La technologie du futur, est-il possible de « l’inventer » ?

[visible par les non-inscrits] Ici, on peut poser des questions (techniques ou non) sur l'écriture, les outils qui y sont dédiés et plus largement, sur le monde du livre !

Modérateur : Crazy

Répondre
Avatar de l’utilisateur
Umanimo
La preuve par neuf que le rock et le folk sont nés en Mongolie
Messages : 3842
Inscription : dim. avr. 19, 2015 3:14 pm
Rang special : Whovianne
Localisation : Dans le temps et l'espace
Contact :

La technologie du futur, est-il possible de « l’inventer » ?

Message par Umanimo »

Salut les Grenouilles,

Après recherche (dans le magnifique index de Crazy), je n’ai pas vu de sujet semblable, aussi je lance le débat (s’il existe, fouettez-moi et recollez les morceaux, gentilles modéragrenouillices).

C’est une question que je me suis posée déjà plusieurs fois, en tant que lectrice de science-fiction, mais aussi en tant qu’autrice, bien entendu.

En fait, ce qui m’a décidé, c’est la (re)lecture de la célèbre série Fondation d’Isaac Asimov. L’histoire est censée se passer dans un futur très lointain, puisque l’humanité a conquis la galaxie toute entière, un empire puissant s’y est développé et on est même, à ce moment-là, dans le déclin de cet empire. Or, les technologies dont parle l’auteur sont celles dont on disposait à l’époque de son écriture, c'est-à-dire les années 1940. Il parle notamment beaucoup d’énergie atomique en la présentant comme la pointe du progrès, et c’était sans doute perçu comme tel dans ces années-là.
Autre exemple qui est bien plus obscur, mais qui m’avait frappée, c’est une mini série de science-fiction française des années 1970, Le Voyageur des Siècles (https://fr.wikipedia.org/wiki/Le_Voyage ... %C3%A8cles), que j’ai regardée avec des amis, dans laquelle toutes les technologies de pointe sont « magnétiques ».

J’ai moi-même écrit un ou deux récits de science-fiction (dont un se passant dans 80 ans par rapport à maintenant, sur Terre) et parler de ces technologies futures m’a posé de gros problèmes. J’ai tenté d’extrapoler à partir de ce que nous connaissons. J’ai même un peu fureté sur le Net pour chercher des techniques pas encore au point, mais qui émergent (comme la culture de la viande artificielle, par exemple, à partir de cellules de muscles de bovins qu’on commence à savoir fabriquer, mais qui pour l’instant coute très cher). Cependant, mes capacités d’extrapolation ont des limites et je suis tout à fait consciente que ce que j’ai écrit signe l’époque où je l’ai écrit et non celle où est censé se dérouler mon histoire.

Est-ce que ce sont des questions que vous vous posez (je suis sure que oui ;) ) et surtout de quelle façon vous arrivez à résoudre ce souci pour ne pas avoir l’air trop « à la ramasse » ?

Avatar de l’utilisateur
Edenialy
Messages : 21
Inscription : mar. sept. 11, 2018 5:59 pm
Rang special : Gaga des chats

Re: La technologie du futur, est-il possible de « l’inventer » ?

Message par Edenialy »

Alors perso j'ai plutôt tendance à me poser la question inverse et à me dire "est-ce que c'est au moins réalisable à ce moment-là ? Est-ce que ce sera réalisable un jour ?".

Pour ta question "de ne pas être à la ramasse", je pense qu'on ne peut pas l'éviter. Je m'explique, la recherche à beaucoup de champs d'applications et même si on avance sur différents aspects, on focus beaucoup sur nos problématiques actuelles du 21ème siècle. Nos problématiques aujourd'hui sont liées à l'environnement (en reprenant ton exemple de la viande artificielle). A une autre époque c'était de trouver d'autres énergies etc., finalement, on est déjà conditionné par ce qui passe autour de nous à l'instant où on écrit. Au final c'est le sujet même qui va définir le temps où est écrit ton histoire. Peut-être que dans 80 ans on en sera pas du tout là, on aura peut être opté pour une solution radicalement différente, ou concentré nos efforts sur un sujet totalement différent.

