Verbes ternes

[visible par les non-inscrits] Ici, on peut poser des questions (techniques ou non) sur l'écriture, les outils qui y sont dédiés et plus largement, sur le monde du livre !

Modérateur : Crazy

Avatar de l’utilisateur
fdf
Messages : 123
Inscription : ven. juin 21, 2019 10:47 am
Rang special : Libre Vol

Verbes ternes

Message par fdf »

Bonjour à tous,

Comme tout le monde, je pense, peut-être n'est-ce que moi :fatigue: , j'écris avec trop de verbes ternes, et il me faut donc les débusquer et surtout les remplacer dans la phase de correction.

Avez-vous des astuces? Souvent la phrase qui contient un verbe terne doit être complètement réécrite, on ne peut pas juste mettre un autre verbe un tout petit peu plus expressif, comme être, rester, demeurer…
Du coup, j'ai souvent du mal, car je reste bloqué sur ma phrase initiale.

Vos conseils sont (restent, demeurent…) les biens venus !! :heart:

:merci2:
1er roman, "Entre les mailles", SF anticipation
2eme roman, "Gene 0", en soumission, SF anticipation
3eme roman, "Décohérence", en cours, Space Opéra

Avatar de l’utilisateur
Têtard potté
Terminapottor
Messages : 14256
Inscription : jeu. mars 31, 2011 6:38 pm
Rang special : C'est une dinde, ça ?
Contact :

Re: Verbes ternes

Message par Têtard potté »

Hello
J'utilise Antidote, qui me les surligne. Je les classe mentalement en plusieurs catégories :
- auxiliaires, dont on peut difficilement se passer, mais je tâche de rompre la monotonie d'une succession de passés composés conjugués avec avoir, soit en intercalant un changement d'auxiliaire ou en modifiant la phrase
- les verbes faibles utilisés dans un dialogue. Là, je suis plus cool. Sauf répétition flagrante ou remplacement à peu de frais, j'ai tendance à les laisser.
- les autres. Sans me les interdire, effectivement, il faut faire un travail de dentelle qui peut aller jusqu'à la réécriture de la phrase.
Courage :pompom:
Aussi innocente que l'agneau qui vient de naître :ange:
Challenge : Derrière le Masque
Pottée fête Noël (en avance)

Avatar de l’utilisateur
Beorn
Bond, Alexander Bond
Messages : 10400
Inscription : jeu. août 21, 2008 9:28 am
Rang special : L'avant-dernier des Mohicans
Contact :

Re: Verbes ternes

Message par Beorn »

Personnellement, mais bien sûr cela n'engage que moi, je n'ai jamais compris cette notion de "verbe faible" ni l'utilité d'en faire la chasse.
Parfois, un verbe est à la bonne place, et il se trouve qu'il s'agit de "avoir"... dans ce cas, mettre un autre verbe, comme "posséder" ou "détenir" serait une erreur.
"Autrefois, j'avais une maison au bord de la mer" n'a pas le même sens que "Autrefois, je possédais une maison au bord de la mer", cela dépendra du niveau de langue utilisé par le personnage, du contexte, de la personne à qui il parle (si c'est un dialogue) etc. Il n'y a pas un bon et un mauvais verbe ici, juste deux verbes différents qui seront chacun adapté à une situation différente.

Je comprends l'utilité d'utiliser un vocabulaire précis et adéquat, diversifié lorsque c'est nécessaire. La langue est notre trousse à outils et il est bon d'avoir une trousse à outils la plus complète possible pour bien travailler. Mais parfois, (pour filer la métaphore) on a juste besoin d'un marteau et d'un clou, et aucun outil plus sophistiqué ne nous sera plus utile. Parfois, au contraire, on aura besoin d'une super perceuse à percutions et, euh, pardon, je n'y connais pas grand chose en bricolage. :lol:

Par exemple, il y a des romans comme Hunger Games dont l'écriture n'est pas flamboyante et qui est truffé de verbes basiques, et c'est pourtant, à mon avis, un roman très intéressant à bien des égards et l'écriture est parfaitement adapté au propos.
En revanche, Le seigneur des anneaux ou Le trône de fer (du moins la VF, je ne l'ai pas lu en VO) sont des romans à l'écriture très poétique pour l'un, extrêmement réaliste et documentée (sur les armes et les objets du moyen-âge, par ex) pour l'autre.

