Le conflit en narration

Ici, on peut poser des questions (techniques ou non) sur l'écriture, les outils qui y sont dédiés et plus largement, sur le monde du livre !

Modérateur : Crazy

Avatar de l’utilisateur
Anaïs
Kiwity
Messages : 8139
Inscription : mer. août 07, 2013 9:30 am
Rang special : kiwi powaaa
Localisation : à 12740 km de profondeur
Contact :

Re: Le conflit en narration

Message par Anaïs » jeu. mars 29, 2018 9:02 pm

La semaine dernière, j'ai noté dans mon bujo de venir répondre ici, je m'en occupe enfin, désolée :rougit:
Ifuldrita a écrit :
mer. mars 21, 2018 8:30 am
Anaïs a écrit :
dim. janv. 28, 2018 8:06 pm
Notez que l'atelier d'écriture que j'ai suivi, qui se déroulait sur 2 jours, consistait en 6 exercices, en gros écrire 6 scènes, chacune avec un type de conflit. Il fallait démarrer et terminer au plus près de l'action. Eh bien cette méthode est redoutable pour monter en deux coups de cuillère à pot une histoire qui tient la route, dynamique, avec une évolution des personnages et tutti quanti
Je suis curieuse (et vachement intéressée !) : tu as réussi à monter une histoire entière grâce à ces exercices ? Est-ce que tu étais venu à l'atelier avec quelque chose (une trame, des idées de personnages, de début ou de fin, ...), ou est-ce que ça a été un pur produit de l'exercice ?
En fait, c'est LD qui a construit son atelier de cette manière : faire progresser l'histoire par le biais de différents types de conflits. J'ai monté plutôt un premier acte qu'une histoire entière, avec des temps forts, des moments plus calmes mais avec de la tension, bref c'était intéressant comme tout. Si tu veux mes notes et le texte produit, envoie-moi ton mp :)
Pour le contenu, j'ai commencé par tenter l'invention du background en cours de route, sauf que j'ai besoin de me poser un peu pour définir un univers en SFFF, alors j'ai essayé de faire du contemporain et ça n'a pas du tout pris. Comme l'atelier se déroulait sur deux jours, j'ai rebossé le soir du premier jour, en sortant un début de concept pour un futur roman. Je n'avais pas non plus tout préparé, mais d'avoir ce point de départ concret m'a vraiment aidée à lancer la machine.

Ifuldrita a écrit :
mer. mars 21, 2018 8:30 am
Une série qui tire plutôt bien son épingle du jeu sur ce plan-là, c'est Castle (bon, je suis sûrement très en retard, elle est même peut-être déjà arrêtée !). Les deux flics finissent par se mettre ensemble, comme prévu, mais effectivement, la série continue de mettre en scène les conflits qu'ils peuvent avoir en tant que couple, donc l'intérêt est toujours-là.
J'avais commencé à regarder, ce que tu dis me donne envie de m'y remettre ^^
Luani a écrit :Mais l'idée n'est pas forcément de mettre UN conflit par scène. L'idée, c'est souvent de tirer le même conflit sur plusieurs scènes, parfois juste sous formes d'allusions, pour rappeler que le poids du conflit est toujours là tant qu'il n'est pas résolu
Dans ce que tu dis, j'ai l'impression que tu parles uniquement du conflit "frontal". Le fait de s'opposer tout en ayant un but commun est aussi un conflit. Lutter contre ses propres habitudes, pour un personnage, correspond à un conflit interne. En réalité, c'est souvent le "conflit" au sens "obstacle à l'objectif du héros" qui fait avancer la scène, sans aller jusqu'à la baston systématique.
Nana a écrit :Je pense qu'il n'est pas nécessaire d'avoir du conflit dans chaque scène, c'est bien d'avoir des moments de "pause" aussi, où les personnages peuvent se réconcilier ou autre.
De ce que je comprends, l'utilisation du conflit en narration passe aussi par sa résolution. En gros, on plante les graines d'un conflit A. On le met en scène, en essayant de lui donner son plein potentiel (un truc que j'ai tendance à zapper, personnellement), puis on le résout pour passer au suivant. Donc la scène de pause comme tu l'appelles est nécessaire, c'est l'expiration après l'inspiration (ou l'inverse ^^ ).
Nana a écrit :J'ai des tas de scènes de conflit dans la tête qui m'aideront à structurer l'intrigue principale.
Du coup, même si je n'ai pas du conflit à chaque scène, je suis sûre que c'est au coeur de l'histoire.
Je crois que je raisonne comme ça sur mon premier jet en cours. Justement, j'ai l'impression que c'est cette méthode qui m'a permis de surmonter un bloquage :wow:

