Un récit sans élément déclencheur ?

[visible par les non-inscrits] Ici, on peut poser des questions (techniques ou non) sur l'écriture, les outils qui y sont dédiés et plus largement, sur le monde du livre !

Modérateur : Crazy

Répondre
Avatar de l’utilisateur
nothoi
Le gambit du chaos
Messages : 756
Inscription : mer. avr. 13, 2016 3:07 pm
Rang special : écrivain du dimanche
Contact :

Un récit sans élément déclencheur ?

Message par nothoi » dim. mai 05, 2019 3:28 am

Bonjour à tous,

J'ai fait quelques recherches dans l'index (du coup j'ai dérivé et j'ai perdu une heure ou deux à passer d'un sujet intéressant à un autre) et je n'ai rien trouvé sur l'élément déclencheur. Donc je me permets d'ouvrir un nouveau fil. :yata:

Voilà, je suis en train de retravailler mon challenge 2018, et je me pose des dizaines de questions sur la structure de mon récit (une fois encore, j'ai l'impression que je me suis embarqué sur un truc que je ne maîtrise pas du tout :argh:). Mais bon, une chose à la fois : pour l'instant parlons de l'élément déclencheur.

J'ai l'impression que je n'ai pas d'élément déclencheur dans ce récit et ça me chiffonne un peu :perplexe: :
Je m'explique : mon narrateur (récit à la première personne) se réincarne en permanence. Du coup, sa renaissance fait partie de son train train quotidien. Dès le début du récit son objectif est clair et je rajoute un poil de dramatisation (c'est peut-être sa dernière chance d'y parvenir) pour mettre en place une vraie tension narrative. Il a une stratégie pour atteindre son but et il y va...

Du coup voilà les questions que je me pose :
- Un récit sans élément déclencheur est-il bancal ou viable ?
- Comment faites-vous pour identifier votre élément déclencheur (j'en ai peut-être un, mais alors je l'ai mal identifié et du coup mal exploité) ?
- Comment faites-vous pour bien le mettre en relief dans le récit ?
- Doit-il apparaître directement dans les premières pages après la présentation des protagonistes dans leur vie quotidienne, ou bien peut-on prendre des libertés avec ?

:merci2: d'avance à ceux qui prendront le temps de me répondre
site internet : http://nothoi.net/

Avatar de l’utilisateur
Sytra
La Grande Mytra
Messages : 3405
Inscription : jeu. déc. 09, 2010 12:29 pm
Rang special : Batracienne occitane
Localisation : Toulouse
Contact :

Re: Un récit sans élément déclencheur ?

Message par Sytra » dim. mai 05, 2019 6:39 am

Alors, je ne sais plus dans quel livre/blog de théorie narrative je l'avais lu, mais il me semble que ton élément déclencheur peut prendre place avant le début de ton roman et que cette manière de faire s'appelle un début in media res (tu es déjà dans l'action). Et au vu de ce que tu dis de ton roman, ça me semble être ton cas. Ton personnage a déjà un objectif, et même la connaissance que quelque chose dramatise cet objectif. Je dirais que ton élément déclencheur, c'est au choix soit le truc qui l'a amené à se donner cet objectif, soit le truc qui l'a dramatisé. Le fait que ça se soit déroulé avant le début de ton roman n'en fait pas pour autant un roman sans élément déclencheur ou un roman bancal.

L'intérêt normalement de mettre l'élément déclencheur après quelques scènes du roman, c'est de laisser le temps au lecteur de se familiariser avec tes personnages, de s'attacher à eux, de comprendre leurs buts et donc de les suivre d'autant plus volontiers quand l'élément déclencheur les propulse dans l'action. Mais cette manière de faire n'est pas incontournable. On peut apprendre à connaître les persos et s'attacher à eux au cœur même de l'action.
Esclave consentante de Mère Fouettarde
Challenge 1er jet : Byakko
Sytra no Yume, mon blog
Des auteurs à l'Ouest, notre site d'auteurs avec Chapardeuse, Elikya et Roanne

Avatar de l’utilisateur
Mélanie
La Mélamite du Python
Messages : 8217
Inscription : dim. mai 17, 2009 6:29 pm
Rang special : Power Mélanie!
Localisation : Chapitre 13

Re: Un récit sans élément déclencheur ?

Message par Mélanie » dim. mai 05, 2019 8:46 am

Je penserais comme Sytra que, si l'on tient à un élément déclencheur, il peut se passer avant ton roman, être compris implicitement par le lecteur, ou faire l'objet d'un flashback à un moment donné.

Et je dirais que ce qui compte le plus, c'est la pédagogie que tu fais au lecteur. Parfois, pour la compréhension, c'est mieux de découper, dans un premier temps, l'ordinaire du héros (qui serait la situation initiale), pour comprendre l'univers etc. et dans, un deuxième temps, les enjeux de l'histoire (qui serait l'élément déclencheur). Mais si le principe de l'univers et de l'histoire est simple à intégrer, ça me semble faisable de sauter directement dans le cœur de l'action.

