Informations médicales pour torture de personnages

[visible par les non-inscrits] Ici, on peut poser des questions (techniques ou non) sur l'écriture, les outils qui y sont dédiés et plus largement, sur le monde du livre !

Modérateur : Crazy

Avatar de l’utilisateur
Lys
Farouche princesse des challenges
Messages : 3347
Inscription : sam. janv. 16, 2016 8:46 pm
Rang special : Attrapeuse de rêves
Localisation : Sur les sentiers de l'imagination

Re: Informations médicales pour torture de personnages

Message par Lys » dim. août 25, 2019 9:00 pm

Roanne a écrit :
dim. août 25, 2019 8:43 pm
Comme la commotion cérébrale ?
(désolée de m'incruster, le sujet m'intéresse, j'essaye de suivre pour le cas où j'aurai besoin un jour)
Oui, ça correspond à un trauma cranien léger ou modéré.
Tu peux avoir des troubles de l'équilibre et vertige, mal de tête, troubles visuels et auditifs (tu ne supporte plus la lumière ou le bruit), des problèmes d'attention ou de concentration, une perte du sommeil et une irritabilité, dépression ou anxiété.
En général ça disparaît entre 1 et 6 mois.

Le coma n'a lieu que dans les trauma cranien grave. Pour évaluer la gravité d'un trauma cranien, on utilise l'Echelle de Glasgow : TC grave inférieur ou égal à 8, modéré entre 9 et 12, et léger entre 13 et 15.
Enchanteresse Vertmagus, djinn du feu, démon gardien du savoir

Challenge : Les lointains royaumes parrainé par Doubar et Gejooquien
OLT:La Porte des Sables
Marraine de Perosia et Kashiira:heart:

Avatar de l’utilisateur
Kashiira
Messages : 4340
Inscription : mar. sept. 14, 2010 11:54 am
Rang special : Chevaucheuse de Dragons
Localisation : Belgique
Contact :

Re: Informations médicales pour torture de personnages

Message par Kashiira » dim. août 25, 2019 9:43 pm

ilham a écrit :
dim. août 25, 2019 8:46 pm
non, la commotion cérébrale est bien moins grave ! Deja on ne tombe pas dans le coma. La perte de connaissance est courte. Ma frangine en a fait deux ou trois ( casse-cou ! à la patinoire, en dansant, en faisant du roller... ).
On ne fait juste que surveiller durant 48h. Et pas de séquelles (en tout cas, si elles peuvent ressembler au trauma cranien, elles sont temporaires).
Je ne suis pas tout à fait d'accord, pour les séquelles. Je mets sous balise mais Luxia, si ça peut t'aider, on ne sait jamais...
Spoiler: montrer
J'ai eu deux commotions cérébrales dans ma vie. La première à 9 ans, avec perte de conscience, perte de mémoire sur la journée et celles qui ont suivi (effacée complètement même si par la suite des souvenirs incomplets me sont revenus). Quand j'ai repris connaissance, je demandais où j'étais à la directrice de mon école qui m'avait accompagnée aux urgences (on m'avait retrouvée inconsciente dans les escaliers de la piscine, je ne suis pas passée loin du coup du lapin)) toutes les 5 minutes parce que j'oubliais complètement où j'étais.
Je suis rentrée assez rapidement à la maison (pas assez de lits dans l’hôpital en section pédiatrique à l'époque) et suis restée 15 jours dans le noir chez mes grands-parents (pour éviter les séquelles comme les vertiges et les migraines). Je n'ai aucun souvenir de cette période en dehors du fait que j'étais obligée de me déplacer à quatre pattes jusqu'aux toilettes parce que je ne tenais plus debout.

Avant ça, j'étais un petit singe casse-cou qui me pendait la tête en bas sur la barre de soutien de la balançoire, qui grimpait partout et qui n'étais pas loin de provoquer des crises cardiaques chez ma mère. ^^
Après, il y a eu deux principaux changements. Impossible pour moi de rouler à nouveau à vélo, je tombe directement, j'ai une perte d'équilibre généralisée et j'ai une phobie du vide au point où j'ai toutes les peines du monde à monter sur une chaise, où me trouver à proximité d'un ravin provoque des vertiges et de la panique (c'est chouette pendant les ballades en forêt).
Mon père soutient que j'ai eu aussi un changement de caractère, je suis devenue plus renfermée (je me suis un peu soignée à ce niveau : mon quali, c'est "en toute clarté"), plus émotionnelle (ça, ça n'a pas changé), beaucoup plus stressée et anxieuse et plus facilement perdue (dans le sens où je perds le fil de la conversation quand il y a du bruit ou trop de monde autour de moi, je n'arrive plus à suivre) et j'ai perdu le "compas dans l’œil" que j'avais pour faire toutes mes galipettes.

Ma seconde commotion cérébrale était moins grave. Elle s'est produite en 2010. J'ai glissé sur une plaque de verglas et ai atterri sur la nuque et la tête (vous voyez le gag de la peau de banane ? Ben c'est ce qui s'est passé). J'ai entendu un énorme crac quand l'arrière de mon crâne a frappé la glace. Je sais que j'ai pensé "oh merde ! Je suis morte !" et un instant plus tard : "Aïe... non, en fait..."