Pour moi, dans ces trois exemples, l'écriture et l'histoire sont parfaitement en résonance, elles forment un tout cohérent. Et en l'occurrence, traquer les verbes faibles dans Hunger Games aurait affaibli le roman, pour moi, très clairement.
Site officiel
Bragelonne : Le 7ème Guerrier-Mage / Calame T1
Castelmore : Le jour où... / 14-14 / Un ogre en cavale / Lune rousse
Rageot : Le club des chasseurs de fantômes 1 et 2

Avatar de l’utilisateur
Nana
La Mort en Héritage
Messages : 3880
Inscription : mer. avr. 27, 2016 8:04 pm
Rang special : écrivain du bonheur

Re: Verbes ternes

Message par Nana »

J'ai le même problème que toi, ce n'est pas que toi. :love:
Beorn a écrit :
mar. juil. 09, 2019 4:53 pm
Personnellement, mais bien sûr cela n'engage que moi, je n'ai jamais compris cette notion de "verbe faible" ni l'utilité d'en faire la chasse.
Perso, je les signale surtout quand j'en vois plusieurs à la suite (sauf auxiliaire, ou alors s'il y a un verbe faible au milieu des auxiliaires et qu'on peut l'éviter), ou quand on se trouve dans un truc très "littéraire" ou poétique et que soudain, on se trouve avec une verbe plus faible (tout comme je traque les expressions "sophistiquées" quand j'écris dans un style qui ne se veut pas sophistiquer).

Je suis d'accord pour dire que la chasse ne doit pas être systématique. Il faut juste varier quand il y en a vraiment beaucoup. Et bien sûr s'adapter au registre de langue de notre texte. Si on adopte un style volontairement "simple", c'est normal qu'il y ait plus de verbes faibles. J'adore ta métaphore de la boîte à outils Beorn. :love:
fdf a écrit :
mar. juil. 09, 2019 11:07 am
Avez-vous des astuces? Souvent la phrase qui contient un verbe terne doit être complètement réécrite, on ne peut pas juste mettre un autre verbe un tout petit peu plus expressif, comme être, rester, demeurer…
En effet, c'est tout le problème : dès qu'on commence à traquer, il faut repenser la façon dont on forme les phrases.
Chez moi le problème se pose pas mal pour les descriptions, car ce sont des moments plus "statiques", donc où on va avoir besoin du verbe "être". Pour éviter, j'essaye de reformuler pour que ce que je veux décrire soit le sujet, ou alors je vais le faire faire une action. Par exemple :
"Elle était vêtue d'un pantalon moulant" devient "Son pantalon moulait ses formes généreuses".
"Un candélabre était posé sur la table" devient "sur la table, un candélabre diffusait une lumière éclatante".
(bon, mes exemples valent ce qu'ils valent, hein)
En général, ça a l'avantage que je peux en plus ajouter d'autres détails dans la description (ici, la mention des formes généreuses, la qualification de la lumière). Il faut juste veiller à bien conserver le ton général de l'œuvre (parce que ça fait tout de suite plus "écrit").
"Make the plan, execute the plan, expect the plan to go off the rails, throw away the plan"
Modo challenge :violet:
challenge, parrainé par kyaramoe et Minock
Marraine de Milora, nothoi et LaCath
OLT

Avatar de l’utilisateur
Adé
Abat des centaines de mouches d'un seul coup de fouet
Messages : 2410
Inscription : mer. juin 17, 2015 10:13 am
Rang special : Youpi

Re: Verbes ternes

Message par Adé »

Je vais rejoindre assez Beorn (que je plussoie). Au début, j'ai voulu en faire la chasse, et j'ai vite laissé tomber : je trouvais qu'à chaque remplacement, je cassais tout le naturel du texte. Alors tant pis, je les assume maintenant.

