[I] Tuer un personnage, le dilemme

Ici, on peut poser des questions (techniques ou non) sur l'écriture, les outils qui y sont dédiés et plus largement, sur le monde du livre !

Modérateur : Crazy

Répondre
Avatar de l’utilisateur
Betty
Et l'imaginaire devient réel...
Messages : 2903
Inscription : mar. déc. 16, 2014 7:50 pm
Rang special : Directrice de castings imaginaires
Localisation : Dans mon jacuzzi
Contact :

[I] Tuer un personnage, le dilemme

Message par Betty » ven. janv. 16, 2015 12:49 am

Bonjour à tous,

Je viens à vous chères grenouilles pour parler d'un sujet ô combien délicat et source de culpabilité pour l'écrivain ou apprenti écrivain : tuer un de ses personnages.

Si certains comme George R. Martin semblent adorer tuer en masse leurs personnages, nous ne sommes pas tous égaux quand il faut donner la mort à un personnage qu'on a souvent aimé ou tout du moins auquel on a donné naissance.

Pour ma part je réfléchis sérieusement à tuer un de mes personnages préférés, qui est également un narrateur de mon histoire, car ce serait bien plus logique et bien plus courageux dans les circonstances qu'il traverse. Mais je n'arrive pas à m'imaginer faire ça et je me cherche des portes de sortie avant même de l'avoir fait.

Est-ce que certains ont des techniques pour y arriver ? Des moyens d'écrire avec du détachement ? Est-ce que d'autres éprouvent les mêmes difficultés que moi ? Certains ont-il déjà évité la mort d'un personnage par manque de volonté ?

:merci2:
A.I. (Amis Imaginaires) chez Castelmore, sortie le 16 août 2018 ! :wow:

Chromatopia dans les Challenges :pompom:

Ma page Facebook :stylo:

Avatar de l’utilisateur
Roanne
Fifty shades of réglisse
Messages : 11739
Inscription : dim. juil. 09, 2006 6:42 pm
Rang special : Super Roanne
Localisation : Avec les lutins de l'Hermitain
Contact :

Re: Tuer un personnage, le dilemme

Message par Roanne » ven. janv. 16, 2015 7:36 am

Ce sujet a déjà été abordé dans le forum... ;) par contre, il me semblait qu'il y avait un fil de discussion spécifique mais je n'ai pas réussi à le retrouver.

(il faut aller dans Plume dans la palme, ce forum-ci, Masques et tubas, est réservé aux outils).

Quelques pistes en attendant (même sujet, mais autre façon de l'aborder) :
viewtopic.php?f=14&t=211833
viewtopic.php?f=14&t=208597
Blog : Plumes Sauvages.
OLT : La canne au pommeau d'argent
Challenge OFF pour le moment : Octavia

Avatar de l’utilisateur
Aramis
Dites ouistiti !
Messages : 2382
Inscription : jeu. juil. 30, 2009 10:41 am
Rang special : Grenouille timide
Localisation : Cathédrale

Re: Tuer un personnage, le dilemme

Message par Aramis » ven. janv. 16, 2015 11:42 am

Aaaah, Martin...je ne compte plus les chocs qu'il m'a donnés en décimant une bonne partie de mes personnages préférés ^^

Je comprends ton dilemme face à la mort d'un personnage en cours d'histoire; pour ma part, je contourne une partie du problème en les faisant mourir à la fin ^^ mais le choc émotionnel est quand même là.

Je n'ai pas vraiment de technique pour y arriver mais je réfléchis vraiment aux circonstances, au pourquoi de la mort, à la façon dont elle s'inscrit dans la logique de l'histoire. Je me demande ce que ça ferait s'il survivait, ce que ça aurait comme conséquences. C'est toujours un choix mûrement réfléchi et je ne le fais pas de gaieté de cœur. Mais si l'histoire le demande, je le fais.

