[A] Différence de longueur de temps d'un tome à l'autre

Sujets inactifs depuis un an ou plus

Modérateur : Crazy

Avatar de l’utilisateur
Colcoriane
Grenouille au sourire charmeur
Messages : 1783
Inscription : jeu. nov. 24, 2011 1:47 am

[A] Différence de longueur de temps d'un tome à l'autre

Message par Colcoriane » ven. avr. 13, 2012 5:21 pm

J'ai cherché mais je n'ai pas vu de fil se rapportant à ce sujet.

J'ai un soucis avec le temps dans mon projet.
En fait, il s'agit d'une trilogie qui s'étale sur environ quinze ans.
Premier tome : quatre ans
Intervalle : près de deux ans
Deuxième tome : environ quatre ans
Intervalle : six mois
Troisième tome : pas encore bien défini, mais probablement dans les cinq ans.

J'en suis encore au premier tome, je touche à la fin.

Le problème, c'est qu'il y a des moments où les évènements s'enchaînent, par exemple, les trois premiers chapitres couvrent environ trois jours. Et à côté de ça, de grandes périodes sans évènements particuliers, comme entre le chapitre 5 et le chapitre 6 où il se passe plus de six mois.
Je serais bien tentée de faire une éllipse sur ces longs passages pas très intéressants en soi, mais c'est aussi dans ces longues périodes-là que des habitudes se prennent. Du style :
Au cours des mois qui suivirent, Machin prit l'habitude de faire quotidiennement le tour du village à cheval. A force de persévérence, Bidule finit par le convaincre de se coiffer comme les enfants de son âge. De son côté, Truc prennait de plus en plus plaisir à ses discussions avec Chose ; ils passaient des heures à discuter de grammaire et de conjugaison.
Problème, ça casse le rythme, et comme j'ai pléthore de personnages, c'est souvent long de décrire toutes les habitudes importantes qui ont été prises/maintenues/abandonnées dans cette période. Mais j'ai peur que sans ça, on ne comprenne pas l'évolution des personnages. Et toutes ces anecdotes ne sont pas forcément suffisamment intéressantes pour être décrites en détail, ce qui en outre augmenterait considérablement le volume déjà terrifiant de mon projet...

Si certains de vous ont déjà été confrontés à ce genre de problèmes, comment vous y prenez-vous pour gérer le temps dans votre récit ?
Colcoriane

Mon challenge : Panique au Centre : La Nuit des Jouets
Attention, ce sont les enfants qui décident de l'histoire... :hiii:

Avatar de l’utilisateur
Lieko
Messages : 401
Inscription : dim. nov. 21, 2010 12:12 pm

Re: Les longueurs du temps...

Message par Lieko » ven. avr. 13, 2012 5:33 pm

La solution de simplicité qui me vient à l'esprit, c'est d'insérer la "justification" du changement d'habitude du personnage quand tu en as besoin après la rupture temporelle.
Genre :
"A force d'acharnement, X était parvenu à convaincre Y d'arrêter de mettre ses doigts dans le nez des autres."

Si ce ne sont que de petits détails, des anecdotes comme tu le dis, on n'a pas forcément besoin d'avoir trois pages de détails et d'explications sur le sujet.
Enfin, ça me paraîtrait naturel de lire quelque chose de justifié ainsi, après il y a sûrement d'autres méthodes.
Lourd est le parpaing de la réalité sur la tartelette aux fraises de nos illusions.

Avatar de l’utilisateur
Tsumire
Au travers de la Brume, sa résolution ne faillit pas
Messages : 1594
Inscription : ven. nov. 23, 2007 11:17 am
Rang special : Libellule
Localisation : Rennes

Re: Les longueurs du temps...

Message par Tsumire » ven. avr. 13, 2012 5:40 pm

Hum...
Le problème, c'est qu'il y a des moments où les évènements s'enchaînent, par exemple, les trois premiers chapitres couvrent environ trois jours. Et à côté de ça, de grandes périodes sans évènements particuliers, comme entre le chapitre 5 et le chapitre 6 où il se passe plus de six mois.
Mon premier roman fait un saut énorme dans le temps aux alentours du chapitre 5. Un saut de huit ans, en fait, puis le reste de ce premier volume se déroule en moins d'un mois. En gros, c'était comme si les cinq premiers chapitres étaient une longue présentation, et que l'histoire commençait ensuite. En fait, il vaut mieux commencer le récit le plus tard possible. Bref, sauter ces cinq premiers chapitres.

