[A] Écrire de l'humour en SFFF

Sujets inactifs depuis un an ou plus

Modérateur : Crazy

Avatar de l’utilisateur
Feldo
Croqueur de cuisses repenti (ou pas) ! A vos risques et périls...
Messages : 64
Inscription : ven. juil. 31, 2009 12:03 pm
Rang special : Écureuil des roseaux.
Localisation : France
Contact :

[A] Écrire de l'humour en SFFF

Message par Feldo » sam. avr. 17, 2010 1:00 pm

Suite à divers problèmes survenus dernièrement dans l'écriture de mon roman, j'aimerai savoir s'il y a des techniques (ou des types de situation dans un roman) particulières pour écrire des passages humoristiques, plus particulièrement en littérature de l'Imaginaire. Et existe-t-i vraiment des différences entre l'humour en "blanche" et l'humour en SFFF ?

Après avoir procédé à quelques recherches sur Internet, j'ai trouvé plus de cours d'écritures que de véritables conseils, aussi c'est pourquoi je me permet d'ouvrir un nouveau fil.:)

(si ce fil fait doublon avec un autre, il peut évidemment être impitoyablement supprimé ;) )

Avatar de l’utilisateur
Celia
C'est le grand retour d'une merveilleuse grenouille
Messages : 4062
Inscription : dim. mai 25, 2008 5:26 pm
Rang special : Aime le sang et les câlins
Localisation : A l'Est
Contact :

Re: Écrire de l'humour en SFFF

Message par Celia » sam. avr. 17, 2010 1:09 pm

Lire de la parodie me semble être un bon (et peut-être le seul ?) exercice. Je ne suis pas certaine qu'il existe une différence entre la blanche et la SFFF. Regardons au cinéma : l'humour parodique entre "Y'a-t-il un pilote dans l'avion ?" et "La folle histoire de l'espace", est le même (moi j'aime beaucoup, mais ça reste un humour très... primaire)
Dans le très bon il y a Pratchett, forcément, et dans le mauvais j'ai testé récemment "La guerre des enclonés" de Richard Bessière. Il est toujours "bon" de lire des mauvais exemples pour savoir pourquoi ça ne fonctionne pas.
D'ailleurs si tu viens à Epinal je serai heureuse de te l'offrir ^^
Sinon désolée, je n'ai pas vraiment d'autres références bibliographiques, et encore moins théoriques. Ceci dit, comme Lavandier est devenu un monument ici, alors qu'il parle de cinéma, pourquoi ne pas s'intéresser aux mécanisme du cinéma humoristique ? Les ouvrages seront peut-être plus faciles à trouver.
Bêta-lectrice
Creep Show en recherche d'éditeur

Avatar de l’utilisateur
Pandora
Défenseuse geek acharnée de la cuisine traditionnelle alsacienne
Messages : 4249
Inscription : sam. avr. 25, 2009 7:18 am
Rang special : Achtung Papagei !
Localisation : jamais très loin
Contact :

Re: Écrire de l'humour en SFFF

Message par Pandora » sam. avr. 17, 2010 1:24 pm

Il me semble qu'il n'y a pas vraiment de différence entre la blanche et les littératures de l'imaginaire, et que c'est un exercice particulièrement difficile pour rester dans un ton juste, ni trop, ni trop peu
On a vite fait de tomber à plat, ou au contraire, d'en faire trop et de tomber à côté.
Enfin, il me semble que l'humour, plus que l'émotion probablement, est un registre où la culture de chacun, sa génération et le milieu dans lequel il a baigné, vont être particulièrement importants et qu'il convient d'en tenir compte pour essayer de ne pas tomber dans les private joke

Avatar de l’utilisateur
Kira
Directrice de l'école au Bois Dormant
Messages : 2857
Inscription : ven. nov. 20, 2009 3:13 pm
Rang special : Fantôme du forum
Localisation : De l'autre côté du miroir

Re: Écrire de l'humour en SFFF

Message par Kira » sam. avr. 17, 2010 1:28 pm

Même remarque que Pandora.
Sinon Thierry Pratchett est effectivement une référence incontournable, on peut ajouter "De bons présages" du même + Neil Gaiman, et dans le rayon SF, "le Guide du Voyageur Intergalactique" de Douglas Adam.
(Et puis il y a Naheulbeuk et les Aventuriers du Survivaure... hem).