Je vais zapper les moments très marrants où ma mère qui m'accompagnait (courses de Noël) à complètement paniqué en essayant de me relever alors que j'en étais incapable et en criant au secours de manière hystérique (elle a vu ma chute et a cru elle aussi que je m'étais tuée... (en fait, non)). Je n'ai pas perdu connaissance, cette fois-là mais j'étais très perdue, tout me semblait flou et ce qui me préoccupait sur le moment était d'aller rechercher mes filles à la crèche parce que celle-ci allait fermer. Mon père est venu nous chercher et j'avais de plus en plus mal. Finalement, c'est sur l'autoroute que j'ai avoué que je me sentais vraiment très mal. On m'a conduite aux urgences. Bref, je ne réagissais pas normalement, j'étais déphasée et je sais que ça a fait pas mal flipper mes parents.

Cette fois, c'était beaucoup moins grave que la première commotion, je n'avais rien de cassé, juste un énorme hématome à l'arrière du crâne. Le médecin m'a dit qu'il allait me garder en observation et au changement de garde, son collègue m'a renvoyée chez moi. (Se remettre d'une commotion avec deux bébés à la maison, ce n'est pas mon souvenir le plus chouette mais au final tout c'est bien passé).

Par contre, pendant plusieurs mois, je n'arrivais plus à écrire dans le sens où si toutes les lettres étaient là, elles étaient complètement dans le désordre, ce qui rendait mes actes de successions ou du greffier illisibles même en relisant plusieurs fois. :wamp:
Quand je suis fatiguée, j'ai tendance à mélanger mes lettres si je ne fais pas attention et mon hématome est toujours visible 9 ans plus tard quand on fait des radios... (Petit détail marrant, le point d'impact est toujours douloureux au toucher encore aujourd'hui. On m'a dit que c'était normal et je n'en vis pas plus mal.)

Par contre, je souffre de fibromyalgie et il semblerait que cette deuxième commotion ait provoqué les symptômes. J'ai aussi tendance à souffrir de migraines (relativement légères heureusement) depuis.

Au final, les séquelles n'ont jamais vraiment disparu.

Je suis toujours un peu à côté de la plaque quand il y a trop de bruits, ou de personnes (je suis désorientée, dans ces cas-là), je ne roule toujours plus à vélo, mon équilibre est bofbof, ma phobie du vide est toujours aussi handicapante (même monter sur un passet est une épreuve !) et ma "dyslexie" est toujours présente surtout quand je suis fatiguée, dans ces cas là, je peux lire un nombre dans le désordre (1966 devient 1669), voir un mot à la place d'un autre, ou écrire une phrase avec les lettres mélangées. Sans oublier les petites migraines.

Donc au final, les séquelles même si elles ne sont pas hyper handicapantes sont toujours bien là. Je ne pourrai sans doute jamais plus tenir sur un vélo de ma vie (pas faut d'avoir essayé, pourtant), ni tenter l'escalade du Mont Balnc comme je le voulais quand j'étais petite. ^^ (Déjà, atteindre la dernière étagère de mes armoires avec une chaise est un véritable exploit ! :lol: )
C'est à peu près tout ce dont je me souviens. J'espère que même si ton personnage n'a pas de coma, ça pourra t'aider un peu ? :perplexe: :heart:
Challenge 2019 actuel : Le Feu sous la Glace

:marraine: de Cyberlune et Macada et :marraine: de :heart: de Lys ! :love: :heart:

Avatar de l’utilisateur
ilham
Messages : 1440
Inscription : dim. nov. 11, 2012 6:17 am
Rang special : 1234

Re: Informations médicales pour torture de personnages

Message par ilham » dim. août 25, 2019 10:13 pm

Kashiira quand je disais pas de séquelles, c'est pas de séquelles lourdes comme après un coma. Et il est vrai que je pensais aux commotions les plus légères. J'aurais dû être plus précise, désolée.

Par exemple, oui, tu peux avoir une réaction anxieuse après un tel accident, comme après n'importe quel autre accident (j'ai eu un accident de la route à sept ans, très impressionnant : une tonne de paille compressée sur le toit de la voiture.... les pompiers croyaient relever des morts en arrivant. Par chance, tous indemnes. Mais on a tous été secoués psychologiquement. Même si finalement personne n'a été blessé, on a gardé des angoisses : tu verras pas de petite bagnole chez nous parce que si on avait eu une 4L, ben je serais pas la à t'écrire... bon,c 'est pas super embêtant, j'avoue. a part pour le budget ! Et hum, j'aime toujours pas croisé des tas de paille sur la route... tu ne me verras pas m'arrêter pile poil derrière... et ma mère a paniqué durant des années quand on croisait ces semi remorques...

Donc, ça ne veut surtout pas dire que ce que tu as vécu et vis encore ne soit pas handicapant. L'anxiété peut être extrêmement handicapante. J'en sais quelque chose... avec la phobie sociale, j'ai été gatée de ce coté ! On (la société) a tendance à mépriser l'anxiété, mais ça pourrit la vie des gens parfois mieux qu'une vilaine blessure.

Il se trouve que mon père lui n'est absolument pas sujet à l'anxiété. Lui il a trouvé ça marrant ( c'est pas moi qui le dit, c'est lui...), mais un autre aurait p'tre paniqué... Donc tu as raison de souligner qu'on ne prend pas toujours ces expériences de cette façon. Et que ça peut avoir a des conséquences psychologiques qui elles mêmes ont des conséquences très physiques. Y'a aussi des conséquences physiques tout court surtout quand un hématome se forme, c'est certain. Heureusement, ça n'arrive pas à chaque fois, loin de là !