Tout ce blabla pour en venir à une question : est-ce que ces trois premiers chapitres sont indispensables ? Sont-ils au plus près du récit de cœur ? Ou présentent-ils une sous-intrigue, comme un personnage ? Dans ce cas, n'est-il pas possible d'intégrer les informations ensuite ?

Ensuite, en ce concerne les sauts temporels une fois que l'histoire est lancée, je n'ai pas solution miracle. Ton petit texte se glisse parfaitement dans un récit, à condition que ce ne soit pas trop souvent. La meilleure chose à faire est de vérifier si ces pauses dans le récit sont nécessaires. Tu en supprimeras certaines facilement... Après, pour celles que tu ne peux esquiver, tu peux utiliser cette accalmie pour développer la caractérisation de tes personnages ou leur relation. Par exemple, je me souviens d'un passage où deux personnages attendent pendant une quinzaine de jours. J'ai "rempli" cette période en permettant à leur relation d'évoluer.

Edit : Bon, à me relire, tu as sans doute pensé à ces possibilités.
Amertume (Challenge 2019)
Ma page Facebook

Avatar de l’utilisateur
Colcoriane
Grenouille au sourire charmeur
Messages : 1783
Inscription : jeu. nov. 24, 2011 1:47 am

Re: Les longueurs du temps...

Message par Colcoriane » sam. avr. 14, 2012 12:24 am

merci pour vos réponses !
Tsumire a écrit :Tout ce blabla pour en venir à une question : est-ce que ces trois premiers chapitres sont indispensables ? Sont-ils au plus près du récit de cœur ? Ou présentent-ils une sous-intrigue, comme un personnage ? Dans ce cas, n'est-il pas possible d'intégrer les informations ensuite ?
Ces chapitres sont absolument indispensables ^^ Ils présentent les personnages principaux, leurs relations au début du récit, le pourquoi de ces relations et le but du personnage central. Plus une ébauche du contexte global du récit.
Le truc, c'est que sur les quinze ans, c'est assez logique en définitive qu'il y ait des périodes de calme même de quelques mois. En fait, mon histoire traite de l'évolution d'une famille en paralèlle avec les évènements qui touchent la région entière. Ce n'est pas une quête ou un voyage ou une guerre ou que sais-je d'autre de ce genre. C'est raconter la vie d'une famille, comment les évènements l'influencent, et comment les membres de cette famille vont petit à petit devoir influencer ces évènements pour trouver leur place.
Les deux premières années sont relativement tranquilles, à partir de la troisième il commence à y avoir plus de mouvements. Et ça doit aller crescendo. A peu près. J'ai toujours un trou de deux ans dont je ne sais pas quoi faire à la fin du tome 3. Mais qui est imposé par le contexte... Et c'est très exactement la scène prévue à la fin de ces deux ans qui doit boucler la boucle en apportant une réponse à la toute première scène du tome 1. Donc si j'arrête avant ces deux ans un peu vides, je ne remplit pas le contrat. (je suis claire ? pas sûre..)

En y réfléchissant, je pense qu'il y a moyen de couper les plus grosses pauses par des scènes plus actives. A creuser...
Pour la justification après, c'est probablement une bonne solution pour pas mal d'infos, peut-être pas tous, mais ça enlèverait déjà des longueurs.

Pour des ellipses, je ne sais pas trop ce qui serait le mieux.
- Une petite phrase genre "Les deux mois suivants se déroulèrent dans l'ennui le plus total etc"
- Préciser après coup qu'il s'est passé du temps. (ex : au dernier chapitre : X donne un objet à Y. dans le nouveau chapitre "l'objet que X lui avait donné deux mois plus tôt...")
- Ou bien ne rien dire, et laisser le lecteur décourir tout seul qu'il s'est passé deux mois (tiens, c'est l'été maintenant, le chapitre précédent c'était le printemps, il a du se passer quelques mois)
La première solution est assez ennuyante à lire, les deux autres risquent de perturber le lecteur s'il ne capte pas tout de suite qu'il s'est passé du temps.
Colcoriane

Mon challenge : Panique au Centre : La Nuit des Jouets
Attention, ce sont les enfants qui décident de l'histoire... :hiii:

Avatar de l’utilisateur
Celia
C'est le grand retour d'une merveilleuse grenouille
Messages : 4062
Inscription : dim. mai 25, 2008 5:26 pm
Rang special : Aime le sang et les câlins
Localisation : A l'Est
Contact :

Re: Les longueurs du temps...

