L'impact des différends styles d'écriture sur le lecteur

Sujets inactifs depuis un an ou plus

Modérateur : Crazy

Avatar de l’utilisateur
JMB
Batracien
Messages : 88
Inscription : mar. oct. 12, 2010 4:51 pm
Rang special : Phénix
Localisation : Lyon

L'impact des différends styles d'écriture sur le lecteur

Message par JMB » mar. déc. 11, 2012 10:27 pm

J'aimerais savoir quels sont les effets produits par les styles d'écriture, afin de donner plus de puissance au texte.

Par exemple, cet extrait de moi dans un style qui me semble "ultra-romanesque" :

"Les sentiments que lui inspirait la vision du nouvel environnement stellaire étaient analogues à ceux qu’éprouvait l’homme pour qui le soleil se lève après une attente éternelle ; une paix et un réconfort considérable."

Quels effets ce texte a-t-il produit sur vous et pour quel genre d'histoire pensez-vous ce style adapté ?
:heart:

Avatar de l’utilisateur
ilham
Messages : 862
Inscription : dim. nov. 11, 2012 6:17 am
Rang special : 1234
Contact :

Re: L'impact des différends styles d'écriture sur le lecteur

Message par ilham » mar. déc. 11, 2012 10:44 pm

Bonsoir,
Analogue me fait surtout plus penser à une thèse de mathématicien qu'à un texte ultra romantique. ;)
Mais ça c'est une question de vocabulaire, pas de style.

Sinon, je ne crois pas qu'il y ait des styles plus adaptés pour tel type d'histoire. Je pense que le style est la "voix" de l'auteur, c'est tout et qu'avec il raconte ses histoires... qui peuvent être de toutes sortes. Le style d'umberto Eco dans le nom de la rose est-il celui de didier Daenicks dans ses polars ? Non, je ne crois pas... C'est pourtant aussi un polar... et les livres des deux auteurs sont agréables à lire, procurent du plaisir au lecteur, malgré leurs différences extraordinaires.

Eet une phrase ne me suffit pas à définir un style, c'est plus complexe que cela un style, ni à dire ce que j'en pense.

Ecris avec TA voix, c'est ce que j'ai envie de te dire, plutot que de demander quel style a besoin ton histoire ;).
C'est ma vision de l'écriture, en tout cas.
Mon challenge : Le lanceur de pierres
La logique vous mènera d'un point A à un point B. L'imagination vous mènera partout. Albert Einstein

Avatar de l’utilisateur
Luani
Quand trop de chance tourne à la déveine
Messages : 1163
Inscription : lun. août 25, 2008 2:43 pm

Re: L'impact des différends styles d'écriture sur le lecteur

Message par Luani » mar. déc. 11, 2012 10:59 pm

Je ne suis pas sûre d'avoir tout à fait compris la question, alors je lance une réponse un peu au hasard :

Moi, ce que j'aime chez un auteur, c'est qu'il sache un peu faire oublier le style. Que le style s'adapte si parfaitement au récit (un style "énergique" pour les scènes d'actions, plus "romanesque" pour certaines descriptions, etc...) que l'on en arrive à oublier la présence de cette "voix" pour s'immerger plus dans ce qu'elle raconte.

La phrase que tu propose est un extrait trop court pour qu'on se fasse une idée. On pourrait imaginer que tu parles d'un soldat pris d'un soudain accès de lyrisme en regardant par le hublot, juste avant d'aller massacrer les habitants de ce nouvel environnement au pisto-laser. (Rythme complètement différent, sang vert et boyaux reptilien qui giclent)

Il m'arrive aussi de lire des auteurs aux style très particuliers, plus agiles, plus colorés, plus flamboyants et je considère certains de ces romans comme de petits bijoux. Mais parfois, on tombe dans l'excès et cela devient fatiguant.

Après, j'avoue que je n'ais jamais réfléchi à mon propre style. Je me dis qu'à force d'écrire le genre d'histoire qui nous plait, on finit par acquérir le style qui colle bien. (Enfin , j'espère)

Avatar de l’utilisateur
Sand
Batracien
Messages : 182
Inscription : ven. janv. 26, 2007 9:58 am

Re: L'impact des différends styles d'écriture sur le lecteur

Message par Sand » mer. déc. 12, 2012 12:46 am

bien bien bien.

