Questions aux auteurs publiés sur la promotion de leur livre

Sujets inactifs depuis un an ou plus

Modérateur : Crazy

Avatar de l’utilisateur
Paul.art.bear
Batracien
Messages : 45
Inscription : sam. avr. 02, 2011 8:36 pm
Rang special : Grenouille Pacman
Localisation : Breizh
Contact :

Questions aux auteurs publiés sur la promotion de leur livre

Message par Paul.art.bear » lun. avr. 04, 2011 1:41 pm

Je m'adresse aux auteurs qui ont le bonheur de se faire éditer, bonheur tout mérité quand on sait le travail que tout travail d'écriture représente. Après la publication de votre ouvrage, vient inévitablement le temps de la promotion, d'où l'objet de mes questions :

- Vos déplacements sont-ils à vos frais, ou pris en charge pour votre éditeur ou ceux qui vous accueillent ?

- Est-ce l'éditeur qui vous propose des interventions ou êtes-vous aussi mis à contribution pour négocier, par exemple, des dédicaces chez vos libraires préférés ou dans la classe de votre enfant ? Est-ce compliqué à organiser ?

- Est-ce aussi prenant qu'on l'imagine ? Comment arrivez-vous à gérer, notamment par rapport au travail et à la famille ?

- La durée de vie d'un roman est dit-on de deux mois... Est-ce aussi la période où vous devez être disponible pour la promo ?

- Si vous n'aviez pas trouvé d'éditeur, vous seriez-vous tourné vers l'auto-édition ?

Merci d'avance à ceux qui accepteront de faire profiter de leur expérience ceux qui rêvent de se faire publier :wow:
Image
La Terre des centaures, 1er tome du "Cycle des centaures". En ebook, aux éditions Booxmaker.
En savoir plus : www.paul-a-garance.fr

Avatar de l’utilisateur
NB
Ricoche en Premier
Messages : 6201
Inscription : jeu. janv. 24, 2008 3:40 pm
Rang special : Bâtisseuse
Localisation : Vers les maïs au sud de Lyon
Contact :

Re: Questions aux auteurs publiés sur la promotion de leur l

Message par NB » lun. avr. 04, 2011 2:34 pm

Voilà quelques réponses pour mon cas personel :
- Vos déplacements sont-ils à vos frais, ou pris en charge pour votre éditeur ou ceux qui vous accueillent ?
Mes déplacements pour la promo sont pris en charge par l'éditeur. Si c'est pour un salon, en général, il y a répartition des frais entre le salon et l'éditeur (ex : l'hébergement par le salon, les frais de transport par l'éditeur).
- Est-ce l'éditeur qui vous propose des interventions ou êtes-vous aussi mis à contribution pour négocier, par exemple, des dédicaces chez vos libraires préférés ou dans la classe de votre enfant ? Est-ce compliqué à organiser ?
Se sont soit les libraires, soit les écoles, soit les salons qui contactent l'éditeur. On voit ensemble ceux qu'on veut faire (ou pas) et au niveau des dates pour faire des choix si besoin. J'ai le droit de dire non (par exemple, si une compèt de gym de ma fille tombe en même temps, ça m'est arrivé).
Je peux proposer aussi des choses, si je veux (ex : rencontre avec la médiathèque de ma ville), et l'éditeur s'occupe de faire la comm' pour en obtenir d'autres (salons importants par exemple).
- Est-ce aussi prenant qu'on l'imagine ? Comment arrivez-vous à gérer, notamment par rapport au travail et à la famille ?
Dans mon cas, je trouve que c'est prennant, en tout cas tout de suite après la sortie du livre (et en étant publiée par un gros éditeur généraliste qui mise beaucoup dessus). Ce n'est pas évident de gérer le travail et la famille (et les autres bouquins, et le collectif) en parallèle (exemple concret : mon roman est sorti depuis moins d'un mois et j'étais tellement au bout de ma fatigue, entre les salons et la promo, que je suis tombée malade...)
- La durée de vie d'un roman est dit-on de deux mois... Est-ce aussi la période où vous devez être disponible pour la promo ?
Ça dépend. Il paraît qu'en jeunesse, la durée de vie en librairie est un tout petit peu plus longue. Je n'ai pas assez de recul, mais de ma maigre experience je vois que le premier mois est hard. Ensuite, d'après mon planning des deux mois à venir, ça se calme ("seulement" un salon et une séance de décicace par mois).
- Si vous n'aviez pas trouvé d'éditeur, vous seriez-vous tourné vers l'auto-édition ?
Je ne sais pas.
Ça m'a effleuré l'esprit à une époque, mais je crois que j'aurais préféré garder cette histoire dans un tiroir et tenter ma chance auprès des éditeurs avec un autre roman (quitte à la ressortir quelques années plus tard).

