[A] Histoire menée par les personnages ou par l'auteur?

Sujets inactifs depuis un an ou plus
Avatar de l’utilisateur
Crazy
Impératrice incontestée du Pareil © Crazy
Messages : 9415
Inscription : mer. juin 05, 2013 9:30 pm
Rang special : Chieuse pas tentée
Localisation : IdF
Contact :

Re: Histoire menée par les personnages ou par l'auteur?

Message par Crazy »

Elikya a écrit :Je ne partage pas du tout cette démarche et je serai bien incapable d'écrire de cette manière. :lol:

Quand j'écris un roman, c'est pour raconter l'évolution d'un ou plusieurs personnages. C'est mon moteur et c'est la raison d'être de toute l'histoire. Du coup, il m'est impossible de les considérer comme des outils et non comme des êtres vivants, pensants, autonomes. Ils n'existent pas dans notre monde, mais ils existent dans mon monde et je modèle ce monde pour eux. S'il faut qu'ils crèvent de soif, alors j'inventerai un désert. S'il faut qu'ils se jettent à l'eau pour dépasser leur phobie, alors je créerai un océan.

Je planifie mes romans en cours d'écriture, donc je ne suis pas un modèle à suivre en la matière. Au début, je sais ou je vais, mais je ne sais pas comment. Je planifie quelques chapitres, tout en connaissant la direction générale, et plus je me rapproche de la scène à écrire plus elle devient claire dans ma tête. Le fait que mes personnages guident l'histoire ne justifie aucune incohérence. Au contraire, c'est la cohérence de mes personnages qui donne celle de l'histoire.

Mais je ne conseille ma méthode à personne, car je suis du genre à arriver sur la troisième partie d'un roman (en ayant écrit les 2/3 de l'histoire) en sachant seulement que X et Y vont s'allier pour gagner contre Z. Comment ? Mystère... :perplexe:
Tu m'ôtes les mots de la bouche, je travaille exactement comme ça !

Avatar de l’utilisateur
Xavier
Et le poussin pew...
Messages : 452
Inscription : lun. nov. 11, 2013 11:18 am
Rang special : scribouillard
Localisation : Lille

Re: Histoire menée par les personnages ou par l'auteur?

Message par Xavier »

Elikya a écrit :Je ne partage pas du tout cette démarche et je serai bien incapable d'écrire de cette manière. :lol:

Quand j'écris un roman, c'est pour raconter l'évolution d'un ou plusieurs personnages. C'est mon moteur et c'est la raison d'être de toute l'histoire. Du coup, il m'est impossible de les considérer comme des outils et non comme des êtres vivants, pensants, autonomes. Ils n'existent pas dans notre monde, mais ils existent dans mon monde et je modèle ce monde pour eux. S'il faut qu'ils crèvent de soif, alors j'inventerai un désert. S'il faut qu'ils se jettent à l'eau pour dépasser leur phobie, alors je créerai un océan.

Je planifie mes romans en cours d'écriture, donc je ne suis pas un modèle à suivre en la matière. Au début, je sais ou je vais, mais je ne sais pas comment. Je planifie quelques chapitres, tout en connaissant la direction générale, et plus je me rapproche de la scène à écrire plus elle devient claire dans ma tête. Le fait que mes personnages guident l'histoire ne justifie aucune incohérence. Au contraire, c'est la cohérence de mes personnages qui donne celle de l'histoire.
Mais je ne conseille ma méthode à personne, car je suis du genre à arriver sur la troisième partie d'un roman (en ayant écrit les 2/3 de l'histoire) en sachant seulement que X et Y vont s'allier pour gagner contre Z. Comment ? Mystère...
J'avoue approuver aussi le principe du "il a peur des araignées ? manque de bol, le pays s'appelle Arachnoland" - même si par contre, je ne commence pas une seule ligne de l'histoire si mon plan n'arrive pas jusqu'au bout.

D'un autre côté, c'est peu étonnant puisque (si je ne m'abuse) une histoire se construit toujours autour d'une épreuve, d'un obstacle. Personne ne raconte l'histoire d'un type à qui tout sourit, si ? (si c'est le cas, je veux bien prendre vos exemples).