Qu'est-ce que tu veux dire par "écrire avec du détachement"? Écrire la mort du personnage comme si elle ne te touchait pas? J'en suis incapable. Pour tout dire, ou je suis en larmes sur mon pc quand j'écris ces scènes ou il me faut deux jours pour m'en remettre. Bon, j'aime jouer sur les émotions et je m'investis à fond émotionnellement dans ce que j'écris, ça explique ^^ D'autres n'auront pas du tout la même approche. Disons que je ne vois pas pourquoi il faudrait forcément partir sur du détachement pour des scènes qui sont toujours très fortes sur le plan émotionnel, tant pour l'auteur que pour les lecteurs si c'est un personnage qu'ils aiment.

Même si c'est très difficile, je ne pense pas qu'il faille éviter la mort d'un personnage par manque de volonté. Il faut choisir ce qui est le mieux dans le cadre de l'histoire, ce qui lui donne plus de force, ce qui sert le plus l'intrigue... Le manque de volonté est là au début, on cherche toutes les solutions possibles pour éviter ça, puis on voit qu'on y revient toujours, que le meilleur chemin passe par là...et il faut s'y mettre.
Cycliste Modo Challenge :violet:
Challenge 2018: Rúnaskar


Le panache est, dans un sacrifice qu’on fait, une consolation d’attitude qu’on se donne. E. R.

©Luxia

Avatar de l’utilisateur
Betty
Et l'imaginaire devient réel...
Messages : 2903
Inscription : mar. déc. 16, 2014 7:50 pm
Rang special : Directrice de castings imaginaires
Localisation : Dans mon jacuzzi
Contact :

Re: Tuer un personnage, le dilemme

Message par Betty » ven. janv. 16, 2015 12:32 pm

J'avais fait une recherche avec "tuer" "mort" et "mourir" et je n'ai pas eu de résultat de recherche...

Et les 2 sujets que tu m'as cité Roanne sont assez spécifiques et ne parlent pas de ce thème un peu plus générique qui peut concerner tout le monde.

Après pour le placement de ce topic je vais laisser un modérateur décider, j'ai hésité mais pour moi ça trouvait sa place dans Masques et tubas...

Merci Aramis pour tes conseils. La première fois que j'ai tué un personnage, j'ai contourné le problème en écrivant d'abord la scène où il meurt et en écrivant ensuite son histoire dans les chapitres précédents grâce à un narrateur qui a un quête annexe que j'ai rajoutée tardivement.
Au final toutes les scènes que j'ai rajouté sur lui j'arrêtais pas de me dire "mais il est super cool et sa famille va être vraiment triste maintenant, je suis vraiment obligée de le tuer ?".

Au final le souci c'est qu'on n'est jamais vraiment obligé de tuer un personnage vu qu'on est tout puissant sur notre récit... Mais si on ne le faisait pas, nos histoires manqueraient de réalisme et de rebondissements dramatiques.

J'ai bien peur de me bloquer à la scène où je vais devoir tuer ce personnage si attachant et important et de faire comme toi, pleurer pendant 2 jours... Ecrire une scène alternative où il survit... Etc, etc.
A.I. (Amis Imaginaires) chez Castelmore, sortie le 16 août 2018 ! :wow:

Chromatopia dans les Challenges :pompom:

Ma page Facebook :stylo:

Avatar de l’utilisateur
Siana
Messages : 3891
Inscription : dim. janv. 09, 2011 2:55 pm
Rang special : Grenouille-paranormale
Localisation : 49