Avatar de l’utilisateur
Beorn
Sous son large chapeau et son tricot de laine, dispense son enseignement tout en haut de la montagne, bravant l'hiver grâce à ses chaussettes aux super pouvoirs
Messages : 10392
Inscription : jeu. août 21, 2008 9:28 am
Rang special : L'avant-dernier des Mohicans
Contact :

Re: Questions aux auteurs publiés sur la promotion de leur l

Message par Beorn » lun. avr. 04, 2011 4:48 pm

- Vos déplacements sont-ils à vos frais, ou pris en charge pour votre éditeur ou ceux qui vous accueillent ?
Je ne me déplace pas si les frais ne sont pas pris en charge - à moins que je ne le fasse pour CoCyclics, comme à Zone Franche. C'est un principe que je me suis posé depuis le début : je n'écris peut-être pas pour apporter beaucoup d'argent au ménage, mais je refuse de lui en faire perdre.
Mais certains auteurs le font, cela dépend aussi de la taille de l'éditeur et de l'investissement qu'on est prêt à consentir.
Sur les salons, tout est payé, je ne sais pas par qui mais je crois que c'est surtout le salon -avec parfois une participation de l'éditeur.
- Est-ce l'éditeur qui vous propose des interventions ou êtes-vous aussi mis à contribution pour négocier, par exemple, des dédicaces chez vos libraires préférés ou dans la classe de votre enfant ? Est-ce compliqué à organiser ?
Pour les salons, je n'ai jamais demandé à intervenir : à chaque fois, c'est l'éditeur (qui connaît les organisateurs) ou l'organisateur (qui a aimé le bouquin) qui me l'ont proposé.
Pour les librairies, dans la ville où j'habite, deux libraires m'ont proposé d'intervenir suite à une discussion avec le commercial du diffuseur, Harmonia Mundi, qui savait que j'en étais originaire.
Dans ma ville de naissance, c'est moi qui ai démarché le libraire.
A Tours, chez L'Imaginaute, libraire de SFFF, c'est moi qui ai démarché le libraire.
Dans ces deux cas, j'ai payé le déplacement, mais ça ne me dérangeait pas car j'y serai allé de toute façon pour des raisons familiales.

Je tiens à dire qu'aucune dédicace ne m'a jamais été imposée, on ne m'a jamais mis la pression pour aller ici ou là. J'étais content d'être invité. D'ailleurs, j'ai refusé deux propositions : l'une parce que c'était trop loin et pas défrayé, l'autre parce que je venais déjà de faire plusieurs week-ends de suite et que je sentais le petit salon perdu où il n'y aurait personne.
- Est-ce aussi prenant qu'on l'imagine ? Comment arrivez-vous à gérer, notamment par rapport au travail et à la famille ?
De manière surpenante, du fait que la majeure partie de la promo se fait le week-end, cela n'est pas du tout incompatible avec un emploi stable à côté, même s'il est préférable de pouvoir déposer quelques jours de congés par-ci par-là.
En revanche, c'est très perturbant pour la vie de famille : il faut constamment demander au conjoint de s'occuper des enfants et pendant un petit moment, on ne les voit plus beaucoup.
- La durée de vie d'un roman est dit-on de deux mois... Est-ce aussi la période où vous devez être disponible pour la promo ?
La durée de vie d'un roman peut varier de zéro à deux mille ans. ;)
Il est vrai que les libraires mettent le roman en rayon pendant quelques mois seulement, en général, mais cela varie énormément d'un libraire à l'autre. Certains libraires ont des coups de coeur et vendent encore le roman deux ans après, Amazon continue de le vendre longtemps après. Au contraire, certains libraires ne le mettent jamais en rayon...
Et puis le bouche à oreille peut se faire lentement, le roman peut avoir un prix qui relance le roman, l'auteur peut sortir un tome 2 ou un second roman qui fait un succès et qui "réveille" le premier. Par ailleurs, certains romans sont morts avant même d'être nés, ils sont remis dans les bacs au bout de quelques semaines.