Mais j'ai cité aussi des cas de chirurgie nécessaire (quand il y a hématome justement ). Donc, ça peut etre relativement sérieux, quand même. Ce que j'ai oublié aussi et Lys l'a précisé, c'est que oui ça reste un traumatisme cranien. C'est pour ça qu'on surveille.
Mon challenge : Le lanceur de pierres
La logique vous mènera d'un point A à un point B. L'imagination vous mènera partout. Albert Einstein

Avatar de l’utilisateur
Kashiira
Messages : 4340
Inscription : mar. sept. 14, 2010 11:54 am
Rang special : Chevaucheuse de Dragons
Localisation : Belgique
Contact :

Re: Informations médicales pour torture de personnages

Message par Kashiira » lun. août 26, 2019 6:25 am

D'accord, je comprends mieux ! C'est sûr que c'est plus facile à vivre que des séquelles d'un coma.

Mais il n'y a pas que l'angoisse. Le trouble de l'équilibre par exemple, il est toujours là 30 ans après. :hihihi:
Challenge 2019 actuel : Le Feu sous la Glace

:marraine: de Cyberlune et Macada et :marraine: de :heart: de Lys ! :love: :heart:

Avatar de l’utilisateur
ilham
Messages : 1440
Inscription : dim. nov. 11, 2012 6:17 am
Rang special : 1234

Re: Informations médicales pour torture de personnages

Message par ilham » lun. août 26, 2019 8:40 am

Oui, je n'ai pas oublié, mais là j'avoue que je ne connais pas bien et je ne voudrais pas dire de betises. Tout ce que je sais, c'est que l'équilibre, c'est l'oreille interne très souvent (pas toujours, mais j'vais pas développer). Donc oui, ça peut etre une conséquence de la chute. quand c'est secoué là dedans, ça a des conséquences. C'est ce que je peux en savoir et qui reste très limité en termes de connaissances du sujet et qui n'est p'tre pas du tout ce qui t'arrive !
D'autant que je ne sais pas ce qu'en disent tes médecins et t'as p'tre pas envie de t'étendre sur le sujet.
Quand je disais que c'est casse gueule ces sujet... on veut faire court et on zappe tout un aspect du sujet !
Mon challenge : Le lanceur de pierres
La logique vous mènera d'un point A à un point B. L'imagination vous mènera partout. Albert Einstein

Avatar de l’utilisateur
Kashiira
Messages : 4340
Inscription : mar. sept. 14, 2010 11:54 am
Rang special : Chevaucheuse de Dragons
Localisation : Belgique
Contact :

Re: Informations médicales pour torture de personnages

Message par Kashiira » lun. août 26, 2019 9:04 am

:heart: Pas de soucis.

J'ai mis mon expérience sous balise au cas où ça pourrait être utile à quelqu'un. Après ne plus faire de vélo ou de varappe, ça ne va pas m'empêcher de vivre. ^^

Après, il y a d'autres effets moins marrants. :psychocoah:
Challenge 2019 actuel : Le Feu sous la Glace

:marraine: de Cyberlune et Macada et :marraine: de :heart: de Lys ! :love: :heart:

Avatar de l’utilisateur
CamilleBdt
Messages : 191
Inscription : jeu. mars 07, 2019 4:06 pm
Rang special : Simpliste

Re: Informations médicales pour torture de personnages

Message par CamilleBdt » mar. août 27, 2019 1:28 pm

Aramis a écrit :
sam. août 17, 2019 1:26 pm
Hello, j'ai aussi besoin de quelques infos pour un de mes persos ^^

Ledit personnage va bientôt se retrouver dans le coma (un coma d'origine magique, pour faire bref, il a envoyé son esprit dans une création magique pour se protéger en gardant un lien avec son corps, sauf que ce lien va être brisé et son corps va donc tomber dans un coma profond... le temps qu'il trouve comment le réintégrer :roll: ).
On est en France en 2019, il y a juste un peu de magie en plus (mais c'est pas d'usage courant, ceux qui ont un don ne peuvent pas le soigner et doivent s'en remettre à la médecine qu'on connaît).

Du coup, comment ça se passe d'un point de vue pratique dans ces cas-là ?
Il va être vraiment dépendant, sous assistance respiratoire. Pour les médecins, je suppose que ça donnera l'impression qu'il n'est pas très loin de la mort cérébrale.
J'ai vu qu'il y avait les sondes respiratoires et pour la nutrition (selon les sites, soit les deux passent par le nez, soit c'est une par le nez, une par la bouche, je ne sais pas ce qui se fait le plus ?). Il y a aussi tous les appareils de surveillance, cardiaque... ? (je ne cherche pas des détails exhaustifs, surtout à avoir une idée de l'environnement que vont voir les autres personnages).
C'est en réanimation ou il y a des ailes spéciales ? (C'est prévu pour durer autour de deux mois, je pense, s'il y a des changements de chambre à prévoir).
J'ai vu aussi que les soins/nursing/kiné prenaient une bonne partie de la journée, comment ça s'organise avec les visites de la famille/proches ? Il y a des horaires déterminés ? c'est large ou restreint ? est-ce qu'ils peuvent rester un long moment ou pas ?