Pour Asimov (merci de me rappeler que je n'ai pas fini la série, faut que je m'y remette :sifflote: ), le fait qu'il y ait une technologie qui n'est plus "sur le devant de la scène" aujourd'hui ne m'a pas dérangé. Cela a été abordé d'une manière intéressante, et justement vu qu'il s’agit d'une autre époque j'ai trouvé le récit hyper immersif.

Après finalement on est dans le SF, j'ai tendance à penser qu'on peut faire "ce que l"on veut". Tu définis toi même tes propres limites et tes propres contraintes. J'imagine que l'idée est quand même d'avoir un récit le plus réaliste possible, mais là on parle de futur, au final tu fais juste un pari. Il y a des années on pensait qu'aujourd'hui on aurait des voitures volantes...

Par contre il y a quelque chose de super intéressant, une œuvre peut conditionner le développement, si tu prends Retour vers le futur tu en as le parfait exemple. L'hoverboard (le vrai, qui lévite au-dessus du sol), tout a été fait pour qu'il sorte à la date anniversaire du film. Sans les films et leur succès, on n'aurait peut-être pas cherché à développer un tel objet. Donc finalement je pense que oui on peut inventer et extrapoler, de toute façon on est dans un genre où on peut se moquer des règles du "réel" et, potentiellement créer un futur qui se réalisera parce qu'on l'aura inventé.

Avatar de l’utilisateur
Iluinar
Le nénuphou, c'est avec LA modération !
Messages : 12052
Inscription : mer. nov. 15, 2006 3:05 pm
Rang special : Esprit servant du fouet
Localisation : Dans mon monde

Re: La technologie du futur, est-il possible de « l’inventer » ?

Message par Iluinar »

Asimov a aussi inventé des technologies qui n'existent pas. Je pense aux cerveaux positroniques de ses robots par exemple. Il me semble que d'autres auteurs ont aussi inventé de toutes pièces des technologies. Quand on parle de voyage dans le temps ou de dépasser la vitesse de la lumière, vu que ce n'est pas possible en vrai en l'état de nos connaissances.
Il y a aussi l'ansible d'Ursula Le Guin, repris par d'autres. Les champs de force boucliers dans Dune aussi.

Avatar de l’utilisateur
Nana
La Mort en Héritage
Messages : 4391
Inscription : mer. avr. 27, 2016 8:04 pm
Rang special : écrivain du bonheur

Re: La technologie du futur, est-il possible de « l’inventer » ?

Message par Nana »

Je n'écris pas de SF mais je pense que le mieux, c'est d'observer et de renseigner pour essayer d'anticiper les préoccupations et et les technologies innocentes. Oui, c'est possible que tu te plantes. C'est encore plus possible que ce soit marqué par l'époque dans laquelle on vit. Mais tu ne peux pas voyager dans le temps pour savoir si le futur sera comme tu l'imagines. Tu ne peux que être honnête avec les informations que tu as, imaginer ce que tu penses plausible.

Peut-être, vois ça comme le fait de créer un système politique, ou une société futuriste. Tu ne sais pas si le futur se développera comme ça, tu imagines sans doute avec les connaissances et le regard que tu as sur les choses. Tu ne sais pas si on se dirige vraiment vers ce genre de choses, ça traduit seulement des espoirs ou des inquiétudes que tu as actuellement. Bah la technologie, ça peut être un peu pareil. Tu ne peux pas savoir de quoi demain sera fait, juste extrapoler.

Je comprends ton désir d'être réaliste. Mais même si tu te trompes, je ne pense pas que tu auras l'air "à la ramasse". Si on regarde Retour vers le futur aujourd'hui : non, on n'a pas la voiture volante que le film nous promettait. Faudrait que je revois le film, mais je suis à peu près sûre qu'ils n'y ont pas des smartphones ou une hyper-connexion à Internet. Et pourtant, je ne vais pas me dire "quels aveugles ces auteurs, ils n'ont pas vu ça arriver".

Bon, je sais pas si je t'aide, en fait.
"Make the plan, execute the plan, expect the plan to go off the rails, throw away the plan"
Modo challenge :violet:
challenge, parrainé par kyaramoe et Minock
Marraine de Milora, nothoi et LaCath
OLT

Avatar de l’utilisateur
Umanimo
La preuve par neuf que le rock et le folk sont nés en Mongolie
Messages : 3842
Inscription : dim. avr. 19, 2015 3:14 pm
Rang special : Whovianne
Localisation : Dans le temps et l'espace
Contact :

Re: La technologie du futur, est-il possible de « l’inventer » ?