Re: Tuer un personnage, le dilemme

Message par Siana » ven. janv. 16, 2015 12:51 pm

BettyLMDO a écrit : Au final le souci c'est qu'on n'est jamais vraiment obligé de tuer un personnage vu qu'on est tout puissant sur notre récit... Mais si on ne le faisait pas, nos histoires manqueraient de réalisme et de rebondissements dramatiques.
Personnellement, je me rattache à cette idée. Je pense surtout au public en cherchant de bonnes idées, je me demande ce qui plairait à des lecteurs potentiels, comment les émouvoir. Donc quand j'ai l'idée de tuer un perso, souvent soit je me dit que c'est une bonne idée à cause de son potentiel dramatique, soit j'hésite un peu et je pèse le pour et le contre pour décider. Dans tous les cas, je mets le passage en scène de façon assez dramatique, pour faire autant que possible une "sortie théâtrale". Comme ça, mon attention est détournée par le fait que je suis en train d'écrire une belle scène, que je veux la réussir. Et je pense moins à mon personnage, vu que je suis concentrée sur l'ambiance et la mise en scène. Ça aide à garder une certaines distance.
Bon, après, je fait partie des auteurs un peu sadiques, alors j'ai pas trop de mal non plus. ^^
Sinon, il est aussi possible d’écrire la scène rapidement comme du brouillon, et de la revoir à la correction. Il est peut-être plus facile de la corriger une fois qu'elle est écrite. Relire tout le texte pour voir ce qu'elle apporte à l'histoire peut aussi convaincre l'auteur de garder cette scène malgré sa tristesse.

Bon courage, en tout cas, c'est toujours le genre de scène difficile ! :love:
- Oniriphage - version roman, Challenge 1er jet 2018 !
- La magie ne meurt jamais... - en bêta
- In scenario veritas - Cycle, Phase III - en cours

:witch:

Avatar de l’utilisateur
Peewee
Met du baume au coeur des écrits, soigneuse en chef de SG.
Messages : 1087
Inscription : sam. mai 04, 2013 7:41 pm
Rang special : Grenouille bretonne
Localisation : A la toute fin de la Terre

Re: Tuer un personnage, le dilemme

Message par Peewee » ven. janv. 16, 2015 1:16 pm

Question délicate en effet !

j'ai envie de te dire un peu ce que les autres grenouilles ici ont déjà dit : essaye d'envisager les deux solutions, voir ce qui apporte le plus à l'histoire (côté dramatique etc...) Après, cela ne sert à rien de faire de la surenchère, on est pas obligé de tuer un personnage histoire de le faire ! Pas de morts gratuites, hein ! :psycho:

Pour ma part, ça va, je n'ai pas trop de mal à "éliminer" quelques persos (même parfois dans les principaux) eet sur le coup, ça ne me gêne pas. C'est surtout après, quand je me relis, que je me trouve vachement dure parfois ! :pleure: Je dois être moi aussi un peu sadique...

Bon courage pour ta décision ! :hihihi:
Taryann la malédiction du Lac en alpha off !
Fournisseuse quand même de baume Spécial Peewee
Ma Page FB : La Plume de Manihola

Avatar de l’utilisateur
Betty
Et l'imaginaire devient réel...
Messages : 2903
Inscription : mar. déc. 16, 2014 7:50 pm
Rang special : Directrice de castings imaginaires
Localisation : Dans mon jacuzzi
Contact :

Re: Tuer un personnage, le dilemme

Message par Betty » ven. janv. 16, 2015 1:20 pm

Ce que je veux surtout c'est ne pas que les morts passent inaperçues genre "ho pendant la bataille y a eu tant de morts dont machine et truc" (J. K. Rowling si tu ME LIS)...

Mais après c'est dur aussi de gérer la charge émotionnelle des autres personnages. ça peut vachement ralentir l'histoire de gérer de manière crédible le deuil.
A.I. (Amis Imaginaires) chez Castelmore, sortie le 16 août 2018 ! :wow:

Chromatopia dans les Challenges :pompom:

Ma page Facebook :stylo:

Avatar de l’utilisateur
Iluinar
Grand maître Croustimouche
Messages : 9622
Inscription : mer. nov. 15, 2006 3:05 pm
Rang special : Esprit servant du fouet
Localisation : Dans mon monde

Re: Tuer un personnage, le dilemme

Message par Iluinar » ven. janv. 16, 2015 1:39 pm

C'est marrant, je n'ai jamais eu de problème avec ça. Peut-être parce que quand j'imagine un perso, j'imagine sa vie comme un tout, allant de sa naissance à sa mort. Du coup, sa mort n'arrive pas brutalement après un long moment à le côtoyer, elle a toujours été là.