Message par Celia » sam. avr. 14, 2012 7:59 am

La nature (le hasard ?) est bien faite :
http://wordplay-kmweiland.blogspot.fr/2 ... -your.html
Si j'ai un peu le temps aujourd'hui, je lis plus qu'en diagonale et je tente une traduction ^^
Ce lien est issu d'un formidable twitter : https://twitter.com/#!/Quotes4Writers
Bêta-lectrice
Creep Show en recherche d'éditeur

Avatar de l’utilisateur
tigrette
Grenouille militante
Messages : 768
Inscription : ven. févr. 25, 2011 2:30 pm
Rang special : Dans la Lune Mauve
Contact :

Re: Les longueurs du temps...

Message par tigrette » sam. avr. 14, 2012 8:24 am

Le problème, c'est qu'il y a des moments où les évènements s'enchaînent, par exemple, les trois premiers chapitres couvrent environ trois jours. Et à côté de ça, de grandes périodes sans évènements particuliers, comme entre le chapitre 5 et le chapitre 6 où il se passe plus de six mois.
Je serais bien tentée de faire une éllipse sur ces longs passages pas très intéressants en soi, mais c'est aussi dans ces longues périodes-là que des habitudes se prennent. Du style :
Au cours des mois qui suivirent, Machin prit l'habitude de faire quotidiennement le tour du village à cheval. A force de persévérence, Bidule finit par le convaincre de se coiffer comme les enfants de son âge. De son côté, Truc prennait de plus en plus plaisir à ses discussions avec Chose ; ils passaient des heures à discuter de grammaire et de conjugaison.
Problème, ça casse le rythme, et comme j'ai pléthore de personnages, c'est souvent long de décrire toutes les habitudes importantes qui ont été prises/maintenues/abandonnées dans cette période. Mais j'ai peur que sans ça, on ne comprenne pas l'évolution des personnages. Et toutes ces anecdotes ne sont pas forcément suffisamment intéressantes pour être décrites en détail, ce qui en outre augmenterait considérablement le volume déjà terrifiant de mon projet...

Si certains de vous ont déjà été confrontés à ce genre de problèmes, comment vous y prenez-vous pour gérer le temps dans votre récit ?
Si toi même, tu ne les trouves pas intéressants, dis-toi que le lecteur sera dans le même cas.
Tu peux évoquer le passage du temps en l'intégrant à la progression de l'intrigue, et non pas en le disant. Ton lecteur devrait pouvoir déduire de ta narration que le temps à passé (via les descriptions de personnages, leurs actions, etc)
Au pire tu le mets en en-tête de ton chapitre, si tu as peur que le lecteur soit perdu, du style 10 ans plus tard.

Avatar de l’utilisateur
Colcoriane
Grenouille au sourire charmeur
Messages : 1783
Inscription : jeu. nov. 24, 2011 1:47 am

Re: Les longueurs du temps...

Message par Colcoriane » sam. avr. 14, 2012 11:34 am

Celia a écrit :La nature (le hasard ?) est bien faite :
http://wordplay-kmweiland.blogspot.fr/2 ... -your.html
Si j'ai un peu le temps aujourd'hui, je lis plus qu'en diagonale et je tente une traduction ^^
Ce lien est issu d'un formidable twitter : https://twitter.com/#!/Quotes4Writers
Effectivement, ce lien est très intéressant, et les autres articles du site ont l'air pas mal aussi. Merci beaucoup ! Je vais creuser ça...
tigrette a écrit :Si toi même, tu ne les trouves pas intéressants, dis-toi que le lecteur sera dans le même cas.
En effet, c'est ça qui me fait peur ^^
Colcoriane

Mon challenge : Panique au Centre : La Nuit des Jouets
Attention, ce sont les enfants qui décident de l'histoire... :hiii:

Avatar de l’utilisateur
K-rine
Messages : 306
Inscription : mer. juil. 06, 2011 7:26 pm
Rang special : Danseuse sur nénuphar

Re: Les longueurs du temps...