Message par Umanimo »

Edenialy a écrit :
sam. juin 27, 2020 10:10 pm
Par contre il y a quelque chose de super intéressant, une œuvre peut conditionner le développement, si tu prends Retour vers le futur tu en as le parfait exemple. L'hoverboard (le vrai, qui lévite au-dessus du sol), tout a été fait pour qu'il sorte à la date anniversaire du film. Sans les films et leur succès, on n'aurait peut-être pas cherché à développer un tel objet. Donc finalement je pense que oui on peut inventer et extrapoler, de toute façon on est dans un genre où on peut se moquer des règles du "réel" et, potentiellement créer un futur qui se réalisera parce qu'on l'aura inventé.
Il y a aussi les chaussures qui se lacent toutes seules. J'ai vu un reportage sur un fabricant de baskets qui s'efforçait d'y parvenir (et c'est pas simple).

Iluinar a écrit :
sam. juin 27, 2020 10:30 pm
Asimov a aussi inventé des technologies qui n'existent pas. Je pense aux cerveaux positroniques de ses robots par exemple. Il me semble que d'autres auteurs ont aussi inventé de toutes pièces des technologies. Quand on parle de voyage dans le temps ou de dépasser la vitesse de la lumière, vu que ce n'est pas possible en vrai en l'état de nos connaissances.
Il y a aussi l'ansible d'Ursula Le Guin, repris par d'autres. Les champs de force boucliers dans Dune aussi.
J'ai moins de souci avec ça. Ma suspension d'incrédulité marche fort bien dans ce cas-là.

Nana a écrit :
sam. juin 27, 2020 10:33 pm
Si on regarde Retour vers le futur aujourd'hui : non, on n'a pas la voiture volante que le film nous promettait. Faudrait que je revois le film, mais je suis à peu près sûre qu'ils n'y ont pas des smartphones ou une hyper-connexion à Internet. Et pourtant, je ne vais pas me dire "quels aveugles ces auteurs, ils n'ont pas vu ça arriver".
Les smartphones et Internet, c'est un exemple typique de ce qui n'a été prévu quasiment par personne (j'ai le vague souvenir d'un écrivain qui avait prévu quelque chose d'équivalent, mais mon souvenir est trop vague, je ne sais plus ni qui ni quoi) et dont le développement assez inattendu a beaucoup changé notre société. C'est justement quelque chose comme ça qui me turlupinait lorsque j'écrivais mon histoire se passant dans 80 ans : qu'est-ce que je ne vois pas (et que je n'ai aucune possibilité de voir) et qui va peut-être émerger et changer énormément de choses dans notre vie à ce moment-là ? Parce qu'il y a 80 ans, personne n'aurait pu envisager ce tournant essentiel dans la technologie et la vie quotidienne des gens.

Avatar de l’utilisateur
desienne
Papy Zombie du futur, Pape du Pulp
Messages : 2444
Inscription : ven. déc. 14, 2007 11:45 pm
Rang special : Batracien
Contact :

Re: La technologie du futur, est-il possible de « l’inventer » ?

Message par desienne »

Il existe en SF l'équivalent en fantasy de « ta gueule, c'est de la magie... » : ta gueule, c'est quantique.
Le quantique est à l'auteur de SF d'aujourd'hui ce que la science atomique était pour Asimov dans les années 40, ou le magnétisme des années 70...
Pourquoi ? Parce que c'est mystérieux, personne ne sait vraiment comment ça marche, c'est dangereux, c'est exotique...
À chaque époque sa mode, je dirais.

Avoir des bases en sciences, ça aide. Mais ce n'est pas nécessaire, ni un pré-requis.
Plus important, à mon avis, est la capacité de projection : c'est à dire de prendre un thème, par exemple la gastronomie, et de se projeter : la nourriture peut-être imprimée (c'est la mode en ce moment, mais avant les auteurs de SF la cultivaient en bacs ou en serres hydroponiques...), on a eu la mode des pilules, l’hydratation de la pizza...
Aujourd'hui on parle aussi de cuisine moléculaire, de nouvelles saveurs, de cuisiniers chimistes... le futur de la cuisine se sera peut-être l'IA alors que le robot cuisinier est déjà un concept ancien ?

