[A] Comment rendre tragique la mort d'un personnage ?

Sujets inactifs depuis un an ou plus

Modérateur : Crazy

fifine
Messages : 11
Inscription : lun. juil. 02, 2012 5:05 pm
Rang special : petite grenouille
Localisation : saint-etienne

[A] Comment rendre tragique la mort d'un personnage ?

Message par fifine » lun. févr. 18, 2013 11:42 am

bonjour les grenouilles !!

J'ai écris quelques nouvelles et à chaque fois j'ai éprouvé le besoin de faire mourir le personnage principal ( est-ce grave docteur ?). Le problème, c'est que j'ai l'impression que j’échoue à donner à cette mort une charge émotionnelle. :cruel: Elle apparaît comme banal ou anecdotique. Comment peut on rendre la mort des personnages vraiment tragique ? Quels procédés utilisez-vous pour cela ?

Je vous remercie d'avance de votre réponse.

Anonyme_Quatre

Re: comment rendre la mort de ses personnages tragique ?

Message par Anonyme_Quatre » lun. févr. 18, 2013 11:51 am

Déjà, ce qui me parait essentiel à mon sens, c'est : est-ce que le personnage est attachant ? Il faut que le lecteur ait éprouvé des sentiments envers ce personnage pour que la mort l'affecte. Si le personnage est fade, sans relief, sa mort sera de même.
Ensuite, la situation joue beaucoup à mon avis : est-elle trop clichée et en devient risible (genre le mort meurt avant d'avoir révélé le nom du père !) ? "Surjouée" (verse-t-elle trop dans le pathos) ? Le contexte s'y prête-t-il ? La mort est-elle utile ? Il y a de très nombreux facteurs à prendre en compte, qu'ils appartiennent au domaine des personnages, de l'ambiance... On peut jouer sur les contrastes, l'absurdité, qui rendent la situation encore plus injuste. Et je reprendrais bien une notion d'Orson Scott Card dans Personnages et Points de vue, qui dit que la mort, la souffrance, doit être inévitable si c'est un sacrifice de soi. Si elle aurait pu être évitée, cela risque d'entamer son potentiel dramatique je pense ^.^

j'espère que ça peut t'aider !

Avatar de l’utilisateur
Tsyl
Chevalier dragon
Messages : 299
Inscription : mar. août 30, 2011 2:48 pm
Rang special : Eternel Cauchemar palmé

Re: comment rendre la mort de ses personnages tragique ?

Message par Tsyl » lun. févr. 18, 2013 12:09 pm

J'suis d'accord avec Nariel, et joue personnellement sur l'absurde. Pour preuve, j'ai un personnage, mercenaire chevronné et prince de son état, mort avec force souffrances après une banale chute dans un escalier (alors qu'il poursuivait l'assassin de sa princesse, faut l'ajouter aussi). Si j'arrive à écrire ça comme je le pense, ça devrait donner un bon résultat :).

Par contre, éviter à tout prix la mort à rallonge. A moins que ton gars n'agonise d'une coupure au petit doigt ou qu'on lui ait versé un poison à effet très, très lent, il ne devrait pas avoir le temps de parler beaucoup. Et surtout pas pour dire les trucs bateau qu'on voit dans les mauvais bouquins. Ca, ça te transforme une mort épique en passage pathétique.
Ancien voleur sur Dofus. Ancien assassin sur LoL. Actuel voleur sur Guild Wars 2. Cinq ans de droit n'enseignent pas l'honnêteté.

Avatar de l’utilisateur
Selsynn
Messages : 908
Inscription : mar. août 11, 2009 2:06 pm
Rang special : Batracien
Contact :

Re: comment rendre la mort de ses personnages tragique ?

