Variation du niveau de langue chez un même personnage

Sujets inactifs depuis un an ou plus

Modérateur : Crazy

Avatar de l’utilisateur
Dea
Messages : 762
Inscription : jeu. avr. 17, 2014 9:46 pm
Rang special : Penombre
Localisation : Massilia
Contact :

Variation du niveau de langue chez un même personnage

Message par Dea » dim. sept. 28, 2014 2:29 pm

Bonjour

Je suis un peu ennuyée par des béta off que je reçois actuellement, issues de différents commentateurs.
Pour mon plus grand malheur, j'ai tendance à avoir un niveau de français littéraire un peu haut dans la narration (sur certains forums, on m'a souvent dit que j'écrivais "vieux"... c'est tout dire...)

Mon histoire se déroule dans la bonne société du XIXe anglais.
Les personnages sont souvent issus de la bourgeoisie et parlent bien.
Cependant, face à certaines situations, ils deviennent soudain furieux avec des envies de hurler ou d'étrangler tout le monde.
Ma narration est "teintée", c'est à dire qu'elle se met normalement au diapason de la personnalité des personnages.
J'utilise aussi l'italique pour les pensées internes.

Or, je vois que même dans les pensées internes ou dans les narrations très teintées, dès que je fais un écart de langage et que j'écris une vulgarité, je me fais remonter les bretelles par mes commentateurs.
ça me perturbe...

A titre personnel, je pense avoir un langage "public/social" de bonne qualité, mais ça ne m'empêche pas de jurer comme une charretière quand je suis énervée et ça vole encore plus bas dans l'intimité de mon cerveau.
Du coup, je me demande si je suis "trop du sud", si je suis très mal élevée, si mes bétalecteurs ne sont pas trop stricts sur ce point là...

ça vous parait si aberrant que des personnages aient des sautes d'humeur et de niveau de langue ?
Si cela ne vous dérange pas pour des personnages masculins, ça vous choquerait de la part de perso féminins?

Pour l'heure, je lisse ma narration, mais pour les pensées, j'attends vos avis ou conseils.
Un site
Darkwood, Solitudes et Sacrifices et D'Une Terre à Une Autre, publiés chez Hydralune

Avatar de l’utilisateur
sherkkhann
C'est moi que tu regardes ?
Messages : 3867
Inscription : mer. janv. 20, 2010 4:33 pm
Rang special : Hu Cannabis !

Re: Variation du niveau de langue chez un même personnage

Message par sherkkhann » dim. sept. 28, 2014 2:38 pm

Personnellement, les sautes d'humeur ou les variations de niveau de langue ne me gênent pas, je trouve au contraire que c'est réaliste. Quand on est furax, y'a des gros mots qui fusent :sifflote:
Si cela ne vous dérange pas pour des personnages masculins, ça vous choquerait de la part de perso féminins?
Non plus. Ce qui me dérangerait ce serait si l'auteur se le permet avec un perso mec, mais pas fille.
:romain: Cycliste :romain:

Avatar de l’utilisateur
ilham
Messages : 863
Inscription : dim. nov. 11, 2012 6:17 am
Rang special : 1234
Contact :

Re: Variation du niveau de langue chez un même personnage

Message par ilham » dim. sept. 28, 2014 3:56 pm

Tout doit être justifié et cohérent, je pense.
Si ton personnage depuis plusieurs dizaines de pages n'a pas sorti une seule grossièreté, est resté zen, et que ton style utilise en plus un niveau de langage soutenu, oui c'est normal que cela gêne le lecteur.
Une personne qui insulte (surtout en face de de l'individu incriminé) est en règle générale un sanguin, un impulsif et devrait être décrit tel quel d'emblée... Bien sur, ce n'est pas aussi simple, il existe au contraire d'autres personnes au tempérament plus froid, qui ne vont pas en penser moins et se retiendront, en songeant par exemple aux conséquences (insulter un soulard dans un bar, ça peut être dangereux). Des personnes à qui il faudra des circonstances très particulières justifiant ce passage à l'acte : par exemple une colère provoquée par un sujet sensible. Si la colère ne semble pas justifiée pour ce genre de personnage, ou pire si cette circonstance exceptionnelle n'est pas explicitée, ça ne passera pas, en effet.