En fait, ça reflète bien le processus de création (du moins le mien) : j'imagine des persos et / ou des scènes et / ou des règles de l'univers, et le perso / scène / règle doit affronter telle scène / perso / règle, mais grâce à telle règle / perso / scène, etc. L'histoire en elle-même ne tient ni dans l'univers, ni dans le personnage, mais dans la tension qui existe entre les différentes volontés en jeu.
Bref, je donne des caractéristiques à mon monde et à mes persos comme j'en ai envie, puis je m'arrange dans mon plan pour que tout ça ça cohabite avec juste ce qu'il faut de friction pour faire une bonne histoire :)

:hiii: Puisque ma tentative de remettre le sujet sur les rails a avorté lamentablement, je profite d'avoir sous la main des gens de raison pour poser la question : quel est votre processus créatif à l'origine ? est-ce que ça commence par l'univers ? par les personnages ? par une scène ?

Avatar de l’utilisateur
cedricg
Sensei volcanique
Messages : 583
Inscription : mer. mars 27, 2013 6:11 pm
Rang special : tapoteur de clavier
Localisation : Chilly-Mazarin
Contact :

Re: Histoire menée par les personnages ou par l'auteur?

Message par cedricg »

Ca dépend. Parfois je pars d'une image, d'une idée. Un collègue de forum a dessiné une statue en cristal d'une archère? Je cherche l'histoire qui va expliquer la statut. Là je commence une nouvelle sur un bus qui explose devant un automobiliste pressé parce que l'image m'a frappé alors que j'étais pressé. Mon premier jet de nano vient d'une envie de parler des livres, de la reliure artisanale, de la copie manuelle. Un autre roman en projet est une reprise d'une campagne JDR que j'ai écrit il y a plusieurs années. Souvent, je vois une scène, un personnage agir ou subir, et le reste de l'histoire arrive autour. Pour Planète Mère, j'ai vu une jeune mère déposer sa fille de 4 ans sur le comptoir de la voiture bar d'un TGV très moderne, et comme je venais de faire mon deuil d'un AT sur l'espace, j'ai relié les deux en un éclair. Cela part souvent d'un fait réel que mon imagination déforme, et j'ai juste envie d'en faire une histoire.
Rêve vert, nouvelle qui aura bientôt une V2

Avatar de l’utilisateur
Milora
C'est qui le dragon le plus mignon de Meurk ?
Messages : 5630
Inscription : sam. déc. 18, 2010 8:58 pm
Rang special : Milosoupline
Localisation : Dans le Puits des Histoires Perdues

Re: Histoire menée par les personnages ou par l'auteur?

Message par Milora »

Je suis pas sûre que l'intervention qui va suivre soit super pertinente, mais j'ai trouvé vos discussions intéressantes et je m'aperçois que je situe pas la distinction "mené par les personnages" ou "mené par l'auteur" sur le même plan (enfin il me semble).

Je pense en fait qu'y a deux choses tout à fait différentes qui ont été évoquées dans ce fil.
La question de départ, l'impression que c'est le personnage qui guide le texte et non l'auteur, ça fait partie de l'illusion romanesque. Réussir à donner cette sensation au lecteur, c'est un succès de l'auteur (quelle que soit sa technique).
Une histoire qu'on sent guidée par l'auteur (dans ce sens là), c'est une histoire qui laisse voir que le personnage est en fait juste le résultat des choix scénaristiques de l'auteur. Que si Gustave a envie d'aller à la Montagne en Chocolat Au Lait, c'est bien parce que le scénario a besoin qu'il y soit parce que c'est là que l'histoire va démarrer. Alors que ça sonne plus vrai si le lecteur a l'impression que le déclencheur de ce voyage, c'est que Gustave a envie d'aller à la Montagne, vu que sa grand mère lui en a parlé dans son enfance. Et oh ! il s'avère que la princesse y vit et que l'histoire démarre parce qu'il a été là-bas !
En gros, l'histoire menée par l'auteur, ce serait écrire en oubliant le moteur interne qui fait marcher les personnages. Ecrire en se disant "Gustave dois aller à la Montagne de Chocolat Au Lait, je vais dont lui faire prendre la décision d'y aller parce que j'ai besoin qu'il y soit".
Mais, pour répondre à Silène, je dirais qu'à mon sens, c'est pareil que le réalisme d'un texte : c'est une illusion, une construction. Mais c'est ça fait fait tenir l'histoire.


