[A] Jusqu'où décrire un univers ?

Sujets inactifs depuis un an ou plus
Avatar de l’utilisateur
Siana
Messages : 3263
Inscription : dim. janv. 09, 2011 2:55 pm
Rang special : Grenouille-paranormale
Localisation : 49

Re: Jusqu'où creuser son univers ?

Message par Siana »

Selsynn a écrit :(Siana : C'est un truc qui m'a extrement surprise dans tes textes, la manière dont tu abordes la description, les scènes de manière générales. Je pense qu'on a des manière de faire totalement opposées !)
Je crois que je suis très portée sur l'ambiance, et pour moi ça passe beaucoup par des descriptions. Et puis, de manière générale, j'aime les descriptions. ^^
:steampunk: :stylo:
- Frères d'enchantement, chez RroyzZ éditions (2019)
- Le silence sous les murmures, challenge 2020 (objectif : faire pleurer les madeleines dans les chaumières :mrgreen:)

Avatar de l’utilisateur
Nicéane
Messages : 265
Inscription : dim. avr. 01, 2012 4:33 pm
Rang special : rainette verte
Localisation : Deuxième étoile à droite et tout droit jusqu'au matin

Re: Jusqu'où creuser son univers ?

Message par Nicéane »

Hou j'ai pris un peu de retard !
Siana a écrit :Ok, Selsynn.
Pour ma part, je n'inclue pas les descriptions dans l'intrigue, car je pars du principe que l'intrigue c'est plutôt l'action, les péripéties et leurs liens. Si une description sert l'intrigue, c'est qu'elle explique quelque chose en lien avec l'action.
Je suis complètement ton point de vue !
Siana a écrit : Après, si des personnages passent dans une ville durant leur voyage, mais que c'est juste un passage, il me semble essentielle de la décrire un minimum pour que le lecteur puisse se repérer et visualise la scène. Mais c'est vrai qu'on ne pas pas s'étendre sur trois pages, un petit paragraphe suffira, et dans ce cas il ne sert qu'à apporter un peu d'ambiance, sans servir directement l'intrigue.
Pour ma part, je suis une grande adepte des descriptions détaillées, autant en lecture qu'en écriture. J'adore pouvoir fabriquer des images dans ma tête, même si parfois, je lis autre chose que ce que l'auteur à voulu dire. Parfois, une description d'un paragraphe me frustrera plus qu'autre chose, car l'image que je me fais dans ma tête reste floue. Par contre, je suis d'accord sur le ''pas trop s'étaler'', trop de détails deviennent imbuvables.

Avatar de l’utilisateur
Siana
Messages : 3263
Inscription : dim. janv. 09, 2011 2:55 pm
Rang special : Grenouille-paranormale
Localisation : 49

Re: Jusqu'où creuser son univers ?

Message par Siana »

Nicéane a écrit :
Siana a écrit : Après, si des personnages passent dans une ville durant leur voyage, mais que c'est juste un passage, il me semble essentielle de la décrire un minimum pour que le lecteur puisse se repérer et visualise la scène. Mais c'est vrai qu'on ne pas pas s'étendre sur trois pages, un petit paragraphe suffira, et dans ce cas il ne sert qu'à apporter un peu d'ambiance, sans servir directement l'intrigue.
Pour ma part, je suis une grande adepte des descriptions détaillées, autant en lecture qu'en écriture. J'adore pouvoir fabriquer des images dans ma tête, même si parfois, je lis autre chose que ce que l'auteur à voulu dire. Parfois, une description d'un paragraphe me frustrera plus qu'autre chose, car l'image que je me fais dans ma tête reste floue. Par contre, je suis d'accord sur le ''pas trop s'étaler'', trop de détails deviennent imbuvables.
Je crois qu'on appelle ça être "cinématographique", ou quelque chose du genre. En gros, on écrit en se passant le film dans la tête, avec les différents plans, les décors bien détaillés, bref, du très visuel. (et après, il faut faire attention à ne pas oublier les autres sens)
:steampunk: :stylo:
- Frères d'enchantement, chez RroyzZ éditions (2019)
- Le silence sous les murmures, challenge 2020 (objectif : faire pleurer les madeleines dans les chaumières :mrgreen:)

Avatar de l’utilisateur
Lowëya
Regard coquin de la mare
Messages : 345
Inscription : sam. août 20, 2011 10:44 am
Rang special : Esprit de Lumière
Localisation : Nancy

Re: Jusqu'où creuser son univers ?

Message par Lowëya »

Beorn a écrit :Je me méfie un peu des décors qui ne servent qu'à émerveiller le lecteur et qui n'ont vraiment aucun rapport avec l'intrigue.
Je reconnais que l'ambiance est très importante, mais j'ai tendance à penser que tout doit être lié au maximum.

Par exemple, si vous décrivez un village entier au milieu du désert qui tient dans les airs par magie (je repense au roman de Gaby, Entrechats), vous émerveillez le lecteur, mais vous lui donnez aussi une plusieurs informations capitales.
Gaby nous apprend ainsi que :
1) la magicienne qui le commande est super forte
2) ces gens sont des traditionalistes qui refusent la technologie et acceptent la magie
3) le village est... fragile

Eh bien, c'est une description qui donne une super ambiance et dont je me souviens longtemps après la lecture. Mais je pense que c'est aussi dû au fait qu'elle est complètement liée à l'intrigue et aux personnages.