Tout dépend aussi du narrateur choisi. Un narrateur omniscient peut se permettre de rester à un niveau de langage soutenu. En focalisation interne, mixer les deux me semble risqué. En focalisation interne, on voit l'histoire à travers le regard, le ressenti du personnage, donc pour moi un personnage grossier, ça doit apparaitre dans le style d'une façon ou d'une autre. PAs forcément dans la narration. On peut utiliser les dialogues pour ça.

Sinon , je suis d 'accord que n'importe qui peut être grossier, mais pour donner un exemple, un bourgeois de la fin du 19e, je le vois quand même mal s'exprimer en argot... Idem de nos jours, une personne du 16e grossière ne le sera absolument pas de la même façon qu'un gosse du 93...
Même si elle a un coté universel, la grossièreté reste un phénomène culturel. Elle signe ton appartenance sociale. Même s'il y a des phénomènes d'assimilation de nos jours très rapides grâce aux médias, internet...
Un breton pur sucre ne songera pas à traiter son ennemi de chien... insulte pourtant courante dans le monde arabe et musulman où l'animal est connoté très négativement. Ce qui n'est pas le cas en Bretagne.
Cul béni ( très utilisée en Bretagne par le milieu laïcard) est une expression française anti-catholique, qu'on ne retrouve pas vis à vis d'autres religions, ou dans d'autres cultures.
On dit plus couillon dans le sud de la France que dans le nord...
Le vocabulaire des carabins ( internes en médecine, pas de la merde quoi ) est particulièrement vulgaire... et est peu partagé par le reste de la population.

Bien sur, les exceptions existent, mais ce qui peut être tout à fait vrai dans la réalité peut être très difficile à accepter par le lecteur s'il s'attend à autre chose. Il faut alors rendre crédible ce fait en dressant un contexte convainquant ... c'est le travail d'un romancier ! ;)

Bref, selon moi, cela fait partie de la caractérisation des personnages et les trahit sur leur appartenance religieuse, sociale, culturelle... et tu as du te tromper quelque part si cela ne passe pas...

Après, il faut voir le niveau de tolérance de tes beta lecteurs pour ce genre de choses : certaines personnes ont horreur de ce genre de vocabulaire, point. Et ça, ce n'est pas ton problème.
Mon challenge : Le lanceur de pierres
La logique vous mènera d'un point A à un point B. L'imagination vous mènera partout. Albert Einstein

Avatar de l’utilisateur
Crazy
Impératrice incontestée du Pareil © Crazy
Messages : 9276
Inscription : mer. juin 05, 2013 9:30 pm
Rang special : Chieuse pas tentée
Localisation : IdF
Contact :

Re: Variation du niveau de langue chez un même personnage

Message par Crazy » dim. sept. 28, 2014 4:54 pm

Tu pourrais pe nous poster un court extrait d'un truc qui va pas ?
:mouahaha: Grenouille vampire :wamp:, Mith :jedi: et sadique :fouet:
:lect: Challenge 2019 : Symbiotes (SF/SpaceOp)
:stylo: Blog : Crazy's Wor(l)ds

Avatar de l’utilisateur
Kushiel
Elle ne veut que votre bien.
Messages : 9799
Inscription : sam. mai 31, 2014 4:49 pm
Rang special : Grenouille médicastre
Localisation : A l'Ouest

Re: Variation du niveau de langue chez un même personnage

Message par Kushiel » dim. sept. 28, 2014 9:59 pm

ça vous parait si aberrant que des personnages aient des sautes d'humeur et de niveau de langue ?
Si cela ne vous dérange pas pour des personnages masculins, ça vous choquerait de la part de perso féminins?
Non, cela ne me parait absolument pas aberrant. ^^
Tout simplement parce que je fais usage en général d'un langage assez soutenu, mais que je suis capable de jurer comme un charretier (uniquement dans la sphère privée :mouahaha: et pas devant les enfants :psychocoah: ).