Avatar de l’utilisateur
sherkkhann
C'est moi que tu regardes ?
Messages : 3748
Inscription : mer. janv. 20, 2010 4:33 pm
Rang special : Hu Cannabis !

Re: Tuer un personnage, le dilemme

Message par sherkkhann » ven. janv. 16, 2015 1:47 pm

:mage: sujet déplacé.
Est-ce que certains ont des techniques pour y arriver ? Des moyens d'écrire avec du détachement ? Est-ce que d'autres éprouvent les mêmes difficultés que moi ? Certains ont-il déjà évité la mort d'un personnage par manque de volonté ?
Je me reconnais tout à fait dans le témoignage d'Aramis et de Siana.

Dans mon dernier tome, je fais mourir dès le départ mon personnage préféré, celui qui est le plus souvent la narrateur. Au début, j'ai hésité car ça me faisait mal de m'en séparer ; je savais que c'était la meilleure option pour clore le cycle, mais je trouvais des "excuses" pour le faire ressusciter :mrgreen: une fois le problème identifié (fallait couper le cordon), j'ai décidé de le laisser bien mort et enterré. Mais ça n'empêche pas que c'est difficile ; je vais sans aucun doute chialer comme une madeleine en écrivant la scène parce que j'aurais perdu "un proche" et que je vais surement galérer à m'en remettre ; je me prépare d'ailleurs psychologiquement à cette séparation depuis plusieurs mois :roll: je crois qu'il faut aussi apprendre à faire le deuil de ses personnages et de ses histoires, pour le bien de l'histoire.
:romain: Cycliste :romain:

Avatar de l’utilisateur
Aelys
Alors que l'aube diffuse sa couleur sur le monde, le tigre sort du bois noir et lève les yeux vers le ciel qui s’étend de l’autre côté du mur. Est-ce le jour pour jouer sa vie ?
Messages : 9349
Inscription : dim. oct. 31, 2010 11:56 am
Rang special : Grande flemmarde avec des pics d'activité

Re: Tuer un personnage, le dilemme

Message par Aelys » ven. janv. 16, 2015 1:56 pm

Iluinar a écrit :C'est marrant, je n'ai jamais eu de problème avec ça. Peut-être parce que quand j'imagine un perso, j'imagine sa vie comme un tout, allant de sa naissance à sa mort. Du coup, sa mort n'arrive pas brutalement après un long moment à le côtoyer, elle a toujours été là.
Ah bah voilà, je cherchais mes mots et Iluinar a tout dit :wow:

Avant la scène, même, il m'arrive de glousser intérieurement en me disant que mes lecteurs vont me haïr quand ils sauront :hihihi: Par contre, pendant la scène, c'est toujours difficile... Parce que bien doser l'émotion sans tomber dans la surenchère, c'est quand même super dur dans des cas aussi extrêmes que la mort.
Mes derniers bébés : I.R.L., éditions Gulf Stream et Quelques pas de plus, éditions Scrineo
Grenouille tu as été, grenouille tu resteras.

Site
Blog

Avatar de l’utilisateur
Betty
Et l'imaginaire devient réel...
Messages : 2903
Inscription : mar. déc. 16, 2014 7:50 pm
Rang special : Directrice de castings imaginaires
Localisation : Dans mon jacuzzi
Contact :

Re: Tuer un personnage, le dilemme

Message par Betty » ven. janv. 16, 2015 2:11 pm

Merci pour vos conseils !