A contrario, si le village était décrit pendant trois pages et qu'on l'oubliait ensuite, j'aurais tendance à me demander pendant tout le reste du roman, personnellement, quel était le rapport avec le schmilblick. ;)
:merci: Beorn, tu as raison. En fait, je n'ai jamais vraiment inclus la description des paysages comme pouvant vraiment faire avancer l'intrigue, mais plutôt pour donner un cadre, une ambiance, ce qui contribue donc à l'intrigue, je ne l’englobait juste pas dedans. Mais il est clair que en voyant ce que tu dis, la description fait partie intégrante de l'intrigue.
:cam:

Avatar de l’utilisateur
Milora
C'est qui le dragon le plus mignon de Meurk ?
Messages : 5630
Inscription : sam. déc. 18, 2010 8:58 pm
Rang special : Milosoupline
Localisation : Dans le Puits des Histoires Perdues

Re: Jusqu'où creuser son univers ?

Message par Milora »

Beorn a écrit : J'ai spontanément tendance à penser comme toi et je continue à croire que c'est sans doute la manière la plus directe pour faire un bon roman. Peut-être parce que je ne suis pas un vrai lecteur de SFFF et que j'aime tous les genres, y compris la littérature générale.
ça existe, des gens qui ne lisent et n'apprécient que la SFFF ??? :shock:
Jour de pluie dans une cuisine (Le Mammouth éclairé)

Avatar de l’utilisateur
Beorn
Bond, Alexander Bond
Messages : 5896
Inscription : jeu. août 21, 2008 9:28 am
Rang special : L'avant-dernier des Mohicans
Contact :

Re: Jusqu'où creuser son univers ?

Message par Beorn »

Lowëya a écrit :Mais il est clair que en voyant ce que tu dis, la description fait partie intégrante de l'intrigue.
Voilà, en fait, dans Entrechats, c'est une description magnifique en soi et elle plonge complètement dans l'ambiance, mais elle n'est pas déconnectée des enjeux l'intrigue pour autant.
Le lecteur la lit avec ces deux dimensions : émerveillement de la découverte et soif de voir avancer l'intrigue. ;)
Milora a écrit :ça existe, des gens qui ne lisent et n'apprécient que la SFFF ??? :shock:
:lol:
A foison !
Site officiel
Bragelonne : Le 7ème Guerrier-Mage / Calame T1
Castelmore : Le jour où... / 14-14 / Un ogre en cavale / Lune rousse
Rageot : Le club des chasseurs de fantômes 1 et 2

Avatar de l’utilisateur
Morgiahn
Messages : 16
Inscription : mer. août 24, 2011 10:30 pm
Rang special : Grenouille geek interstellaire
Localisation : près de Montpellier

Re: Jusqu'où creuser son univers ?

Message par Morgiahn »

En ce moment je réfléchis à une planète qui ressemble à la Terre mais avec quelques différences pour l'exotisme (sinon ça serait pas drôle). Je me pose aussi la question, jusqu'où creuser l'univers et d'après les réponses que j'ai lu je reste un peu admiratif devant la persevérence de certains :)

Je me demandais si je devais créer des odeurs différentes, du genre un personnage respire le parfum d'une fleur -> du coup il faut inventer des fleurs, il va chasser un lapin-like -> il faut aussi inventer le lapin etc etc...
Cela peut mener vite très loin et prendre beaucoup plus de temps que l'intrigue elle-même.
Je suis d'accord avec l'idée de ne décrire que les parties de l'univers en rapport avec l'intrigue et j'ai un peu l'impression que c'est un passage obligé.

De même pour que ma(on) lectrice(teur) accroche à l'univers, il faut qu'elle(il) puisse s'en imprégner et je pense que cela passe par les émotions ou les sens du personnage principal. Donc dans un monde inconnu, le personnage devrait avoir des sens similaires à un terrien ?
Et si c'est le cas il faut que le monde propose des stimulis qui vont éveiller les 5 sens habituels (odeurs, sons, images, gout, toucher), mais du coup cela devient moins exotique.

J'ai l'impression de tourner un peu en rond, a part d'inventer de nouveaux sens, mais alors comment les faire partager et comprendre à un lecteur qui en est dépourvu...
Le temps est un grand professeur mais malheureusement il tue ses élèves.

NB

Re: Jusqu'où creuser son univers ?

Message par NB »

Attention au piège qui consiste à renommer tout ce qui existe déjà dans notre univers : il faut que ça soit utile, sinon ça devient vite incompréhensible pour le lecteur (un peu d'exotisme, oui, noyer le lecteur sous des termes nouveaux, non).

Excellente note de Boulet à ce sujet : http://www.bouletcorp.com/blog/2010/05/21/fantasy/

Avatar de l’utilisateur
Tsumire
Au travers de la Brume, sa résolution ne faillit pas
Messages : 1786
Inscription : ven. nov. 23, 2007 11:17 am
Rang special : Libellule
Localisation : Rennes

Re: Jusqu'où creuser son univers ?

Message par Tsumire »

Pas mieux que NB.
Il ne faut pas trop en faire. Enfin, ma phrase n'est pas juste. Tu dois te concentrer sur le ratio effort à fournir, pour toi et le lecteur, et enrichissement effectif de l'univers/histoire. Si créer une fleur n'apporte rien au récit, et qu'une pâquerette en aurait fait tout autant, pourquoi gaspiller ton énergie (et celle du lecteur qui devra faire un effort de compréhension) ? Le lien de NB est vraiment très parlant.
Amertume (Challenge 2020) --> en recherche d'un éditeur.
Porter haut ses cornes (Suite de "Amertume" et challenge 2020/2021)

Répondre