De l'art de la Bêta-Lecture

[visible par les non-inscrits] Ici on parle de nos problèmes et questions concernant les bêtas, qu'on soit auteur ou lecteur.
Avatar de l’utilisateur
Oxymore
Grande Suspendeuse à suspens et experte en sondage
Messages : 5069
Inscription : lun. janv. 21, 2019 2:29 pm
Rang special : CycloBiblio
Localisation : Poitiers

Re: De l'art de la Bêta-Lecture

Message par Oxymore »

Pour ma part, béta-lire un texte que j'ai aimé ne veux pas dire que je ne vais en faire que des retours élogieux. Cela signifie que ce texte me parle, et que les détails qui ne fonctionnent pas me marquent au milieu de ce que j'aime.
Alors qu'avec un texte que je n'aime pas, je cours le risque :
- de n'avoir pas de positif à souligner (et ça c'est rude)
- de donner des conseils pour le texte que j'aurai aimé lire au lieu de celui que la personne a voulu écrire
- de ne pas me faire plaisir.
:marraine: de LaCath et NellyParker :heart:

Mon premier challenge ! En binôme avec Kashiira, parrainées par Hotep :heart:

Et Plan Georgette en OLT

Avatar de l’utilisateur
Sytra
Guide l'esprit du Tigre de l'Écosse au Japon
Messages : 3979
Inscription : jeu. déc. 09, 2010 12:29 pm
Rang special : Batracienne occitane
Localisation : Toulouse
Contact :

Re: De l'art de la Bêta-Lecture

Message par Sytra »

Miléna Owein a écrit :
sam. sept. 18, 2021 6:23 pm
Ça me fait bizarre de voir que la majorité des gens qui ont répondu ici dire qu'iels betalisent des textes qu'iels ont aimé.

Alors que c'est super enrichissant de recevoir une bl de quelqu'un qui n'a pas aimé (si cette personne arrive à développer son point de vue de façon construite et bienveillante, évidement). De la même façon c'est très instructif de pouvoir betalire un texte qu'on a pas aimer en expliquant pourquoi.
A mon sens si on ne betha lit que des texte qu'on aime et qu'on ne reçoit des bl que des gens qui ont aimé, ça fausse sacrément le regard qu'on peut avoir sur l'écriture.
Oui c'est agréable de ne recevoir que des retours élogieux, mais si c'est parce que les gens qui auraient eut des choses pertinentes à dire ont tournés les talons parce qu'ils n'aimaient pas c'est dommage.

Un bonne betha lecture devrait être constructive et bienveillante que le lecteur ait aimé ou pas.

En plus de ça un relecteur devrait être capable de faire la part des choses entre le texte qu'il lit et ce qu'il aime lire. Je peux ne pas aimer un texte et reconnaître ces qualités.

Voilà :) c'est un peu hors sujet pardon, mais ça me semblait pertinent.
Je pense que tu te trompes sur ce qu'est un texte qu'on "aime" ou qu'on "n'aime pas". Ca n'a rien à voir avec la qualité et/ou les défauts du texte, mais tout à voir avec nos goûts personnels. C'est comme pour les romans qu'on lit : même un très bon roman ne va pas être apprécié par tout le monde (et à l'inverse on peut être fan d'un roman que peu de lecteurices auront apprécié). Ce "goût" pour un texte se joue sur des affinités, notamment au niveau des thèmes traités et des émotions provoquées.
Je reste intimement convaincue que bêta-lecture un texte auquel on n'accroche pas, ça reste une mauvaise idée. Parce que si on n'accroche pas à cause d'un manque d'affinité, il y a tous les risques qu'on fasse des remarques contre-productives à l'auteurice, en interprétant le texte selon un prisme qui n'est pas du tout celui que l'auteurice cherche à mettre en place.
Ne pas aimer un texte n'a rien à voir avec trouver un texte mauvais ou bourré de défauts. J'ai détesté des romans qui ont pourtant reçus des grands prix littéraires, et si j'avais dû être leur bêta-lectrice, je suis certaine que j'aurais été incapable d'aider vraiment l'auteur.