Pour ma part j'étais en train de m'imaginer plein de choses pour l'avenir de ce personnage car je l'aime beaucoup. Il n'était pas du tout prévu comme personnage principal ou narrateur et il a su en quelque sorte me séduire, me prouver son utilité.

Vous savez, c'est typiquement le personnage ajouté à un moment sans vraiment que ce soit prévu, sans qu'on y réfléchisse au préalable, pour le besoin d'une scène... Et finalement tout au long de mon tome 1 je lui ai donné de plus en plus d'importance, de dialogues, d'interactions avec mes "vrais" héros... Au point qu'il devient narrateur dans mon tome 2.

Et d'un coup, alors que j'imaginais son avenir, j'ai été frappée par le fait que la seule solution pour réussir à aller jusqu'au bout de la logique de ce personnage et donner le sentiment d'injustice immense que je veux faire ressentir à mon lecteur face à l'échec programmé de ses plans, c'est de le tuer.

J'ai un peu l'impression de le trahir, c'est très étrange. Je veux dire, il y a 3 personnages principaux que je sais que je vais tuer. C'est quelque chose que j'accepte et qui est dans mon esprit depuis le début ou presque donc je m'attache à eux dans la mesure de la durée de leur vie, du coup. Mais pour celui dont je vous parle, il y a encore 2 jours je n'avais pas programmé ça.
A.I. (Amis Imaginaires) chez Castelmore, sortie le 16 août 2018 ! :wow:

Chromatopia dans les Challenges :pompom:

Ma page Facebook :stylo:

Avatar de l’utilisateur
Lockroy
Héroïque pourfendeur d'ennemis chevauchant des frelons enragés
Messages : 668
Inscription : lun. déc. 15, 2014 4:27 pm
Rang special : Grenouille de la Belle Époque

Re: Tuer un personnage, le dilemme

Message par Lockroy » ven. janv. 16, 2015 2:22 pm

BettyLMDO a écrit : J'ai bien peur de me bloquer à la scène où je vais devoir tuer ce personnage si attachant et important et de faire comme toi, pleurer pendant 2 jours... Ecrire une scène alternative où il survit... Etc, etc.
Je vais devoir sortir le fouet alors, si c'est pour le bien de ton histoire, je n'hésiterai pas :wamp:
Et le :chocolat: pour te remonter le moral ensuite :mouahaha:

(mais QUI est censé mourir ? Hm ?)

Avatar de l’utilisateur
Betty
Et l'imaginaire devient réel...
Messages : 2903
Inscription : mar. déc. 16, 2014 7:50 pm
Rang special : Directrice de castings imaginaires
Localisation : Dans mon jacuzzi
Contact :

Re: Tuer un personnage, le dilemme

Message par Betty » ven. janv. 16, 2015 2:24 pm

Si tu savais qui tu dirais "mais non ne le/la tue pas il/elle est trop sympa" ^^
A.I. (Amis Imaginaires) chez Castelmore, sortie le 16 août 2018 ! :wow:

Chromatopia dans les Challenges :pompom:

Ma page Facebook :stylo:

Avatar de l’utilisateur
Roanne
Fifty shades of réglisse
Messages : 11739
Inscription : dim. juil. 09, 2006 6:42 pm
Rang special : Super Roanne
Localisation : Avec les lutins de l'Hermitain
Contact :

Re: Tuer un personnage, le dilemme

Message par Roanne » ven. janv. 16, 2015 3:12 pm

BettyLMDO a écrit :J'avais fait une recherche avec "tuer" "mort" et "mourir" et je n'ai pas eu de résultat de recherche...