J'écris en narration interne, et j'écris ce qui me vient - ce qui vient aux personnages - et je trouve ça improductif de traquer les "être", "faire", etc. S'ils sont "ternes", c'est surtout parce qu'ils sont d'usage courant, j'écris avec un style un peu oral, alors ça me paraît normal et cohérent de les laisser vivre leur vie (sauf quand, évidemment, il existe un verbe mieux adapté et que ce n'est pas juste moi qui ne le trouvait pas).
Mais je n'y fais pour ainsi dire plus du tout attention, maintenant.
Effectivement, c'est un autre débat quand le style du roman est très soutenu, recherché, poétique ou que sais-je. J'ai tendance à penser qu'un verbe qui ne se remplace pas facilement n'a pas à l'être.

Du coup, pour les astuces, je me contente, en relisant mes phrases, de voir si l'idée que je voulais passer passe bien, si c'est la meilleure façon de le dire - mais je mets dans le même panier les adjectifs, verbes, autres mots etc.

J'aime beaucoup la métaphore de Beorn sur le bricolage :lol: Méfiance avec les perceuses à percussion, ça peut tout casser la couche supérieure des murs en béton ^^ (non ce n'est pas du tout du vécu récent, absolument pas :mrgreen:)
Esclave consentante de Mère Fouettarde & Cycliste

OLT : Les Jumeaux des Possibles
Marraine de Lys et de Nicéane :heart:

Avatar de l’utilisateur
ilham
Messages : 1649
Inscription : dim. nov. 11, 2012 6:17 am
Rang special : 1234

Re: Verbes ternes

Message par ilham »

Nana a écrit :
mar. juil. 09, 2019 7:49 pm
En effet, c'est tout le problème : dès qu'on commence à traquer, il faut repenser la façon dont on forme les phrases.
Chez moi le problème se pose pas mal pour les descriptions, car ce sont des moments plus "statiques", donc où on va avoir besoin du verbe "être". Pour éviter, j'essaye de reformuler pour que ce que je veux décrire soit le sujet, ou alors je vais le faire faire une action. Par exemple :
"Elle était vêtue d'un pantalon moulant" devient "Son pantalon moulait ses formes généreuses".
"Un candélabre était posé sur la table" devient "sur la table, un candélabre diffusait une lumière éclatante".
(bon, mes exemples valent ce qu'ils valent, hein)
En général, ça a l'avantage que je peux en plus ajouter d'autres détails dans la description (ici, la mention des formes généreuses, la qualification de la lumière). Il faut juste veiller à bien conserver le ton général de l'œuvre (parce que ça fait tout de suite plus "écrit").
Oui, mais dans ton exemple, il s'agissait d'auxiliaires, pas du verbe être. Donc c'est pas tout à fait le même problème. Dans ton cas, ça pose le souci de répétition et ta solution est très bonne. Mais dans le cas de l'utilisation du verbe être, c'est pas la répétition qui pose problème, c'est l'imprécision du terme lui même... Ca n'empêche pas de l'utiliser, mais volontairement, pour l'effet que ça produit justement, pas juste parce qu'on sait pas comment exprimer autrement quelque chose.
Le cas le plus célèbre c'est le fameux "aujourd'hui, maman est morte " dans l'étranger de Camus.
Phrase d'attaque toute simple. C'est voulu, assumé... c'est quasiment une punch line pour accrocher le lecteur.
Mais avant de savoir faire ça ( en ayant conscience du truc, en le maitrisant) , faut déjà savoir se passer du verbe être, je pense neuf fois sur dix. D'ailleurs c'est comme toutes les "règles" en littérature ou même dans n'importe quel art. Avant de s'en affranchir, faut savoir les maitriser. On peut bousculer la syntaxe d'une phrase si on sait ce qu'est une syntaxe correcte. Sinon on fait juste qu'écrire des trucs illisibles...

Après les autres verbes ternes comme faire, c'est juste très moche je trouve à la lecture et en plus en français on peut le coller à peu près tous les verbes ( faire à manger, faire taire, faire la lessive)... ça, j'avoue que je déteste, y compris dans mes propres textes ( je l'utilise, mais je m'efforce de le faire le moins possible).
Même problème avec pouvoir (pas spécifiquement un verbe terne, mais que je qualifierais de chiant).
Dire, je vois pas mal d'auteurs l'utiliser dans les dialogues, voir n'utiliser que cela comme verbe d'introduction des dialogues ou dans les incises. C'est un style. On aime ou pas...
Mon challenge 2020 : Le lanceur de pierres
La logique vous mènera d'un point A à un point B. L'imagination vous mènera partout. Albert Einstein

Avatar de l’utilisateur
fdf
Messages : 123
Inscription : ven. juin 21, 2019 10:47 am
Rang special : Libre Vol

Re: Verbes ternes

Message par fdf »

:merci2:

Je commence par là.