J'ai appliqué cette règle au personnage principal de mon roman (une femme), élevée dans un milieu très bourgeois. Elle utilise un vocabulaire en rapport avec son origine sociale sauf quand elle lance des jurons plutôt obscènes (mais toujours sous le coup d'une émotion vive) qu'elle a appris d'un ami docker.
Cela n'a pas eu l'air de choquer mon principal bêta-lecteur :hihihi:
:pompom: CITE NOIRE et CITE BLANCHE sont parus chez Rroyzz éditions
Ma page FB Auteure

Avatar de l’utilisateur
Dea
Messages : 762
Inscription : jeu. avr. 17, 2014 9:46 pm
Rang special : Penombre
Localisation : Massilia
Contact :

Re: Variation du niveau de langue chez un même personnage

Message par Dea » dim. sept. 28, 2014 11:03 pm

Merci Sherrkkhan et Kushiel,
vous me rassurez. :D

@ Crazy
Arf... Un "court" extrait sorti de son contexte ne me semble pas apporter beaucoup. Il faudrait que je mette au moins une page et quelques explications de contexte pour qu'on comprenne l'extrait...

@ Ilham
T'es d'une promo de quelle année de P1 ?
Parce que chez nous, personne ne parlait de façon "crue" à l'internat... Faut dire qu'on était 90% de filles là où j'étais.

Je suis bien d'accord pour dire que les insultes dépendent de la région et de la culture. J'adore d'ailleurs en fantasy créer de délicieuses injures de toute pièce.

Cependant, ici, c'est plus "compliqué", parce qu'évidemment j'écris en français alors que les personnages sont censés s'exprimer en anglais. Ainsi, en plus, je dois tenter de trouver une équivalence compatible entre les deux langues alors que parfois les expressions ne se composent pas de la même façon que nous... (les anglais apposent des "shit" de partout pour former leurs principales insanités)

Oui, je connais en effet des lecteurs qui ne supportent pas la moindre vulgarité chez des personnages de milieu social moyen ou élevé, ou à travers la narration.
Le souci, c'est que ce sont les seuls BL qui se manifestent. Du coup, cela déséquilibre les retours et cela m'a en effet perturbée.

Merci pour vos avis !
Un site
Darkwood, Solitudes et Sacrifices et D'Une Terre à Une Autre, publiés chez Hydralune

Avatar de l’utilisateur
ilham
Messages : 863
Inscription : dim. nov. 11, 2012 6:17 am
Rang special : 1234
Contact :

Re: Variation du niveau de langue chez un même personnage

Message par ilham » lun. sept. 29, 2014 6:24 am

Bonjour,
Je n'ai pas fait d'internat de médecine : c'est juste un truc très connu. Et je me souviens de quelques fêtes pas très élégantes... ;) Maintenant, cela a peut-être changé avec la féminisation de ce métier, ainsi que ces dernières années.

Les anglais n'ont pas un éventail d'insultes très varié. Entre "ass" et "shit"... on a vite fait le tour ! (on notera également qu'ils sont très restés au stade anal...) En français, on a plus de choix grâce à l'immense diversité régionale et les langues, dialectes, patois qu'elle amène. Les populations immigrées successives ont également amené avec elles tout un tas de vocabulaire qui s'est élargi au reste de la population... ( style, ta mère, elle... S'attaquer à la mère, à la sœur, c'est très connoté pays moyen-oriental ou maghrébin, car la question de l'honneur, endossé par les femmes et par la mère donc, y est très vive culturellement.

Enfin, personnellement, je ne m'inspirerais pas de l'Anglais pour trouver des insultes ! Les pays du Sud sont globalement plus éloquents ! ;) Mais rien ne t'empêche de trouver une passion polyglotte à ton personnage !
L'argot est une mine de vocabulaire très riche, très imagé dans lequel on peut puiser. Si à l'époque cela avait une couleur sociale évidente, maintenant, ça devient presque exotique. Pierre Perret a écrit un dico passionnant sur l'argot :). Note qu'il existe aussi un argot américain. Je n'ai pas de référence à te donner, mais ça peut être une piste...

Et sinon, j'ai trouvé un petit site qui m'avait bien aidé à mes débuts pour éviter les insultes trop francisées (âmes sensibles s'abstenir ! ) de la part de personnages moyen-orientaux :
http://bonbonze.net/v2/insultes/
Mais tu verras, il n'y a pas beaucoup de références anglo-saxonnes...

Sinon, à titre personnel, cela ne me gène pas un personnage qui jure, surtout dans les dialogues, mais 'indigestion est rapidement là quand il s'agit de narration... Tout le monde n'est pas Rabelais !