Ce qui est vrai, c'est que dans les deux mois suivant la sortie, la pomo est plus logique, plus pertinente, plus efficace, notamment en librairie.
Mais en réalité, pendant au minimum un an, on se rend à tous les salons importants où l'on est invité, même s'ils sont situés dans l'année 10 mois après le lancement.
(ex pour moi : le salon du livre J+6mois, Trolls et légendes : J+8 mois, Futiales : J+9 mois, Imaginales J+9mois et demi)
- Si vous n'aviez pas trouvé d'éditeur, vous seriez-vous tourné vers l'auto-édition ?
Non. Pour plein de raisons, mais d'abord parce que si un éditeur n'avait pas cru en mon histoire, je n'aurais pas été capable de la vendre à qui que ce soit.
Blog : Les conseils de Tonton Beorn / Site officiel
Bragelonne : Le 7ème Guerrier-Mage / Calame T1 Castelmore : Le jour où... / 14-14 / Un ogre en cavale

Avatar de l’utilisateur
Silène
Miss Truffade 2017
Messages : 5996
Inscription : mar. oct. 09, 2007 9:02 am
Rang special : Grenouille pop-up
Localisation : Auberge du bon canard
Contact :

Re: Questions aux auteurs publiés sur la promotion de leur l

Message par Silène » lun. avr. 04, 2011 5:16 pm

Allez, à mon tour : pour ma part, je suis dans une maison "moyenne", l'éditeur a 15 ans d'existence, plusieurs dizaines de titres à son catalogue, beaucoup d'estime et quelques succès mais il fonctionne avec peu de moyens.
- Vos déplacements sont-ils à vos frais, ou pris en charge pour votre éditeur ou ceux qui vous accueillent ?
Cela dépend des lieux : mon éditeur étant un peu rik-rak, je me déplace à l'oeil sur les salons proches de chez moi, je vais même l'héberger pour un salon qui se tient près de chez moi dans dix jours. Sinon, il paye les transports des salons auxquels il me demande de venir ou me fait inviter pour que je n'ai pas à supporter les frais.
Après, les moyens dépendent des salons : à Vannes, je vais être comme un coq en pâte, avec hôtel, croisière sur le golfe du Morbihan et grand resto. Au Mans, c'était une grande réception un soir et cantine d'auteurs le midi. A Theix, le libraire m'a fait un cadeau pour me remercier d'être venue gratos (c'était à 1 heure de chez moi).
- Est-ce l'éditeur qui vous propose des interventions ou êtes-vous aussi mis à contribution pour négocier, par exemple, des dédicaces chez vos libraires préférés ou dans la classe de votre enfant ? Est-ce compliqué à organiser ?
Mon éditeur m'a proposé quelques trucs mais il m'a surtout mise en contact avec des libraires pour que je vois avec eux ensuite. J'ai aussi démarché des libraires que je connaissais d'une façon ou d'une autre : celle de mon bled qui est adorable, la libraire fabuleuse de Niort rencontrée grâce à Beorn et Roanne, un libraire à Laval, une autre à Angoulême. A La Rochelle, mes parents la connaissaient, ça s'est fait comme ça et on a dédicacé en même temps avec Beorn, lui chez les grands, moi, chez les petits !
Sinon, j'ai eu aussi deux refus : un d'une librairie de Nantes qui ne fait pas de dédidace, l'autre de Cultura parce que je refusais de venir moi-même avec les livres et de renvoyer les invendus. En gros, ils me prêtaient une table, empochaient les bénéfs et je me tapais leur boulot pour le reste.
C'est plus ou moins compliqué, il faut y passer un peu de temps mais c'est très chouette d'avoir un libraire qui aime votre ouvrage : il le vend à tout le monde ! Grâce au libraire de Vannes, je fais 3 salons et il est adorable. Grâce à Lily, à Niort, j'ai rencontré deux groupes d'élèves. Je vais aussi voir deux classes en juin qui lisent mon livre dans le cadre d'un prix. Et des petits CE2 pour une copine. Mais pour l'instant, le livre n'a pas beaucoup décollé dans les écoles, il est cher, je pense : 16 euros quand les budgets d'achats de livre à l'année sont de 500 euros pour le français et 2000, toutes matières confondues, pour le CDI, c'est pas beaucoup.