Lisez tous Hypérion (Dan Simmons) et Rêves de gloire (Roland Wagner) et on reparle de l'adéquation style/histoire.

Le style ne va pas raconter l'histoire, mais il va définir l'ambiance et la personnalité des personnages.

Et ensuite, il y a le traitement, la "voix" propre à chaque auteur.

C'est l'ensemble de tout cela qui permet à une oeuvre d'atteindre le but que vous lui avez fixé, avec le risque que le mélange ne prenne pas.

Avatar de l’utilisateur
JMB
Batracien
Messages : 88
Inscription : mar. oct. 12, 2010 4:51 pm
Rang special : Phénix
Localisation : Lyon

Re: L'impact des différends styles d'écriture sur le lecteur

Message par JMB » mer. déc. 12, 2012 10:26 am

Donc "voix" et "style" sont différends ?
:heart:

Anonyme_Quatre

Re: L'impact des différends styles d'écriture sur le lecteur

Message par Anonyme_Quatre » mer. déc. 12, 2012 10:32 am

Y'a qu'à voir Gagner la Guerre, avec la gouaille du héros pour comprendre que le style s'attache à l'histoire de très très près :P

Avatar de l’utilisateur
Luani
Quand trop de chance tourne à la déveine
Messages : 1163
Inscription : lun. août 25, 2008 2:43 pm

Re: L'impact des différends styles d'écriture sur le lecteur

Message par Luani » mer. déc. 12, 2012 11:16 am

Nariel Limbaear a écrit :Y'a qu'à voir Gagner la Guerre, avec la gouaille du héros pour comprendre que le style s'attache à l'histoire de très très près :P
Oui, celui-là je le classe dans les petits bijoux (heu, les gros, là, en l'occurrence.... ^^ )
Je pensais plus à certains livres où les tentatives d'écrire "joli" se transforment en lourdeurs. (Faudrais que j'épluche ma bibliothèque, j'ai pas d'exemple précis là en tête).

Avatar de l’utilisateur
ilham
Messages : 862
Inscription : dim. nov. 11, 2012 6:17 am
Rang special : 1234
Contact :

Re: L'impact des différends styles d'écriture sur le lecteur

Message par ilham » mer. déc. 12, 2012 12:02 pm

non, pour moi "voix" et "style" c'est la même chose...
et écrire avec du "style", ne veut pas dire écrire "joli" ou avec des lourdeurs...
Je lis quantité d'auteurs du Maghreb ou d'Orient qui ont vraiment un style super agréable, très poétique. Et c'est d'une légereté... j'en suis jalouse ! A coté, je lis d'autres auteurs, toujours du même secteur géographique et francophone qui eux surchargent leur texte...
D'ailleurs quand on parle de phrases courtes par exemple pour les phases d'action, c'est une question de rythme. Qui est un élément de style, mais juste un élément parmi d'autres, pas le seul qui est à disposition. Et qui n'est même pas forcement obligatoire. Par exemple, j'ai lu des scènes d'actions ( je pense à une scène de fusillade de Yasmina Khadra dans les Sirenes de Bagdad) où les phrases trainent en longueur et ça donne un effet très particulier ( qu'on aime ou pas d'ailleurs...) plutot réussi dans son genre.

Sand, je veux bien croire que le style peut influer l'ambiance ( quoique... là encore je reprends l'exemple du polar : beaucoup d'auteurs contemporains ont des styles assez modernes, journalistiques, très secs. D'autres fourmillent de détails... et pourtant, on est dans le même genre d'histoire, d'ambiance : un meurtre, un mec sur la trace du meurtrier) mais pour les personnages... Désolée, non, ça c'est la caractérisation, je pense... et ça ne passe pas en grosse partie, je pense, par le style. Ca passe énormément par le fond ( grosso modo savoir que le héros a peur des araignées au point de sauter sur une chaise quand il en croise une... rien à voir avec la façon d 'écrire. je peux faire des phrases longues, courtes, des flashbacks, des phrases averbales, tout ce que jeux pour exprimer ça, non ? donc le style importe vraiment peu. Sauf cas particulier de la narration à la 1ere personne. Et là encore, j'ai lu un bouquin dont le narrateur est supposé être dans ce cas un bédouin illettré et qui s'exprime avec des mots qu'il faut aller chercher au fond du dico ! Bouquin qui a eu du succès, a été primé... donc... )

