[A] Poésie et prose dans un roman

Sujets inactifs depuis un an ou plus

Modérateur : Crazy

Avatar de l’utilisateur
Nuageux
Batracien
Messages : 157
Inscription : sam. juin 29, 2013 6:50 pm
Rang special : Poetes des tavernes.
Localisation : Entre Chtonie et Ouranie / Dans un verre.

[A] Poésie et prose dans un roman

Message par Nuageux » mer. mars 19, 2014 12:35 pm

Voilà ;

Après quelques lectures de la poétesse Anna Akhmatova (russe), je me suis dit encore une fois de plus, qu'il est essentiel d'utiliser des procédés de poésie dans de la prose pour la rendre plus efficace. Êtes vous d'accord ? Je précise :

Je pense par exemple à Alain Damasio, qui joue énormément sur la sonorité des mots. Exemple rapide : La porte se ferme violemment / La porte claque. Inutile de dire laquelle des deux possibiltiés renvoie mieux, niveau sonorité, à ce que l'on cherche à décrir. Claque à cette violence que "ferme violemment" n'a pas. C'est un procédé très utilisé par les poètes, comme de bien entendu, pour permettre de mieux ressentir le texte. Par exemple, les allitérations en s évoque le sifflement, etc...

Mais aussi, le besoin de prendre toujours LE mot juste. C'est typique de la poésie comme de toute prose un peu travaillée - et évidemment, en lien avec le premier exemple. Ca demande un réel travail, et je pense que nous avons tous connus ces cinq minutes de coude sur la table- menton dans la main- bouche ouverte- énervement quand le mot précis que l'on cherche ne vient pas. TRES énervant, d'où la nécessité de bosser un peu son étymologie, ses synonimes, etc...

Après, il y à foule de procédés poétiques dont l'on peut s'inspirer dans un roman. Les descriptions longues, tranquilles, par exemple, sont selon moi des moments parfaits où l'on peut laisser parler un peu plus la poéte qui est en nous, plutôt que le scénariste machiavélique qui à un massacre à préparer :D
Les descriptions d'ambiance, de petits faits quotidiens, sublimés par de jolis mots... Sont aussi des choses qui, dans un roman, le rendre infiniment plus profond que les simples successions de choses "utiles" au scénario.On en trouve beaucoup en poésie (c'est même la vision cliché que beaucoup ont de la poésie, la description du soir d'hiver...). Je me souviens d'un poème de Rimbaud qui décrit les enfants qui attendent devant chez le boulanger dans le sodeurs de pain chaud, qui est assez magnifique, et qui "sublime" une scène banale du quotidien.

Enfin, on peut, comme c'est mine de rien assez courant, intégrer directement de la poésie dans son texte. Une ballade ici et là, une chanson traditionnelle, une prophétie...
Et puis, juste au niveau de la prose, je trouve que c'est un apport immense de lire de la poésie pour mieux gérer sa prose ensuite, tant au niveau forme que fond. (J'ai une scène ou je m'inspire un peu du magnifique poème "Le Corbeau" d'Edgar Poe, par exemple).

Qu'en pensez vous ? Les liens vous semblent-ils aussi évident entre prose et poésie ?
Pour les insomniaques... En Attente de l'Aube, mon livreuh a moi.

Parce que la vie, c'est pas si facile, vous savez.

Avatar de l’utilisateur
Francis Ash
Le jaune fluo, c'est trop beau !
Messages : 3638
Inscription : mar. nov. 19, 2013 8:19 pm
Rang special : une guitare dans une main un clavier dans l'autre
Localisation : Jamais bien loin ;)
Contact :

Re: Poésie, prose, romans...

Message par Francis Ash » mer. mars 19, 2014 12:51 pm

Je ne peux pas parler des liens avec la poésie, car la dernière fois que j'en ai lu j'étais élève de première.
Pour ce qui est de choisir les mots justes, les verbes justes, ceux qui claquent au vent et qui parlent d'eux-même, là je suis d'accord à 200% ;)
:fouet: Jusqu'au sommeil (PEGI 16), fantastique historiqueen OLT chez la mère Fouettarde. :fouet:

Pour les fans de gros rock metallique : Mon nuage sonore

Avatar de l’utilisateur
Milora
C'est qui le dragon le plus mignon de Meurk ?
Messages : 5848
Inscription : sam. déc. 18, 2010 8:58 pm
Rang special : Milosoupline
Localisation : Dans le Puits des Histoires Perdues

Re: Poésie, prose, romans...