@Ifuldrita : très bonne lecture, le Lavandier. Et le conflit est au cœur de sa méthode à lui aussi :)
Site/blog, deux pour le prix d'un !
Le troisième tome des Puissances de Nilgir est disponible ici !

Avatar de l’utilisateur
Ifuldrita
Reine des clémentines de coeur
Messages : 5602
Inscription : jeu. juil. 22, 2010 2:22 pm
Rang special : Bisounouille
Localisation : Aristogrenouille

Re: Le conflit en narration

Message par Ifuldrita » jeu. mars 29, 2018 9:22 pm

Merci pour ton retour Anaïs :love:
Je vais peut-être le tenter pour mon prochain roman, puis que ça a l'air de bien fonctionner :yata: J'ai hâte de voir !
Incarnation forever de l'Archétype de la Reine des Coeurs
Mon roman en cycle !

Marraine et tandem d'Elnat

Avatar wlop

Avatar de l’utilisateur
RedRhum
Messages : 114
Inscription : mar. nov. 24, 2015 6:20 pm
Rang special : protozoaire

Re: Le conflit en narration

Message par RedRhum » dim. avr. 01, 2018 8:33 am

Quelques souvenirs de Lavandier sur le conflit :

Le conflit c'est avant tout la conséquence de l'opposition de l'objectif du protagoniste et d'un obstacle, c'est le vecteur d'émotion chez le spectateur et pas de tension. La tension ou appréhension du spectateur est juste une des émotions produite par le conflit, ça pourrait très bien être de l'attachement ou de la colère.
Ensuite il y a l'intensité dramatique, qui est aussi une forme de tension, ça c'est plutôt lié à la structure du récit et aux variations d'intensité des différents conflits entre eux. La forme de structure et de montée en tension la plus connue est le crescendo, qui est omniprésent en musique.

Le récit schématisé de Lavandier donne ceci : protagoniste - objectif - enjeu - obstacle - conflit. Le protagoniste étant le personnage qui vit le plus de conflit dans une partie donnée du récit. L'objectif peut être temporaire, mais ne doit pas détourner le personnage de son objectif principal, au risque d'affaiblir le récit. Et le déroulement logique d'une histoire veut que les obstacles soient de plus en plus difficiles, mais ça n'est pas une règle. Le dosage de la difficulté d'un obstacle est capital, il en va de la rétention du spectateur et de la cohérence de l'histoire.

Ça serait intéressant de retrouver les critiques que fait Lavandier des méthodes américaines, dont Truby, elles me semblent pertinentes. La dimension morale est omniprésente là-bas, ça doit être un héritage religieux, et ça conduit à des absurdités comme la présence récurrente d'un dilemme moral vers la fin des œuvres.

N'oubliez pas que les deux auteurs parlent de Dramaturgie et de scénario. Le conflictuel et le dramatique ne sont pas essentiels en littérature.

Avatar de l’utilisateur
Anaïs
Kiwity
Messages : 8139
Inscription : mer. août 07, 2013 9:30 am
Rang special : kiwi powaaa
Localisation : à 12740 km de profondeur
Contact :

Re: Le conflit en narration

Message par Anaïs » dim. avr. 01, 2018 9:01 am

Merci pour les rappels, RedRhum :)
Ça me donne envie de remettre le nez dans la Dramaturgie :wow:
Site/blog, deux pour le prix d'un !
Le troisième tome des Puissances de Nilgir est disponible ici !