Avatar de l’utilisateur
Beorn
Sous son large chapeau et son tricot de laine, dispense son enseignement tout en haut de la montagne, bravant l'hiver grâce à ses chaussettes aux super pouvoirs
Messages : 10391
Inscription : jeu. août 21, 2008 9:28 am
Rang special : L'avant-dernier des Mohicans
Contact :

Re: Écrire de l'humour en SFFF

Message par Beorn » sam. avr. 17, 2010 1:30 pm

Dommage que Tristeplume ne soit pas sur le forum en ce moment, c'est un expert en la matière !
J'ai écrit deux nouvelles humoristiques (toutes les deux retenues, ouaip) mais je serai bien incapable de donner des techniques précises.

Je suppose que la paradie est un passage obligé.
Mais :
1) il ne faut pas jouer sur la seule parodie, il y a d'autres techniques
2) on peut parodier beaucoup de choses, pas uniquement des romans ou des films du genre, et c'est souvent le choix de ce "modèle" qui fait l'humour, il est d'ailleurs préférables de multiplier ces "modèles" pour diversifier ses traits d'humour.
Dans la 8ème couleur, par exemple, Pratchett parodie effectivement des romans de fantasy (Conan, Stormbringer etc.) mais il parodie aussi la figure du "touriste riche dans un pays pauvre". Il pourrait aussi parodier des livres d'un tout autre genre (Autant en emporte le vent ou je ne sais quoi).

Dans une nouvelle, je parodie "l'image" du chevalier, celle de la "jeune fille en détresse" et celle du dragon, donc pas un roman en particulier mais des "constructions" toutes faites qu'on a en tête.
Le chevalier est courageux, beau, jeune, il porte une armure et une épée, il est juché sur une belle monture. Il aime le combat, il sauve des demoiselles en détresse.
Si on le décrit avec un petit ventre, une allergie au crin de cheval et uniquement intéressée par sa collection de timbres, on crée un "décalage" qui peut faire sourire ou rire. Evidemment, il faut un peu de chance pour que le lecteur soit sensible au même humour.

On peut jouer aussi sur des anachronismes, des références à notre monde. Le grand classique du genre, c'est Astérix : juste pour prendre un exemple, dans Astérix en Corse -admirez un peu la référence- les allusions à Napoléon sont permanentes, du genre : "pour que les Corses acceptent un empereur, il faudrait qu'il soit corse."
Blog : Les conseils de Tonton Beorn / Site officiel
Bragelonne : Le 7ème Guerrier-Mage / Calame T1 Castelmore : Le jour où... / 14-14 / Un ogre en cavale

Ambre Melifol

Re: Écrire de l'humour en SFFF

Message par Ambre Melifol » sam. avr. 17, 2010 2:02 pm

Dans la lignée de Pratchett, il y a aussi Catherine Dufour et sa série Quand les dieux buvaient, inspirée des contes de fées, entre autres. Sinon, je vais m'abstenir de faire des conseils sur l'humour, parce que ce n'est honnêtement pas ma tasse de thé ^^

anonymetrois

Re: Écrire de l'humour en SFFF

Message par anonymetrois » sam. avr. 17, 2010 2:04 pm

A mon avis, l'humour en SFFF apporte deux possibilités supplémentaires.

1) les références. Naheulbeuk s'appuie énormément sur la culture rôliste (le nain meurt, il lui reste un Point de Destin : clin d'oeil à Warhammer le JdR).

Je ne dis pas que le "référençage", que je n'aime personnellement pas beaucoup (à force de trop en voir), soit réservé à la SFFF ; Lanfeust multiplie les allusions aux pubs et à la culture populaire (et constitue aussi l'exemple le plus flagrant d'abus jusqu'à écœurement, à mon avis).
Cependant, avec la SFFF, c'est tout un nouveau champ de référence qui s'ouvre. Par contre, attention à la private joke en effet.

2) l'utilisation d'éléments surnaturels. Exemple dans Princess Bride, de tête :
- J'ai un plan, mais il va nous falloir une brouette.
- On a pas ça.
- Bon, alors, j'ai un deuxième plan, mais j'ai besoin d'une cape magique résistant au feu.
- Pas de problème !
Ici, l'humour naît de ce qu'on s'attend à trouver plus facilement une brouette... Mais c'est aussi une référence subtile, puisque dans certains romans SFFF, on entend tellement parler d'objets magiques qu'on en vient à se demander s'il reste encore des brouettes entre les tapis volants et les mille-pattes géants de bât.