Sinon, les insulte ssont souvent l'exemple même des figures idiomatiques qui , une fois traduites, ne veulent plus rien dire. C'est difficilement transposables à une autre culture. J'ai trouvé comme ça un petit dico de figures idiomatiques syriennes, mais si c'est amusant à lire, c'est quasi impossible à utiliser en français, à quelques exceptions près. Le lecteur français moyen, avec ses références françaises, ne comprendrait pas la référence... En plus c'est traduit en anglais donc faut faire la bascule et ce n'est pas toujours possible ! Casse-tête !

Remarque, ça peut p'tre t'intéresser puisque du coup on retrouve de véritables formules idiomatiques anglaises...
Un exemple :
Image

Faudrait en effet que tu postes dans la section adhoc un extrait représentatif, pour mieux te dire...
Dernière modification par ilham le lun. sept. 29, 2014 7:05 am, modifié 1 fois.
Mon challenge : Le lanceur de pierres
La logique vous mènera d'un point A à un point B. L'imagination vous mènera partout. Albert Einstein

Avatar de l’utilisateur
Crazy
Impératrice incontestée du Pareil © Crazy
Messages : 9276
Inscription : mer. juin 05, 2013 9:30 pm
Rang special : Chieuse pas tentée
Localisation : IdF
Contact :

Re: Variation du niveau de langue chez un même personnage

Message par Crazy » lun. sept. 29, 2014 6:59 am

Dea a écrit :@ Crazy
Arf... Un "court" extrait sorti de son contexte ne me semble pas apporter beaucoup. Il faudrait que je mette au moins une page et quelques explications de contexte pour qu'on comprenne l'extrait.
A ce point ? :shock:

Ceci dit, si tous tes BL te remontent ce point, c'est qu'il y a qqch que tu ne fais pas assez bien passer... :perplexe:
:mouahaha: Grenouille vampire :wamp:, Mith :jedi: et sadique :fouet:
:lect: Challenge 2019 : Symbiotes (SF/SpaceOp)
:stylo: Blog : Crazy's Wor(l)ds

Avatar de l’utilisateur
takisys
Grenouille à quatre roues
Messages : 4878
Inscription : jeu. mars 31, 2011 7:37 pm
Rang special : Dragon dyslexique
Localisation : Au coeur d'une faille spatiotemporelle
Contact :

Re: Variation du niveau de langue chez un même personnage

Message par takisys » lun. sept. 29, 2014 7:06 am

Salut Déa, je compatis complétement, j'ai le même soucis :pleure: au début ça m'a déstabilisé bcp, maintenant je fais l'impasse sur les remarques concernant ce "problème" particulier
Mon blog : De plume et de griffes
Cycle en cour : Machines & Machinations
Les Enfants du Passé chez Voy'el
La Débusqueuse de Mondes chez le Peuple de Mü

Avatar de l’utilisateur
ilham
Messages : 863
Inscription : dim. nov. 11, 2012 6:17 am
Rang special : 1234
Contact :

Re: Variation du niveau de langue chez un même personnage

Message par ilham » lun. sept. 29, 2014 7:14 am

Faut voir Crazy, si le panel est composé de personnes ayant à peu près le même profil en matière de lecture, culture, ce n'est pas impossible. Deux ou trois BL ne font pas un lot représentatif forcément...
Je connais des gens qui y sont vraiment allergiques... que je choque quand je parle (pourtant, je ne jure pas comme un charretier, mais ça m'arrive de sortir un bon gros mot...).
Tu peux avoir le même souci sur des scènes osées... selon la façon dont tu t'y prends, le public visé : certains hurleront si tu oses mettre une scène de sexe dans un roman destiné à un public pré adulte quand même...

En tout cas le probleme de BL ne supportant pas les injures et celui de trouver des insultes satisfaisantes selon le personnage, sa culture, son caractère, sont deux choses différentes...

Déa, essaie déjà de discuter plus largement avec tes BL, histoire de savoir quel est leur point de vue sur ce genre de sujet. Que pensent-elles de la grossièreté, quelles sont leurs limites dans ce domaine dans la vie de tous les jours. C'est exactement pareil pour le sexe ou la violence. Certains pourront supporter de la quasi pornographie ou du sanguinolent, pas d'autres. Et là c'est à toi de savoir ce que tu veux faire passer et quelle stratégie adopter.
A partir de là, tu pourras peut-être en déduire si c'est juste un point de vue personnel ou une erreur de ta part.
Mon challenge : Le lanceur de pierres
La logique vous mènera d'un point A à un point B. L'imagination vous mènera partout. Albert Einstein