Après, ça peut être intéressant de voir à quoi ressemble ce train-train de réincarnation :wow: avant que les choses se corsent.
ıllıllı Cyclitse et modérartice ıllıllı

"Aux amres ! diuex et dmei-deiux !
Abtatnos ctete tyarnine,
Ce régmie set fsatideiux !
Puls ed necatr, puls d'abmriosie !"
Oprhée uax efners

Avatar de l’utilisateur
Crazy
Impératrice incontestée du Pareil © Crazy
Messages : 9949
Inscription : mer. juin 05, 2013 9:30 pm
Rang special : Chieuse pas tentée
Localisation : IdF
Contact :

Re: Un récit sans élément déclencheur ?

Message par Crazy » dim. mai 05, 2019 9:40 am

Sytra a écrit :
dim. mai 05, 2019 6:39 am
et que cette manière de faire s'appelle un début in media res (tu es déjà dans l'action).
Je ne suis pas sûre que cette manière de faire ait à voir avec l'élément déclencheur. Il me semble que le in media res s'applique aux scènes "d'action" pour lesquelles il n'y a pas eu d'exposition auparavant, ED ou pas ED.
nothoi a écrit :
dim. mai 05, 2019 3:28 am
Dès le début du récit son objectif est clair et je rajoute un poil de dramatisation (c'est peut-être sa dernière chance d'y parvenir) pour mettre en place une vraie tension narrative. Il a une stratégie pour atteindre son but et il y va...
Tu peux nous en dire + sur l'objectif en question ?
C'est pe ça, ton ED, sa décision d'avoir cet objectif, et pe aussi sa réalisation que c'est sa dernière chance ?

Mais sinon +1 avec les autres sur le fait que ton ED puisse avoir eu lieu avant le début.
:mouahaha: Grenouille vampire :wamp:, Mith :jedi: et sadique :fouet:
:lect: Challenge 2019 : Symbiotes (SF/SpaceOp)
:stylo: Blog : Crazy's Wor(l)ds

Avatar de l’utilisateur
Nicéane
Messages : 522
Inscription : dim. avr. 01, 2012 4:33 pm
Rang special : rainette verte
Localisation : Deuxième étoile à droite et tout droit jusqu'au matin

Re: Un récit sans élément déclencheur ?

Message par Nicéane » dim. mai 05, 2019 10:42 am

Dans le roman sur lequel je travaille actuellement, c'est un peu pareil. Au début de l'histoire, le personnage principal a déjà son objectif et un premier plan pour y arriver (et on le comprend très rapidement). Au cours de sa tentative, elle est amenée à rencontrer un autre personnage qui va tout compliquer, forcer mon héroïne a modifier ses plans etc (en gros, tout commence à partir en vrille). Si elle ne l'avait pas rencontré, il n'y aurait pas vraiment eu d'histoire, ou en tout cas, une histoire bien moins intéressante. C'est ce point là que j'ai tendance à identifier comme élément déclencheur.

Peut-être qu'il y a quelque chose de similaire pour ton histoire ? Un élément déclencheur avant le récit, qui le fait tout de suite commencer dans l'action, et un autre, un peu plus subtil qui donne de l'ampleur et qui est placé tôt dans le récit...
Ma première nouvelle publiée, dans la revue Etherval - Ciré jaune
Challenge : L'Emblème et le Nécromant [PA]

Avatar de l’utilisateur
Nana
La Mort en Héritage
Messages : 3915
Inscription : mer. avr. 27, 2016 8:04 pm
Rang special : écrivain du bonheur

Re: Un récit sans élément déclencheur ?

Message par Nana » dim. mai 05, 2019 1:02 pm

Crazy a écrit :
dim. mai 05, 2019 9:40 am
Sytra a écrit :
dim. mai 05, 2019 6:39 am
et que cette manière de faire s'appelle un début in media res (tu es déjà dans l'action).
Je ne suis pas sûre que cette manière de faire ait à voir avec l'élément déclencheur. Il me semble que le in media res s'applique aux scènes "d'action" pour lesquelles il n'y a pas eu d'exposition auparavant, ED ou où pas ED.
+1. En latin ça veut dire "commencer au milieu des choses". Commencer par un dialogue ou une scène d'action est un début in media res, même si le roman n'est pas encore lancé. L'inverse, c'est quand on commence par présenter les persos, l'univers ou autre.