Après, la façon dont l'auteur produit ça, je pense que c'est moins objectif, qu'il n'y a pas une seule façon de faire en somme. Et du coup il me semble que la discussion dans ce fil a un peu mélangé les deux... :?
Ça dépend de la façon dont l'auteur se place pour construire son histoire. Dans ce sens-là, si on dit que l'histoire est menée par les personnages, ça veut dire que lorsqu'il écrit (ou invente l'histoire), l'auteur est dans un constant va-et-vient entre la posture "je suis le personnage, je fais quoi" et la posture "je veux que l'histoire aille par là".
C'est juste qu'en écrivant, l'auteur se glisse dans un personnage et le fait bouger/réfléchir, et hop il passe dans un autre et le fait répondre, et hop dans un troisième, le tout en gardant en tête l'orientation globale qu'il veut leur faire prendre. Et du coup ça n'implique pas que le personnage soit sacralisé par l'auteur. et ça n'a pas vraiment de rapport avec le fait de vouloir mettre le personnage au coeur du roman ou pas.

En fait, cette année j'ai commencé des cours d'improvisation théâtrale et, bizarrement, je trouve que c'est vachement intéressant pour réfléchir à l'écriture. Au début des cours, la prof nous disait : "non, arrive sur scène en étant le personnage". Ça voulait bien sûr pas dire qu'on devait se prendre pour le personnage ni baser le personnage sur notre propre personne. Non, ça voulait dire qu'on devait arriver sur scène en ayant une démarche, une façon de parler particulières, démarche et ton qui du coup forcent à avoir toujours en tête la personnalité qui va avec, et cette personnalité entraînait toute l'histoire et la vie du personnage. Ça lui donnait plus d'existence. C'était ça avoir un personnage. Pas se dire "je vais jouer un banquier", mais avoir toujours en tête la façon d'être, de se tenir, les pensées d'un personnage - qui s'avère être banquier. Or, à mon sens, ça ressemble diablement à l'état d'esprit qu'on peut avoir en écrivant ^^ , quand on se met dans la peau d'un de nos personnages pour le faire vivre (c'est juste qu'on l'exprime soit corporellement, soit avec des mots)
Et bref, pour revenir à nos moutons, ce que je trouve intéressant dans l'histoire, c'est la raison de ce conseil de la prof. Ou du moins ce que ça a changé dans la façon dont nous, petits débutons, nous sommes mis à construire l'histoire qui se joue au cours de l'improvisation (oui parce que, l'impro théâtrale, ce n'est rien d'autre que la construction d'une histoire à plusieurs et sans se concerter auparavant). Quand tu arrives sur scène en "étant personnage" comme elle dit, tu joues en te disant "je suis Pierre, que fait Pierre, que fais-je ?" ou plutôt en ne te posant pas la question : tu incarnes Pierre, tu as en tête sa façon de penser, donc tu vas agir en conséquence (tout en gardant bien sûr dans un coin de ta tête tout ce que tu dois faire pour le spectacle, ce qui n'a rien à voir avec les pensées de Pierre). De l'autre façon, on ne se glissait pas dans sa peau et on se disait plutôt : "le perso s'appelle Pierre, qu'est-ce que je pourrais lui faire faire ?". Or, cette deuxième "posture mentale" induisait beaucoup plus de distance avec l'histoire ; et la plupart du temps, l'impro ramait parce que ça laissait voir au spectateur l'acteur (amateur en l'occurrence ^^) en train de réfléchir à ce qu'il allait faire faire à son personnage - un peu comme s'il y avait deux espèces de pantins sur scène.