Message par Milora » jeu. mars 20, 2014 2:53 pm

Qu'en pensez vous ? Les liens vous semblent-ils aussi évident entre prose et poésie ?
C'est à dire qu'à mon sens, la différence entre prose et poésie c'est que la poésie met en valeur le mot en lui-même, le met sur le devant de la scène, l'exploite au maximum. La prose prend plutôt les mots pour les mettre au service de ce qu'elle veut faire passer - ce qui ne l'empêche pas de viser le mot juste et la beauté du style.
Du coup, oui, évidemment qu'on se sert de recours similaires en prose et en poésie : l'un et l'autre, ça consiste à utiliser des mots pour leur faire transmettre quelque chose. La limite est quelquefois ténue entre les deux. (D'ailleurs il y a de la poésie qui n'est pas du tout "jolie" dans le sens stylistique que tu évoques. Je pense à Jacques Roubaud ; personnellement je déteste mais il paraît que c'est un grand poète. Ben tapez "Dès que je me lève" dans Google (un de ses poèmes), et ça n'a rien de belles descriptions harmonieuses et pleines de métaphores ^^)
Sans parler du registre de la prose poétique.

Mais en fait, je ne conçois pas qu'on puisse "importer" des techniques proprement poétiques dans la prose : elles y sont, y a rien à importer ; je sais pas comment dire. C'est pas parce qu'on met une métaphore ou des allitérations qu'un texte en prose devient de la poésie, et un texte en prose qui utilise des images et des zeugmas et autres figures de style, ce n'est pas "importer" quelque chose qui serait propre à la poésie. La poésie n'a pas le monopole de la belle langue ^^
Du coup, c'est un peu comme si on parlait d'importer des éléments de dessin en peinture, à mes yeux... :roll: L'un et l'autre sont deux versants du jeu sur les mêmes instruments (dans notre cas, les mots)

Et puis, juste au niveau de la prose, je trouve que c'est un apport immense de lire de la poésie pour mieux gérer sa prose ensuite, tant au niveau forme que fond.
Sans doute ! Enfin disons que lire plein de choses, dans d'autres genres que ceux dans lesquels on écrit, ça ne peut qu'apporter des choses ! (Après, personnellement, j'aime pas spécialement la poésie au sens où c'est très rare que ça me touche)
Nouveauté :
Jour de pluie dans une cuisine (Le Mammouth éclairé)

Anciennetés :
Alice (Malpertuis VI)
Un sacré coup de pouce (E-Courts, Voy'El)

Avatar de l’utilisateur
Nuageux
Batracien
Messages : 157
Inscription : sam. juin 29, 2013 6:50 pm
Rang special : Poetes des tavernes.
Localisation : Entre Chtonie et Ouranie / Dans un verre.

Re: Poésie, prose, romans...

Message par Nuageux » ven. mars 21, 2014 9:59 am

Evidemment, les deux ne sont que deux faces d'une même chose qu'est l'écriture. Et en effet, la poésie met autant l'accent que sur le mot lui-même que sur son sens (je pense à ces poètes qui choisissent aussi le mot en fonction de son apparence calligraphique, comme Valéry qui parle de "totem" pour dire "grue", parce que totem à que deux "t" qui surplombent le reste comme des grues... Evidemment, j'ai toujours trouvé ca comme pousser un peu loin, mais c'était un mouvement bien précis, les symbolistes...)
Mais ce que je veut dire, c'est qu'il y à deux genres de proses... La prose et la prose travaillée ^.^Si l'on ne met accent que sur le sens, on se coupe selon moi d'une grande partie de ce que peut apporter la langue et son jeu. Or ce jeu, c'est précisément dans la poésie qu'on le trouve le plus travaillé, d'où l'utilité, selon moi, de s'en inspirer :)
Pour les insomniaques... En Attente de l'Aube, mon livreuh a moi.

Parce que la vie, c'est pas si facile, vous savez.

Avatar de l’utilisateur
Milora
C'est qui le dragon le plus mignon de Meurk ?
Messages : 5848
Inscription : sam. déc. 18, 2010 8:58 pm
Rang special : Milosoupline
Localisation : Dans le Puits des Histoires Perdues

Re: Poésie, prose, romans...

Message par Milora » ven. mars 21, 2014 11:08 am

Oui mais... comment dire... Je crois qu'on parle de la même chose mais qu'on l'appelle pareil. Ce que tu appelles "s'inspirer de la poésie", j'aurais tendance à l'appeler "soigner son style", c'est pour ça que j'aime pas trop l'idée que ça doit être une importation venue de la poésie, vu qu'à mes yeux, c'est aussi ça, bien écrire en prose (une des façons de bien écrire en prose). Mais bon, c'est pas très important, c'est juste une remarque... :roll:
Nouveauté :
Jour de pluie dans une cuisine (Le Mammouth éclairé)

Anciennetés :
Alice (Malpertuis VI)
Un sacré coup de pouce (E-Courts, Voy'El)

Répondre