Et les 2 sujets que tu m'as cité Roanne sont assez spécifiques et ne parlent pas de ce thème un peu plus générique qui peut concerner tout le monde.
J'ai fait la même recherche en vitesse avant de te répondre ce matin, avec "personnage" aussi, mais je n'ai pas retrouvé les échanges auxquels je pensais. Les deux autres fils, je les ai mis pour info, je me doutais que c'était trop éloigné de ta question pour t'intéresser, mais il y avait quand même des trucs dedans. Donc au cas où...
Je suppose que les échanges sur la difficulté (ou non) de tuer des personnages donnés font partie d'un sujet qui n'a pas été ouvert spécifiquement pour et du coup, impossible de remettre la main dessus.
Pourtant, je suis certaine qu'il y avait dedans des trucs qui t'auraient vraiment intéressée (je me souviens de trucs qui m'avaient aidée). C'est le souci des forums, on n'arrive pas à conserver une visibilité top sur tout.

Bref, du coup, désolée... je n'arrive vraiment pas à les retrouver.

Sur ce, je vais lire les échanges du jour sur le sujet tout neuf (au moins, le titre que tu as choisi est parfait, il sera facile à retrouver à l'avenir !).
Blog : Plumes Sauvages.
OLT : La canne au pommeau d'argent
Challenge OFF pour le moment : Octavia

Avatar de l’utilisateur
Roanne
Fifty shades of réglisse
Messages : 11739
Inscription : dim. juil. 09, 2006 6:42 pm
Rang special : Super Roanne
Localisation : Avec les lutins de l'Hermitain
Contact :

Re: Tuer un personnage, le dilemme

Message par Roanne » ven. janv. 16, 2015 3:39 pm

Iluinar a écrit :C'est marrant, je n'ai jamais eu de problème avec ça. Peut-être parce que quand j'imagine un perso, j'imagine sa vie comme un tout, allant de sa naissance à sa mort. Du coup, sa mort n'arrive pas brutalement après un long moment à le côtoyer, elle a toujours été là.
C'est joliment dit !

J'ai un fonctionnement différent.
Je n'écris que des "tranches de vie". Dans mes romans, j'essaye de capter une série d'évènements qui vont peut-être tout changer pour mes personnages principaux, un moment crucial de leur existence.
De ce fait, ces évènements se déroulent sur une période (très) restreinte.

Il y a la situation de départ de mes personnages, celles à laquelle ils aboutissent, et le roman déroule ce qui leur arrive entre les deux.

Au final, très peu ont leur mort en destination d'arrivée.
Si c'est nécessaire, concu tel que dès le départ, les évènements vont tendre vers cette mort et je vais tout faire pour que ses conséquences soient justes et mesurées.
J'ai le cas sur le projet en cours, mais je n'emploie presque jamais la suppression par la mort comme booster dramatique.
En effet, je trouve le deuil des personnages restants difficile à gérer.
Dans la vraie vie, c'est une galère... c'est un sujet de roman en soi et j'ai un tel projet sous le coude (je ne sais même pas quand j'aurai le temps de l'écrire).
De plus je fais partie de cette tranche de gens qui estiment que le pire, souvent, ce n'est pas de mourir mais de survivre (avec les séquelles qui vont bien).
J'ai l'impression d'être bien plus sadique avec mes personnages en les obligeant à vivre, la mort pouvant être une délivrance.

Du coup, j'avoue que le seul personnage que j'ai tué à ce jour de mort non naturelle / non accidentelle, ce n'était pas spécialement programmé car je l'ai éliminé par... facilité.
Ahem.
En effet, il était plus facile de le gérer, de gérer la réaction de ses proches en le tuant qu'en lui imposant d'assumer ses actes.

Je me retrouve avec une problématique imprévue à gérer à cause de ça, mais ce n'est pas le sujet du fil alors je vais arrêter la digression. ^^
Tout ce que je peux dire, c'est que ça va m'aider pour le projet en cours.

Donc pour répondre à la question de départ : pas de dilemme dans mon cas, mais je modère car je ne suis pas une auteur qui emploi beaucoup l'élimination de personnages comme ressort.
Blog : Plumes Sauvages.
OLT : La canne au pommeau d'argent
Challenge OFF pour le moment : Octavia

Répondre