Esthétisation de la violence

[visible par les non-inscrits] Ici, on peut poser des questions (techniques ou non) sur l'écriture, les outils qui y sont dédiés et plus largement, sur le monde du livre !

Modérateur : Crazy

Avatar de l’utilisateur
Adé
Messages : 2021
Inscription : mer. juin 17, 2015 10:13 am
Rang special : Youpi

Re: Esthétisation de la violence

Message par Adé » jeu. févr. 07, 2019 9:45 am

Ah zut, je n'avais pas vu que tu avais répondu ici, Arya
Arya a écrit :Tout ça m'est venu d'un film qu'on regardait avec des collègues à l'hosto, un entretien avec Jean Oury, un célèbre psychiatre. A la question qu'on lui posait "c'est quoi le pire qu'on puisse faire en psychiatrie", il répondait "l'esthétisation", et là, l'écrivain en moi a bondi sur sa chaise, je me suis dit "merde, c'est exactement ce que je fais dans mes bouquins". Après, j'ai essayé de comprendre ce qu'il voulait dire par là et c'est toujours pas très clair dans ma tête, mais je crois que c'est justement sortir de la neutralité un peu brute des faits, céder à nos fantasmes sur la folie ou à un certain romantisme. C'est très difficile, encore plus en imaginaire où on va exagérer certains aspects dans le cadre du wordbuilding. L'esthétisation, c'est pas forcément beau, je crois que c'est plus lié à la mise en scène, le cadrage qu'on va en faire, l'angle qu'on va choisir. Exemple con pour continuer sur la folie : la cellule de l'épreuve "chambre psychiatrique" a fait scandale à Fort Boyard, parce qu'elle représentait la folie par la cellule capitonnée et la camisole de force. Là, les mec de Fort Boyard ont esthétisé la folie au sens négatif de Jean Oury, et des gens ont pu se sentir blesser par cette réduction de la folie à ces symboles. Enfin, c'est ce que je comprends. Désolée, c'est un peu confus.
Mh, je crois que je vois ce que tu veux dire !
Et dans ce cas, ça me semble concerner énormément de choses en écriture, dès qu'on touche à des situations "particulières" (et encore). Et en effet, je pense que c'est surtout une histoire d'angle, tu pourras toujours rattraper le coup en corrections persos/via bêta-lecteurs/éditoriales de toute façon :love:, si jamais tu souhaitais reprendre cette idée. Je suis certaine que tu pourrais en faire une histoire chouette :wow:

Avatar de l’utilisateur
Arya
Sugar toujours au top
Messages : 12008
Inscription : dim. oct. 25, 2009 6:39 pm
Rang special : Racaille des bois
Contact :

Re: Esthétisation de la violence

Message par Arya » jeu. févr. 07, 2019 3:36 pm

Pardon j'avais raté vos réponses !
Merci de partager vos réflexions, c'est très intéressant et très juste.
J'avance tranquillement sur ce projet, qui a pris une forme particulière. J'ai vraiment envie d'en faire un projet "tout public", donc moins hard que ce que je peux faire habituellement, et ne pas trop développer sur l'attentat en lui-même mais plutôt sur ce qui subsiste chez les personnages, le trauma, le "qu'est-ce que je fais maintenant, après ça". Du coup, ça m'interpelle ce que tu dis, Kaplan, parce que j'aseptise l’événement en lui-même par du hors-champ ou un filtre onirique. Mais bon, encore une fois, c'est un projet très spécial, différent de ce que je fais d'habitude. Je chemine...

ed. Pocket : Le roi des fauves / Les loups chantants / La mort du temps
ed. Scrineo : Le dieu-oiseau / Mers mortes
ed. Gulfstream : Blé noir
ed. Magnard : Chevaux de foudre / La fille de Tchernobyl

Kaplan
Messages : 21
Inscription : mer. févr. 06, 2019 8:09 pm
Rang special : apprenti scribe

Re: Esthétisation de la violence

Message par Kaplan » jeu. févr. 07, 2019 5:07 pm

Oui, le traumatisme est une bonne manière de montrer la souffrance qui découle de cet acte. Ce que je voulais dire c'est que personne ne sort indemne de tout ça, il y a forcément des traces physiques et / ou psychologiques. Tant que le lecteur comprend bien tout cela, la mission est remplie.

Je comprends que tu n'ai pas envie de décrire tous les détails sanglants, moi ça ne me dérange pas, mais après tout c'est vrai que cela peut rebuter des lecteurs sensibles. Il y a plusieurs manières de l'éviter :
- le narrateur se réveille dans son lit d'hôpital et se remémore ce qu'il lui est arrivé sans se rappeler de tout,
- on assiste à un conversation entre pompiers ou policiers qui résument brièvement l'événement, etc.
Ce sont des façons de raconter qui font comprendre l'essentiel au lecteur tout en lui laissant toute imagination de se figurer l'attentat sans atténuer ses effets, ni révéler frontalement toute l'horreur. Autrement dit, c'est de la suggestion. Parfois, c'est bien plus efficace que de tout dire, car l'imagination du lecteur a tendance à imaginer le pire très vite et toi cela te permet d'éviter d'entrer dans le sordide.
Dernière modification par Kaplan le jeu. févr. 07, 2019 6:43 pm, modifié 1 fois.

Avatar de l’utilisateur
Agathe Flore
Messages : 1866
Inscription : mer. juin 08, 2016 3:19 pm
Rang special : Elfe sylvestre qui court avec les loups
Localisation : Spa (Belgique)

Re: Esthétisation de la violence

Message par Agathe Flore » jeu. févr. 07, 2019 6:41 pm

Arya a écrit :
jeu. févr. 07, 2019 3:36 pm
J'avance tranquillement sur ce projet, qui a pris une forme particulière. J'ai vraiment envie d'en faire un projet "tout public", donc moins hard que ce que je peux faire habituellement, et ne pas trop développer sur l'attentat en lui-même mais plutôt sur ce qui subsiste chez les personnages, le trauma, le "qu'est-ce que je fais maintenant, après ça". Du coup, ça m'interpelle ce que tu dis, Kaplan, parce que j'aseptise l’événement en lui-même par du hors-champ ou un filtre onirique.
C'est une superbe idée ! :heart:
Bien plus intéressante que de raconter l'événement en lui-même et instructive pour le public (comme je disais plus haut, la plupart des gens n'imaginent pas le temps nécessaire pour se remettre d'un trauma, ni la nature des symptômes de stress post-trauma).
Avec les rêves, tu peux montrer des passages de l'attentat, faire trembler le lecteur (les cauchemars post-trauma sont terrifiants parce qu'ils se confondent avec la réalité et on est désorienté au réveil).
Si à un moment donné, tu as besoin d'infos et d'exemples sur le sujet, n'hésite pas à m'envoyer un mp.
Mu: L'ombre d'Atlantis T1 et Mu : La foudre de Quetzalcoatl T2 aux Éditions Underground.
Challenge 2019 : L'aigle et le lys (section 5)

Répondre