:merci2:



Plusieurs opinions, c’est revigorant. J’avais un peu l’impression que les verbes ternes étaient une faiblesse critique. Je commence à mieux comprendre.
Je ne dispose de bêta lecture critique que depuis peu. Mais en même temps, mon premier roman a été lu par pas mal d’amis qui l’ont souvent qualifié d’excellent :wow: (je ne me fais aucun doute sur l’origine de cette opinion, merci, les amis :love: ).
Ce qui m’est apparu plus significatif, c’est qu’ils ont tous parlé d’une lecture fluide et qu’ils étaient accrochés à l’histoire, qu’ils voulaient connaître la suite et ne voulaient pas lâcher le livre. J’en déduis que le roman a bien quelques qualités malgré ses nombreux défauts. J’en ai relu des passages depuis que j’ai reçu des BLs (merci les grenouilles) et je découvre de nombreux problèmes :argh: .

Tout cela pour dire que les différentes réponses que vous m’avez faites me montrent qu’il me faut construire une approche équilibrée. La traque systématique n’est probablement pas en phase avec la fluidité de la lecture que j’espère atteindre, mais en effet, il est tout de même indispensable d’en être conscient pour rechercher le bon mot d’une part et s’enrichir d’autre part. :ange:

Je suis sûr que cet échange, par les différents messages va me permettre d’encore mieux cerner le sujet, et je soupçonne que je ne suis pas le seul à m’y intéresser.

À tous les participants :nenuphou2:
1er roman, "Entre les mailles", SF anticipation
2eme roman, "Gene 0", en soumission, SF anticipation
3eme roman, "Décohérence", en cours, Space Opéra

Avatar de l’utilisateur
Oxymore
Experte en sondage
Messages : 1228
Inscription : lun. janv. 21, 2019 2:29 pm
Rang special : CycloBiblio
Localisation : Poitiers

Re: Verbes ternes

Message par Oxymore »

fdf a écrit :
mer. juil. 10, 2019 12:05 am
:merci2:

Je commence par là.

:merci2:
Eh bien merci à toi d'avoir soulevé ce loup, parce que moi aussi on me les souligne beaucoup depuis que je suis dans la mare, et moi aussi je trouvais difficile de les remplacer.
Nana a écrit :
mar. juil. 09, 2019 7:49 pm
Pour éviter, j'essaye de reformuler pour que ce que je veux décrire soit le sujet, ou alors je vais le faire faire une action. Par exemple :
"Elle était vêtue d'un pantalon moulant" devient "Son pantalon moulait ses formes généreuses".
"Un candélabre était posé sur la table" devient "sur la table, un candélabre diffusait une lumière éclatante".
(bon, mes exemples valent ce qu'ils valent, hein)
En général, ça a l'avantage que je peux en plus ajouter d'autres détails dans la description (ici, la mention des formes généreuses, la qualification de la lumière). Il faut juste veiller à bien conserver le ton général de l'œuvre (parce que ça fait tout de suite plus "écrit").
Un grand merci à toi, Nana, ta solution m'aide beaucoup! Je vois mieux comment penser la solution.
:merci2:
Adé a écrit :
mar. juil. 09, 2019 8:38 pm
Méfiance avec les perceuses à percussion, ça peut tout casser la couche supérieure des murs en béton ^^ (non ce n'est pas du tout du vécu récent, absolument pas :mrgreen:)
Aïe je compatis et je le note. :ronge: :love:

Avatar de l’utilisateur
Tiphs
Petite méduse cosmique
Messages : 138
Inscription : sam. mai 12, 2018 2:28 pm
Rang special : Le gras, c'est la vie
Contact :

Re: Verbes ternes

Message par Tiphs »

:merci2:

J'ai découvert l'existence de ces verbes très récemment via mon éditrice, quand elle a commencé à me préparer psychologiquement au travail éditorial à venir, et depuis c'est devenu un peu une obsession (au point d'avoir commencé à développer de nouveaux tics d'écriture très agaçants pour éviter d'utiliser ces verbes). Toutes vos réponses m'ont bien aidée à prendre du recul, donc merci beaucoup !

