Page 1 sur 2

Les maisons partenaires

Publié : mer. févr. 18, 2015 10:57 pm
par C.R
Je suis en train de feuilleter le GGG pour voire à qui envoyer mes nouvelles et novellas et je me posais une petite question.

Si j'ai bien compris, les partenariats avec les maisons d'édition ne concernent que les romans qui sont passés en cycle...

Mais quand il s'agit de nouvelles ou de petites novellas uniquement travaillée dans le port, peut on se prévaloir de Cocyclics auprès de ces partenaire ?

Re: Les maisons partenaires

Publié : mer. févr. 18, 2015 11:21 pm
par Siana
Oui, les partenariats ne concernent que les romans sortis de cycle.

Quant au fait de citer Cocy face aux éditeurs, c'est une vaste question... :fatigue:
Il faut savoir que certains éditeurs n'aiment pas trop le principe pour une raison ou une autre (notamment la peur des manuscrits "formatés", etc.), et qu'on ne sait pas forcément ce que pensent les éditeurs que l'on contacte, donc dans ce cas c'est risqué. On peut être tout de suite catalogué ou rejeté pour cette "appartenance", au pire le lecteur/l'éditeur partira sur des a prioris qui n'aideront pas.
Par ailleurs, n'importe quel manuscrit travaillé grâce à Cocy, en cycle ou sur le forum, n'est pas forcément génialissime. Cela n'assure pas d'avoir un bon manuscrit. Au mieux, c'est une assurance pour l'éditeur que l'auteur est capable de retravailler son texte.

Donc bon, la question n'est effectivement pas évidente. :?

Re: Les maisons partenaires

Publié : mer. févr. 18, 2015 11:30 pm
par Flume
Merci à C.R. pour la question et à Siana pour la réponse. J'aurais fait une bêtise dans un avenir plus où moins lointains sans cela.

Re: Les maisons partenaires

Publié : jeu. févr. 19, 2015 7:24 am
par Francis Ash
Je plussoie Siana, notre partenariat n'est pas pour les nouvelles. Et en effet, si certains nous aiment beaucoup, d'autres sont nettement plus septiques, et d'autres encore sont totalement neutres.

Ceci dit, le travail sur la mare permet de bonifier les textes, je pense qu'on peut tous être d'accord là-dessus ;)
Certaines grenouilles sont passées expertes dans l'art d'écrire des nouvelles. Je ne citerai le nom de personne parce que je n'ai l'accord de personne pour le faire, mais parmi nous, certains ont des dizaines de nouvelles publiées à leur actif (en plusieurs années, tout de même :mrgreen: ). D'autres ont réussi à être accepté l'an passé sur une demi-douzaine d'AT ou plus. À ma connaissance, aucune de ces grenouilles n'a jamais dit dans son envoi qu'elle était de Cocyclics. Mais à la lecture, le travail accompli se ressent forcément.

Re: Les maisons partenaires

Publié : jeu. févr. 19, 2015 7:35 am
par takisys
et puis de toutes façon dans la majorité des comités de lecture, les textes sont anonymisés avant d’être envoyés aux lecteurs qui vont voté oui ou non, ou noter la nouvelle dans une grille de calcul
qui on est ce qu'on a fait ne compte pas à ce niveau

dans quelques rares cas, il n'y pas d'anonymisation du texte, mais les lecteurs du comité, ne disposent de toute façon en principe pas des "annexes"

bref, c'est le texte qui compte et aussi sa présentation : attention de bien respecter les règles de mise en page et de typographie

Re: Les maisons partenaires

Publié : jeu. févr. 19, 2015 8:07 am
par Anonyme_Quatre
Au delà de la réputation dont Siana parle et qui touche très peu d'éditeurs, je suis de l'avis de Takisys : au moment du jugement, on est seul :hihihi: Il est plus utile de respecter la ligne éditoriale et une présentation sobre que de parler de son parcours de correction (de même que grossomodo, l'éditeur s'en fiche qu'on ait retravaillé le texte X fois, et que mamie nous donne des ateliers d'écriture, en gros. Bref, si l'éditeur ne demande pas d'à-côtés, le mieux est de ne pas en fournir.)

