à penser que tout doit être lié au maximum.

Par exemple, si vous décrivez un village entier au milieu du désert qui tient dans les airs par magie (je repense au roman de Gaby, Entrechats), vous émerveillez le lecteur, mais vous lui donnez aussi plusieurs informations capitales.
Gaby nous apprend ainsi que :
1) la magicienne qui le commande est super forte
2) ces gens sont des traditionalistes qui refusent la technologie et acceptent la magie
3) le village est... fragile

Eh bien, c'est une description qui donne une super ambiance et dont je me souviens longtemps après la lecture. Mais je pense que c'est aussi dû au fait qu'elle est complètement liée à l'intrigue et aux personnages.

A contrario, si le village était décrit pendant trois pages et qu'on l'oubliait ensuite, j'aurais tendance à me demander pendant tout le reste du roman, personnellement, quel était le rapport avec le schmilblick. ;)
Je suis complètement d'accord, et c'est un très bon exemple ! Et avec Elikya aussi, oui, cela nous rappelle que lier action et description, c'est primordial dans l'articulation du récit. :)

Avatar de l’utilisateur
Selsynn
Messages : 946
Inscription : mar. août 11, 2009 2:06 pm
Rang special : Batracien
Contact :

Re: Jusqu'où creuser son univers ?

Message par Selsynn »

Je crois que je suis plutôt expéditive dans mes descriptions, et je n'ai encore jamais trouvé qu'il y avait trop de descriptions quelques part (d'un autre coté, si une description me soûle, je saute allègrement des passages, sans aucune gêne, en tant que lectrices)
Donc pour moi, la question en fait est un peu trop abstraite pour que je puisse réellement répondre. Parce que la description doit entrer dans l'intrigue, dans l'explication du monde et donc des interactions du héros avec celui-ci.

Je ne vais pas m'étendre et simplement laisser la parole aux autres grenouilles qui s'expriment mieux que moi.

(Siana : C'est un truc qui m'a extrement surprise dans tes textes, la manière dont tu abordes la description, les scènes de manière générales. Je pense qu'on a des manière de faire totalement opposées !)
Selsynn
Rêveuse invétérée - N'hésitez pas à me relancer si j'ai promis quelque chose
Challenge 1er jet / Nano - Modération

Répondre