Ensuite, de nombreux plot devices deviennent disponibles comme la télépathie, la téléportation, les illusions magiques, etc... qui recèlent un potentiel comique. D'ailleurs, la "cartoon physics", qui fait qu'un personnage de dessin animé continue à courir dans le vide jusqu'à se rendre compte qu'il doit tomber, relève presque de cette catégorie : les règles de l'espace et de la physique sont tordues.

Avatar de l’utilisateur
Celia
C'est le grand retour d'une merveilleuse grenouille
Messages : 4062
Inscription : dim. mai 25, 2008 5:26 pm
Rang special : Aime le sang et les câlins
Localisation : A l'Est
Contact :

Re: Écrire de l'humour en SFFF

Message par Celia » sam. avr. 17, 2010 2:22 pm

Bélier a écrit :A mon avis, l'humour en SFFF apporte deux possibilités supplémentaires.

1) les références. Naheulbeuk s'appuie énormément sur la culture rôliste (le nain meurt, il lui reste un Point de Destin : clin d'oeil à Warhammer le JdR).

Je ne dis pas que le "référençage", que je n'aime personnellement pas beaucoup (à force de trop en voir), soit réservé à la SFFF ; Lanfeust multiplie les allusions aux pubs et à la culture populaire (et constitue aussi l'exemple le plus flagrant d'abus jusqu'à écœurement, à mon avis).
Cependant, avec la SFFF, c'est tout un nouveau champ de référence qui s'ouvre. Par contre, attention à la private joke en effet.
Cela reprend l'exemple d'Asterix cité plus haut.
On peut aussi penser à l'utilisation de l'argot et du langage familier moderne (mêlé à l'absurde) dans Kaamelott, mais aussi au nombre astronomique de films (et livres) référentiels qui certes ne seront jugés drôles que par ceux qui connaissent les références, mais sont quand même sacrément efficaces. L'ouvrage de Max Brooks sur les zombies ou les parodies Shaun of the Dead et Zombieland reposent sur les mêmes références : on a vu et digéré les oeuvres de Romero, et avec ça, on fait de la parodie. Ce qui permet aussi d'établir une première règle très simple : la (bonne) parodie, ce n'est pas se moquer de, c'est rire avec. Ce que beaucoup de personnes ont tendance à oublier. Respecter le matériau d'origine est en cela extrêmement important. Ainsi si quelqu'un commence à écrire une parodie de SF sans aimer et sans connaître les histoires de SF "sérieuse", il risque de tomber dans la godriolle et l'humour beauf.
D'un autre côté, comme cela a été dit aussi plus haut, entre respecter le matériau d'origine et se nourrir de référence, et faire de la private joke, il y a une marge dans laquelle il faut savoir naviguer. Faire une parodie de Star Wars (La folle histoire de l'espace ou le récent Fanboys), ça marche parce que même un spectateur lambda saura de quoi on parle (et le fan absolu aura pour lui d'avoir accès à beaucoup plus de clins d'oeil), mais il s'agit d'un exemple ultime, comme il y en a très peu (Star Wars, Star Trek, les films de zombies)
Si le domaine d'action est plus resserré, il ne faut pas s'attendre à toucher un public nombreux. J'adore les parodies de films chinois (Stephen Chow :heart:) parce que je sais à quoi ressemble le film de kung fu chinois de base. J'imagine que quelqu'un qui a moins de référence rira beaucoup moins que moi.
Bêta-lectrice
Creep Show en recherche d'éditeur

Avatar de l’utilisateur
Feldo
Croqueur de cuisses repenti (ou pas) ! A vos risques et périls...
Messages : 64
Inscription : ven. juil. 31, 2009 12:03 pm
Rang special : Écureuil des roseaux.
Localisation : France
Contact :

Re: Écrire de l'humour en SFFF

Message par Feldo » sam. avr. 17, 2010 4:26 pm

Merci pour vos réponses, mais je n'ai pas vraiment trouvé ce que je cherchais. Peut-être que ma question de départ était mal posée. :?
En fait, je recherchai plutôt des techniques de style, des méthodes non pas pour faire de l'humour pour l'humour, mais par exemple pour alléger un peu le suspense, pour aider le lecteur à patienter dans certains moments "creux", référencer le genre de situations où cela s'y prête le mieux et celles où il vaut mieux éviter d'essayer de s'y coller si on a pas trop d'expérience d'écriture, par exemple. L'exemple de Princess Bride donné par Bélier en fait partie.