Ah, le perso est aussi atteint d'une forme d'albinisme qui entraîne un risque de fibrose pulmonaire, est-ce que le fait d'être intubé peut faciliter la maladie même s'il n'y a encore eu aucun symptôme ? (je ne veux pas qu'il l'ait, il est encore jeune, c'est surtout pour connaître le taux de risque ^^ ).

S'il y a des détails que j'oublie, n'hésitez pas ^^

EDIT: oups, j'ai oublié la deuxième partie du souci, quid des séquelles au réveil ?
Les séquelles purement liées au fait d'avoir passé deux mois dans le coma du coup, puisqu'il n'y a pas de traumatisme ni de lésion cérébrale à l'origine du coma. Une fois qu'il aura retrouvé son corps, il mettra un peu de temps à redémarrer, il y aura de la confusion, peut-être des absences, des pertes de mémoire (mais de quelle ampleur ?), ce genre de choses.
Au niveau physique, c'est surtout la perte musculaire, je pense ? Il faut beaucoup de temps pour récupérer ?
Au niveau... cérébral, est-ce qu'il y aurait d'autres choses ? J'imagine que ça ne fait pas du bien au cerveau de dormir pendant deux mois, mais forcément les sites abordent la chose sous l'angle des lésions cérébrales/des types de traumas...

Salut !
je n'avais pas vu ce sujet, et c'est en discutant sur discord qu'on m'a dit "tiens, tu bosses en réa, tu pourrais aider" du coup me voilà :lol:

J'avoue ne pas avoir tout relu ce qui était dit par les autres, du coup je vais reprendre point par point en fonction de ce que je connais et pratique dans mon propre service, il y aura peut-être certaines redondances avec ce qui a déjà été dit.

Du coup, comment ça se passe d'un point de vue pratique dans ces cas-là ?
Il va être vraiment dépendant, sous assistance respiratoire. Pour les médecins, je suppose que ça donnera l'impression qu'il n'est pas très loin de la mort cérébrale.

Et bien, aura-t-il des réactions à la douleur, au toucher, à l'appel ? Ou pas du tout ? La mort cérébrale ne se jugera pas uniquement d'un point de vu clinique (en regardant la patient), mais bien avec des éléctroencéphalogramme, ou des examens neuro plus poussés, des IRM cérébrales. C'est vrai qu'il serait bien de savoir ce que ça donne à ce niveau là, et idéalement, de dire qu'il y a une activité, sans quoi l'espérance de vie de ton personnage est quasi inexistante. Quand on voit la télé, on a l'impression qu'il est courant de prolonger la vie des personnes en état de mort cérébrale, mais dans les faits, pour ma part, je ne l'ai jamais vu faire (deux ans d'expériences en réa qui vont prendre fin en octobre). Une mort cérébrale, suivant plusieurs conditions, peut-être considéré comme un potentiel PMO (prélèvement multi-organes). Et c'est soit on prélève, soit un est face à une fin de vie. Je te parle en tout cas de ce que j'ai pu voir.

J'ai vu qu'il y avait les sondes respiratoires et pour la nutrition (selon les sites, soit les deux passent par le nez, soit c'est une par le nez, une par la bouche, je ne sais pas ce qui se fait le plus ?). Il y a aussi tous les appareils de surveillance, cardiaque... ? (je ne cherche pas des détails exhaustifs, surtout à avoir une idée de l'environnement que vont voir les autres personnages).
C'est en réanimation ou il y a des ailes spéciales ? (C'est prévu pour durer autour de deux mois, je pense, s'il y a des changements de chambre à prévoir).

Alors, pour les sondes d'intubations, j'ai très peu vu dans le nez, j'ai l'impression qu'il y a plus de risques d'escarres dans ces cas-là, c'est vraiment le dernier recours en tout cas. Nous, nous faisons bouche pour l'intubation, nez pour la sonde naso-gastrique (SNG, sonde de nutrition). Des médicaments peuvent être administrés par la SNG, d'ailleurs, mais je pense que ton personnage, dans cette situation, aurait peut-être même une gastrostomie, une sonde qui va de l'estomac à la peau, réalisé en chambre, pas besoin de bloc pour ça. Ils réalise une fibroscopie, arrive à l'estomac, et pratique une ouverte, place la sonde, et zou, c'est réglé !
Pour ce qui est de l'environnement, dans les chambres que je connais, tu as deux grandes colonnes qui entourent le lit, et qui peuvent être manipulé pour être placé comme on veut. Les lits sont d'ailleurs très différents de ce que tu peux trouver dans les services standards. Un vrai lit de Réa coûte 20 000€, tu peux faire énormément de choses avec : peser, mettre sur un plan dur, monter et descendre le lit, changer l'axe, en déclive, en proclive. Tu as aussi un scope, qui est relié à tout ce qui permet de prendre les constantes des patients. La tension se prend généralement via un cathéter artérielle, comme son nom l'indique, il est placé directement dans l'artère, idéalement au poignet. Ca nous permet de faire des prélèvements sans avoir à piquer, c'est idéale sachant qu'au début de l'hospitalisation, les patients sont prélevés trois fois par jour minimum. Ensuite, sur ce scope, tu as la saturation de tu prends via un capteur qui se place au doigt, elle sera en bleue. Tu as aussi les pulsations par minutes du coeur, via les électrodes que l'on place sur le torse. Egalement la fréquences respiratoires, via les mêmes électrodes, mais vu que ton personnages est sous assistances respiratoires, tu retrouveras tout ces paramètres sur le respirateur, plus d'autres plus barbares et techniques. Ton personnage aura aussi sur lui, au début du moins, un cathéter centrale, qui est placé dans un gros vaisseaux veineux près du coeur, et permet de dispenser les traitements plus efficacement et en diminuant les risques de léser le patient. Certains traitement ne peuvent être administrés que via cette voie veineuse, c'est trop dangereux de faire ça avec un pauvre petit cathéter sur le bras. (si tu as des questions là dessus, n'hésite pas à me les poser, je répondrais autant que je peux). Tu auras aussi un ambu, pour ballonnet le patient en cas d'urgence.
Tout ça se trouve sur une première colonne. Sur une autre, tu as tout ce qui est pousse seringue, en nombre variable au fur et à mesure du séjour de ton personnage.