Pour avoir reçu des bêtas de personnes qui n'avaient pas accroché à mes textes (ou juste pas vraiment compris mon intention), je peux t'assurer que même s'iels m'ont expliqué leur point de vue de manière bienveillante et détaillée, ça m'a juste été totalement inutile. Et si j'avais eu moins d'expérience en tant qu'autrice, ces bêtas auraient pu me faire beaucoup de mal en me faisant douter de mes intentions et en m'orientant vers des pistes qui n'étaient pas celles que je souhaitais, mais seulement celles que lae bêta-lectrice aurait aimé trouver dans mon texte.
Un texte ne peut pas plaire à tout le monde, c'est un fait qu'il faut accepter. Mais il est du coup non pertinent de le travailler pour des personnes à qui il ne plait pas, car on ne réussira pas à le leur faire aimer (et si on réussit, généralement il ne plaira plus à ceux à qui il plaisait à l'origine). Il vaut bien mieux l'améliorer pour qu'il plaise encore plus à ceux qui l'apprécient. En tout cas, c'est ma conception des choses. :lect:
Oui c'est agréable de ne recevoir que des retours élogieux, mais si c'est parce que les gens qui auraient eut des choses pertinentes à dire ont tournés les talons parce qu'ils n'aimaient pas c'est dommage.
Cette phrase en particulier montre selon moi à quel point ton regard actuel sur la bêta-lecture n'est pas le bon. Plus j'accroche à un texte, plus mes bêtas seront longues ! Parce que plus j'aime un texte, plus j'ai envie d'aider l'auteurice à l'amener à son meilleur potentiel. Il m'est déjà arriver de faire sur une nouvelle d'une page une bêta-lecture de trois pages. :sifflote: Aimer un texte quand on est bêta-lecteurice, ce n'est pas faire des commentaires en mode fan sur wattpad...
Le blog d'écriture qui vous donne des solutions concrètes pour marcher dans les pas des écrivain.es qui vous inspirent : La quête de l'écrivaine
Aussi sur Instagram :stylo:

Avatar : @Djamila Knopf

Avatar de l’utilisateur
Oxymore
Grande Suspendeuse à suspens et experte en sondage
Messages : 5069
Inscription : lun. janv. 21, 2019 2:29 pm
Rang special : CycloBiblio
Localisation : Poitiers

Re: De l'art de la Bêta-Lecture

Message par Oxymore »

Ah merci Sytra, tu as dit bien mieux que moi le fond de ma pensée.
:marraine: de LaCath et NellyParker :heart:

Mon premier challenge ! En binôme avec Kashiira, parrainées par Hotep :heart:

Et Plan Georgette en OLT

Avatar de l’utilisateur
Miléna Owein
Messages : 148
Inscription : mer. déc. 11, 2019 12:37 pm
Rang special : 1

Re: De l'art de la Bêta-Lecture

Message par Miléna Owein »

Les goût personnels sont conditionnés par nos vécu, notre éducation, notre culture et notre classe sociale. Donc ne commenter que des texte qui correspondent à nos goûts personnels et ne recevoir des commentaires que des personnes qui ont eut une affinité avec le texte, c'est commenté et recevoir des commentaires ayant toujours le même prisme. Ne commenter et n'être commenté que du même prisme est néfaste pour l'évolution technique d'un auteur. Ca c'est quelque chose qui est néfaste d'une manière globale dans la vie de tous les jours : ne parler qu'avec des gens qui sont d'accord ou qui ont les même gout, ou qui pense la même chose que soit n'est pas ce qui va nous permettre de trouver les limites de notre façon de voir les choses ou de voir nos propre erreurs. Si vous voulez des études sur ceci, vous pouvez regarder des études sur l'algorithme de facebook et sur ce qu'il a de néfaste pour l'individu (l'algorithme de facebook est programmé pour proposé des publications similaires à celle que l'utilisateur à liké et ça conduit à tout un tas de dérive communautaire).

Alors bien évidement on ne peut pas commenter que des textes qu'on aime pas (tout comme on ne peut pas dans la vraie vie ne parler qu'avec des gens avec qui on a aucune affinité). Mais varier les textes qu'on lit et commenter des textes sur lesquels on a pas accrocher est une pratique beaucoup plus saine que de cultiver un entre-sois en ne commentant que ce qu'on aime.

Le seul argument qui me semble recevable pour ne pas commenter un texte qu'on a pas aimé c'est : ne pas se sentir capable de dire quelque chose de construit ou bienveillant. Il n'y a aucune honte à ne pas être capable de quelque chose, ou ne pas savoir faire d'ailleurs. Et sans bienveillance la bl sera de toute façon inutile à l'auteur.

Ensuite pour moi, "aimer" ou "ne pas aimer" sont les pires curseurs possible pour commenter un texte.
Tu relèves un point qui est très juste : les intentions du texte. Pour moi la première chose que doit faire un bétha lecteur c'est ce demander : qu'elles sont les intentions du textes ? que veut faire le texte ?
Puis : est-ce que le texte réussi à faire ce qu'il cherche à faire ? Si il réussi, pourquoi et comment il réussi. Si il échoue, comment et pourquoi. Est-ce que je peux proposé quelque chose qui serait cohérent avec les intentions de l'auteur ?
Il n'y a pas besoin d'aimer un texte pour répondre à ces questions.
Je peux t'assurer que les lecteur qui ont aimé un de mes textes sans en comprendre les intentions m'ont proposé des commentaire qui ne m'ont absolument pas aider. Là où à l'inverse quelqu'un qui n'avait pas aimé mais avait comprit mes intentions m'ont souvent beaucoup éclairé dans mon parcours.