À part Tristeplume, personne n'est expert es humour sur la mare ? Je crois me souvenir qu'il y avait Arnaldus qui avait écrit un roman SF assez humoristique l'année dernière... :mage:
Dernière modification par Feldo le sam. avr. 17, 2010 7:18 pm, modifié 2 fois.

Avatar de l’utilisateur
Mélanie
Mélafique carbonise les imprudents qui ne savent pas orthographier fu... fu...
Messages : 7921
Inscription : dim. mai 17, 2009 6:29 pm
Rang special : Power Mélanie!
Localisation : Chapitre 13

Re: Écrire de l'humour en SFFF

Message par Mélanie » sam. avr. 17, 2010 5:50 pm

C'est vrai qu'il y a du risque à être drôle. Une légèreté mal placée peut gâcher une ambiance, et tomber à plat dans la foulée. Puis il y a une très subtile différence entre faire marcher le lecteur et l'arnaquer.

Je ne me considère pas comme une experte en humour, mais j'ai un univers qui s'y prête plutôt bien. J'ai, par exemple, des éléments du décor, des détails de mon monde, qu'il me faut soigneusement éviter de mentionner lors de scènes à tension, parce que risibles. De cette manière : un méchant attaque mon héros. Ce dernier a une brosse-à-dent-laser comme arme. Il ne peut pas s'en servir, parce que je veux que ce soit une scène de tension.

Il ne faut faire rire que lorsque le lecteur y est disposé. Et c'est pour cela qu'il faut bien définir qu'est-ce que tu veux faire de tes scènes : un sujet de rigolade, un sujet sérieux. Un passage traité de manière ambigu rate facilement ses effets.
ıllıllı Cyclitse et modérartice ıllıllı

"Aux amres ! diuex et dmei-deiux !
Abtatnos ctete tyarnine,
Ce régmie set fsatideiux !
Puls ed necatr, puls d'abmriosie !"
Oprhée uax efners

anonymetrois

Re: Écrire de l'humour en SFFF

Message par anonymetrois » sam. avr. 17, 2010 6:18 pm

C'est drôle quand même, je suis dans le chapitre de Lavandier qui traite de l'ironie dramatique (notion hautement applicable à l'humour, mais pas uniquement).

En gros, il y a ironie dramatique quand un personnage ignore quelque chose qui le concerne, et que soit un autre personnage, soit le lecteur/spectateur le sait.

Exemples :
- un assassin se tapit derrière la porte. Le héros l'ignore. Il s'apprête à ouvrir la porte, et zut alors, il a perdu ses clefs !
- un homme marié cherche à remonter le moral d'un ami. Celui-ci le trompe avec sa femme et a des remords : son ami cocu ne peut donc pas l'aider, mais doit continuer à l'ignorer ! C'est d'ailleurs un exemple qui peut être traité de façon comique ou sérieuse.

Un quiproquo se produit quand on a de multiples ironies dramatiques. Exemple : A prend B pour un supérieur hiérarchique venu l'inspecter, B croit que A lui fait des avances. Aucun des deux ne l'est.

Bon, en écrivant ce message, je me rends compte qu'il n'est guère utile de récrire un chapitre après que Lavandier soit passé sur le sujet... J'espère simplement que c'est ce que tu cherches.

Avatar de l’utilisateur
Ellie
Batracien
Messages : 246
Inscription : mer. févr. 14, 2007 12:23 pm
Rang special : Batracien
Localisation : Lyon
Contact :

Re: Écrire de l'humour en SFFF

Message par Ellie » sam. avr. 17, 2010 7:00 pm

Pour moi je ferais une différence entre un humour dû à un univers complètement loufoque par exemple et l'humour qui est dû aux personnages et au fait qu'ils se prennent pas forcément au sérieux, font des blagues, etcaetera. Dans le premier cas j'ai l'impression qu'il va y avoir des trucs effectivement assez spécifiques à la SFFF mais que c'est moins vrai dans le second où finalement on retrouve les processus humoristiques classiques (décalage, quiproquo, comique de répétition)...

Personnellement sans prétendre être une reine de l'humour de bon goût, j'aime bien avoir des personnages qui se prennent pas hyper au sérieux, ont éventuellement des côtés ridicules (et donc drôles), par contre je pense pas que ça empêche que l'histoire reste sérieuse sur le fond.

Après y'a des passages appropriés ou pas pour faire de l'humour, et en même temps je trouve qu'avoir de l'humour à un moment où on s'y attend pas ça peut aussi avoir un effet intéressant, notamment quand ça provient de personnages qui se servent de ça pour «gérer» leur chagrin/peur/etc.