Dans un récit, je sépare la technologie en deux catégories : celle qui sert pour l'ambiance (exemple typique, dans un monde d'IA, y'a des IA partout... dans un monde de robots, des robots partout, dans l'espace, des vaisseaux...). Elle vient en appuie du background pour matérialiser l'univers.
Et il y a celle qui sert le récit : utilisée par les protagonistes à diverses fins. Dans ce cas, j'axe mes recherches sur le besoin : de quoi j'ai besoin ? D'aller vite ? d'être plus fort ? de manger mieux ? d'un cerveau boosté ? de nager sous l'eau sans bouteille d'oxygène ? de faire des bons de 100 mètres ?
J'imagine aussi des problèmes et donc les moyens technologiques de les résoudre.

La « caution scientifique » ou la stratégie de suspension de l'incrédulité vient après. Elle passe par une nécessaire recherche documentaire pour extrapoler la théorie (par exemple celle des trou de vers) ou une technologie existante (la propulsion MHD par exemple). Avoir des bases en sciences, ça permet surtout de savoir où chercher et quoi chercher. L'investigation fait partie du travail de l'auteur ou de l'autrice.

Donc oui, on peut tous inventer le futur, à partir du moment où l'on se pose la question de quoi nous avons besoin...
Parution: Toxic S1 &2,Les Dividendes de l'Apocalypse, Exil, Zoulag, Voyager, Roses Mécaniques
Production: Nine
Site de l'auteur

Avatar de l’utilisateur
Crazy
Impératrice incontestée du Pareil © Crazy
Messages : 10053
Inscription : mer. juin 05, 2013 9:30 pm
Rang special : Chieuse pas tentée
Localisation : IdF
Contact :

Re: La technologie du futur, est-il possible de « l’inventer » ?

Message par Crazy »

Umanimo a écrit :
sam. juin 27, 2020 8:39 pm
Est-ce que ce sont des questions que vous vous posez (je suis sure que oui ;) ) et surtout de quelle façon vous arrivez à résoudre ce souci pour ne pas avoir l’air trop « à la ramasse » ?
Oui, ce sont des questions qui me fonchent pour "Le journal d'Anya", du post-post-apo qui se passe environ 4 siècles dans le futur.

Je pars sur une base de notre monde, qui a vécu un âge d'or jusqu'à la fin du XXIe siècle (sans Covid :P ), puis ça a commencé à se casser la gueule (bien qu'en développant technologie et progrès social) pour "finir" par un gros attentat terroriste planétaire au milieu du XXIIIe siècle.
Et ensuite, la société s'est reconstruite.

Bref, je me retrouve avec ce qu'on appelle (mal à propos) de la "schizo tech", avec d'un côté un niveau technologique équivalent aux années 1850 et de l'autre des éléments modernes, voire ultramodernes, conservés depuis le XXIIIe siècle.

Pour le moment, je triche sur deux aspects :
- pas trop de descriptions du "pourquoi tel truc scientifique fonctionne" (j'aime pas la hard science :twisted: )
- un manque de ressources (détruites/épuisées/contaminées/...) qui fait que certains trucs "ultramodernes" existent mais sont super rares - du coup, la tech la + courante est +- de niveau XXe-XXIe siècle (et du coup, je me passe de "robots asimoviens" et d'IA, deux points que je n'ai pas envie de développer dans mon histoire :twisted: ).

Mais je bute quand même sur le "comment était la vie au XXIIIe siècle avant que tout se casse lague ?" :(

Je suis un peu rassurée par le fait que la Loi de Moore soit en perte de vitesse depuis le début du XXIe siècle, mais tout de même...
Je joue aussi sur le fait que beaucoup de concepts SF déjà connus ont été "prédits" pour le XXIe siècle mais ne sont toujours pas fonctionnels au niveau de la prédiction : on n'a pas encore de vraies voitures volantes, ni de prothèses cybernétiques à la Cyberpunk (le jeu de rôles à l'origine du jeu vidéo s'appelait quand même "Cyberpunk 2013", on a encore du boulot ^^ ; pareil, Blade Runner se passe en 2019...).