Re: Les maisons partenaires

Publié : jeu. févr. 19, 2015 9:25 am
par C.R
Merci beaucoup pour vos réponses !

Re: Les maisons partenaires

Publié : jeu. févr. 19, 2015 10:04 am
par Dami
D'ailleurs, pour un éditeur qui viendrait sur CoCyclics parcourir les textes « en recherche d'éditeurs » (ceux qui ont terminé le processus de bêta lecture), que faut-il faire pour accéder auxdits textes ? Il faut devenir partenaire ?

Re: Les maisons partenaires

Publié : jeu. févr. 19, 2015 11:34 am
par Anaïs
En fait, les partenariats consistent en un envoi d'une newsletter aux éditeurs partenaires, pour les tenir informés des estampilles attribuées. Ensuite, certains peuvent prendre contact avec l'auteur si le roman les intéresse.
Les éditeurs ont rarement besoin de venir chercher des manuscrits, cela dit :) C'est plutôt (presque toujours) dans l'autre sens que ça se passe, à moins que l'auteur ne soit déjà connu ou ait un pied bien planté dans la maison.

Re: Les maisons partenaires

Publié : jeu. févr. 19, 2015 1:16 pm
par Siana
Les romans en cycle ont tous une fiche sur le site de Cocy, les éditeurs qui le souhaitent, partenaires ou non, peuvent donc aussi passer regarder ce qui se travaille, ou quels cycles sont terminés. Si quelque chose les intéresse, rien ne les empêche de contacter les permanents par mail. ;)

Ah, et je parlais bien des maisons d'édition en général, par contre pour ce qui est des romans non passés en cycle envoyés aux maisons partenaires (envoi individuel non lié au cycle, donc), je ne sais pas trop s'il est mieux ou pas de mentionner Cocy. Je me dis que le partenaire est "pour" Cocy, et qu'il pourrait donc être intéressé de savoir que l'auteur aura un bon relationnel sur le travail éditorial, mais il reste vrai que ça n'assure pas d'avoir un texte parfait, donc bon...

Re: Les maisons partenaires

Publié : jeu. févr. 19, 2015 1:18 pm
par Anonyme_Quatre
Même pour les partenaires, je suis pas übert convaincue :?

Re: Les maisons partenaires

Publié : jeu. févr. 19, 2015 2:46 pm
par vestrit
Je déconseille fortement.
Le partenariat, c'est un accord de l'éditeur pour les romans passés en cycle, un travail particulier encadré et validé par des tiers. Et c'est le seul contexte où l'on peut se vanter de Cocyclics.
Se vanter de Cocy, c'est au mieux inutile (comme le dit Nariel, l'éditeur se fiche de la correction,sans parler qu'une inscription sur le forum ne garantit rien, donc au yeux de l'éditeur, ce sont des promesses en l'air). Au pire cela peut donner une mauvaise image, de vous (les éditeurs sont rarement fan des ajouts, inutile de dire que vous avez bien corrigé votre roman, ou que votre mémé l'a adoré en somme) comme de Cocy (certains éditeurs font un amalgame rapide entre une gaffe isolée de grenouille et tout le collectif).

Cocyclics est un outil de travail, pas un badge d'entrée VIP. ;)

Re: Les maisons partenaires

Publié : jeu. févr. 19, 2015 3:10 pm
par Francis Ash
vestrit a écrit :Je déconseille fortement.
Le partenariat, c'est un accord de l'éditeur pour les romans passés en cycle, un travail particulier encadré et validé par des tiers. Et c'est le seul contexte où l'on peut se vanter de Cocyclics.
Se vanter de Cocy, c'est au mieux inutile (comme le dit Nariel, l'éditeur se fiche de la correction,sans parler qu'une inscription sur le forum ne garantit rien, donc au yeux de l'éditeur, ce sont des promesses en l'air). Au pire cela peut donner une mauvaise image, de vous (les éditeurs sont rarement fan des ajouts, inutile de dire que vous avez bien corrigé votre roman, ou que votre mémé l'a adoré en somme) comme de Cocy (certains éditeurs font un amalgame rapide entre une gaffe isolée de grenouille et tout le collectif).

Cocyclics est un outil de travail, pas un badge d'entrée VIP. ;)
Je plussoie Vestrit. Ce qui est valable dans le cadre du partenariat ne concerne que les œuvres qui passent pas le cycle dans son intégralité et obtiennent l'estampille.