Message par K-rine » sam. avr. 14, 2012 6:56 pm

J'ai le même problème dans mon roman... sauf que j'ai réussi à caser ça en parties (il y a un changement de 10 ans entre la première et deuxième partie, par exemple).

Concernant les habitudes prises par chacun, je pense (au risque de répéter certains propos déjà dits) que tu devrais les énoncés petit à petit, lorsque cela te semble important. Au lieu de dire :
Au cours des mois qui suivirent, Machin prit l'habitude de faire quotidiennement le tour du village à cheval.
Tu n'aurais qu'à écrire quelque chose du genre :
Juché sur son canasson, Machin entreprit alors de faire le tour du village. Une habitude qu'il avait pris depuis bientôt deux mois.
Bon... mon exemple casse pas trois pipes à un haricot, mais bien fait ça peut passer. ;)

Avatar de l’utilisateur
Asia M
Messages : 210
Inscription : jeu. mars 03, 2011 9:42 pm
Rang special : Batracien
Localisation : Montérégie, Québec
Contact :

Re: Les longueurs du temps...

Message par Asia M » dim. avr. 15, 2012 9:21 pm

Je suis tout à fait de l'avis de K-rine ; je trouve l'exemple très bon, au contraire. On peut aussi intégrer l'information dans un dialogue, tant que cela ne fait artificiel.

Je conseillerais d'opter pour une ellipse pure et simple. Une fois de retour dans l'action, précise au cas par cas et si nécessaire le rapport entre telle nouvelle compétence, telle situation et le temps écoulé, les habitudes ou décisions prises entre-temps.
Mon challenge 1er jet : Nocturne, Saison 2
Mon site d'auteure : S. J. Hayes
Mon blogue : Romanceville.net

Avatar de l’utilisateur
pirloui
Rang spécial Pirloui (mais peut-être qu'il partagera... ou pas)
Messages : 84
Inscription : mer. févr. 19, 2014 8:57 pm
Rang special : 3

Progression temporelle

Message par pirloui » sam. mars 21, 2015 10:59 pm

Bonjour à tous,

Voilà, je suis en période d'écriture et je me rend compte que j'ai un problème avec la progression temporelle du récit. Il est vrai que je n'ai pas encore posé une durée à mon histoire, j'écris comme ça le premier jet. Mais, je me rend compte que j'ai de la misère à faire sauter mon récit de plusieurs semaines ou mois. Les rares fois que je l'ai fait, je tombe dans la description très probablement fastidieuse de ce que les personnages ont bien pu faire pendant cette période de temps.

Est ce que c'est un problème auquel vous êtes confrontés ? Avez-vous des trucs ou des techniques pour ce genre de problèmes. :pleure:
Mon challenge "le dernier dragon des neiges"

Avatar de l’utilisateur
ilham
Messages : 863
Inscription : dim. nov. 11, 2012 6:17 am
Rang special : 1234
Contact :

Re: Progression temporelle

Message par ilham » dim. mars 22, 2015 7:58 am

Bonjour,
Ce qu'on appelle des ellipses ( saut en avant dans le temps) sont indispensables dans la construction d'un récit, je pense. Sinon, on passerait notre temps à raconter minute par minute le quotidien de nos héros. Très ennuyeux, hein ? :hihihi:
Les ellipses servent en effet à rythmer le récit. A accélérer l'action quand on en a besoin.
Tous les romanciers en utilisent dans leurs récits. Même le seigneur des anneaux ;).

Et plusieurs cas de figures peuvent se poser ( je crois qu'il y a eu un sujet récemment à ce propos)
On peut faire du tell en début de chapitre et résumer plus ou moins vite ce qu'il s'est passé.
On peut rapporter aussi les évènements à travers des dialogues ou des souvenirs évoqués par les personnages.
On peut aussi passer directement dessus et se contenter d'indiquer que Jeremy n'a plus treize ans mais dix-huit, quitte à revenir par bribes très très disséminées sur cette époque.