Et puis, si je prends mon propre cas, je peux écrire des histoires différentes il me reste une même façon de la raconter.
Un style que mes lecteurs savent reconnaitre ( c'est ce qu'on m'a dit en tout cas...)
Après ce sont les ingrédients qui peuvent différer, les outils : phrases courtes , narrateur interne, omniscient, rédaction au présent, au passé, usages de flash-backs ( que j'utilise, perso, autant dans une nouvelle fantastique que dans une autre tout à fait réaliste ou romantique), etc...
Mais qui peut dire que le flash-back ( qui est une figure de style, n'est-ce pas ?) ne s'applique qu'à un seul genre d'histoire ?
Ou alors l'usage de phrases nominales ?

Mais peut-être faut-il se mettre d'accord sur qu'est le style ?
Dernière modification par ilham le mer. déc. 12, 2012 12:09 pm, modifié 1 fois.
Mon challenge : Le lanceur de pierres
La logique vous mènera d'un point A à un point B. L'imagination vous mènera partout. Albert Einstein

Avatar de l’utilisateur
Celia
C'est le grand retour d'une merveilleuse grenouille
Messages : 4062
Inscription : dim. mai 25, 2008 5:26 pm
Rang special : Aime le sang et les câlins
Localisation : A l'Est
Contact :

Re: L'impact des différends styles d'écriture sur le lecteur

Message par Celia » mer. déc. 12, 2012 12:07 pm

Je pense (mais par là même je vais peut-être à l'encontre d'un lieu même comme Plume dans la palme ^^) qu'avant de se soucier de définir le Style (avec un s majuscule), il faut plutôt chercher sa voix. Et qu'il n'y a qu'une seule et unique façon de le faire : écrire.
Mettons-nous d'accord, j'adore les discussions théoriques. Mais si vous vous dites, en écrivant, que vous devez écrire avec tel ou tel style, qu'il faut absolument que vous arriviez à le définir, arrêtez. Votre style et votre voix se forgent d'eux-mêmes, à l'écriture.

Ilham, j'aime beaucoup tes références. Est-ce que tu aurais des textes orientaux (j'utilise la définition la plus large ici) d'imaginaire relativement accessibles à conseiller ? Je suis en train de me documenter en imaginaire russe et roumain, j'aimerai replonger dans l'imaginaire asiatique, mais j'avoue que pour les littératures d'Orient, je ne saurai même pas où chercher.
Bêta-lectrice
Creep Show en recherche d'éditeur

Avatar de l’utilisateur
ilham
Messages : 862
Inscription : dim. nov. 11, 2012 6:17 am
Rang special : 1234
Contact :

Re: L'impact des différends styles d'écriture sur le lecteur

Message par ilham » mer. déc. 12, 2012 12:33 pm

Je suis d'accord avec toi Celia sur le fait qu'on se forge sa voix, sa façon d'écrire en écrivant, sans se poser de question ( ce qui pour moi est le style d'un auteur, mais visiblement c'est sujet à discussion, donc je laisse de coté le terme qui, je trouve, en France, est assez surévalué. Bref, c'est un peu HS).

Pour les auteurs orientaux, pour le coté asiatique, je crains de ne pas connaitre grand chose...)
Je me suis surtout intéressée au coté moyen-oriental
Je n'ai pas encore trouvé de romans issus des genres de l'imaginaire, je l'avoue...
Mis à part les contes
Chaque pays a sa tradition orale, ( qu'on peut trouver transcrit par écrit dans la collection Babel de l'édition Actes sud, comme la plupart des auteurs de ces régions) Je me suis surtout intéressée aux contes de Palestine, qui sont tous assez humoristiques d'ailleurs mais je sais qu'un bouquin recense des contes érotiques algériens par exemple ;).
Après, je ne sais pas si tu veux des titres en littérature plus générale ?
Mon challenge : Le lanceur de pierres
La logique vous mènera d'un point A à un point B. L'imagination vous mènera partout. Albert Einstein

Avatar de l’utilisateur
Kashiira
Messages : 2765
Inscription : mar. sept. 14, 2010 11:54 am
Rang special : Chevaucheuse de Dragons
Localisation : Belgique
Contact :

Re: L'impact des différends styles d'écriture sur le lecteur

Message par Kashiira » mer. déc. 12, 2012 2:29 pm

+ 1 avec Celia.