Tanc
Messages : 69
Inscription : sam. avr. 15, 2017 6:54 pm
Rang special : Immigré

Re: Le conflit en narration

Message par Tanc » dim. avr. 01, 2018 11:22 am

RedRhum a écrit :
dim. avr. 01, 2018 8:33 am

Ça serait intéressant de retrouver les critiques que fait Lavandier des méthodes américaines, dont Truby, elles me semblent pertinentes. La dimension morale est omniprésente là-bas, ça doit être un héritage religieux, et ça conduit à des absurdités comme la présence récurrente d'un dilemme moral vers la fin des œuvres.

N'oubliez pas que les deux auteurs parlent de Dramaturgie et de scénario. Le conflictuel et le dramatique ne sont pas essentiels en littérature.
Je connais plus les théories américaines. Je trouve la présence d'un conflit moral à la fin assez intéressante. Ça peut servir à montrer l'évolution intérieure du protagoniste et permet de compliquer l'enjeu sans forcément faire de plus grosses explosions (je simplifie)
Ce n'est pas que américain, je viens de relire les Cavaliers de Kessel, et tout le livre n'est que ce conflit moral jusqu'à sa résolution.
Après évidemment, si c'est pour faire un truc à la Jack Bauer où la question est «doit on tuer le méchant terroriste», c'est cliché (et gâché)
- Podcast Histoire des Indes Orientales -
De l'Empire Portugais à l'Indochine Française!

Avatar de l’utilisateur
RedRhum
Messages : 114
Inscription : mar. nov. 24, 2015 6:20 pm
Rang special : protozoaire

Re: Le conflit en narration

Message par RedRhum » dim. avr. 01, 2018 1:26 pm

Le problème c'est que la moral est très (trop) présente dans l'école américaine, d'après Lavandier. Intéressant oui, généralisé non.

Tanc
Messages : 69
Inscription : sam. avr. 15, 2017 6:54 pm
Rang special : Immigré

Re: Le conflit en narration

Message par Tanc » dim. avr. 01, 2018 3:02 pm

RedRhum a écrit :
dim. avr. 01, 2018 1:26 pm
Le problème c'est que la moral est très (trop) présente dans l'école américaine, d'après Lavandier. Intéressant oui, généralisé non.
Oui, je veux bien le croire. Il faut pouvoir faire la distinction entre morale et conflit moral.
Dans la morale, on dit au lecteur quelle est la leçon à prendre, tandis que le conflit moral est intérieur au personnage.
Par exemple dans ce que j'écris, le conflit est le héros est une contrebandier. Elle doit choisir entre une liberté radicale (tout plaquer et partir explorer la planète avec ce que ça implique de sacrifices) ou le retour à l'ordre sociétal.
Ce n'est pas une leçon à prendre (c'est clairement son propre choix avec des pour ou contre) mais c'est un conflit moral.

Par contre si je dis que l'aventure est quelque chose de mauvais et qu'elle fait le choix de l'ordre, je donne une morale claire
- Podcast Histoire des Indes Orientales -
De l'Empire Portugais à l'Indochine Française!

Avatar de l’utilisateur
RedRhum
Messages : 114
Inscription : mar. nov. 24, 2015 6:20 pm
Rang special : protozoaire

Re: Le conflit en narration

Message par RedRhum » dim. avr. 01, 2018 4:58 pm

Je parle bien de la nuance morale dans les concepts dramatiques. Valeurs morales du protagoniste, enjeux moraux d'un conflits, etc. Par exemple : "devenir une meilleure personne" dans le cas d'un objectif latent ou "dépasser sa condition x ou y".

Je vais pas plus en discuter parce que je me fie à un souvenir friable de la Dramaturgie, et la question ne m'intéresse pas trop.

Répondre