Si ça peut aider, voici quelques articles sur comment travailler cet aspect de son écriture :
Site pro : tiphs-art.com

Allunia, tome 1 - à paraître en 2021 aux éditions Plume Blanche :pompom:

• Challenge du tome 2 ici (souhaitez-moi bon courage !) parrainé par la merveilleuse Alaëlle :heart:

Avatar de l’utilisateur
nothoi
Le gambit du chaos
Messages : 1228
Inscription : mer. avr. 13, 2016 3:07 pm
Rang special : écrivain du dimanche
Contact :

Re: Verbes ternes

Message par nothoi »

Beorn a écrit :
mar. juil. 09, 2019 4:53 pm
Et en l'occurrence, traquer les verbes faibles dans Hunger Games aurait affaibli le roman, pour moi, très clairement.
Bonjour, j'avoue que ton avis m'intéresse beaucoup sur ce point en particulier. Pourrais-tu m'expliquer pourquoi sur ce récit en particulier la chasse aux verbes faibles auraient nui au roman ? :rougit:
C'est une question que je me pose depuis un moment : comment bien utiliser les verbes ternes ?
Personnellement, j'ai tendance à les utiliser pour leur simplicité : je trouve que l'absence de fioritures peut avoir un grand impact sur le lecteur (horreur d'une situation, par exemple). Cependant, en BL dans les Papys, on m'a fait la réflexion que ça donnait un côté enfantin. Du coup, il me semble que je passe à côté de quelque chose d'important.

:merci2: d'avance pour ton temps
site internet : http://nothoi.net/

Avatar de l’utilisateur
Beorn
Bond, Alexander Bond
Messages : 10400
Inscription : jeu. août 21, 2008 9:28 am
Rang special : L'avant-dernier des Mohicans
Contact :

Re: Verbes ternes

Message par Beorn »

Tiphs a écrit :J'ai découvert l'existence de ces verbes très récemment via mon éditrice, quand elle a commencé à me préparer psychologiquement au travail éditorial à venir,
Sur ce point, comme sur d'autres, les éditeurs ne sont jamais d'accord entre eux... Personnellement, j'ai travaillé avec huit éditeurs (huit personnes, cinq maisons) et personne ne m'a jamais, ô grand jamais parlé de verbes ternes ou faibles. Mais en effet, j'ai entendu dire que d'autres considéraient cela comme un problème.
Bannissez ces 7 mots de votre écriture : un article plus complet, avec d'autres conseils pour affiner sa plume.
J'ai regardé l'article et, comme je m'en doutais, je ne suis d'accord avec à peu près rien de ce qui est dit. Je suis content de ne pas avoir lu ce genre de chose quand je débutais en écriture, car cela m''aurait plongé dans le doute. Maintenant, j'ai suffisamment de bouteille pour voir que ça ne me convient pas du tout.

je prends un exemple :
le lien en question a écrit :Exemple, cette phrase :
version 1 : Le rôle de chef de projet n’est pas évident. C’est le rôle central, il faut gérer, tout contrôler.
version 2 : La fonction de chef de projet ne s’improvise pas. Ce rôle central implique de tout gérer et contrôler.
Que dites-vous de ces deux versions ?
Clairement, pour moi, aucune des deux versions n'est bonne.
La première version comporte une répétition du verbe "être", une expression familière ("pas évident") et surtout une répétition de structure de phrase (sujet/verbe/complément trois fois de suite). Les phrases sont hachées et sans lien. Ce n'est pas le verbe qui est "terne" ici, pour moi, ce sont ces phrases elles-mêmes.
La seconde version conviendrait à un personnage de technicien ou à un manuel de DRH mais en dehors de ces deux cas, elle me semble artificielle, elle manque de fluidité et de naturel.
nothoi a écrit :Bonjour, j'avoue que ton avis m'intéresse beaucoup sur ce point en particulier. Pourrais-tu m'expliquer pourquoi sur ce récit en particulier la chasse aux verbes faibles auraient nui au roman ?
Je n'ai malheureusement pas le roman sous la main pour te donner des exemples. Mais Hunger Games est un roman écrit à la première personne par quelqu'un qui n'a pas une grande éducation et dont la pensée est souvent tournée vers la survie.
Pour moi, il est évident que dire "je me sens seule" plutôt que "la solitude m'étouffe" conviendrait beaucoup mieux à ce personnage et à ce récit, par exemple.