Pour en revenir à l'écriture, je sais que personnellement il faut que je sois dans cette posture "d'être personnage", de passer tour à tour dans l'un et l'autre, pour donner cette impression qu'ils mènent l'histoire, qu'ils sont habités par un moteur interne ; pour faire oublier au lecteur qu'ils ne sont pas réels et que c'est une seule personne qui a tout planifié d'avance.
Mais je sais aussi que l'écriture c'est super personnel, et que la façon de faire d'une personne peut être complètement différente d'une autre, et par conséquent je ne me risquerai pas à dire que c'est cette posture-là (au moment de l'écriture) qui fait fonctionner un roman.
Par contre, je suis persuadée que pour qu'un roman fonctionne, il faut être parvenu - peu importe comment - à donner cette illusion au lecteur. L'illusion que l'histoire est menée par les personnages.

Je dois pas être claire du tout, j'arrive pas à m'exprimer ce soir :lol:
Dernière modification par Milora le ven. nov. 29, 2013 10:41 pm, modifié 1 fois.
Jour de pluie dans une cuisine (Le Mammouth éclairé)

Avatar de l’utilisateur
tomate
Messages : 1470
Inscription : lun. juil. 23, 2012 10:40 am
Rang special : 3
Localisation : Planète Terre
Contact :

Re: Histoire menée par les personnages ou par l'auteur?

Message par tomate »

Puisque ma tentative de remettre le sujet sur les rails a avorté lamentablement, je profite d'avoir sous la main des gens de raison pour poser la question : quel est votre processus créatif à l'origine ? est-ce que ça commence par l'univers ? par les personnages ? par une scène ?
Je plussoie avec cedricg: les trois, Mon Général. De plus, quand tu fais une histoire pour un AT, le thème est imposé, donc tu dois partir de là, à moins que tu n'arrive à "ajuster" une histoire que tu as en tête pour la faire rentrer dans le thème.

Avatar de l’utilisateur
Milora
C'est qui le dragon le plus mignon de Meurk ?
Messages : 5630
Inscription : sam. déc. 18, 2010 8:58 pm
Rang special : Milosoupline
Localisation : Dans le Puits des Histoires Perdues

Re: Histoire menée par les personnages ou par l'auteur?

Message par Milora »

Oups, du coup j'ai posté en même temps que vous et ça vient comme un cheveux sur la soupe ^^
tomate a écrit :
Puisque ma tentative de remettre le sujet sur les rails a avorté lamentablement, je profite d'avoir sous la main des gens de raison pour poser la question : quel est votre processus créatif à l'origine ? est-ce que ça commence par l'univers ? par les personnages ? par une scène ?
Je plussoie avec cedricg: les trois, Mon Général. De plus, quand tu fais une histoire pour un AT, le thème est imposé, donc tu dois partir de là, à moins que tu n'arrive à "ajuster" une histoire que tu as en tête pour la faire rentrer dans le thème.
C'est quand même un sujet différent, non ? :? Faudrait peut-être ouvrir un fil dessus pour en discuter ? (quoi que ça doit déjà exister sur la Mare...)
Jour de pluie dans une cuisine (Le Mammouth éclairé)

Avatar de l’utilisateur
Lowëya
Regard coquin de la mare
Messages : 345
Inscription : sam. août 20, 2011 10:44 am
Rang special : Esprit de Lumière
Localisation : Nancy

Re: Histoire menée par les personnages ou par l'auteur?

Message par Lowëya »

Milora a écrit :
tomate a écrit :
Puisque ma tentative de remettre le sujet sur les rails a avorté lamentablement, je profite d'avoir sous la main des gens de raison pour poser la question : quel est votre processus créatif à l'origine ? est-ce que ça commence par l'univers ? par les personnages ? par une scène ?
Je plussoie avec cedricg: les trois, Mon Général. De plus, quand tu fais une histoire pour un AT, le thème est imposé, donc tu dois partir de là, à moins que tu n'arrive à "ajuster" une histoire que tu as en tête pour la faire rentrer dans le thème.
C'est quand même un sujet différent, non ? :? Faudrait peut-être ouvrir un fil dessus pour en discuter ? (quoi que ça doit déjà exister sur la Mare...)
Juste ici : L'origine de votre roman :)
:cam:

Avatar de l’utilisateur
Xavier
Et le poussin pew...
Messages : 452
Inscription : lun. nov. 11, 2013 11:18 am
Rang special : scribouillard
Localisation : Lille

Re: Histoire menée par les personnages ou par l'auteur?