Je dirais que ton personnage est en Réa. Il est sous respi, ce qui ne se gère pas n'importe comment et relève de la responsabilité d'un réanimateur. Après, suivant la ville où se trouve ton personnage, si c'est un gros hopital, tu peux avoir une réanimation neurologique, ce que tu n'auras pas dans une ville plus réduite.
Après, ce qu'il faut que tu saches, c'est si ton personnage sera capable de respirer par lui-même durant son coma, ce qui n'est pas impossible.

J'ai vu aussi que les soins/nursing/kiné prenaient une bonne partie de la journée, comment ça s'organise avec les visites de la famille/proches ? Il y a des horaires déterminés ? c'est large ou restreint ? est-ce qu'ils peuvent rester un long moment ou pas ?
Certaines Réa autorise les visites toute la journée, et même au proche de rester la nuit. Ce n'est pas le cas où je travaille, les visites se font de 14h30 à 20h, mais n'ont pas de durer limitée. Nous autorisons seulement deux personnes à la fois par contre, pas plus. Du coup les gens font généralement des roulement.
Effectivement, les soins de nursing prennent pas mal de temps. Le matin, c'est les toilettes et le ménage des box (on dit box, pas chambre, en réa). Kiné, je ne sais pas comment ça se gère ailleurs. Nous on en a pas, donc bon, on fait ce qu'on peut. Pour les soins, ils se dispachent sur la journée. On fait nos tours traitements et prises de constantes toutes les 4h (7h30, 11h30, 15h30, 19h30, 23h30, 3h30), mais les soins peuvent se faire en dehors de ces horaires. Pour certains, on essaye de faire en dehors des visites des familles, mais pour ce qui est vitale, on ne calcule pas, on fait sortir les gens si nécessaire. Les nursing ne se font pas en présence des familles, par pudeur et respect pour le patient. Pour ce qui est des soins, tout dépend des soins. Personnellement, je fais sortir quand je dois aspirer les sécrétions dans la sonde d'intubation. Mais quand je fais mes perfusions et autres, non, ça ne me gêne pas, tant qu'ils ne sont pas trop intrusifs au point de toucher mon matériel.


Ah, le perso est aussi atteint d'une forme d'albinisme qui entraîne un risque de fibrose pulmonaire, est-ce que le fait d'être intubé peut faciliter la maladie même s'il n'y a encore eu aucun symptôme ? (je ne veux pas qu'il l'ait, il est encore jeune, c'est surtout pour connaître le taux de risque ^^ ).
Alors, là-dessus, je suis déjà moins calée. Mais de toute manière, le fait d'être intubé représente un risque de développer une infection au niveau des poumons. L'infection peut entraîner la fibrose, mais je ne sais pas sous quelles conditions.


EDIT: oups, j'ai oublié la deuxième partie du souci, quid des séquelles au réveil ?
Les séquelles purement liées au fait d'avoir passé deux mois dans le coma du coup, puisqu'il n'y a pas de traumatisme ni de lésion cérébrale à l'origine du coma. Une fois qu'il aura retrouvé son corps, il mettra un peu de temps à redémarrer, il y aura de la confusion, peut-être des absences, des pertes de mémoire (mais de quelle ampleur ?), ce genre de choses.
Au niveau physique, c'est surtout la perte musculaire, je pense ? Il faut beaucoup de temps pour récupérer ?
Au niveau... cérébral, est-ce qu'il y aurait d'autres choses ? J'imagine que ça ne fait pas du bien au cerveau de dormir pendant deux mois, mais forcément les sites abordent la chose sous l'angle des lésions cérébrales/des types de traumas...

Pour les séquelles, on peut partir sur une bonne vieille neuropathie de réa. Plus de muscles, plus de tonus, très longues rééducation. Et ça, malheureusement, il n'y a qu'au réveil qu'on peut faire quelque chose.
Oui par contre, la confusion est obligatoire, c'est impossible qu'il se réveille la fleur au fusil comme s'il se réveillait d'une bonne sieste. Après, tout ça et tellement patient dépendant que c'est dur de donner un ordre d'idée. Par contre, il peut avoir des réminiscence après, avec des cauchemar et des difficultés pour dormir. Il pourra aussi être totalement déphasé dans son rythme jour/nuit, ce qui est pas mal perturbant. En soi, la réa n'aide pas trop à ce niveau-là. Là où je bosse, on est comme dans un bunker, on ne voit que très peu la lumière du jour, si bien qu'il est parfois difficilement de savoir s'il fait jour ou nuit. Les patients ont l'heure dans leurs boxes, mais ça ne dit pas si c'est la nuit ou le matin.
Pour le cerveau, je ne sais pas. Là comme ça, je dirais non, même si la récupération de la lucidité doit être longue. L'anxiété induite par le fait qu'on vous dise "bah ça fait deux mois que vous roupillez, il serait peut-être temps de vous réveiller" doit être pas mal aussi.