De manière générale, je me méfie énormément de toute règle "dogmatique" en écriture. Il peut être rassurant de penser qu'il existe des choses "à faire" ou "à ne pas faire" pour écrire mieux, mais je pense que c'est une erreur. Que chacun lutte contre des faiblesses personnelles ou des tics d'écriture qui lui sont propres, c'est une chose. Mais penser qu'il existe des règles bonnes pour tous les auteurs et tous les lecteurs, cela me semble aller à l'encontre du principe même de liberté et de créativité.

On est tous différents, on a tous des envies différentes, il y a mille moyens de parvenir à ses fins. Pour moi, il faut surtout éviter de se couper des chemins et rester ouvert à tous les possibles.
Adé a écrit :Méfiance avec les perceuses à percussion, ça peut tout casser la couche supérieure des murs en béton ^^ (non ce n'est pas du tout du vécu récent, absolument pas :mrgreen:)
:lol: :lol: :lol:
Site officiel
Bragelonne : Le 7ème Guerrier-Mage / Calame T1
Castelmore : Le jour où... / 14-14 / Un ogre en cavale / Lune rousse
Rageot : Le club des chasseurs de fantômes 1 et 2

Avatar de l’utilisateur
Tiphs
Petite méduse cosmique
Messages : 138
Inscription : sam. mai 12, 2018 2:28 pm
Rang special : Le gras, c'est la vie
Contact :

Re: Verbes ternes

Message par Tiphs »

Beorn a écrit :
ven. juil. 12, 2019 7:12 pm
J'ai regardé l'article et, comme je m'en doutais, je ne suis d'accord avec à peu près rien de ce qui est dit. Je suis content de ne pas avoir lu ce genre de chose quand je débutais en écriture, car cela m''aurait plongé dans le doute. Maintenant, j'ai suffisamment de bouteille pour voir que ça ne me convient pas du tout.

je prends un exemple :
le lien en question a écrit :Exemple, cette phrase :
version 1 : Le rôle de chef de projet n’est pas évident. C’est le rôle central, il faut gérer, tout contrôler.
version 2 : La fonction de chef de projet ne s’improvise pas. Ce rôle central implique de tout gérer et contrôler.
Que dites-vous de ces deux versions ?
Clairement, pour moi, aucune des deux versions n'est bonne.
La première version comporte une répétition du verbe "être", une expression familière ("pas évident") et surtout une répétition de structure de phrase (sujet/verbe/complément trois fois de suite). Les phrases sont hachées et sans lien. Ce n'est pas le verbe qui est "terne" ici, pour moi, ce sont ces phrases elles-mêmes.
La seconde version conviendrait à un personnage de technicien ou à un manuel de DRH mais en dehors de ces deux cas, elle me semble artificielle, elle manque de fluidité et de naturel.
Comme tout article d'aide, il y a à prendre et à laisser, mais je trouve que ça donne déjà une bonne base, même si ça tend un peu à l'exagération. Avec la pratique, on finit par se rendre compte de ce qui est naturel ou ce qui nous correspond. Mais c'est vrai que je n'avais pas considéré le point de vue "débutant" qui pourrait vouloir l'appliquer à la lettre.

(et merci pour le retour d'expérience avec tes éditeurs, là encore ça fait réfléchir et permet de lâcher un peu de pression :D )
Site pro : tiphs-art.com

Allunia, tome 1 - à paraître en 2021 aux éditions Plume Blanche :pompom:

• Challenge du tome 2 ici (souhaitez-moi bon courage !) parrainé par la merveilleuse Alaëlle :heart:

Avatar de l’utilisateur
ilham
Messages : 1649
Inscription : dim. nov. 11, 2012 6:17 am
Rang special : 1234

Re: Verbes ternes

Message par ilham »

Spoiler: montrer
je prends un exemple :

le lien en question a écrit :
Exemple, cette phrase :
version 1 : Le rôle de chef de projet n’est pas évident. C’est le rôle central, il faut gérer, tout contrôler.
version 2 : La fonction de chef de projet ne s’improvise pas. Ce rôle central implique de tout gérer et contrôler.
Que dites-vous de ces deux versions ?