Message par Xavier »

Ah bah parfait ! Au temps pour moi, je n'avais pas su le trouver :$

Avatar de l’utilisateur
Ellie
Batracien
Messages : 243
Inscription : mer. févr. 14, 2007 12:23 pm
Rang special : Batracien
Localisation : Lyon
Contact :

Re: Histoire menée par les personnages ou par l'auteur?

Message par Ellie »

J'ai pas relu l'intégralité des messages avant de poster, donc j'espère que je fais pas trop de redites :)

J'ai l'impression qu'en ce qui me concerne il y a une différence entre des éléments super centraux à l'histoire et des éléments plus annexes. Par exemple : je veux écrire une histoire de vengeance, ben je vais m'arranger pour que le protagoniste soit du genre à avoir envie de se venger, et si j'ai une idée de personnage qui se contenterait de porter plainte et d'attendre de voir ce que ça donne, à ce stade je vais plutôt changer le personnage que l'histoire (à moins éventuellement que je me dise « ah mais oui, c'est beaucoup plus intéressant que le pitch que j'avais prévu, finalement »). Par contre si après tout un processus de développement du personnage je me rends compte que c'est plus logique qu'il épargne l'antagoniste et appelle la police, alors que j'avais prévu un final super sanglant, là, je vais plutôt changer le dénouement.

Bref, pour moi c'est pas tant une question de savoir qui mène l'histoire que de me dire : y'a un personnage d'un côté, une action de l'autre, si c'est pas cohérent que le personnage fasse l'action, est-ce que ma priorité c'est de garder l'action que j'avais prévue ou le personnage tel que je le conçois (ou de jouer un peu sur les deux) ? qu'est-ce qui donne un résultat intéressant ? qu'est-ce qui demande le plus de boulot à ce stade d'écriture ou de planification ?

Sinon, je trouve intéressant l'article « Êtes vous (trop) attaché à vos personnages », je me rends compte que je suis super attachée à mes personnages avant d'écrire, mais par contre une fois que l'écriture a vraiment commencé, je fais un peu le « deuil » de ça et ils deviennent effectivement des sortes d'outils plutôt que des espèces d'« amis imaginaires »(avec des gros guillemets, et même si je peux retrouver cet attachement après, par exemple pour une suite).

Avatar de l’utilisateur
Xavier
Et le poussin pew...
Messages : 452
Inscription : lun. nov. 11, 2013 11:18 am
Rang special : scribouillard
Localisation : Lille

Re: Histoire menée par les personnages ou par l'auteur?

Message par Xavier »

Oh, et Milora, je suis totalement d'accord avec cette idée de se mettre dans la peau du personnage.

C'est effectivement comme ça que je vis mes séances d'écriture : "bon, je suis untel, je suis gardien de la paix mais je n'en suis pas moins homme, et on vient de m'insulter" au lieu de "bon, untel, gardien de la paix, vient de se faire insulter, que fait-il ?".

Et je devrais sans doute davantage utiliser cette méthode d'incarnation durant mes phases de planification, où j'avoue que je me dis plutôt "bien, ils sont arrivés à la montagne du destin, maintenant, ils font quoi mes couillons ?" - et ça peut peut-être expliquer pourquoi plus tard, je me rends compte d'avoir laisser passer des incohérences.

Et je te rejoins aussi Ellie sur le point qu'il y a une alchimie entre acteur d'une part et action d'autre part. Si on ne se base que sur une série d'actions, on aura un roman cousu de fil blanc ; si on ne se base que sur les acteurs, il n'y a aucune raison qu'ils sortent de leur tranquille quotidien ; si on a les deux, on force les personnages à se développer, à franchir des obstacles, on crée de la friction et des étincelles, bref, du spectacle :)

Avatar de l’utilisateur
Colcoriane
Maîtresse dentelière des mots
Messages : 1536
Inscription : jeu. nov. 24, 2011 1:47 am
Rang special : -
Contact :

Re: Histoire menée par les personnages ou par l'auteur?

Message par Colcoriane »

Je suis d'accord avec ce qu'a dit Milora : dans ce débat, il y a eu un mélange de fait entre, d'une part, ce qui fait que pour le lecteur, l'histoire semble menée par les personnages plutôt que par l'auteur (ce qui, techniquement, pour moi, se traduit par la cohérence du récit et des personnages et l'absence de deus ex machina trop flagrants) et d'autre part, la façon d'aborder l'écriture par l'auteur.