Message par Selsynn » lun. févr. 18, 2013 12:33 pm

Je trouve que Nariel a évoqué toute une bonne partie de ce qu'il faut.
Je rajouterais simplement :
-> Qui raconte l'histoire ? Est-ce que la mort ne vient pas causer un paradoxe ? (notamment les narrations internes d'un personnages qui meurt, avant qu'il ait fait le compte rendu, ça m'agace et ça a toute les chances de me sortir de l'histoire)

tu peux aussi t'intéroger sur la scène elle-même dans lequel ça se passe :
-> Est-elle compréhensible ? Fluide ? Torturée ?

Des fois, aussi on peut trouver des indices de la mort du personnages, en amont, et du coup, ne pas s'y attacher :
-> Est-ce que la mort possible du héros est évoquée avant la scène fatidique ? Comment est-elle évoquée ?

Ensuite, si le personnage meurt pour un Bien plus grand que lui :
-> Est-ce que ce n'est pas la valeur de ce qu'il permet qui efface le tragique de sa mort ?
-> Est-ce que le lecteur ne s'est pas résolu à cette mort pour le meilleur ? (un personnage qui ne pourra pas avouer avoir tord, qui mourra pour ses convictions, dont le lecteur sait qu'elles sont fausses ?)

Je donne juste des pistes de réflexions, comme je n'ai jamais fait mourir mes personnages principaux, seulement ceux qui sont autour d'eux (parents, amis...) et que cette mort là est pour que les personnages évoluent.
Selsynn
Rêveuse invétérée - N'hésitez pas à me relancer si j'ai promis quelque chose
Pitch-Banques Asrian
OLT-ETR T2
Syno - ETR

Avatar de l’utilisateur
Celia
C'est le grand retour d'une merveilleuse grenouille
Messages : 4062
Inscription : dim. mai 25, 2008 5:26 pm
Rang special : Aime le sang et les câlins
Localisation : A l'Est
Contact :

Re: comment rendre la mort de ses personnages tragique ?

Message par Celia » lun. févr. 18, 2013 12:42 pm

Je pense que Nariel a bien défini les deux points auxquels tu dois faire attention pour tes morts :

1. Qu'est-ce que ça apporte à l'histoire ?
La mort de ton héros doit coïncider avec l'achèvement de ton intrigue ou au moins d'une de tes intrigues principales (voire LA principale) ; si ce n'est pas le cas, alors ton héros n'est pas le personnage principal de ton histoire. La structure de ton texte, surtout pour une nouvelle, doit avoir un début (une interrogation) et une fin (la réponse à cette interrogation) et est portée par ton personnage principal : s'il meurt, l'intrigue est finie. Il faut donc que cette mort soit utile à l'histoire. Si elle ne l'est pas, alors il y a un problème dans la structure même de ton récit (ça arrive, et il me semble que c'est Truby qui l'explique dans ses ouvrages : on peut se planter de personnage principal quand on commence à écrire, c'est pour ça qu'il faut tout de suite arriver à déterminer quel est le bon héros, celui qui va répondre à la problématique principale du récit, et quels sont les personnages secondaires autour, histoire de gagner du temps)

2. Ton personnage est-il assez attachant ?
Si on veut aller aux extrêmes, les dizaines de morts qu'il peut y avoir dans un film d'action genre Die Hard ne touchent pas le spectateur parce qu'il n'a aucun attachement envers eux ; par contre, en dix fois moins de temps, le décès de la femme dans l'intro de Là-Haut touche parce que les auteurs ont réussi le tour de force de nous la rendre extrêmement attachante et proche de nous en moins de deux minutes. Même un méchant peut avoir une mort qui marque, parce qu'elle met fin à la tragédie de l'histoire
Édition modération : Ajout de spoiler - Fin du Star Wars et de Harry Potter.
Spoiler: montrer
(genre la mort de l'Empereur dans le Retour du Jedi, ou celle de Voldemort dans HP), parce qu'elle succède à son propre pardon (la mort de Darth Vader dans le même film, ou celle de Snape dans HP), etc. On s'attache par l'amour ou la haine à un personnage, et donc sa fin nous bouleverse (dans le cas du méchant, plus on a eu l'impression dans toute l'histoire qu'il était complètement immortel, plus sa mort, si elle est bien amenée, nous touche (moi je pleure systématiquement à la disparition du Mordor, parce que toute la tension cumulée dans les vingt minutes précédentes s'évapore d'un seul coup))
J'ai beaucoup développé sur les méchants mais pour les gentils et les héros c'est pareil. Si je ne m'attache pas, leur mort ne me touche pas, et il y a même de bonnes chances pour que j'arrête de lire avant même d'en arriver là.