Bref, voilà, je ne sais pas si j'ai répondu à toutes tes questions, mais si tu en as d'autres, n'hésite pas à me contacter par MP, je te répondrais avec plaisir !
Heureuse filleule de Shizukan et de son armée de Shizu !

Mon challenge : Conte des Nuits Rouges et son Papyrus

Avatar de l’utilisateur
Roanne
Reine du shooting photo
Messages : 11937
Inscription : dim. juil. 09, 2006 6:42 pm
Rang special : Super Roanne
Localisation : Avec les lutins de l'Hermitain
Contact :

Re: Informations médicales pour torture de personnages

Message par Roanne » mar. août 27, 2019 2:30 pm

CamilleBdt a écrit :
mar. août 27, 2019 1:28 pm
En soi, la réa n'aide pas trop à ce niveau-là. Là où je bosse, on est comme dans un bunker, on ne voit que très peu la lumière du jour, si bien qu'il est parfois difficilement de savoir s'il fait jour ou nuit. Les patients ont l'heure dans leurs boxes, mais ça ne dit pas si c'est la nuit ou le matin.
Je me permets de rebondir juste sur ce point, pour apporter une petite contribution personnelle.

J'ai justement été surprise à l'inverse, lors de la visite du service de réanimation de l'hôpital de Perpignan : les boxes y sont très lumineux. Peut-être pas tous mais j'en ai vu qui bénéficient de grandes fenêtres sur l'extérieur (doublées de pare-soleil structurels pour protéger un minimum, quand même, à certaines saisons).
Je suppose que c'est justement fait exprès pour que les patients qui restent un certain temps coincés en réa ne soient pas dans une sorte de "nuit permanente" (surtout que même dans le coma, le corps doit réagir aux cycles jour / nuit).

Dans tous les cas, je suppose que "l'ambiance" d'un service de réanimation dépend énormément de son architecture, donc de l'année de construction de l'hôpital, et de sa taille, aussi (celui de Perpignan est une grosse structure - toutes proportions gardées - récente).
Site partagé avec Chap', Elikya et Sytra : Des auteurs à l'ouest.
Je suis aussi sur Wattpad.
RDV le 1er décembre pour découvrir "On s'en occupe", co-écrit avec Chapardeuse.

Avatar de l’utilisateur
CamilleBdt
Messages : 191
Inscription : jeu. mars 07, 2019 4:06 pm
Rang special : Simpliste

Re: Informations médicales pour torture de personnages

Message par CamilleBdt » mar. août 27, 2019 8:14 pm

Roanne a écrit :
mar. août 27, 2019 2:30 pm
CamilleBdt a écrit :
mar. août 27, 2019 1:28 pm
En soi, la réa n'aide pas trop à ce niveau-là. Là où je bosse, on est comme dans un bunker, on ne voit que très peu la lumière du jour, si bien qu'il est parfois difficilement de savoir s'il fait jour ou nuit. Les patients ont l'heure dans leurs boxes, mais ça ne dit pas si c'est la nuit ou le matin.
Je me permets de rebondir juste sur ce point, pour apporter une petite contribution personnelle.

J'ai justement été surprise à l'inverse, lors de la visite du service de réanimation de l'hôpital de Perpignan : les boxes y sont très lumineux. Peut-être pas tous mais j'en ai vu qui bénéficient de grandes fenêtres sur l'extérieur (doublées de pare-soleil structurels pour protéger un minimum, quand même, à certaines saisons).
Je suppose que c'est justement fait exprès pour que les patients qui restent un certain temps coincés en réa ne soient pas dans une sorte de "nuit permanente" (surtout que même dans le coma, le corps doit réagir aux cycles jour / nuit).

Dans tous les cas, je suppose que "l'ambiance" d'un service de réanimation dépend énormément de son architecture, donc de l'année de construction de l'hôpital, et de sa taille, aussi (celui de Perpignan est une grosse structure - toutes proportions gardées - récente).
Nos chambres aussi ont des fenêtres, mais l'ennui, c'est qu'elles sont placées dans un creux, donc bon, si le temps n'est pas ultra lumineux, tu as l'impression qu'il fait nuit. Ce n'est pas rare que le matin, quand j'arrive, les gens me demande l'heure et croit que c'est le soir.

Mais du coup c'est chouette qu'ils aient géré ça comme ça, c'est mieux pour tous le monde, et un poil moins triste :)
Heureuse filleule de Shizukan et de son armée de Shizu !