Avatar de l’utilisateur
tomate
Messages : 1323
Inscription : lun. juil. 23, 2012 10:40 am
Rang special : 3
Localisation : Planète Terre
Contact :

Re: Variation du niveau de langue chez un même personnage

Message par tomate » lun. sept. 29, 2014 11:58 am

Mon histoire se déroule dans la bonne société du XIXe anglais.
Les personnages sont souvent issus de la bourgeoisie et parlent bien.
Petite remarque: jusqu'à la Guerre de 14-18, la plupart des anglais de classe élevée ignoraient réellement les mots vraiment grossiers et ne pouvaient pas les utiliser, même lorsqu'ils étaient furieux. Je l'ai tiré d"e ce bouquin: http://www.amazon.co.uk/Watching-Englis ... he+English

Idem pour les filles: les jurons ne me choquent pas s'ils sont vraisemblables. Maintenant une ado du 19ème élevée dans un couvent de la bonne société ignorerait simplement l'existence de certains mots et pas seulement des jurons.
Vu que les jurons, ça compte beaucoup pour la caractérisation, je pense qu'il faut les choisir avec soin, mais il faut effectivement différentier ta voix, en tant que narrateur, de celle de tes persos.

Avatar de l’utilisateur
Hatsh
Rose apprivoisée
Messages : 1440
Inscription : ven. mai 31, 2013 3:20 pm
Rang special : Avatar : Raphaël Vavasseur

Re: Variation du niveau de langue chez un même personnage

Message par Hatsh » lun. sept. 29, 2014 3:38 pm

Dea a écrit :Mon histoire se déroule dans la bonne société du XIXe anglais.
Les personnages sont souvent issus de la bourgeoisie et parlent bien.
Cependant, face à certaines situations, ils deviennent soudain furieux avec des envies de hurler ou d'étrangler tout le monde.
Je plussoie tomate, d'autant que le 19e siècle, c'est vaste... la porosité sociale n'était pas la même selon les périodes, et tout dépend aussi de quel type de bourgeoisie il s'agit... donc la possibilité d'une proximité plus ou moins grande avec des classes (plus) populaires et donc avec des registres de langage & un vocabulaire plus familiers, voire vulgaires.

Quant à leurs réactions de fureur soudaine : est-ce que c'est une conséquence de ton intrigue ? Parce qu'on ne perdait pas son sang-froid comme ça... et l' "envie d'étrangler", ce n'est pas un geste anodin (psychologiquement, culturellement et temporellement parlant). Au 19e siècle, le simple fait de parler fort est déjà considéré en soi comme une marque de grossièreté et une propriété vocale des classes ouvrières et paysannes. Et l'étranglement, une technique de meurtre populaire (cf. le Garotter's Act de 1863), voire exotique (l'imaginaire autour des Thugs, par ex.).
Dea a écrit :j'écris en français alors que les personnages sont censés s'exprimer en anglais. Ainsi, en plus, je dois tenter de trouver une équivalence compatible entre les deux langues alors que parfois les expressions ne se composent pas de la même façon que nous...
C'est un choix intéressant, même si pas évident. Rien ne t'empêche de conserver en italique des expressions idiomatiques lorsqu'elles ne sont pas trop longues (ex : Good Lord ou damned), afin d'ancrer le contexte et de donner la mesure du poids de la langue & des "bonnes mœurs". Perso, c'est l'option pour laquelle j'ai opté dans ma novella, parce que ça restitue bien l'ambiance de l'époque & localisation décrites.
Dea a écrit :Si cela ne vous dérange pas pour des personnages masculins, ça vous choquerait de la part de perso féminins ?
Là encore, plein de variables : leur caractère, leur origine sociale, leurs choix de vie, le contexte, etc. (comme pour des personnages masc., en somme).

Voilà... désolée si c'est redondant avec ce qui a déjà été dit et si c'est à côté de la plaque.
Foi de :marraine: , par les forces de X.A.O.Σ. (Booz), si tu bondis dans les Trois Cercles de fer (Lullaby), tu entendras la Langue du Givre (Nankin)...