Le style, c'est ta voix d'écrivain qui va le déterminer. Et elle changera, ou plutôt, s'adaptera selon l'histoire que tu veux raconter. On ne raconte pas toutes les histoires de la même manière. Tu peux adopter un ton crade ou au contraire poétique ou platement pragmatique selon les récits que tu veux faire passer. Le tout, c'est de respecter ta "voix" d'écrivain, de ne pas tricher. Je crois que c'est ça avant tout qui va déterminer si le style et la voix d'une histoire concordent et sont sincères. Le tout est entremêlé étroitement...
Challenge 2019 actuel : Dans les Flammes - t.2 de Sorcières

:marraine: de Cyberlune et Macada et :marraine: de :heart: de Lys ! :love: :heart:

Avatar de l’utilisateur
Milora
C'est qui le dragon le plus mignon de Meurk ?
Messages : 5837
Inscription : sam. déc. 18, 2010 8:58 pm
Rang special : Milosoupline
Localisation : Dans le Puits des Histoires Perdues

Re: L'impact des différends styles d'écriture sur le lecteur

Message par Milora » mer. déc. 12, 2012 4:39 pm

Kashiira a écrit :+ 1 avec Celia.

Le style, c'est ta voix d'écrivain qui va le déterminer. Et elle changera, ou plutôt, s'adaptera selon l'histoire que tu veux raconter. On ne raconte pas toutes les histoires de la même manière. Tu peux adopter un ton crade ou au contraire poétique ou platement pragmatique selon les récits que tu veux faire passer.
Ben, c'est surtout ça je pense : à mon avis, quelqu'un qui sait écrire peut adopter des styles différents. Certains auteurs ont un style particulier qui leur est propre, d'autres adoptent un style spécifique pour telle ou telle histoire, d'autre encore essayent d'avoir un style fluide qui se fait oublier...
Ça dépend vraiment de l'effet souhaité. Je suis d'accord avec vous qu'avoir un bon style ne veut pas dire écrire à la Chateaubriand (ou pire : à la pseudo-Chateaubriand maladroit).
Après, avoir un style marqué n'est pas forcément quelque chose d'ennuyeux - moi j'aime bien le style particulier de Proust (ne me lynchez pas !) ; le style du Déchronologue de Beauverger ou de La Pucelle de Diable-Vert de notre ami Beorn est également original et marqué. Mais l'histoire passe très bien, le style ajoute quelque chose à l'ambiance. Pourtant, sûr que d'autres romans de ces auteurs-là seront écrits dans un style différent.
Mais avoir un bon style ça veut pas dire écrire que des myriades d'étoiles lampadophores ciselaient le firmament éclectique, et vice et versa :mrgreen:


Mais, si j'ai bien compris ton tout premier message :
JMB a écrit :J'aimerais savoir quels sont les effets produits par les styles d'écriture, afin de donner plus de puissance au texte.

Par exemple, cet extrait de moi dans un style qui me semble "ultra-romanesque" :

"Les sentiments que lui inspirait la vision du nouvel environnement stellaire étaient analogues à ceux qu’éprouvait l’homme pour qui le soleil se lève après une attente éternelle ; une paix et un réconfort considérable."

Quels effets ce texte a-t-il produit sur vous et pour quel genre d'histoire pensez-vous ce style adapté ?
Je suis convaincue que la voix qui est choisie par l'auteur, la voix qui est prêtée au narrateur, influence énormément la perception du récit. Une même histoire racontée avec deux styles différents pourra être totalement, ben, différente (oui, j'aime enfoncer les portes ouvertes : ça fait moins mal à l'épaule).