Mon challenge : Conte des Nuits Rouges et son Papyrus

Avatar de l’utilisateur
Roanne
Reine du shooting photo
Messages : 11937
Inscription : dim. juil. 09, 2006 6:42 pm
Rang special : Super Roanne
Localisation : Avec les lutins de l'Hermitain
Contact :

Re: Informations médicales pour torture de personnages

Message par Roanne » mar. août 27, 2019 9:16 pm

CamilleBdt a écrit :
mar. août 27, 2019 8:14 pm
Mais du coup c'est chouette qu'ils aient géré ça comme ça, c'est mieux pour tous le monde, et un poil moins triste :)
Ma visite remonte à avril 2014, donc ce n'est plus très frais, mais je me souviens avoir pensé que c'était en effet moins "triste" que ce à quoi je m'attendais (pour les proches en visite, je pense que ça joue beaucoup sur le moral, aussi). En vrai, j'avoue avoir été impressionnée par le plateau, ça ne m'étonne pas que les lits (et sans doute le reste des équipements) coûtent un bras.
J'ai eu une chance dingue de pouvoir faire cette visite.
Site partagé avec Chap', Elikya et Sytra : Des auteurs à l'ouest.
Je suis aussi sur Wattpad.
RDV le 1er décembre pour découvrir "On s'en occupe", co-écrit avec Chapardeuse.

Avatar de l’utilisateur
Aramis
Duchesse de la Patience Infinie (mais bon quand même faut pas exagérer)
Messages : 2569
Inscription : jeu. juil. 30, 2009 10:41 am
Rang special : Grenouille timide
Localisation : Cathédrale

Re: Informations médicales pour torture de personnages

Message par Aramis » mar. août 27, 2019 9:32 pm

Merci beaucoup pour les infos, Camille !
CamilleBdt a écrit :
mar. août 27, 2019 1:28 pm
Du coup, comment ça se passe d'un point de vue pratique dans ces cas-là ?
Il va être vraiment dépendant, sous assistance respiratoire. Pour les médecins, je suppose que ça donnera l'impression qu'il n'est pas très loin de la mort cérébrale.

Et bien, aura-t-il des réactions à la douleur, au toucher, à l'appel ? Ou pas du tout ? La mort cérébrale ne se jugera pas uniquement d'un point de vu clinique (en regardant la patient), mais bien avec des éléctroencéphalogramme, ou des examens neuro plus poussés, des IRM cérébrales. C'est vrai qu'il serait bien de savoir ce que ça donne à ce niveau là, et idéalement, de dire qu'il y a une activité, sans quoi l'espérance de vie de ton personnage est quasi inexistante. Quand on voit la télé, on a l'impression qu'il est courant de prolonger la vie des personnes en état de mort cérébrale, mais dans les faits, pour ma part, je ne l'ai jamais vu faire (deux ans d'expériences en réa qui vont prendre fin en octobre). Une mort cérébrale, suivant plusieurs conditions, peut-être considéré comme un potentiel PMO (prélèvement multi-organes). Et c'est soit on prélève, soit un est face à une fin de vie. Je te parle en tout cas de ce que j'ai pu voir.
Pour moi, il n'y avait pas de réaction à la douleur/toucher/appel, il serait sur les scores les plus bas de l'échelle de Glasgow, en coma profond.
Je note pour l'équipement du box !
J'étais partie sur l'idée qu'il ne respirait pas seul pendant le coma - en fait, vu qu'il a coupé le lien entre son corps et son esprit, le corps reste un peu comme une coquille vide.

Noté aussi pour les soins/visites, oui, je ne comptais pas faire venir ses proches pendant les soins, ils respectent son intimité et puis, c'est pas non plus quelque chose à quoi ils tiennent à assister.
Pour les séquelles, on peut partir sur une bonne vieille neuropathie de réa. Plus de muscles, plus de tonus, très longues rééducation. Et ça, malheureusement, il n'y a qu'au réveil qu'on peut faire quelque chose.
Oui par contre, la confusion est obligatoire, c'est impossible qu'il se réveille la fleur au fusil comme s'il se réveillait d'une bonne sieste. Après, tout ça et tellement patient dépendant que c'est dur de donner un ordre d'idée. Par contre, il peut avoir des réminiscence après, avec des cauchemar et des difficultés pour dormir. Il pourra aussi être totalement déphasé dans son rythme jour/nuit, ce qui est pas mal perturbant. En soi, la réa n'aide pas trop à ce niveau-là. Là où je bosse, on est comme dans un bunker, on ne voit que très peu la lumière du jour, si bien qu'il est parfois difficilement de savoir s'il fait jour ou nuit. Les patients ont l'heure dans leurs boxes, mais ça ne dit pas si c'est la nuit ou le matin.
Pour le cerveau, je ne sais pas. Là comme ça, je dirais non, même si la récupération de la lucidité doit être longue. L'anxiété induite par le fait qu'on vous dise "bah ça fait deux mois que vous roupillez, il serait peut-être temps de vous réveiller" doit être pas mal aussi.
Noté pour l'absence de muscle. Les soins de... kiné (enfin, tout ce qui est mouvement/stimulation des membres pour lutter contre l'affaiblissement musculaire) n'aident à préserver un peu de tonus ? La rééducation prend combien de temps à peu près ?
Je ne comptais pas le faire se réveiller d'un coup ^^ je note pour ce qu'il peut avoir, c'est assez dur à cerner vu à quel point ça dépend de chacun (et c'est dur à évaluer vu que mon loustic n'a pas de lésion et que ce n'est pas lié à un trauma mais que c'est d'origine magique).
Par contre, le coup des "ça fait deux mois que vous roupillez", il le saura déjà, vu que son esprit restera en partie conscient chez son hôte. Encore que, vu le choc de la réintégration, il peut zapper l'info. En tout cas, il aura de gros moments de confusion pour tout remettre dans le bon sens.
Cycliste
Challenge: Dans nos veines, T2 [romance fantastique]
OLT : Cathédrale


Le panache est, dans un sacrifice qu’on fait, une consolation d’attitude qu’on se donne. E. R.