- Est-ce aussi prenant qu'on l'imagine ? Comment arrivez-vous à gérer, notamment par rapport au travail et à la famille ?
C'est prenant mais dans mon cas, je suis un peu hyperactive, ce n'est qu'un truc de plus. Etre permanente me prend beaucoup plus de temps ! ^^ On a négocié avec mon crapaud pour un salon par mois. Pour l'instant, ça tourne bien, c'est mon plus grand supporter. Mes têtardes ont l'habitude, ça ne les dérange pas outre mesure surtout que je reviens toujours avec des bouquins pour elles !
- La durée de vie d'un roman est dit-on de deux mois... Est-ce aussi la période où vous devez être disponible pour la promo ?
Dans mon cas, heureusement que le livre a vécu bien au-delà des deux mois (il vit encore !) parce que j'ai accouché 3 semaines après la sortie ! Bref, j'ai commencé la promo en octobre, soit 5 mois après la sortie et ça marche bien. Les petites maisons font beaucoup moins de marketing et se fichent donc un peu des délais. Et les ventes vont être relancées par la sortie du tome 2, en juin, et re-belote pour le tome 3 (sûrement juin 2012).
- Si vous n'aviez pas trouvé d'éditeur, vous seriez-vous tourné vers l'auto-édition ?
Oui et non : mon mari m'a fait imprimé 50 exemplaires pour mes 30 ans mais c'était uniquement pour la famille et les amis, avec des dédicaces de chacun d'entre eux. Je ne l'ai jamais considéré comme une auto-édition, pour moi, c'était comme de l'imprimer sur l'imprimante familiale, je n'aurais jamais imaginé le vendre.
Nouveaux Millénaires: Les Affamés
Bragelonne: Fortune cookies/ 14-14 avec Paul Beorn/ Féelure / Adèle et les noces de la Reine Margot / Les Lettres volées / 42 jours / Moana / Lune rousse

Avatar de l’utilisateur
Paul.art.bear
Batracien
Messages : 45
Inscription : sam. avr. 02, 2011 8:36 pm
Rang special : Grenouille Pacman
Localisation : Breizh
Contact :

Re: Questions aux auteurs publiés sur la promotion de leur l

Message par Paul.art.bear » lun. avr. 04, 2011 8:02 pm

Merci pour toutes ces réponses. C'est très intéressant, quand on est tellement focalisé sur l'objectif d'être édité, de voir aussi comment ça se passe "juste après".

Quant à l'auto-édition, ma question n'était pas tout à fait innocente car je me pose beaucoup de question à ce sujet, en cas d'échec auprès des éditeurs. Je suis tellement heureux d'être parvenu à écrire un roman qu'il m'est inconcevable de le laisser reposer au fond d'un tiroir. Mais bon... Pour l'instant, on n'y est pas.

"Arrête de cogiter et écris nous la suite boudiou !" comme dirait ma femme qui attend mon Tome 2.
Image
La Terre des centaures, 1er tome du "Cycle des centaures". En ebook, aux éditions Booxmaker.
En savoir plus : www.paul-a-garance.fr

Avatar de l’utilisateur
Aelys
Alors que l'aube diffuse sa couleur sur le monde, le tigre sort du bois noir et lève les yeux vers le ciel qui s’étend de l’autre côté du mur. Est-ce le jour pour jouer sa vie ?
Messages : 9252
Inscription : dim. oct. 31, 2010 11:56 am
Rang special : Grande flemmarde avec des pics d'activité

Re: Questions aux auteurs publiés sur la promotion de leur l

Message par Aelys » lun. avr. 04, 2011 10:11 pm

Il y a un sujet sur l'auto-édition ici ;)

Merci pour vos expériences Silène, Beorn et Nadia, c'est en effet une question que je me posais aussi !
Mes derniers bébés : I.R.L., éditions Gulf Stream et Quelques pas de plus, éditions Scrineo
Grenouille tu as été, grenouille tu resteras.