Une histoire menée par les personnages (aux yeux du lecteur), c'est, je crois, ce que nous cherchons tous à faire, à de rares exceptions près : que le lecteur ne sorte pas du récit en voyant de façon flagrante les ficelles utilisées par l'auteur pour le mener.
Mais ce n'est pas pour ça que l'auteur a forcément été "mené par ses personnages" pendant le processus d'écriture. Cela n'implique pas forcément que l'auteur a écrit en improvisation. Au contraire, il me semble que c'est le reflet d'une très bonne construction, et des personnages, et de l'intrigue, en adéquation l'un avec l'autre, ce qui nécessite, il me semble, un minimum de planification (ou bien un gros boulot en correction, j'imagine que ça dépend de la façon de travailler de chacun).

Ceci dit, même en planifiant tout, je pense que le processus d'écriture en lui-même peut apporter des nuances à la construction du personnage, non prévues même en planifiant tout en détail. Et à terme, on peut en arriver à avoir des différences subtiles entre le personnage programmé et celui qui a été couché sur le papier. C'est là que, parfois, avec ce personnage légèrement différent, on peut tout à coup entrevoir d'autres manières de gérer les scènes suivantes, plus en adéquation avec le "nouveau" personnage. Et là, c'est un choix d'auteur : poursuivre le roman avec ce nouveau personnage ("se laisser mener", en quelque sorte, ce qui ne signifie pas pour autant que le personnage en question soit sacralisé) ou bien revenir en arrière pour forcer le personnage en question à rentrer dans le rang.
Et là dessus, je ne crois pas qu'on puisse dire que l'un ou l'autre soit mieux. ça dépend de l'auteur, du récit, des impacts sur l'intrigue, des objectifs que l'auteur veut absolument atteindre, etc. Mais dans un cas comme dans l'autre, je pense que ça doit être le fruit d'une réflexion, pour déterminer ce qui est le mieux dans ce cas précis. Parce que oui, on peut avoir une idée nouvelle qui révolutionne tout, mais qui apporte un gros plus au roman. Est-ce un tort alors de décider de ne plus suivre le plan initial ? Non, je ne crois pas. et oui, on peut décider que cette idée nouvelle ne cadre pas avec ce qu'on veut pour ce roman, ou qu'on ne veut pas tout chambouler ce qu'on avait construit. Est-ce un tort ? Non plus.
Reste que dans un cas comme dans l'autre, ça demandera probablement des ajustements, pour veiller justement à ce que l'intervention de l'auteur sur le récit ne soit pas perceptible par le lecteur.
Colcoriane
Anim'autrice : animatrice indépendante d'ateliers d'écriture :stylo:
Venez travailler vos techniques d'écriture dans mes ateliers en visioconférence !
Site internet ~ Facebook

Avatar de l’utilisateur
Milora
C'est qui le dragon le plus mignon de Meurk ?
Messages : 5630
Inscription : sam. déc. 18, 2010 8:58 pm
Rang special : Milosoupline
Localisation : Dans le Puits des Histoires Perdues

Re: Histoire menée par les personnages ou par l'auteur?

Message par Milora »