Je trouve d'ailleurs que les nouvelles sont l'endroit idéal pour 1- s'exercer sur différents styles et 2- s'amuser à en adopter des bizarres ou des qui ne correspondent pas avec notre façon d'écrire habituelle.
Alors qu'en roman, à mon avis c'est périlleux ^^
Nouveauté :
Jour de pluie dans une cuisine (Le Mammouth éclairé)

Anciennetés :
Alice (Malpertuis VI)
Un sacré coup de pouce (E-Courts, Voy'El)

Avatar de l’utilisateur
Luani
Quand trop de chance tourne à la déveine
Messages : 1163
Inscription : lun. août 25, 2008 2:43 pm

Re: L'impact des différends styles d'écriture sur le lecteur

Message par Luani » jeu. déc. 13, 2012 11:00 am

Milora a écrit :
Kashiira a écrit :+ 1 avec Celia.

Le style, c'est ta voix d'écrivain qui va le déterminer. Et elle changera, ou plutôt, s'adaptera selon l'histoire que tu veux raconter. On ne raconte pas toutes les histoires de la même manière. Tu peux adopter un ton crade ou au contraire poétique ou platement pragmatique selon les récits que tu veux faire passer.
Ben, c'est surtout ça je pense : à mon avis, quelqu'un qui sait écrire peut adopter des styles différents. Certains auteurs ont un style particulier qui leur est propre, d'autres adoptent un style spécifique pour telle ou telle histoire, d'autre encore essayent d'avoir un style fluide qui se fait oublier...
Ça dépend vraiment de l'effet souhaité. Je suis d'accord avec vous qu'avoir un bon style ne veut pas dire écrire à la Chateaubriand (ou pire : à la pseudo-Chateaubriand maladroit).
Super intéressant cette discussion.

Je dois bien avouer que j'ai eu suffisamment de mal à passer d'un style "pseudo-chateaubriand maladroit" à un style qui se fait oublier pour ne pas encore oser me lancer dans le style spécifique pour telle ou telle histoire. (D'où peut-être un rejet momentanné des histoires "à style particulier" ?)
Mais ça donne envie d'essayer. Va falloir que je me remette aux nouvelles, moi.

Avatar de l’utilisateur
Sand
Batracien
Messages : 182
Inscription : ven. janv. 26, 2007 9:58 am

Re: L'impact des différends styles d'écriture sur le lecteur

Message par Sand » jeu. déc. 13, 2012 12:04 pm

ilham a écrit :
Sand, je veux bien croire que le style peut influer l'ambiance ( quoique... là encore je reprends l'exemple du polar : beaucoup d'auteurs contemporains ont des styles assez modernes, journalistiques, très secs. D'autres fourmillent de détails... et pourtant, on est dans le même genre d'histoire, d'ambiance : un meurtre, un mec sur la trace du meurtrier)
heu...

je ne suis tellement pas d'accord avec ça que je ne sais pas par où commencer...

Déjà, le "polar" est un genre particulier des romans policiers, il me semble que tu confonds dès le départ.

Et au sein des romans policiers, on a aussi les romans noirs, les thrillers, les historiques...

C'est le même genre d'histoire, mais pas du tout le même genre d'ambiance. Quand on est sur le Nil avec Hercule Poirot en 1910 (ou 1920?), ce n'est pas la même ambiance qu'accompagner Tem sur les traces de la balle du néant en 2060. Et je ne parle même pas d'un bon vieux San Antonio.

Du coup, je crois qu'on n'est pas d'accord sur ce que recouvre le terme "ambiance", on va donc avoir du mal à se comprendre.

Je maintiens que voix et styles (oui oui, au pluriel) sont des choses différentes, et je réitère ma recommandation de lire Hypérion de Dan Simmons, et j'ajoute Janua Vera à la liste (tous les récits sont du même narrateur. Et si.) pour comprendre.

Ensuite, je suis aussi d'accord avec Celia sur le fait que "ça vient" en écrivant, qu'il faut tester pour trouver ce qui (vous) conviendra.