Avatar de l’utilisateur
Dea
Messages : 762
Inscription : jeu. avr. 17, 2014 9:46 pm
Rang special : Penombre
Localisation : Massilia
Contact :

Re: Variation du niveau de langue chez un même personnage

Message par Dea » lun. sept. 29, 2014 7:35 pm

Hello Crazy

Tous les BL ne me le remontent pas, mais environ 50% et rarement pour les mêmes passages.
Je pourrais te citer un passage au pif (tiens, les deux derniers où l’on m’a fait une remarque) :
Spoiler: montrer
Passage 1 : Lisbeth= jeune bourgeoise à la verve assassine, fonceuse, dont le mot « hurlement » est l’une des caractéristique (mais elle a de quoi crier la pauvre vu dans les situations de dark fantasy où elle patauge) dont le mari, Else, a été retrouvé mort, décapité entre autre
ELSE ! Je t’en ficherai moi de la sincérité et de l’innocence ! Que James [le frère de Lisbeth] la tienne loin de mes griffes, parce que je risque de la massacrer ! Que Maggie [la sœur écervelée de Lisbeth] ouvre encore une fois la bouche, une seule, et que Mère aille s’offusquer auprès du Diable, mais, là, je hurlerai jusqu’à ce que ma chère « famille » dégage de chez moi ! Else, dans quel bordel m’as-tu encore mise avec tes imbécillités en Another ? Tes larbins ont intérêt à recoller ton crâne sur un buste et à te réveiller, parce que franchement, pour ce que tu me fais subir en ce moment, tu mériterais que je t’arrache la tête !
On me signale : ficherai, dégage, bordel (celui-là, je le comprends)
(et pour comprendre le sens du passage ou la raison de la colère, il faudrait au moins les 2 pages attenantes)

**

Passage 2 : Zayn, peintre alcoolique et drogué, marginal, dont la caractéristique est de passer en berserk quand il s’énerve et de peindre des toiles hideuses dans des états de transes horrifiées. Là, il vient de voir que sa dernière œuvre vandalisée.
Par la chiure des Anges ! Mon tableau ! Qu’est-ce qui est arrivé ? Qui a salopé ma toile ?
Une colère naissante et grondante montait en lui. Quelqu’un s’était infiltré dans son atelier et avait profané l’une de ses créations ! Qu’il mette la main sur cet enfoiré et il lui ferait bouffer ses doigts. Il lui crèverai les yeux ! Il les presserait pour en tirer tout le jus qu’il mélangerait au sang issu de la gorge de ce connard afin d’écrire dans ses tripes rendues à l’air une putain de malédiction à le faire damner pour l’éternité avant de le livrer aux Tréfonds(=aux Enfers) !
— Pourquoi la toile est-elle inachevée ? s’enquit Lisbeth.
— ELLE N’ÉTAIT PAS INACHEVÉE ! explosa Zayn.
Alors, là, j’ai pas compris, mais au milieu de toutes les insultes du paragraphe, le BL a buggé sur le « connard » en me disant que c’était trop pour un personnage qui le reste du temps a un vocabulaire plutôt modéré. (Il aurait mieux fait selon moi de me dire que la phrase était trop longue, parce qu’elle l’est. ^^)
Ce sont les deux passages où je suis le plus embêtée parce que nous sommes dans des pensées internes plus ou moins déguisées et donc pour moi, il n’y a pas de souci.

**
Merci Takisys :D
Me voilà soulagée de ne pas me sentir aussi seule. :D

**
Bonsoir Ilham

Je fais partie des gens qui hurlent quand il y a une scène de sexes dans un récit pour grands ados. :D

L’un des BL est clairement conscient qu’il n’aime pas que je teinte ainsi la narration et je comprends cet argument. La 2e me dit souvent « c’est tellement moche comme expression que ça jure au milieu du reste, je ne trouve pas que cela donne un style, au contraire je trouve que c’est juste mal écrit avec un mauvais choix de mot par l’auteur qui aurait pu trouver bien mieux ». Le 3e, je ne sais pas pourquoi il bugge de temps en temps et non à d’autres moments. ^^
Ce n’est pas un « dégoût » spécial de mes BL pour les injures, parce que j’ai des chapitres avec une bande de mercenaires et là, ça y va ! ^^ Et tout le monde apprécie ces chapitres où syntaxe, vocabulaire, argot et autres voltigent en tout sens.