Maintenant, ce qui me pose question aussi, c'est pourquoi est-ce que le fait de faire mourir tes personnages te paraît une option quasi obligatoire dans tous tes textes ? Est-ce qu'il y a une signification derrière ?
Ou un blocage ? (Les blocages sont nombreux : certains auteurs ne peuvent pas écrire de scènes érotiques, d'autres mettre en scène des personnages féminins, ou d'autre accepter que leurs héros puissent continuer à vivre après la fin de l'histoire)
Bêta-lectrice
Creep Show en recherche d'éditeur

Avatar de l’utilisateur
Angua
Batracien
Messages : 51
Inscription : jeu. nov. 26, 2009 12:53 pm
Rang special : Batracien
Contact :

Re: comment rendre la mort de ses personnages tragique ?

Message par Angua » lun. févr. 18, 2013 2:20 pm

Ma réponse sera peut-être un peu HS, mais par "tragique", j'ai une vision très classique de la chose, qui - à mon humble avis- fonctionne bien : utiliser l'idée première de tragédie. La mort est inéluctable, un personnage accélère les choses tout en se débattant de son mieux pour l'éviter... je trouve que les efforts, voués à l'échec, faits par le personnage, renforce la douleur de sa mort.
En plus bien sûr de la sympathie qu'il inspirera au lecteur, comme dit plus haut ! ;)

Avatar de l’utilisateur
Ellie
Batracien
Messages : 246
Inscription : mer. févr. 14, 2007 12:23 pm
Rang special : Batracien
Localisation : Lyon
Contact :

Re: comment rendre la mort de ses personnages tragique ?

Message par Ellie » lun. févr. 18, 2013 2:23 pm

Je trouve que la mort d'un personnage est moins «banale» si elle a des conséquences sur les autres personnages. Dans plein de films d'action ou d'horreur par exemple, t'as un perso qui meurt et tout le monde s'en «fout» un peu (ou en tout cas en voit pas que ça les touche, parce qu'il y a le méchant à arrêter/le monde à sauver/etc. en priorité). À l'inverse si on voit que ça touche les autres personnages (qu'ils n'arrivent pas à s'en remettre, qu'ils prennent des risques démesurés pour venger sa mort ou d'autres réactions) ça donne un vrai poids à la mort de ce personnage.

fifine
Messages : 11
Inscription : lun. juil. 02, 2012 5:05 pm
Rang special : petite grenouille
Localisation : saint-etienne

Re: comment rendre la mort de ses personnages tragique ?

Message par fifine » lun. févr. 18, 2013 3:22 pm

Je vous remercie pour toutes vos réponses.

La première chose est donc d'avoir des personnages attachants. Je trouve que les miens le sont mais c'est un avis subjectif. Comment savoir, quand on est un auteur, si nos personnages ont de la consistance?

Dans mes nouvelles la mort n'est ni inéluctable, ni prévisible ( sauf dans une) et elle n'est pas tout le temps utile.

Pour ce qui est de tuer tous mes personnages principaux ( bon, depuis que j'ai commencé à écrire, je n'ai fait que six nouvelle dont une que j'ai laissée inachevée ) j'ai l'impression que c'est plus fort que moi, qu'il faut que je le fasse. Ce doit être un blocage. Comment concrètement on peut lutter contre ces blocages ?

Avatar de l’utilisateur
Celia
C'est le grand retour d'une merveilleuse grenouille
Messages : 4062
Inscription : dim. mai 25, 2008 5:26 pm
Rang special : Aime le sang et les câlins
Localisation : A l'Est
Contact :

Re: comment rendre la mort de ses personnages tragique ?