Enfin voilà, et ça me faiche parce que j'aimerais bâtir un univers que je trouve suffisamment plausible sans devoir passer trop de trucs sous le tapis...
:mouahaha: Grenouille vampire :wamp:, Mith :jedi: et sadique :fouet:
:lect: Challenge 2019 : Symbiotes (SF/SpaceOp)
:stylo: Blog : Crazy's Wor(l)ds

Avatar de l’utilisateur
Umanimo
La preuve par neuf que le rock et le folk sont nés en Mongolie
Messages : 3842
Inscription : dim. avr. 19, 2015 3:14 pm
Rang special : Whovianne
Localisation : Dans le temps et l'espace
Contact :

Re: La technologie du futur, est-il possible de « l’inventer » ?

Message par Umanimo »

desienne a écrit :
dim. juin 28, 2020 10:58 am
Avoir des bases en sciences, ça permet surtout de savoir où chercher et quoi chercher. L'investigation fait partie du travail de l'auteur ou de l'autrice.
C'est ce qui me manque. Je suis une curieuse, je lis beaucoup, je pioche pas mal à droite et à gauche, mais je n'ai pas de formation scientifique, du coup, ça me limite ne serait-ce que dans mes capacités de recherche.

Avatar de l’utilisateur
Crazy
Impératrice incontestée du Pareil © Crazy
Messages : 10053
Inscription : mer. juin 05, 2013 9:30 pm
Rang special : Chieuse pas tentée
Localisation : IdF
Contact :

Re: La technologie du futur, est-il possible de « l’inventer » ?

Message par Crazy »

J'ai vu des pistes intéressantes sur https://www.futura-sciences.com/ sinon...
:mouahaha: Grenouille vampire :wamp:, Mith :jedi: et sadique :fouet:
:lect: Challenge 2019 : Symbiotes (SF/SpaceOp)
:stylo: Blog : Crazy's Wor(l)ds

Avatar de l’utilisateur
Pliskin
Batracien
Messages : 10
Inscription : lun. juin 08, 2020 9:50 pm
Rang special : Top secret

Re: La technologie du futur, est-il possible de « l’inventer » ?

Message par Pliskin »

Salut Umanimo,

Les réponses plus haut donnent un bon tour de la question, j'insisterai juste sur deux points.

Personne n'exige de toi que tu aies raison sur tes prédictions dans 80 ans, de toute façon personne n'en est capable. La seule chose importante selon moi est que ton monde soit cohérent (éviter le fameux « Ta gueule c'est magique / quantique »), remarque qui s'applique autant à la SF qu'à la Fantasy (la plupart des bons récits de Fantasy expliquent bien pourquoi et comment telle ou telle magie fonctionne).

Mon conseil est à chaque fois que tu conçois une nouvelle technologie de penser aux manières dont on peut « tricher » avec. Un contre-exemple est le réplicateur de Star Trek : cette machine est capable de synthétiser des repas à partir de rien. Face à une telle technologie, un tas de personnes pourraient le réexploiter de tas de manières bien plus utiles (fabriquer des lingots d'or, des armes, des fausses pièces d'identité etc. etc.) et dans ce cas, soit les manières dont on peut « tricher » avec cette technologie deviennent un aspect de l'intrigue, soit la technologie doit être reprise.
(après, je ne suis pas un grand connaisseur de Star Trek et j'ai peut-être raté quelque chose, si c'est le cas ne me découpez pas en morceaux s'il vous plaît)

Comme le dit desienne, avoir des bases en sciences aide, mais ce n'est pas un pré-requis. Tu peux décrire une scène de voyage interstellaire très réaliste sans savoir combien d'atomes il y a dans une mole ;)

Bref, cela ne doit absolument pas te bloquer dans ta recherche, il existe tout un tas de sources d'informations qui prennent soin de pouvoir s'adresser à un public qui n'a pas de formation scientifique. Crazy a parlé de futurasciences qui est très bien, j'ajouterais de mon côté https://www.pourlascience.fr/ : certains articles sont payants, mais c'est très intéressant et cela donne tout un tas d'idées possibles sans avoir à énormément extrapoler (il y a quelques mois, ils ont par exemple leur couverture sur les « Cristaux temporels », cela peut donner un paquet d'applications marrantes possibles !).