Après, gardez bien à l'esprit que l'estampille n'est pas une amulette magique. C'est la garantie que votre livre sera lu rapidement et vous permettra d'obtenir un retour argumenté en cas de refus.
Pour vous donner une idée, allez jeter un œil sur cet article de notre blog Tintamar(r)e : http://tintamare.blogspot.fr/2015/01/bi ... -2014.html regardez le beau et grand tableau qui schématise les cycles, et voyez le temps qui sépare la sortie de cycle de la date de publication de l’œuvre estampillée ;)

Re: Les maisons partenaires

Publié : jeu. févr. 19, 2015 3:21 pm
par Roanne
Francis Ash a écrit :Après, gardez bien à l'esprit que l'estampille n'est pas une amulette magique.
Tout à fait !
Francis Ash a écrit :C'est la garantie que votre livre sera lu rapidement et vous permettra d'obtenir un retour argumenté en cas de refus.
Heu... non... même pas.

L'estampille ne garanti rien du tout, au fond ! (et je parle d'expérience)
vestrit a écrit :Cocyclics est un outil de travail, pas un badge d'entrée VIP. ;)
+1000

Je pense qu'avec cette phrase, Vestrit a su synthétiser l'essentiel.

Pour developper mon avis personnel : croire qu'agiter le fanion CoCyclics va aider à publier un texte, c'est se fourrer le doigt dans l'oeil (et touiller bien fort ^^).
Au mieux, ça ne fera rien.
Au pire, ça se retourne contre l'auteur, et même contre le collectif.

Il faut bien se dire une chose : les éditeurs se moquent des outils avec lesquels nous travaillons. Eux, ce qui les intéresse, c'est le texte et la personnalité / la capacité de travail de son auteur.
Vous ne leur écrivez pas que vous utilisez Word, Repetition Detector, Antidote ou que sais-je encore.
Alors pourquoi mentionner CoCyclics ?

En plus, le collectif a déjà souffert par le passé de l'amalgame entre son côté communautaire et l'outil de travail qu'il représente, ce n'est pas utile d'en remettre une couche...
:wow:
(enfin, après, chacun fait ce qu'il veut, tant que ça ne fait pas de tort au collectif dans son ensemble)

Re: Les maisons partenaires

Publié : jeu. févr. 19, 2015 3:43 pm
par Sytra
Je plussoie tout à fait : même dans les maisons d'édition favorable à cocyclics, se prévaloir de cocyclics (si le texte n'est pas passé par le cycle) est assez mal vu. Pas parce qu'il s'agit de cocyclics, mais parce que ça donne l'impression que vous voulez que votre texte soit étudié d'un oeil plus favorables que tous les autres qui passent en soumission. En gros, vous risquez de donner l'impression que vous voulez qu'on fasse un peu de favoritisme pour votre texte. Et ça, ça ne passe jamais bien. ;)

Si j'aurais un conseil à vous donner, c'est plutôt d'indiquer de manière très simple dans votre mail/lettre de soumission que vous avez l'habitude de retravailler vos textes et que vous êtes tout à fait disposés, si votre texte à la chance d'être retenu, à le retravailler si l'éditeur l'estime nécessaire. Là, ça sera bien perçu car ça mettra l'éditeur en confiance par rapport à votre "ouverture" vis à vis des corrections (il saura que vous ne faites pas partie de ces auteurs pour qui leur texte est absolument parfait et qui considèrent que ce serait un crime de lèse-majesté que de le modifier !).

(Attention, par contre, à ne pas tomber dans l'excès inverse. N'indiquez pas quelque chose du genre "Je sais que ce texte n'est pas parfait, et je suis prêt à le retravailler." Même si votre texte n'est sans doute pas parfait, comme 99% des textes que les éditeurs sélectionnent pour publication, dire ce genre de chose à la soumission donne l'impression que vous n'avez pas fait votre maximum pour améliorer ce texte. Et ça donne du coup l'impression que vous êtes un flemmard qui ne respecte pas l'éditeur à qui il soumet son texte (puisque vous n'essayez même pas de lui livrer le texte le plus abouti possible...).)