Je pense que tu as un élément déclencheur même s'il n'est pas présent dans le roman, qu'il se trouve avant. Parce que ton héros a un objectif, et qu'il y a forcément une raison à ça : c'est ça pour moi l'élément déclencheur.
"Make the plan, execute the plan, expect the plan to go off the rails, throw away the plan"
Modo challenge :violet:
challenge marrainé par Kyaramoe, Minock et Iosara
:mage: de LaCath, Aramis

Avatar de l’utilisateur
nothoi
Le gambit du chaos
Messages : 756
Inscription : mer. avr. 13, 2016 3:07 pm
Rang special : écrivain du dimanche
Contact :

Re: Un récit sans élément déclencheur ?

Message par nothoi » dim. mai 05, 2019 3:35 pm

:merci2: pour vos réponses, ça apporte pas mal d'eau à mon moulin :love:
Sytra a écrit :
dim. mai 05, 2019 6:39 am
On peut apprendre à connaître les persos et s'attacher à eux au cœur même de l'action.
Du coup, si je comprends bien ton raisonnement, dans le type de roman que tu décris, l'élément déclencheur est avant le début du roman, et le lecteur est directement propulsé dans l'action, charge à l'auteur d'expliquer ce qui se passe autour des personnages pendant que ça explose de tous les côtés/s'embrasse langoureusement/ etc. ?
Ce serait donc d'emblée un rythme nerveux, qui correspondrait très bien à un récit d'action ?

Du coup, ça me fait beaucoup penser à mon tome 1. L'avantage du truc, c'est que le début est très dynamique, par contre la gestion de l'information c'est vraiment galère (cf le nombre de versions de mon chapitre 1 passées sur les papyrus...). Du coup, j'avais déjà utilisé le procédé sans trop m'en rendre compte, avec un premier "climax" très proche qui vient tout bouleverser, ressemblant comme deux gouttes d'eau à un ED :wamp: :perplexe:
Par contre, ça ne correspond pas vraiment au manuscrit sur lequel je travaille actuellement. Donc j'en conclue qu'il y a un problème de construction quelque part. :argh:
Mélanie a écrit :
dim. mai 05, 2019 8:46 am
Mais si le principe de l'univers et de l'histoire est simple à intégrer, ça me semble faisable de sauter directement dans le cœur de l'action.

Après, ça peut être intéressant de voir à quoi ressemble ce train-train de réincarnation :wow: avant que les choses se corsent.
Hum, le principe est simple, mais quand je l'explique, ça prend beaucoup de temps puisqu'il y a à la fois l'univers dans lequel les personnages évoluent et les règles liées à la réincarnation.
Et ta dernière remarque me fait penser que c'est justement ce train-train qui m'intéresse de traiter, puisque ça explique la majeure partie des actions de mon protagoniste.
Nana a écrit :
dim. mai 05, 2019 1:02 pm
Je pense que tu as un élément déclencheur même s'il n'est pas présent dans le roman, qu'il se trouve avant. Parce que ton héros a un objectif, et qu'il y a forcément une raison à ça : c'est ça pour moi l'élément déclencheur.
En effet, je pense qu'il y en a un (une dépression nerveuse qui conduit mon personnage a vouloir arrêter de se réincarner). Je pense du coup que mon problème, c'est que :
A - je n'ai pas suffisamment bien exploité mon ED en l'état et articulé le récit autour dès le début
B - j'ai mal réfléchi à l'endroit où je devais commencer mon texte

En fait, plus je réfléchis à vos interventions :love: et plus je me dis que ça va dépendre du type de roman que je veux mettre en place. Du coup, à la façon dont j'analyse la structure actuelle de mon récit, ça va dépendre de là où je vais commencer mon histoire.

1 - Si je veux un récit très nerveux, je dois pour le coup tailler dans le lard (100 000 secs à la poubelle) et arriver directement dans le nœud de l'action. Or, si c'est ce que je voulais avec mon tome 1, ce n'est pas vraiment le cas avec ce manuscrit-ci, qui pour moi est beaucoup plus axé sur la psychologie de mon narrateur. Et j'ai peur qu'avec une structure comme celle-ci (vue les difficultés rencontrées dans mon tome 1), je ne parvienne pas à faire comprendre au lecteur les raisons pour lesquels il veut arrêter de se réincarner.

2 - la structure actuelle est excellente si je veux avoir une approche "didactique" de mon récit, avec les différentes étapes de la réincarnation en direct live, comment ça se passe, quels effets sur le narrateur, les personnages principaux qui arrivent au fur et à mesure etc. Par contre, c'est un début qui est très lent et qui, parce qu'il donne tous les éléments du cycle des réincarnation, donne justement l'impression d'une continuité (ça se passe toujours comme ça) d'où mon impression de n'avoir aucun élément déclencheur.
Et du coup, je me heurte à un problème similaire à celui de Nicéane, sauf que la rencontre avec le personnage qui fait tout partir en vrille arrive à 140 000 secs. Du coup, si le lecteur doit patienter aussi longtemps avec l'impression que je lui expose mon monde :psychocoah: :psychocoah: ça risque de ne pas le faire...