Message par Celia » lun. févr. 18, 2013 4:51 pm

On lutte contre ses blocages en se forçant à ne pas écrire ce qu'on a l'habitude d'écrire.
J'ai forcé mon blocage sur la fantasy en écrivant un roman de fantasy (et en en lisant, j'ai eu de la chance, je suis tombée sur juste LE bon bouquin), et j'ai forcé mon blocage sur les persos féminins en lisant un peu de Bit litt, et en écrivant un roman où le personnage principal est féminin.
Je sais que l'écriture ne doit jamais se ressentir comme une obligation, mais dans un autre sens, il peut être aussi tout à fait bénéfique de se forcer un peu (comme on se force déjà à écrire un peu tous les jours, on peut se forcer à faire quelque chose qu'on n'aime pas ; après c'est pas forcément réussi, mais ça permet de prendre un peu de distance avec soi même, ce qui est toujours bénéfique) (et des fois on peut se surprendre soi-même aussi)
Bêta-lectrice
Creep Show en recherche d'éditeur

Avatar de l’utilisateur
Aqueuse
Messages : 89
Inscription : sam. févr. 09, 2013 5:35 pm
Rang special : mercenaire de la paix
Localisation : Au fond de ma baignoire ♫

Re: comment rendre la mort de ses personnages tragique ?

Message par Aqueuse » lun. févr. 18, 2013 5:27 pm

fifine a écrit :bonjour les grenouilles !!

J'ai écris quelques nouvelles et à chaque fois j'ai éprouvé le besoin de faire mourir le personnage principal ( est-ce grave docteur ?). Le problème, c'est que j'ai l'impression que j’échoue à donner à cette mort une charge émotionnelle. :cruel: Elle apparaît comme banal ou anecdotique. Comment peut on rendre la mort des personnages vraiment tragique ? Quels procédés utilisez-vous pour cela ?
Je ne sais pas si mon aide te sera utile, mais il y a une autre façon de voir les choses : on peut considérer que ce qui rend la mort tragique, c'est justement qu'elle soit toujours banale et anecdotique.

Elle nous rappelle la futilité de l'Être (cf Shakespeare), la fragilité de la vie et son insignifiance dans l'univers.

En plus, à trop forcer le côté tragique, ça prend finalement un côté comique (qui est rarement recherché).

Je dirai donc que plutôt de chercher à forcer le trait, c'est peut-être la simplicité de l'action qui rend la mort réellement tragique (enfin ce n'est qu'une piste). De plus, si tu n'as pas réussi à attacher tes lecteurs au personnage en question avant qu'il ne meurt, c'est quasiment toujours trop tard quand il meurt.
marraine de Nanaille, qui dépote \o/

"À mauvais âne, mauvais ânier fera remède."

Avatar de l’utilisateur
Iluinar
Grand maître Croustimouche
Messages : 10764
Inscription : mer. nov. 15, 2006 3:05 pm
Rang special : Esprit servant du fouet
Localisation : Dans mon monde

Re: comment rendre la mort de ses personnages tragique ?

Message par Iluinar » lun. févr. 18, 2013 6:19 pm

Je réponds juste à cette question :
fifine a écrit :Comment savoir, quand on est un auteur, si nos personnages ont de la consistance?
En se faisant bêta-lire. C'est typiquement le genre de truc qu'un auteur ne peut pas voir tout seul. Il lui faut un ou plusieurs regards extérieurs pour valider l'effet produit sur le lecteur.

Avatar de l’utilisateur
Siana
Messages : 4085
Inscription : dim. janv. 09, 2011 2:55 pm
Rang special : Grenouille-paranormale
Localisation : 49

Re: comment rendre la mort de ses personnages tragique ?