Ceci dit, même en planifiant tout, je pense que le processus d'écriture en lui-même peut apporter des nuances à la construction du personnage, non prévues même en planifiant tout en détail. Et à terme, on peut en arriver à avoir des différences subtiles entre le personnage programmé et celui qui a été couché sur le papier. C'est là que, parfois, avec ce personnage légèrement différent, on peut tout à coup entrevoir d'autres manières de gérer les scènes suivantes, plus en adéquation avec le "nouveau" personnage. Et là, c'est un choix d'auteur : poursuivre le roman avec ce nouveau personnage ("se laisser mener", en quelque sorte, ce qui ne signifie pas pour autant que le personnage en question soit sacralisé) ou bien revenir en arrière pour forcer le personnage en question à rentrer dans le rang.
Et là dessus, je ne crois pas qu'on puisse dire que l'un ou l'autre soit mieux. ça dépend de l'auteur, du récit, des impacts sur l'intrigue, des objectifs que l'auteur veut absolument atteindre, etc. Mais dans un cas comme dans l'autre, je pense que ça doit être le fruit d'une réflexion, pour déterminer ce qui est le mieux dans ce cas précis.
C'est totalement ça ! :wow: Je suis bien d'accord avec toi :)
Pour ma part, je sais qu'il faut que le personnage soit "nouveau" - pour reprendre tes mots -, qu'il finisse par être différent lorsque je l'écris, en s'éloignant de ce que j'avais imaginé en amont (le plus souvent dans sa façon d'être, pas dans ses actions), sans quoi il semble mécanique et ça ne produit pas l'impression que c'est le personnage qui mène l'histoire. Du coup, la création des personnages - pour moi - se fait partiellement en amont et partiellement au moment de l'écriture, en continu tout du long. C'est à ça que je fais référence lorsqu'il m'arrive de dire que mes personnages ne m'obéissent pas et mènent l'histoire (à cette espèce de double phase de création, où la création du personnage est partiellement déportée au moment de l'écriture).
Mais je sais que tout le monde ne fonctionne pas pareil.

Bref, je plussoie totalement Colco !
Jour de pluie dans une cuisine (Le Mammouth éclairé)

Avatar de l’utilisateur
Xavier
Et le poussin pew...
Messages : 452
Inscription : lun. nov. 11, 2013 11:18 am
Rang special : scribouillard
Localisation : Lille

Re: Histoire menée par les personnages ou par l'auteur?

Message par Xavier »

Colcoriane a écrit :Ceci dit, même en planifiant tout, je pense que le processus d'écriture en lui-même peut apporter des nuances à la construction du personnage, non prévues même en planifiant tout en détail. Et à terme, on peut en arriver à avoir des différences subtiles entre le personnage programmé et celui qui a été couché sur le papier. C'est là que, parfois, avec ce personnage légèrement différent, on peut tout à coup entrevoir d'autres manières de gérer les scènes suivantes, plus en adéquation avec le "nouveau" personnage. Et là, c'est un choix d'auteur : poursuivre le roman avec ce nouveau personnage ("se laisser mener", en quelque sorte, ce qui ne signifie pas pour autant que le personnage en question soit sacralisé) ou bien revenir en arrière pour forcer le personnage en question à rentrer dans le rang.
Et là dessus, je ne crois pas qu'on puisse dire que l'un ou l'autre soit mieux. ça dépend de l'auteur, du récit, des impacts sur l'intrigue, des objectifs que l'auteur veut absolument atteindre, etc. Mais dans un cas comme dans l'autre, je pense que ça doit être le fruit d'une réflexion, pour déterminer ce qui est le mieux dans ce cas précis. Parce que oui, on peut avoir une idée nouvelle qui révolutionne tout, mais qui apporte un gros plus au roman. Est-ce un tort alors de décider de ne plus suivre le plan initial ? Non, je ne crois pas. et oui, on peut décider que cette idée nouvelle ne cadre pas avec ce qu'on veut pour ce roman, ou qu'on ne veut pas tout chambouler ce qu'on avait construit. Est-ce un tort ? Non plus.
Je ne peux qu'appuyer ce passage, et je pense qu'on n'a peut-être pas assez mis l'accent sur le côté itératif de la construction de l'histoire dans ce débat.
Toute construction mentale, que cela soit une théorie scientifique, un argumentaire, une croyance ou, dans notre cas, une histoire, se façonne de manière itérative : c'est tout simplement un trop gros morceau à mâcher d'un coup pour notre cervelle :D

Que cela soit lors de la phase de planification et de synopsis comme Silène ou en plein dans la rédaction (Stephen King est parait-il de ce bord-là), je pense qu'il y a toujours, de manière plus ou moins présente, un dialogue renouvelé qui se crée entre l'histoire et les personnages qui la subissent autant qu'ils la poursuivent.
Que je commence avec une idée précise de mon histoire (je veux un combat épique entre un frère et sa sœur) ou avec une vision très nette de mes personnages (la sœur est une garce autoritaire, mais elle pense agir pour le bien de sa famille), les deux pendants vont se répondre durant la construction du récit de manière itérative : l'histoire impose tel événement à tel personnage, celui-ci impose telle décision qui entraîne tel événement, qui à son tour pousse tel autre personnage à faire un choix, etc., etc.
Et comme le dit Colcoriane, il arrive des moments où le choix qui résulte d'une itération n'est pas parfaitement défini, c'est à l'auteur de décider qui va s'imposer en fin de compte - que cela soit en changeant l'histoire pour coller au caractère du personnage, soit en changeant sa psychologie pour correspondre aux déroulements voulus.