Clairement, pour moi, aucune des deux versions n'est bonne.
La première version comporte une répétition du verbe "être", une expression familière ("pas évident") et surtout une répétition de structure de phrase (sujet/verbe/complément trois fois de suite). Les phrases sont hachées et sans lien. Ce n'est pas le verbe qui est "terne" ici, pour moi, ce sont ces phrases elles-mêmes.
La seconde version conviendrait à un personnage de technicien ou à un manuel de DRH mais en dehors de ces deux cas, elle me semble artificielle, elle manque de fluidité et de naturel.
Je ne suis pas d'accord.
D'abord prendre deux phrases tirées de leur contexte n'a pas vraiment de sens... à mon avis. Première chose. Une phrase ne se juge pas seule, mais dans son contexte, dans un paragraphe, dans un chapitre, dans un roman... à ce compte, je peux te prendre des phrases de Céline et tu les trouveras très moches, j'en suis certaine. Et pourtant...
Ensuite, tout dépend du but recherché ( et donc du contexte), du narrateur. Les deux peuvent se justifier.
Ce que chacun de nous peut dire sur ces phrases c'est qu'il préfère l'une ou l'autre (ou aucune, dans ton cas) mais en aucun cas dire qu'elles sont mal foutues et à jeter de toute évidence.
Une répétition ça peut servir à quelque chose. Une description encyclopédique aussi...
Tout comme on peut utiliser le verbe être (ou avoir) dans un but précis (mais pas par fainéantise parce qu'on ne trouve pas de mot ou une façon d'exprimer, d'écrire plus juste) . Maintenant c'est à l'auteur d'être honnête avec lui même : est-il seulement fainéant ? ou bien cette utilisation a-t-elle un sens dans cette phrase, dans ce paragraphe, dans ce chapitre, dans ce roman...
Mon challenge 2020 : Le lanceur de pierres
La logique vous mènera d'un point A à un point B. L'imagination vous mènera partout. Albert Einstein

Avatar de l’utilisateur
Beorn
Bond, Alexander Bond
Messages : 10400
Inscription : jeu. août 21, 2008 9:28 am
Rang special : L'avant-dernier des Mohicans
Contact :

Re: Verbes ternes

Message par Beorn »

Tiphs a écrit :Comme tout article d'aide, il y a à prendre et à laisser, mais je trouve que ça donne déjà une bonne base, même si ça tend un peu à l'exagération. Avec la pratique, on finit par se rendre compte de ce qui est naturel ou ce qui nous correspond. Mais c'est vrai que je n'avais pas considéré le point de vue "débutant" qui pourrait vouloir l'appliquer à la lettre.
Oui, à chacun son point de vue et sa manière de faire. Quand on débute, il est bon de prendre du recul et d'aller piocher un peu partout dans plein de sources différentes et pas toujours d'accord entre elles. ;)
Ilham a écrit :Je ne suis pas d'accord.
Je crois que nous ne le sommes jamais, Ilham ! :lol:
Ilham a écrit :
Beorn a écrit :le lien en question a écrit :
Exemple, cette phrase :
version 1 : Le rôle de chef de projet n’est pas évident. C’est le rôle central, il faut gérer, tout contrôler.
version 2 : La fonction de chef de projet ne s’improvise pas. Ce rôle central implique de tout gérer et contrôler.
Que dites-vous de ces deux versions ?