Avatar de l’utilisateur
Vanilumi
Messages : 886
Inscription : lun. janv. 27, 2020 12:11 pm
Rang special : Papillon de nuit
Localisation : Sur les rivages prudents de la mare, en observation
Contact :

Re: La technologie du futur, est-il possible de « l’inventer » ?

Message par Vanilumi »

En vous lisant, j'ai pensé à Jules Verne (quoi, y'a une nouvelle collection qui sort :hihihi: ) qui était aussi très versé dans la science "future" (le sous-marin, le voyage vers la lune, etc) et au fond... c'est quoi des concepts futuristes dans un univers de SF ? Ben, c'est tout simplement donner un "moteur", une "motivation" à nos scientifiques d'aujourd'hui à se dépasser. Je m'explique : si l'Homme est arrivé sur la lune ou est parvenu à explorer les fonds marins avec son sous-marin, c'est en grande partie grâce aux écrits de Jules Verne qui a émoustillé l'imagination. Si on prend l'exemple de notre fabriquant qui essaie de créer des baskets qui se lacent toutes seules, on est dans le même ordre d'idées.

Tu n'es pas obligée d'avoir raison sur le futur, mais tu peux potentiellement être une source vectrice de création pour nos scientifiques actuels qui auront envie de voir se réaliser ce que tu auras décrit. Et ça, c'est toute la magie du truc !

Pourquoi y a-t-il des hoverboards, des smartphones, des sous-marins, des navettes spatiales, des robots ? Parce que l'imagination a été enflammée par l'idée d'un auteur (réalisateur, écrivain, what else) qui l'aurait émise dans tout son attrait (en rapport avec le monde imaginatif qui l'entoure).

Donc, fais-toi plaisir avant tout ! Développe ce que toi tu penses être possible d'ici x et, qui sait, l'avenir te donnera peut-être raison un jour ? Pas besoin d'avoir la science infuse comme disent mes VDD, juste de connaître les principes qui te servent et hop... on se fait une sauce maison ! :hihihi:
~ Papillon virevoltant au gré des flots et de ses envies... ~
Challenge 1er jet : Luciole - Les Sídhes d'Yggdrasil parrainé par Umanimo & Trambert de Culdi :love:

Avatar de l’utilisateur
Kimdan
Batracien
Messages : 35
Inscription : mar. juin 23, 2020 2:09 pm
Rang special : 42
Localisation : Juste derrière toi...

Re: La technologie du futur, est-il possible de « l’inventer » ?

Message par Kimdan »

J'aime bien le "ta gueule c'est quantique", super punchline je trouve.

Mais celle que je préfère, c'est 'que toute technologie suffisamment avancée s'apparente à la magie' (Artur C Clarke)

Je trouve ce débat ultra intéressant et amha il devrait être lu par TOUS les auteurs de SF.

Désolé, je vais axer mon post sur l'espace et sur les voyages spatiaux.
Je pense qu'il y a 2 écoles.

L'école Star Wars

C'est génial, on peut tout écrire, tout dire, tout est bidon. Ce n'est pas de la SF pour le coup, c'est de la magie. De la vraie magie. Donc genre = merveilleux
Après, ils disent un truc très malin : c'est dans une galaxie lointaine, très lointaine. On ne sait pas si c'est avant notre ére ou après (ou en même temps).
Le but de Star Wars est de divertir. Je ne vais pas voir ou lire du Star wars pour apprendre ou réfléchir...je sais que je vais voir des combats spatiaux, des wookies, des jedi, plein d'explosions etc etc
Là, osef de savoir si ce sera possible ou non dans 80 ans, on veut pouvoir bouffer nos pop corns et pleurer quand l'adorable petit ewok meurt, tué par un stormtrooper.
Perso, j'adore star wars. VRAIMENT. Mais ce n'est absolument pas de la SF, c'est du grand n'importe quoi.