Après, ce phénomène de dialogue, soit on en prend conscience en plein dans l'écriture, et là on peut effectivement avoir l'impression se faire coincer par ses personnages - tout autant que par son histoire d'ailleurs -, soit cela se déroule en amont, lors du synopsis, et la sensation de se faire piéger est moins forte puisque rien n'est encore encré (non ce n'est pas une typo, c'est un très bon jeu de mots).

Soit, dernière solution, on est incroyablement brillant, et, sans aucune révision, la toute première vision qu'on a eu de l'histoire complète du roman colle parfaitement avec notre toute première vision de chacun des protagonistes. Mais je crierais alors à l'imposture ;)

Avatar de l’utilisateur
Elikya
Petit escargot vaillant
Messages : 3816
Inscription : ven. mai 29, 2009 12:47 pm
Localisation : Entre terre et ciel

Re: Histoire menée par les personnages ou par l'auteur?

Message par Elikya »

Silène a écrit :Tu veux dire que ce qui t'intéresse, c'est la courbe d'évolution de tes personnages et que tu crées tes éléments de narration en fonction de leur évolution, c'est ça ? Pour qu'ils aillent dans tel ou tel sens ? Parce que là, je te rejoins parfois. Mais pas toujours, parfois c'est d'un évènement que je veux parler ou illustrer une idée.
Je garde cependant la certitude que les deux idées ne sont pas indissociables : tu peux faire un roman de caractères (avec la psychologie des persos comme thème central) sans pour autant être dans une écriture impro. Et inversement. Je ne pense pas que ce soit lié.
Et je te rassure, Cedricg, loin de moi l'idée de stigmatiser les auteurs qui fonctionnent sans plan : au contraire, j'en suis baba quand je vois qu'ils arrivent à se lâcher.
Oui, pour ma part c'est la courbe d'évolution des personnages qui m'intéresse et je crée les éléments de narration en fonction. Je ne suis pas à l'aise avec l'idée de parler d'idées, car j'aurais peur de tomber dans "l'argumentation" plutôt que dans "je raconte une histoire" (c'est propre à moi, évidemment, et j'admire ceux qui savent parler d'idées avec grâce).

Je pense que tu as raison, le fait d'improviser n'est pas lié au fait de partir des personnages et inversement. D'ailleurs, Truby montre bien qu'en partant des personnages on peut aller loin dans la planification et sa méthode m'a aidée à progresser (disons que ma longue-vue est devenue un peu plus performante). Mais pour en revenir à la question de base, une histoire planifiée dont les éléments sont au service des personnages me semble être une histoire menée par les personnages. J'entends par là que l'auteur se met au service de ses personnages en écrivant, qu'ils sont la raison d'être de son récit, que ceux sont eux qui fixent la direction du récit et la façon dont il va se terminer.
Elikya-Merveilleuse, de la Maison du trèfle à Nomorgame
Mon site internet
"Ma page facebook"

Avatar de l’utilisateur
Xavier
Et le poussin pew...
Messages : 452
Inscription : lun. nov. 11, 2013 11:18 am
Rang special : scribouillard
Localisation : Lille

Re: Histoire menée par les personnages ou par l'auteur?

Message par Xavier »

Elikya a écrit :D'ailleurs, Truby montre bien qu'en partant des personnages on peut aller loin dans la planification et sa méthode m'a aidée à progresser (disons que ma longue-vue est devenue un peu plus performante).
Je n'ai jamais entendu parler de ce Truby et en cherchant un peu wikipedia me dit que c'est un scénariste. Tu as un article ou quelque chose à recommander sur le sujet ? :perplexe:

Répondre