Site
Blog

watercello

Re: Questions aux auteurs publiés sur la promotion de leur l

Message par watercello » dim. avr. 10, 2011 12:34 pm

Alors,
- Vos déplacements sont-ils à vos frais, ou pris en charge pour votre éditeur ou ceux qui vous accueillent ?
je ne me suis jamais déplacée à mes frais. Pour Étonnants Voyageurs, personne n'a eu à débourser quoique ce soit, ni salon ni éditeur, puisque j'habitais St Malo. Et pour les interventions dans les écoles (dans le cadre de prix jeunesse par exemple), c'est défrayé et payé (cf la charte des auteurs jeunesses), sauf dans des cas très particuliers (j'ai été invité dans des écoles marocaines, qui ont pris en charge tous les frais, mais sans rémunération. le genre de cas où on ne se plaint pas trop, quoi !)
Est-ce l'éditeur qui vous propose des interventions ou êtes-vous aussi mis à contribution pour négocier, par exemple, des dédicaces chez vos libraires préférés ou dans la classe de votre enfant ? Est-ce compliqué à organiser ?


pour les interventions, ce sont principalement les écoles/cdi, comités de prix jeunesses, ou salons qui m'ont invités. Pour certains salons, c'est l'éditeur qui m'a proposé de venir.
Est-ce aussi prenant qu'on l'imagine ? Comment arrivez-vous à gérer, notamment par rapport au travail et à la famille ?
personnellement j'étais étudiante. ça ne m'a posé de problème d'emploi du temps, j'ai toujours réussi à m'arranger, surtout que je n'ai pas fait tant de salons que ça, seulement les principaux.
La durée de vie d'un roman est dit-on de deux mois... Est-ce aussi la période où vous devez être disponible pour la promo ?
même s'il est stipulé dans le contrat que l'auteur doit participer à la promotion de son roman, on n'est pas obligé de dire oui à tout, et certains salons peuvent inviter un auteur des mois après la parution du roman. Pour ce qui est de la période de deux mois, j'ai eu la chance de voir mon roman sélectionné dans pas mal de prix, du coup c'est plutôt la deuxième et la troisième année après la parution que je me suis beaucoup baladée dans les écoles.

Si vous n'aviez pas trouvé d'éditeur, vous seriez-vous tourné vers l'auto-édition ?
j'ai une histoire un peu particulière à ce niveau là. J'ai travaillé avec un éditeur dès le début de l'écriture. Honnêtement, si je n'avais pas eu d'éditeur, je ne sais pas si j'aurais été au bout de ce livre. Probablement pas si vite, en tout cas. Et il n'aurait pas été le même.
Alors l'auto-édition, non, je n'y aurais même pas pensé.
Étrange de revenir sur cette période.
J'étais vraiment une gamine.
J'étais consciente d'avoir de la chance, mais je ne me rendais absolument pas compte bà quel point...

Avatar de l’utilisateur
Ermina
Ramasse autant de papyrus que de champignons !
Messages : 4940
Inscription : sam. févr. 12, 2011 12:47 pm
Rang special : Impératrice
Localisation : Empire Romain

Re: Questions aux auteurs publiés sur la promotion de leur l

Message par Ermina » dim. avr. 10, 2011 5:28 pm

:merci: les réponses. C'est très intéressant de savoir aussi ce qui se passe après le fameux oui.
*Cycliste* chocolatvore :psycho:

2764 ab urbe condita ● en phrase IV
Les morts d'Odérisse le papyrus

Publication :
Le résurrecteur, nouvelle publiée aux Editions Voy'[el]

Répondre