L'école Roland Lehoucq

J'ai donné ce nom à cette école car ce type est un formidable astrophysicien qui s'amuse à décortiquer les films de SF (Interstellar, the Martian, Avatar, SW gravity etc etc). C'est absolument génial et je vous recommande ses vidéos. Sans trop vous spoiler, la plupart des films se font gentiment démonter (avec bienveillance, si si).
En tant que fan absolu de SF (et d'Asimov au passage), je préfère cette école. Je vais donc parler en tant que fan et dire ce que j'attends d'une vraie oeuvre de SF.

Je n'en voudrai pas à l'auteur s'il ne me refourgue pas toutes les équations qui prouvent qu'on peut créer un trou de ver ou blablabla.
Il suffit de parler de trou de ver, j'en ai entendu parler via de vrais scientifiques, ça me suffit. Après, à l'auteur d'exploiter ça, c'est même ce que j'attends de lui. Quelles perspectives ouvre le trou de ver ? Fais-moi rêver !

J'en profite pour signaler à l'auteur du thread que seul le trou de ver pourrait permettre de visiter d'autres galaxies. Il n'y a pas d'autres solutions que cet hypothétique trou de ver. Donc voyages intergalactiques = ALERTE ROUGE

Maintenant : si l'auteur veut créer ex nihilo une nouvelle technologie, c'est quitte ou double. Perso, je ne le conseillerais pas à moins d'être assisté par un scientifique. Des technologies peuvent évoluer ou même naître MAIS on doit rester dans les règles que nous impose la physique.
La 3eme loi de Newton, par exemple, on ne peut pas passer outre sinon on tombe dans le merveilleux. Elle est valable aujourd'hui et dans 10 000 ans
et même dans 1 m d'années. Le théorème de relativité restreinte, impossible de ne pas en connaitre les conséquences pour moi.
Les travaux de Hawking, faut les avoir parcourus. Au moins les travaux vulgarisés.
Pareil pour Hubble et le fameux red shift....'fin bref. Je trouve que créer une technologie, c'est vouloir escalader l'Everest. Perso, j'admire. Mais très casse gueule. Et avec ces satanés social medias, les gens ont vite fait de pointer les incohérences et de se moquer de l'oeuvre d'un auteur.

Asimov, en génie, avait compris le problème et a créé une science qui n'est pas technologique : la psycho-histoire. En clair, de l'histoire, des statistiques et des maths et on mélange. Voilà...simple. Pour les voyages entre les planètes, il ne rentre pas dans les détails. Et ce n'est pas ce qu'on attend de lui dtf.
Pas de détails, pas de problèmes.

Si néanmoins tu veux escalader l'Everest (bravo !!!!), il te faudra lire pas mal d'ouvrages pour ne pas commettre d'erreur. Je pense à Kip Thorne, à Christophe Galfard, Reeves etc

Avatar de l’utilisateur
Umanimo
La preuve par neuf que le rock et le folk sont nés en Mongolie
Messages : 3842
Inscription : dim. avr. 19, 2015 3:14 pm
Rang special : Whovianne
Localisation : Dans le temps et l'espace
Contact :

Re: La technologie du futur, est-il possible de « l’inventer » ?

Message par Umanimo »

Que de choses intéressantes dans ces quatre dernières interventions !
Crazy a écrit :
lun. juin 29, 2020 10:09 am
J'ai vu des pistes intéressantes sur https://www.futura-sciences.com/ sinon...
Merci, je me le suis mis en favoris, ça peut servir.
Pliskin a écrit :
mar. juin 30, 2020 12:58 pm
Crazy a parlé de futurasciences qui est très bien, j'ajouterais de mon côté https://www.pourlascience.fr/ : certains articles sont payants, mais c'est très intéressant et cela donne tout un tas d'idées possibles sans avoir à énormément extrapoler (il y a quelques mois, ils ont par exemple leur couverture sur les « Cristaux temporels », cela peut donner un paquet d'applications marrantes possibles !).
Pareil, mis en favoris.

Pliskin a écrit :
mar. juin 30, 2020 12:58 pm
remarque qui s'applique autant à la SF qu'à la Fantasy (la plupart des bons récits de Fantasy expliquent bien pourquoi et comment telle ou telle magie fonctionne).
Justement, même en Fantasy, la magie a tendance à me déranger. J’ai un récit de Fantasy et un univers que j’ai créé, mais sans magie.