Message par Siana » lun. févr. 18, 2013 7:27 pm

Peut-être que c'est un blocage, oui, si tu n'arrives pas à te détacher de cette idée que le personnage doit mourir à la fin.
T'es-tu déjà demandé pourquoi tu voulais ça ? Souvent, on se débloque aussi en cherchant la cause du problème.
Alors pourquoi faire systématiquement mourir les personnages principaux ? Qu'est-ce que tu ressens à le faire ?
N'est-ce pas une sorte d'exorcisation de la peur de terminer, ou même de ne pas savoir comment terminer l'histoire ? Quelque chose comme ça ? Ou bien tout autre chose ?

Sinon, je suis d'accord avec les éléments déjà avancés pour rendre la mort des personnages tragique.
:steampunk: :stylo:
- Frères d'enchantement, chez RroyzZ éditions (fév. 2019)
- Mères des interdits, challenge 2019

Avatar de l’utilisateur
LHomme au Chapeau
Le Big Crunch viendra d'un crocodile (dixit Mulder)
Messages : 3119
Inscription : lun. mai 09, 2011 3:46 pm
Rang special : New mad hatter
Localisation : Ici

Re: comment rendre la mort de ses personnages tragique ?

Message par LHomme au Chapeau » lun. févr. 18, 2013 7:56 pm

Dan Simmons fat ça très bien dans "l'échiquier du mal". ^^
Bon d'accord c'est un roman, mais le principe reste le même (comme il a été dit plus haut) : ce qui rend la chose tragique c'est l'attachement que porte le lecteur au personnage.
Je dirais aussi que si le héros meurt à la fin, il vaut mieux que ce ne soit pas lui qui raconte l'histoire (oui, je sais ça se fait, mais c'est toujours un peu bizarre).
Et s'il meure avant la fin, il faut quand même quelque chose de fort pour conclure.
Allez, :tournee: n'est pas mortelle...
- Patrice -

Il n'y a pas d'action sans un brin de folie,
sans une déraison souveraine qui se moque des raisons


Ce qui grignotait le fond de l'univers (en challenge)

Larrynautik
Batracien
Messages : 8
Inscription : dim. févr. 17, 2013 4:39 pm
Rang special : Expérimentateur

Re: comment rendre la mort de ses personnages tragique ?

Message par Larrynautik » lun. févr. 18, 2013 8:11 pm

fifine a écrit :bonjour les grenouilles !!

J'ai écris quelques nouvelles et à chaque fois j'ai éprouvé le besoin de faire mourir le personnage principal ( est-ce grave docteur ?). Le problème, c'est que j'ai l'impression que j’échoue à donner à cette mort une charge émotionnelle. :cruel: Elle apparaît comme banal ou anecdotique. Comment peut on rendre la mort des personnages vraiment tragique ? Quels procédés utilisez-vous pour cela ?

Je vous remercie d'avance de votre réponse.
Je te rassure, moi aussi j'aime trucider mes personnages :D (mais pas tout le temps non plus !)

Et je crois que pour que le lecteur en soit bouleversé, il faut qu'il soit "habitué" au personnage, qu'il le connaisse et veuille qu'il continue son chemin, au point d'éprouver de la tristesse d'en être d'un coup séparé.

Je met un spoiler pour ceux qui n'auraient pas lu Simetierre, de King, et voudraient le faire :
Spoiler: montrer
L'une des morts les plus terribles que j'ai lues est celle de l'enfant qui s'y fait écraser par un camion sous les yeux de son père. C'est très bien retranscrit, et vraiment perturbant : on en éprouve un vraie peine !
Techniquement quand un personnage meurt, je pense qu'il ne faut jamais, justement, faire d'envolées lyriques sur la sublimissime tragédie que représente le décès de cet être sans égal et sans nul autre pareil :D
Ça dessert le réalisme. La mort est crue, il faut l'écrire crue. Après il faut aussi voir si l'on parle à la première ou troisième personne ; si l'on est celui qui meurt, celui qui voit mourir, ou les deux. Mais de manière générale, et sauf récits particuliers, la mort est synonyme de peur pour celui ou celle qui l'expérimente. C'est un changement brutal d'état qui effraie, comme tout changement brutal d'état. Le récit doit retranscrire cela.