Clairement, pour moi, aucune des deux versions n'est bonne.
La première version comporte une répétition du verbe "être", une expression familière ("pas évident") et surtout une répétition de structure de phrase (sujet/verbe/complément trois fois de suite). Les phrases sont hachées et sans lien. Ce n'est pas le verbe qui est "terne" ici, pour moi, ce sont ces phrases elles-mêmes.
La seconde version conviendrait à un personnage de technicien ou à un manuel de DRH mais en dehors de ces deux cas, elle me semble artificielle, elle manque de fluidité et de naturel.
D'abord prendre deux phrases tirées de leur contexte n'a pas vraiment de sens... à mon avis. Première chose. Une phrase ne se juge pas seule, mais dans son contexte, dans un paragraphe, dans un chapitre, dans un roman...
Je ne comprends pas bien le sens de ta remarque. Ici, je cite un article, qui prend lui-même deux phrases d'exemple. Ces phrases ne font pas partie d'un texte existant, elles sont inventées pour illustrer une idée.
L'auteur (ou autrice) de ces exemples lui-même tire des conclusions de ces deux phrases sans aucun contexte particulier.

Ce que je soulignais ici, c'est que l'auteur semble dire que la différence principale entre les 2 est la présence d'un verbe terne. Or pour moi, il y a bien d'autres différences qui biaisent la comparaison.

Maintenant, je suis bien d'accord sur le fait qu'une phrase maladroite ou pleine de répétitions peut parfaitement avoir sa place dans un certain contexte (je pense à Des fleurs pour Algernon, dont le narrateur est un simple d'esprit, mais il y a évidemment énormément de raisons possibles). Ce seront pour autant toujours des phrases maladroites et pleines de répétitions.
Ilham a écrit :Tout comme on peut utiliser le verbe être (ou avoir) dans un but précis (mais pas par fainéantise parce qu'on ne trouve pas de mot ou une façon d'exprimer, d'écrire plus juste) . Maintenant c'est à l'auteur d'être honnête avec lui même : est-il seulement fainéant ? ou bien cette utilisation a-t-elle un sens dans cette phrase, dans ce paragraphe, dans ce chapitre, dans ce roman...
Je vois ce que tu veux dire. Mais en fait, je pense que cet angle "d'amérioration" de l'écriture est dangereux et souvent trompeur. Je vois beaucoup de débutants qui essayent de "caser" des mots compliqués et rares et cela ne convient pas. Maintenant, parfois, cette recherche et cette diversification du vocabulaire permet peut-être d'apprendre et de s'affiner avec le travail. Mais je vois ça comme une phase d'apprentissage et pas du tout comme une règle à suivre.

Personnellement, je passe des centaines d'heures à réviser mes textes, à chercher le mot juste et à peser chaque verbe très longuement, quitte à le changer plusieurs fois avant d'être satisfait. Et parfois (souvent, en fait), les verbes "avoir", "faire", "dire" ou d'autres me semblent tout simplement les meilleurs pour ce que je dois écrire. Et au contraire, des mots plus rares, plus recherché, plus nuancés ou complexes briseraient l'harmonie de la phrase, feraient une rupture du ton ou sonnerait bancal à mon oreille.
Parfois, bien sûr, ce sera le verbe recherché qui sera plus adapté. Mais pour autant, appeler certains verbes "faibles" ou "ternes" n'a pour moi tout simplement pas de sens. Ce sont pour moi les plus "forts" à certains endroits.
Site officiel
Bragelonne : Le 7ème Guerrier-Mage / Calame T1
Castelmore : Le jour où... / 14-14 / Un ogre en cavale / Lune rousse
Rageot : Le club des chasseurs de fantômes 1 et 2

Avatar de l’utilisateur
Nana
La Mort en Héritage
Messages : 3880
Inscription : mer. avr. 27, 2016 8:04 pm
Rang special : écrivain du bonheur

Re: Verbes ternes

Message par Nana »

tout cela me donne du grain à moudre. :wow:
Après mon premier texte beta-lu sur le forum, on m'avait pointé les verbes faibles, une BL disait même que ça m'avait empêché d'entrer dans le texte. Bon, j'avoue que j'utilisais beaucoup être. Après ça, j'ai bloqué pendant des semaines sur mon texte, parce que je n'arrivais pas à m'en passer tout en gardant un style volontairement simple. Et depuis, je me sens obligée de le signaler aux grenouilles quand Ken bois beaucoup dans leur texte. Alors que finalement, tous les lecteurs ne buguent pas dessus.
"Make the plan, execute the plan, expect the plan to go off the rails, throw away the plan"
Modo challenge :violet:
challenge, parrainé par kyaramoe et Minock
Marraine de Milora, nothoi et LaCath
OLT

Répondre