3 - Une autre solution serait de couper les parties qui provoquent cet effet de "cycle" perpétuel, pour donner une impression un peu artificielle, je pense, de "soudain il se passa quelque chose". Ca me pousserait à réorganiser l'apparition des personnages, mais du coup ça donnerait un peu plus de relief à mon ED et de peps à ce début de récit, plutôt que de le noyer dans la masse et de créer cet effet de plat au début. Après, à voir si l'effet obtenu sera l'effet voulu :perplexe: :perplexe:

Bref, affaire à suivre, je pense, car les répercussions à mon avis pourrait être assez lourdes sur l'ensemble du texte.
site internet : http://nothoi.net/

Avatar de l’utilisateur
timioko
A eu le citron plus gros que le ventre
Messages : 2328
Inscription : dim. févr. 18, 2018 5:19 pm
Rang special : humble

Re: Un récit sans élément déclencheur ?

Message par timioko » dim. mai 05, 2019 4:43 pm

J'avais aussi l'impression de ne pas avoir d'éléments déclencheurs. Du coup pour le trouver j'ai lister les différents objectifs de mon personnage qui évoluent au cours du récit.
Typiquement pour moi ça donnait: voyager > se libérer de la Magie > trouver de l’aide pour déléguer son problème > devenir chevalier pour défendre le Pays Elfique.
Pour chaque ">" j'ai repéré l'élément qui déclenchait le changement. ça m'a permis de trouver les éléments déclencheurs qui entrainent le gros changement (chez moi le dernier, autant te dire qu'il arrivait tard :hiii: )
Je trouve que ça aide à avoir un regard assez distancer sur ton texte vs ce que tu voulais écrire. Par exemple le changement entre "se libérer de la Magie" et "trouver de l'aide" n'est pas assez fort, l'élément déclencheur est un peu mou dans mon cas: je sais que c'est un point à améliorer lors des corrections :yata:

Avatar de l’utilisateur
Crazy
Impératrice incontestée du Pareil © Crazy
Messages : 9949
Inscription : mer. juin 05, 2013 9:30 pm
Rang special : Chieuse pas tentée
Localisation : IdF
Contact :

Re: Un récit sans élément déclencheur ?

Message par Crazy » dim. mai 05, 2019 8:56 pm

nothoi a écrit :
dim. mai 05, 2019 3:35 pm
Sytra a écrit :
dim. mai 05, 2019 6:39 am
On peut apprendre à connaître les persos et s'attacher à eux au cœur même de l'action.
Du coup, si je comprends bien ton raisonnement, dans le type de roman que tu décris, l'élément déclencheur est avant le début du roman, et le lecteur est directement propulsé dans l'action, charge à l'auteur d'expliquer ce qui se passe autour des personnages pendant que ça explose de tous les côtés/s'embrasse langoureusement/ etc. ?
Ce serait donc d'emblée un rythme nerveux, qui correspondrait très bien à un récit d'action ?
Pas forcément.
Comme qqn l'a dit plus haut, "dans l'action", ça ne veut pas dire "comme dans un film d'action" ;)
C'est plutôt "en situation", donc (à priori) sans explication de ce que les persos savent déjà (les explications peuvent venir après, ceci dit).

Pour prendre un exemple bateau, si je commence par "Tot mit la pâte dans le moule et le moule dans le four", tu "vois" les gestes de Tot, mais tu ne sais pas :
- qui est Tot (ni son genre, ni son espèce, ni...)
- s'il est en train de cuisiner ou de faire de la poterie ou autre
- où et quand se passe la scène.
=> tu es in media res mais ce n'est pas une "scène d'action" pour autant.

Je crois qu'on peut dire que les détails que tu donnes dans ta scène, tant qu'on voit qu'ils ne sont pas là juste pour le lecteur, contribuent à ce IMR (et je me dis que le pdv de la scène peut jouer aussi là-dedans : trop facile de "sortir" du IMR si tu es en pdv omniscient).
:mouahaha: Grenouille vampire :wamp:, Mith :jedi: et sadique :fouet:
:lect: Challenge 2019 : Symbiotes (SF/SpaceOp)
:stylo: Blog : Crazy's Wor(l)ds

Avatar de l’utilisateur
nothoi
Le gambit du chaos
Messages : 756
Inscription : mer. avr. 13, 2016 3:07 pm
Rang special : écrivain du dimanche
Contact :

Re: Un récit sans élément déclencheur ?

Message par nothoi » lun. mai 06, 2019 3:23 pm

Merci à toutes les deux pour ces précisions. En tous cas, j'y vois déjà beaucoup plus clair sur ce point-ci.
site internet : http://nothoi.net/

Répondre