Enfin, la mort, c'est bref. Sauf cas particuliers, c'est réglé en vingt secondes. Je ris souvent devant les films où le héros se prend un rafale et arrive encore à marcher 200 mètres, prononcer un long ultime discours et mourir pile à la fin dudit discours. C'est touchant mais irréaliste et donc, ça n'est pas crédible dans un récit. Dans les faits, la mort est souvent aussi brutale qu'inattendue (chute d'un obus, d'un piano, etc etc). Peu de gens savent qu'ils vont mourir dans 5 minutes. Inutiles donc les scènes où le héros est prêt à mourir. C'est juste joli à écrire, mais pas crédible pour un sou. Idem pour les "je me sens mourir". Je crois qu'on a pas le temps de dire ça, réellement.

Donc, attacher le lecteur au personnage, et le faire partir d'un coup, sans que le personnage s'y attende, et si possible sans que le lecteur s'y attende (quand le lecteur s'y attend, généralement ça fait juste un bruit du style "flop"). Or le lecteur, il faut le surprendre ; et comme la mort surprend, ça tombe bien (si je puis dire).

Dernier point, qui peut paraitre compliqué : la mort d'un personnage ne doit pas forcément être logique du point de vue du scénario. Il ne faut pas que le lecteur puisse se dire "c'est normal qu'untel soit mort à ce moment, sinon etc". Il ne faut pas que le libérateur de la princesse meure comme par hasard deux secondes après l'avoir libérée, la laissant seule dans sa fuite. Ni que le vieux sage qui est le seul en mesure d'aider le héros meure juste après lui avoir donné d'ultimes conseils. C'est ce qu'on appelle un cliché, et les clichés, c'est plutôt terrible à mon goût. A ce que j'ai cru comprendre, d'ailleurs, ça ne plait pas non plus tellement aux lecteurs, qui a l'impression de relire la même histoire que la veille.

Après, tuer le héros, c'est aussi la fin radicale du récit. Donc au-delà de ce moment de l'histoire, il n'y a plus grand chose à rajouter, et surtout pas de morale : si le lecteur a compris l'histoire, il en fera ses propres déductions sur la moralité de celle-ci et sa portée symbolique.

Voilà à peu près tout ce que je peux en dire ; mieux vaut sortir des sentiers battus quand il s'agit de la fin d'un personnage !

Avatar de l’utilisateur
Aqueuse
Messages : 89
Inscription : sam. févr. 09, 2013 5:35 pm
Rang special : mercenaire de la paix
Localisation : Au fond de ma baignoire ♫

Re: comment rendre la mort de ses personnages tragique ?

Message par Aqueuse » lun. févr. 18, 2013 8:24 pm

Larrynautik a écrit : Techniquement quand un personnage meurt, je pense qu'il ne faut jamais, justement, faire d'envolées lyriques sur la sublimissime tragédie que représente le décès de cet être sans égal et sans nul autre pareil :D
Ça dessert le réalisme. La mort est crue, il faut l'écrire crue. Après il faut aussi voir si l'on parle à la première ou troisième personne ; si l'on est celui qui meurt, celui qui voit mourir, ou les deux. Mais de manière générale, et sauf récits particuliers, la mort est synonyme de peur pour celui ou celle qui l'expérimente. C'est un changement brutal d'état qui effraie, comme tout changement brutal d'état. Le récit doit retranscrire cela.
Ce que j'ai toujours trouvé absolument génial, mais extrêmement ardu, c'est quand le récit parvient à suivre la mort. Par exemple, en partant du point de vue du mourant et en glissant doucement au point de vue de celui qui le voit mourir ou à un point de vue omniscient, "en plongée".
marraine de Nanaille, qui dépote \o/

"À mauvais âne, mauvais ânier fera remède."

Répondre