Avatar de l’utilisateur
ilham
Messages : 862
Inscription : dim. nov. 11, 2012 6:17 am
Rang special : 1234
Contact :

Re: L'impact des différends styles d'écriture sur le lecteur

Message par ilham » jeu. déc. 13, 2012 1:11 pm

PeuiJe parle bien de polars ;)

Je crois que vous confondez style et techniques ( ou figures de style).
On peut changer de technique quand on change de récit.
si on écrit à la 1ere personne, bien sur que le rendu sera différent qu'avec un narrateur omniscient.
Si on écrit une nouvelle, bien sur que le rendu sera différent que si on écrit je ne sais pas un conte une saga en dix tomes.

si je prends Ray Bradbury pour rester en SF, désolée mais je reconnais son écriture, son style dans chacun de ses textes. Il a sa façon de faire.
Même Stephen King ( avec l'aléa des traductions plus ou moins bonnes) on peut reconnaitre.

Par contre, ce qui est vrai, c'est que quand on débute, on se cherche. On imite ( plus ou moins consciemment) on fait des essais et ça donne des résultats très différents. Là, je rejoins complètement ce que certains disent. Mais quand l'écriture devient mature, qu'on sait ce qu'elle est, où on va, non... le style s'il continue à évoluer tout le long de la vie de l'écrivain, il reste sensiblement le même. Et il est détectable d'une oeuvre à l'autre... Carrie de S. King du début des années 70... n'est pas si différent de certains romans récents par certains aspects. Il a juste poli ses outils... ( et trouver parfois de meilleurs traducteurs)
ce sont juste les techniques d'écriture qui deviennent plus riches, mieux maitrisées, plus diverses...

Je reviens aux auteurs arabes ( francophones ) tu prends tahar ben jelloun, beaucoup de romans, de textes différents, mais tu retrouves sa patte. Extrement poétique. Y'en a pas deux à écrire comme lui ! Moi j'ouvre une page à l'aveugle d'un de ses bouquins, je sais que c'est lui. Peu importe le thème, le format, l'histoire, je sais que c'est lui !
Pareil Yasmina Khadra ( j'en ai lu pas mal de lui bien que je n'adore pas, mais bon, il aborde des sujets qui m'intéressent) il a sa façon de faire, qu'on retrouve quasi systématiquement.
Prends Amin Maalouf : des romans historiques, beaucoup comme Samarcande et prend son dernier roman Les désorientés : tu retrouves le même style. Tu peux dire, ouais c'est de lui... Et pourtant un roman ultra contemporain !

Je vais etre encore plus clair : ne me dites pas que Céline change de styledans ses romans ? Ou San Antonio ? ou Buckowsky . Ou Steinbeck ou Hemingway ? Ou...ou, je ne sais pas des gens dont la plume est vraiment très clairement marquée. Quand je lis victor Hugo que ce soit en prose ou en poésie, ou plus récent quand je lis Camus dans l'étranger ou la peste, quand je lis Ruffin dans rouge Brésil ou les fils d'adam ( plus sure du titre). Les auteurs aguerris ont un style, une voix qu'on reconnait à chaque fois...

Maintenant que certains auteurs soient polymorphes, pourquoi pas... mais j'en ai aucun en tête. ( p'tre que tu as raison pour dan simmons. Hypérion, j'ai pas lu, ni le fond ni la forme ne m'a accrochée)


enfin bon, j'ai l'impression qu'on ne parle pas de la même chose, ou p'tre qu'on ne lit pas la même chose, ou p'tre qu'on ne se comprends pas... mais vraiment, vraiment, je ne me retrouve pas dans ce qui est dit... désolée. :|

Peut-être parce qu'on est sur un forum ou justement on apprend et qu'une partie de l'apprentissage est de s'essayer à plein de trucs différents et que je parle d'auteurs ( et que j'ai p'tre pas lu ceux à qui vous penser) qui eux en ont fait leur boulot depuis des décennies pour certains... et ne se posent même plus la question de savoir comment ils vont écrire tel dialogue ou telle scène d'action. Ils savent ce qu'ils veulent faire et choisissent le tournevis qui va le mieux à leur main pour ça ;)
Nous, on en est encore à regarder au rayon bricolage, et à se demander si le tournevis d'électricien conviendrait au cadre en bois qu'on veut construire ?
Non ?
Mon challenge : Le lanceur de pierres
La logique vous mènera d'un point A à un point B. L'imagination vous mènera partout. Albert Einstein

Répondre