**

Hello Tomate

Merci pour ces références. :D ça a l’air très intéressant. :)
(sinon, je suis contente d’écrire une uchronie et non un roman historique, parce que comme ça, je peux me défausser quand j’écris une bourde ^^)
Je suis en effet bien d’accord : il y a des livres policiers ou des livres en V.O dont je ne comprends pas le sens des insultes et donc c’est sûr que j’aimais je ne penserai à les utiliser. On ne prononce que les mots qu’on connait. :)

**

Hello Hatsh
(hé ! ce qu’il y a du monde sur ce topic. ^^)

Oui, ma bourgeoise est par moment très « grande dame » dans son comportement (ça, c’est sa face publique) et dans l’intimité, elle est beaucoup plus tempétueuse et belliqueuse et se retrouve à devoir diriger tous les mercenaires et artistes indigents que fréquentait son feu-époux (qui lui était un génie charismatique issus du monde ouvrier). Déjà, là, on toucherait à l’uchronie. ^^

Le récit se situe dans un faux 1890 avec une condensation temporelle qui couvre 1880 à 1915 avec toutes les inventions et révolutions culturelles condensées en moins de 10 ans. On est en avance sur l’émancipation féminine, mais le texte se déroule dans une grande ville où les hommes sont à la mine pendant que les femmes commencent à investir les usines pour fournir de la manœuvre et ont droit à leur propre université.

Je l’ignorai pour le fait que les gens parlaient tout doucement au XIXe. Il faut dire que le leïtmotif du roman est le mot « hurler ». Tous les chapitres (ou presque) finissent sur un hurlement, une fuite ou un évanouissement (c’est un récit de dark). Pour « étrangler », je ne savais pas que ce n’était pas du tout dans les habitudes de la bonne société de l’époque. ^^ je pensais que quelques opposants politiques des grands souverains de l’époque avaient pu finir comme ça leur vie.

Pour garder des expressions en V.O dans le texte, non. Je l’ai fait pour un ancien roman et à cause de ça tout le monde m’a rabattu les oreilles pendant des mois et années. Je ne le referai plus. C’est bien dommage, car j’aurai apprécié ta proposition. :D

Tes propositions sont très intéressantes et j’ai beaucoup appris (je vais ainsi pouvoir titiller mon héroïne en lui faisant rappeler par ses ennemies qu’on ne parle pas plus haut que le bout de son nez quand on est bien élevé et autre ^^)

Merci à tous !
En plus j'apprends plein de choses sur le XIXe anglais. :D
Un site
Darkwood, Solitudes et Sacrifices et D'Une Terre à Une Autre, publiés chez Hydralune

Avatar de l’utilisateur
LynVie
Déteste le jaune fluo, même avec des lunettes de soleil...
Messages : 407
Inscription : lun. févr. 18, 2013 10:18 pm
Rang special : Odalalune

Re: Variation du niveau de langue chez un même personnage

Message par LynVie » lun. sept. 29, 2014 9:26 pm

Petit passage dans ce topic. Je précise que je ne fais quasi pas de betalecture car je patauge généralement pour présenter les soucis que j'ai pu voir (surtout les corrections ortho ou grammaticales, je déteste reprendre un texte, mettre en couleur et tout et tout...) Mais du coup, tes soucis m'ont interpellée et intriguée.

Si je ne peux qu'appuyer ce qui a été déjà dit par ailleurs, à la lecture de tes deux passages, je crois entrevoir ce qui a pu poser souci à certains BL.
Je dis bien je crois :P

Pour le premier passage :
Dea a écrit :
Spoiler: montrer
Passage 1 : Lisbeth= jeune bourgeoise à la verve assassine, fonceuse, dont le mot « hurlement » est l’une des caractéristique (mais elle a de quoi crier la pauvre vu dans les situations de dark fantasy où elle patauge) dont le mari, Else, a été retrouvé mort, décapité entre autre
ELSE ! Je t’en ficherai moi de la sincérité et de l’innocence ! Que James [le frère de Lisbeth] la tienne loin de mes griffes, parce que je risque de la massacrer ! Que Maggie [la sœur écervelée de Lisbeth] ouvre encore une fois la bouche, une seule, et que Mère aille s’offusquer auprès du Diable, mais, là, je hurlerai jusqu’à ce que ma chère « famille » dégage de chez moi ! Else, dans quel bordel m’as-tu encore mise avec tes imbécillités en Another ? Tes larbins ont intérêt à recoller ton crâne sur un buste et à te réveiller, parce que franchement, pour ce que tu me fais subir en ce moment, tu mériterais que je t’arrache la tête !
Il y a un mélange de jurons ou du moins exclamations un peu "soutenus" dirons-nous ("que Mère aille s'offusquer auprès du Diable", ou larbins ou encore "tu mériterais que je t'arrache la tête" par exemple) et de jurons réellement grossier dont ceux qui dénotent le plus seraient, selon moi, ficherai et dégage comme souligné par d'autres. Ce qui me pose surtout souci c'est que je doute que ces expressions aient réellement été utilisées en ce temps-là, du moins pour le dégage...
J'avoue avoir eu du mal à lire la phrase avec Maggie (à partir du "mais, là, je hurlerai"...) et rien compris au imbécillités en Another.