Tout dépend de ce que tu veux faire, de l'importance dans ton histoire de ces passages que tu sautes. Ceci dit, je ne conseillerais pas de faire des ellipses sur des péripéties importantes pour l'intrigue. Mais en aucun cas tu n'es obligé de passer par le pavé descriptif.

Le meilleur conseil, je crois, reste encore de lire beaucoup de romans, j'dirais même des romans d'aventures ou mieux encore des thrillers qui justement jouent beaucoup sur le rythme du récit. Et de voir comment les auteurs procèdent.
Mon challenge : Le lanceur de pierres
La logique vous mènera d'un point A à un point B. L'imagination vous mènera partout. Albert Einstein

Avatar de l’utilisateur
Anaïs
Kiwity
Messages : 8636
Inscription : mer. août 07, 2013 9:30 am
Rang special : kiwi powaaa
Localisation : à 12740 km de profondeur
Contact :

Re: Les longueurs du temps...

Message par Anaïs » dim. mars 22, 2015 8:03 am

Sujets fusionnés :mage:
Site/blog, deux pour le prix d'un !
Le troisième tome des Puissances de Nilgir est disponible ici !

Avatar de l’utilisateur
Red_Acteur
Batracien
Messages : 22
Inscription : mer. mars 11, 2015 6:05 pm
Rang special : Cartoon Fox

Re: Progression temporelle

Message par Red_Acteur » dim. mars 22, 2015 3:13 pm

ilham a écrit :Sinon, on passerait notre temps à raconter minute par minute le quotidien de nos héros. Très ennuyeux, hein ? :hihihi:
Objection ! *pointe le doigt vers l'avant en prenant une pose dramatique*

Écrire le "rien" est tout aussi utile que l'action. Bien dosé, ça permet de faire respirer le récit en plus de permettre au lecteur de mieux connaître ses personnages. Sa vie normale est-elle intéressante ? Si oui, en quoi ? Est-elle ennuyante ? Et là, la justification peut être encore plus nécessaire pour justifier son comportement à l'égard de certaines choses.

À mon avis, le "rien" est un moyen de rendre nos personnages plus consistants.
Un beau jour, un homme s'est approché de moi et m'a murmuré le mot le plus important de toute ma vie : cookie.

Avatar de l’utilisateur
ilham
Messages : 863
Inscription : dim. nov. 11, 2012 6:17 am
Rang special : 1234
Contact :

Re: Les longueurs du temps...

Message par ilham » dim. mars 22, 2015 4:18 pm

Red acteur, tu m'as mal comprise ;).

Je n'ai absolument rien contre la description du quotidien. Je le fais dans mes écrits ;).

Mais raconter par le menu ce que fait un bonhomme du lever au coucher, minute par minute ( sans oublier les six passages aux toilettes, les trois brossages de dents, les 36 bâillements, ce qu'il a mangé matin,midi et soir( en détaillant aliment par aliment tant qu'on y est, bouchée par bouchée) comment il s'est peigné chaque matin, et cela sur 200 pages, non, c'est juste chiant à mon sens ( ou alors c'est un concept, mais pas un roman, dans ce cas) Y'a plus palpitant comme intrigue, je crois...
Bien sur tous ces actes de la vie quotidienne peuvent être utiles à un moment ou à un autre dans un récit pour caractériser un personnage. Mais ce n'est pas de cette utilisation dont je parle.
Ce dont je parle c'est de l'exhaustivité qui elle est ennuyeuse à mourir et que permettent d'éviter les ellipses. Elles nous évitent de répéter pour la vingtième fois que monsieur a fait popo ce mois-ci, par exemple ;).
Mon challenge : Le lanceur de pierres
La logique vous mènera d'un point A à un point B. L'imagination vous mènera partout. Albert Einstein

Avatar de l’utilisateur
Red_Acteur
Batracien
Messages : 22
Inscription : mer. mars 11, 2015 6:05 pm
Rang special : Cartoon Fox

Re: Les longueurs du temps...

Message par Red_Acteur » dim. mars 22, 2015 6:31 pm

Woops, my bad ♪
Un beau jour, un homme s'est approché de moi et m'a murmuré le mot le plus important de toute ma vie : cookie.

Répondre