Pliskin a écrit :
mar. juin 30, 2020 12:58 pm
Un contre-exemple est le réplicateur de Star Trek : cette machine est capable de synthétiser des repas à partir de rien. Face à une telle technologie, un tas de personnes pourraient le réexploiter de tas de manières bien plus utiles (fabriquer des lingots d'or, des armes, des fausses pièces d'identité etc. etc.) et dans ce cas, soit les manières dont on peut « tricher » avec cette technologie deviennent un aspect de l'intrigue, soit la technologie doit être reprise.
(après, je ne suis pas un grand connaisseur de Star Trek et j'ai peut-être raté quelque chose, si c'est le cas ne me découpez pas en morceaux s'il vous plaît)
J’ai pas encore vu tout les épisodes de toutes les séries de Star Trek (il y en a un sacré paquet !), mais dans mon souvenir, les personnages ne parlent pas de la façon dont fonctionnent les réplicateurs. Pourquoi en parleraient-ils d’ailleurs, pour eux, c’est un appareil « banal ». Aussi, je pense que les spectateurs peuvent imaginer ce qu’ils veulent. Moi, j’ai imaginé que ça fonctionne à partir d’une source de produits divers. Je ne sais pas : des protéines, des hydrates de carbones, de la silice (pour les récipients) etc. Une base à partir de laquelle on peut créer ce qu’on veut, quoi.

Vanilumi a écrit :
mar. juin 30, 2020 4:03 pm
Tu n'es pas obligée d'avoir raison sur le futur, mais tu peux potentiellement être une source vectrice de création pour nos scientifiques actuels qui auront envie de voir se réaliser ce que tu auras décrit. Et ça, c'est toute la magie du truc !
Houlà ! Je suis loin d’avoir une imagination aussi fertile. :D

Kimdan a écrit :
mar. juin 30, 2020 4:38 pm
Je n'en voudrai pas à l'auteur s'il ne me refourgue pas toutes les équations qui prouvent qu'on peut créer un trou de ver ou blablabla.
Il suffit de parler de trou de ver, j'en ai entendu parler via de vrais scientifiques, ça me suffit. Après, à l'auteur d'exploiter ça, c'est même ce que j'attends de lui. Quelles perspectives ouvre le trou de ver ? Fais-moi rêver !
Ça me fait penser à une nouvelle que je viens de lire où les trous de ver sont utilisés de façon humoristique et j’ai adoré (en gros, la Terre est percée de milliers de trous de ver qui vont d’un lieu et d’une époque à l’autre et le perso principal les emprunte pour poursuivre des trafiquants d’art religieux).

Kimdan a écrit :
mar. juin 30, 2020 4:38 pm
L'école Roland Lehoucq
C’est plus mon truc, d’où mes interrogations. ;)

Kimdan a écrit :
mar. juin 30, 2020 4:38 pm
Si néanmoins tu veux escalader l'Everest (bravo !!!!), il te faudra lire pas mal d'ouvrages pour ne pas commettre d'erreur. Je pense à Kip Thorne, à Christophe Galfard, Reeves etc
Alors non, justement. Je n’ai pas assez d’imagination technologique pour envisager d’inventer quelque chose. J’ai juste essayé d’extrapoler à partir de ce que nous avons déjà et j’ai trouvé ça déjà difficile.
Par exemple, plus d’ordinateurs personnels, mais des tablettes/téléphones qui peuvent se plier jusqu’à la taille minimale dans laquelle tiennent les composants (taille d’un petit portable actuel, c'est-à-dire, pas un smartphone, qui sont trop gros) et se déplier jusqu’à atteindre une taille A4 pour faire un grand écran au dessus duquel se déploie une image en 3D.
Du point de vue sociologique, j’ai imaginé une société où la voiture individuelle n’existe quasiment plus, mais les transports en commun (train essentiellement, mais train à grande vitesse comme au Japon) se sont développés et on termine son trajet avec des mini véhicules qu’on loue : deux à cinq places, plus emplacement pour des bagages, autoguidés sur les routes principales, avec passage en manuel sur celles où n’existe pas d’autoguidage.

Répondre