Pour le second passage :
Dea a écrit :
Spoiler: montrer
Passage 2 : Zayn, peintre alcoolique et drogué, marginal, dont la caractéristique est de passer en berserk quand il s’énerve et de peindre des toiles hideuses dans des états de transes horrifiées. Là, il vient de voir que sa dernière œuvre vandalisée.
Par la chiure des Anges ! Mon tableau ! Qu’est-ce qui est arrivé ? Qui a salopé ma toile ?
Une colère naissante et grondante montait en lui. Quelqu’un s’était infiltré dans son atelier et avait profané l’une de ses créations ! Qu’il mette la main sur cet enfoiré et il lui ferait bouffer ses doigts. Il lui crèverai les yeux ! Il les presserait pour en tirer tout le jus qu’il mélangerait au sang issu de la gorge de ce connard afin d’écrire dans ses tripes rendues à l’air une putain de malédiction à le faire damner pour l’éternité avant de le livrer aux Tréfonds(=aux Enfers) !
— Pourquoi la toile est-elle inachevée ? s’enquit Lisbeth.
— ELLE N’ÉTAIT PAS INACHEVÉE ! explosa Zayn.

J'approuve son souci avec le connard, j'ai eu le même. Et encore une fois avec une impression de mélange d'exclamations et jurons imagés ou soutenus (j'ai beaucoup aimé la chiure des anges, même si là aussi j'irai vérifié si chiures avait ce sens là possiblement en ce temps là^^) qui font du coup totalement décallés avec un banal connard (ou le salopé, c'est du même acabit). Plus que le langage chatié ou non, et le brutal juron, c'est surtout le décalage parfois entre un langage très imagé (qui frôle ce qu'a pu être l'argot d'ailleurs en un certain sens, l'image des Tréfonds est typiquement une image qu'aurait pu avoir l'argot) et un langage brute de décoffrage.

En fait ce qui me gêne du coup dans ces deux extraits c'est que j'ai l'impression d'avoir un mélange de langage soutenu à la 19ème et de langage banalement brutal à la 20ème siècle. Je ne suis pas choquée personnellement par les insultes, mais oui, ces deux passages me chiffonneraient. Après ca peut être un choix, un style, mais il y a un certain décalage parfois qui se ressent. ^^

Courage en tout cas. j'aime bien l'ensemble sinon par ailleurs, ca donne envie d'en lire plus ;)

Avatar de l’utilisateur
tomate
Messages : 1323
Inscription : lun. juil. 23, 2012 10:40 am
Rang special : 3
Localisation : Planète Terre
Contact :

Re: Variation du niveau de langue chez un même personnage

Message par tomate » lun. sept. 29, 2014 9:41 pm

Perso, ce qui me gêne, ce n'est pas le niveau de langage, mais le mélange d'époques dans les jurons. si tu as aussi un mélange d'époque dans leur parler "normal", on devrait s'y habituer. Sinon, on sort de l'histoire:

Années 1990-2014:
parce que je risque de la massacrer
que je t’arrache la tête
enfoiré
connard
Années 50-70

dégage de chez moi (encore en usage de nos jours)
bordel, putain de malédiction (idem, mais beaucoup moins grossiers de nos jours)
Tes larbins
19ème siècle?
ferait bouffer ses doigts
Formules régionales? Dans la formule originale, je suis quasiment sûre qu'il n'est pas question de "s'offusquer" mais d'une activité beaucoup plus sexuelle.
Mère aille s’offusquer auprès du Diable
Chiure des anges
Tu peux essayer les films de gangster des années 50-70, si tu es à court d'idées.

Répondre