Epouvante pour public "premières lectures"

[visible par les non-inscrits] Ici, on peut poser des questions (techniques ou non) sur l'écriture, les outils qui y sont dédiés et plus largement, sur le monde du livre !

Modérateur : Crazy

Avatar de l’utilisateur
Gilou
Messages : 230
Inscription : mer. déc. 01, 2010 4:18 pm
Rang special : Batracien
Localisation : Toulouse
Contact :

Epouvante pour public "premières lectures"

Message par Gilou » mer. déc. 26, 2018 6:12 pm

Salut à tous,

Je suis en train d'écrire un texte "qui fait peur" pour un public première lecture 7/9 ans.
J'ai peu d'expérience et pour le genre et pour l'âge, et j'ai l'impression que ça ne court pas les rues. J'ai lu un Chair de Poule (déjà pour les plus grands), et je n'ai pas trouvé que ça faisait spécialement peur. A votre avis, est-il envisageable de mettre en scène des situations vraiment inquiétantes pour un si jeune public ? Ou bien est-ce que je ferais mieux de me limiter à un fantastique bizarre sans chercher à mettre le lecteur mal à l'aise ?
Connaissez-vous des lectures pour les plus jeunes qui fassent réellement peur ?
Je ne voudrais pas traumatiser mon lectorat. D'un autre côté si je peux développer mes idées sans faire d'auto censure, tant mieux.

Merci
Les Révoltés de Noël, Editions du Carnet à Spirale.
Mon blog : Sotte d'humeur

Avatar de l’utilisateur
Hikari
Toutes les roses n'ont pas d'épines, en Enfer ou ailleurs
Messages : 771
Inscription : dim. févr. 11, 2018 12:26 am
Rang special : Spécialiste du sirop d'érable
Localisation : Québec

Re: Epouvante pour public "premières lectures"

Message par Hikari » mer. déc. 26, 2018 8:14 pm

Salut ! Je me permet de répondre, ayant des enfants de 3ans, 5 ans, 10ans et 15ans avec un mari fanatique de l'horreur. Cela dépends de la tolérance de chaque enfant: Ma grande de 10 ans doit écouter des films pour un public adulte (sans scène de sexe, on s'entend qu'on écoute le film seul en premier avant de la laisser l'écouter), parce que les films de peur de son âge l'ennuient à mourir. Ma 5ans est un peu plus "normale", mais c'est rare qu'elle a peur d'un film d'horreur pour enfant.

Je dirais qu'avec internet, la sensibilité des enfants face à l'horreur à un peu évoluée : les trucs qui nous donnait la frousse en 1990 font maintenant rire les gamins d'aujourd'hui. Voici une liste des trucs vraiment effrayants pour mes deux petites de 5ans et 10 ans:
  • Les fantômes, cauchemars garantis
    Les monstres cachés dans le noir qui veulent nous manger
    Les gens ou poupées possédés par un démon
La torture est trop hardcore pour ce groupe d'âge (oubli le truc du genre décadence ou l'auberge).

Une poupée qui rit toute seule, un fantôme aux yeux rouge qui surveille un enfant qui dort ou le bon vieux "bloody Mary" qui tourne à la réalité (chaque fois que tu regarde dans le miroir tu vois une fille pleine de sang au lieu de ton reflet) peut donner une bonne frayeur aux jeunes amateurs d'horreur sans les envoyer chez le psy.

Si un enfant cherche à lire de l'horreur, c'est qu'il souhaite avoir peur. Ce qui est trop effrayant pour un ne l'est pas assez pour l'autre, mais si tu te tiens loin des meurtres ou d'autres trucs gores, ça devrait être bon.

Avatar de l’utilisateur
Macada
Va embrasser le prince grenouille
Messages : 10175
Inscription : jeu. mars 22, 2007 6:40 pm
Contact :

Re: Epuvante en première lecture

Message par Macada » mer. déc. 26, 2018 8:44 pm

Je pense que globalement la peur chez les enfants ne fonctionne pas vraiment comme chez les adultes.
Notamment,
- parce qu'ils ne sont pas blasés/endurcis à ce qui a cessé de nous faire peur à force de "répétitions" qui finalement n'ont pas eu de suites douloureuses. Par exemple, un simple ombre qui bouge peut terroriser un enfant, ou juste le mot "loup" et voilà le marmaille déjà frissonnant. Pour un adulte, il faut bien plus que ça, pour faire "monter" la peur.
- parce que leur expérience et perception du monde ne sont pas (encore) similaires à ceux des adultes (de leur culture). En d'autres termes, ils ne savent pas trop encore de quoi il faut avoir peur, de quoi ils ont raison d'avoir peur, de quoi ils ont tort d'avoir peur. Par exemple, pendant très très longtemps, j'associais le verbe "nier" à "mensonge" ou "dissimulation" donc à "méchant" car même si j'ai su relativement tôt (vers 7 ans) sa définition exacte, nuancer les "c'est pas beau de mentir" ou "c'est pas beau de ne pas être franc" de mon éducation m'a pris bien des années. Ce genre de chose peut changer sacrément la perception d'un personnage... au point de s'en méfier, voire s'attendre à ce qu'il fasse un truc horrible, alors que pour les adultes ce perso est sympa.

A ajouté à tout cela, chaque individu est différent des autres, et donc, ce qui fait peur à certains ne fait pas peur à d'autres, et, même pour des peurs communes (la peur du noir par exemple), les situations provoquant ces peur et leurs intensité varient d'une personne à l'autre.

D'un point de vue pratique (d'auteur voulant faire peur à des enfants), pour moi, cela signifie que on ne peut guère s'utiliser soi-même pour savoir si ça va faire peur, un peu peur, très peur, trop peur à des enfants, ni si cela touchera assez d'enfants pour constituer le lectorat cible d'une collection.
Pour estimer cela, on peut étudier/s'imprégner de la littérature d'épouvante disponible pour les collections qu'on vise.

Ou bien, tout simplement, on écrit l'histoire avec l'intuition qu'on a du lectorat visé, et on tente le coup avec.
Perso, ce serait ça mon conseil. ^^

Edit : grillée par Hikari. Je vais lire...
Actualité :
Ceux qui vivront, Challenge en cours
Rose-thé et gris-souris, Gephyre (avril 2019)
Entre troll et ogre, ActuSF (avril 2018)
Les Aériens, Sarbacane (octobre 2017)

Avatar de l’utilisateur
Gilou
Messages : 230
Inscription : mer. déc. 01, 2010 4:18 pm
Rang special : Batracien
Localisation : Toulouse
Contact :

Re: Epouvante pour public "premières lectures"

Message par Gilou » mer. déc. 26, 2018 10:03 pm

Grand merci à tous(tes) les deux. Vous m'apportez vraiment matière à réflexion.
Je vais m'en tenir à "feeling perso" + tests avec avertissement auprès d'enfants de l'âge ciblé. Ou je fais la lecture avec eux pour voir leur réaction.
Certaines choses m'horrifient moi-même de toutes façons, et je n'aime pas le gore.
Les Révoltés de Noël, Editions du Carnet à Spirale.
Mon blog : Sotte d'humeur

Répondre