©Luxia

Avatar de l’utilisateur
Kashiira
Messages : 4340
Inscription : mar. sept. 14, 2010 11:54 am
Rang special : Chevaucheuse de Dragons
Localisation : Belgique
Contact :

Re: Informations médicales pour torture de personnages

Message par Kashiira » mer. août 28, 2019 8:04 am

J'étais partie sur l'idée qu'il ne respirait pas seul pendant le coma - en fait, vu qu'il a coupé le lien entre son corps et son esprit, le corps reste un peu comme une coquille vide.
Je ne suis pas médecin (ni même formée à la santé ^^) mais j'aurais cru qu'à moins d'une blessure grave, le corps serait alors comme une machine qui continuerait à fonctionner (puisqu'alimentée par les cathéters et cie) même en mode veille ?
Challenge 2019 actuel : Le Feu sous la Glace

:marraine: de Cyberlune et Macada et :marraine: de :heart: de Lys ! :love: :heart:

Avatar de l’utilisateur
Choupinne
Messages : 47
Inscription : lun. août 26, 2019 2:33 pm
Rang special : Bisounours terroriste

Re: Informations médicales pour torture de personnages

Message par Choupinne » mer. août 28, 2019 8:33 am

Ça ne s'arrête jamais vraiment complètement, même dans un coma. La seule chose qui "arrête" vraiment le corps dans sa totalité, c'est la mort.

On peut imaginer un parallèle avec un moteur de voiture. Quand je suis conscient, je roule, mon moteur tourne et en enclenché par la pédale que je presse plus ou moins. Quand je suis inconscient, je ne roule pas, mais mon moteur continue de tourner (et c'est notamment pour ça qu'il faut continuer de l'alimenter, aka nourrir le patient). La mort, c'est quand il est vraiment arrêté (bon sauf qu'un moteur on le redémarre facilement :P ).

Avatar de l’utilisateur
Kushiel
Elle ne veut que votre bien.
Messages : 10582
Inscription : sam. mai 31, 2014 4:49 pm
Rang special : Grenouille médicastre
Localisation : A l'Ouest

Re: Informations médicales pour torture de personnages

Message par Kushiel » mer. août 28, 2019 8:53 am

Choupinne a écrit :
mer. août 28, 2019 8:33 am
Ça ne s'arrête jamais vraiment complètement, même dans un coma. La seule chose qui "arrête" vraiment le corps dans sa totalité, c'est la mort.
Ce n'est pas tout à fait exact. En fonction du type de coma et de l'étiologie, certaines fonctions vitales peuvent être altérées et donc nécessiter une assistance. Les centres du commandement du végétatif (comme le coeur et les poumons) se situent au niveau du tronc cérébral et peuvent être défaillants.
Aramis a écrit :Noté pour l'absence de muscle. Les soins de... kiné (enfin, tout ce qui est mouvement/stimulation des membres pour lutter contre l'affaiblissement musculaire) n'aident à préserver un peu de tonus ? La rééducation prend combien de temps à peu près ?
Lys sera plus compétente que moi pour te l'expliquer, mais il y a une fonte musculaire massive en cas d'alitement prolongé ainsi qu'une ankylose majeure des articulations et une rétraction des tendons. L'intervention du kinésithérapeute est préventive des deux dernières complications. Pour la fonte musculaire, on ne peut faire quelque chose qu'après le réveil du patient en le remusclant progressivement en rééducation. Il faut aussi réapprendre au coeur à fonctionner en position debout, au corps à retrouver la proprioception, etc.
Plus le sujet est jeune, plus a durée du coma a été brève, moins il y a de séquelles et plus la rééducation est courte. Dans le cas de ton personnage, quelques semaines, max 6 ?
:pompom: CITE NOIRE et CITE BLANCHE sont parus chez Rroyzz éditions
Ma page FB Auteure
Mon site : charlotte-bona.com
Nouvelliste chez Etherval

Avatar de l’utilisateur
Luxia
Symphonie en kondo majeur
Messages : 3479
Inscription : lun. déc. 15, 2014 9:45 pm
Rang special : Bouh !
Localisation : Perdue sur le net
Contact :

Re: Informations médicales pour torture de personnages

Message par Luxia » mer. août 28, 2019 5:18 pm

Bon. En fait, après tout ce que vous me dites, je n'ai pas envie (ou plutot : ni les épaules ni les connaissances pour le faire sereinement) pour traiter un cas de coma, surtout en plein milieu d'un bouquin où je ne peux pas ellipser et où ce n'est pas le sujet. (Un jour, peut-etre.)

Du coup, changement de plan, pour quelque chose de moins lourd à gérer.
Je pense partir sur un trauma cranien "simple", sans coma, qui laissera quand même quelques séquelles neuro (fatiguabilité, difficulté à se concentrer, migraines, etc). Est-ce cohérent ?
De plus, il me faudrait quelque chose qui puisse engager le pronostic vital pendant mettons 48h (j'ai besoin de faire flipper les proches un max), mais toujours sans coma. Est-ce possible ? Si oui, ça peut être quoi ?

(Pour rappel, mon perso s'est fait méchamment passer à tabac).
Cycliste et modératrice challenge

:stylo: Meute est en cycle !
:stylo: Entrelacs est dans les challenges !

Répondre