Avatar de l’utilisateur
Celia
C'est le grand retour d'une merveilleuse grenouille
Messages : 4062
Inscription : dim. mai 25, 2008 5:26 pm
Rang special : Aime le sang et les câlins
Localisation : A l'Est
Contact :

Re: Écrire de l'humour en SFFF

Message par Celia » dim. avr. 18, 2010 8:42 am

Feldo a écrit : À part Tristeplume, personne n'est expert es humour sur la mare ? Je crois me souvenir qu'il y avait Arnaldus qui avait écrit un roman SF assez humoristique l'année dernière... :mage:
Ca veut dire qu'on ne peut être expert qu'en ayant écrit de l'humour ? Tss tss... Toutes les personnes qui t'ont répondu l'ont fait parce qu'elles y connaissaient quand même un peu quelque chose tout de même, même si, certes, elles ne t'ont donné que peu de techniques et beaucoup de références.
Ceci dit, les ouvrages théoriques n'existant pas ou peu, ou pas destiné à la littérature mais aux arts dramatiques, c'est sans doute la lecture d'auteurs loufoques et parodiques qui t'aidera le plus.
Bêta-lectrice
Creep Show en recherche d'éditeur

Avatar de l’utilisateur
Arnaldus
Bufonidé bricoleur
Messages : 708
Inscription : mar. févr. 20, 2007 6:40 pm
Localisation : Auteuil le Roi (78)
Contact :

Re: Écrire de l'humour en SFFF

Message par Arnaldus » dim. avr. 18, 2010 8:56 am

Feldo a écrit :Merci pour vos réponses, mais je n'ai pas vraiment trouvé ce que je cherchais. Peut-être que ma question de départ était mal posée. :?
En fait, je recherchai plutôt des techniques de style, des méthodes non pas pour faire de l'humour pour l'humour, mais par exemple pour alléger un peu le suspense, pour aider le lecteur à patienter dans certains moments "creux", référencer le genre de situations où cela s'y prête le mieux et celles où il vaut mieux éviter d'essayer de s'y coller si on a pas trop d'expérience d'écriture, par exemple. L'exemple de Princess Bride donné par Bélier en fait partie.

À part Tristeplume, personne n'est expert es humour sur la mare ? Je crois me souvenir qu'il y avait Arnaldus qui avait écrit un roman SF assez humoristique l'année dernière... :mage:
Je suis loin d'être un expert, mais c'est vrai qu'il y a des "techniques" de base, qui valent pour la SFFF ou n'importe quel genre/non-genre. L'une des plus classiques consiste à exagérer les situations et les descriptions tout restant relativement sérieux dans le discours. L'humour anglo-saxon fait ça très bien (Gaiman et Pratchett sont de très bonnes références).
* lecteur *
"... a dream that became a reality and spread throughout the stars" -- James T. Kirk (Whom Gods Destroy) http://arnauddus.free.fr

Avatar de l’utilisateur
Feldo
Croqueur de cuisses repenti (ou pas) ! A vos risques et périls...
Messages : 64
Inscription : ven. juil. 31, 2009 12:03 pm
Rang special : Écureuil des roseaux.
Localisation : France
Contact :

Re: Écrire de l'humour en SFFF

Message par Feldo » dim. avr. 18, 2010 9:00 am

Celia a écrit :
Feldo a écrit : À part Tristeplume, personne n'est expert es humour sur la mare ? Je crois me souvenir qu'il y avait Arnaldus qui avait écrit un roman SF assez humoristique l'année dernière... :mage:
Ca veut dire qu'on ne peut être expert qu'en ayant écrit de l'humour ? Tss tss... Toutes les personnes qui t'ont répondu l'ont fait parce qu'elles y connaissaient quand même un peu quelque chose tout de même, même si, certes, elles ne t'ont donné que peu de techniques et beaucoup de références.
Ceci dit, les ouvrages théoriques n'existant pas ou peu, ou pas destiné à la littérature mais aux arts dramatiques, c'est sans doute la lecture d'auteurs loufoques et parodiques qui t'aidera le plus.
En fait, j'ai surtout voulu rassembler les notions d'"expert" via ceux qui se sont renseignées de façon très théoriques (ce qui ne signifie pas qu'elles ne l'ont pas mis en pratique) et de ceux qui ont expérimenté l'écriture d'humour à l'échelle d'un roman en plus. J'ai dû oublier un "aussi" dans la dernière phrase. Désolé si elle t'a froissé... :oops:

Répondre