Pour ma part je trouve ça beaucoup plus sain de faire abstraction de mes gouts personnel pour faire une bl. Je lis le texte, je commente le texte, pour ce qu'il est et ce qu'il fait. Je met mon jugement de côté pour découvrir ce qu'à voulus faire l'auteur sans le prisme de mon regard à moi et de ce que je ferais si je devais écrire ce texte. Eventuellement je garde mes goûts pour le bilan final, je clôture au disant si au bout du compte j'ai aimer ou non le texte.

Quand à vouloir écrire un texte pour qu'il plaise à des gens c'est à mon sens le pire curseur possible pour travailler un texte. A mon sens il faut travailler le texte d'abord, progresser, apprendre de ses erreurs. Plaire ne doit pas entrer en ligne de compte. Tout comme un acteur ne doit pas jouer son personnage dans le but de séduire le public : il doit être vrai, cohérent avec le personnage qu'il incarne. Plaire est une conséquence qui advient ou pas. Ca vaut aussi dans le travail d'un texte : "cette scène me plait" c'est bien, mais le seul point important d'une scène c'est qu'elle apporte quelque chose au texte. Si elle n'est pas cohérente avec l'ensemble du récit, qu'elle sort de nulle part, qu'elle va dans une toute autre direction, alors il faut l'enlever, même si on l'aime.
Cette phrase en particulier montre selon moi à quel point ton regard actuel sur la bêta-lecture n'est pas le bon. Plus j'accroche à un texte, plus mes bêtas seront longues ! Parce que plus j'aime un texte, plus j'ai envie d'aider l'auteurice à l'amener à son meilleur potentiel. Il m'est déjà arriver de faire sur une nouvelle d'une page une bêta-lecture de trois pages.
Cette phrase en particulier montre selon moi à quel point ton regard actuel sur la bêta-lecture n'est pas bon. Et je pense que la recevoir comme je l'ai reçut te montrera à quel point elle participe à un non débat. D'ailleurs j'ai probablement eu tord de développer autant ma réponse car quand je lis cette phrase je suis à peu prêt certaine de tomber face à un mur, avec une personne qui ne cherchera pas à comprendre ce que j'ai voulu dire et qui apposera des contres argument superficielle sans même chercher à comprendre le fond. J'espère que je me trompe. Dans tous les cas, peut-être qu'il y en aura quelque un qui liront et qui comprendront enfin qu'une bl doit étudier les intentions du texte.
Ma dernière bl faisait 11 pages et c'était sur un texte que je n'ai pas aimé.

En résumé pour moi un bétha lecteur doit d'abord mettre de côté son jugement personnel pour analyser ce que fait ou cherche à faire le texte et proposé à l'auteur des pistes de réflexion cohérente avec les démarches qu'il a mise en place. Après si dans un second temps le bétha lecteur veut développer sur son appréciation personnelle du textes, pourquoi pas, mais ça doit arriver en second à mon sens.

Pour ma part je choisis des textes au hasard pour faire mes bl, j'essais de choisir parmi les sujets actifs pour être sûr d'avoir une réponse car je n'aime pas n'avoir aucun retour sur mes bl.

Avatar de l’utilisateur
Nana
La Mort en Héritage
Messages : 4142
Inscription : mer. avr. 27, 2016 8:04 pm
Rang special : autrice sadique détectée

Re: De l'art de la Bêta-Lecture

Message par Nana »

En fait Milena je crois qu'on dit à peu près la même chose, mais sans mettre les mêmes mots dessus. ;)
Pour moi une bonne BL, c'est une BL qui :
-comprend ce que l'auteur a voulu faire et donne des conseils pour qu'il aille dans le sens de ce qu'il veut faire
-expliquer un maximum ses remarques pour que l'auteur comprenne pourquoi quelque chose fonctionne ou non.
Il est vrai qu'on a pas forcément besoin d'aimer le texte pour faire ça. Il m'arrive fréquemment de reconnaître les qualités d'un texte que je n'aime pas, parce que ça ne s'accorde pas avec mes goûts personnels même si c'est bien fait. Mais je me sentirais moins utile sur ce type de texte parce que je livrerai quelque chose purement technique et froid. Alors que pour moi, la partie émotionnelle est aussi importante quand on bêta-lit, parce que l'auteur écrit aussi pour faire ressentir des émotions à son lecteur. Si je n'arrive pas à "entrer dans le texte" parce qu'il ne me correspond pas, je risque de faire une moins bonne BL qu'une personne qui sera à fond dedans.
Je pense aussi que c'est plus facile de comprendre les intentions de l'auteur quand on a aimé le texte.
Miléna Owein a écrit :
sam. sept. 18, 2021 6:23 pm
Oui c'est agréable de ne recevoir que des retours élogieux, mais si c'est parce que les gens qui auraient eut des choses pertinentes à dire ont tournés les talons parce qu'ils n'aimaient pas c'est dommage.
Pour moi, aimer un texte ne signifie pas faire un retour élogieux. Je suis très bavarde dans mes BL, en général pour souligner le négatif. Pourtant, j'aime le texte. Si je vois un texte sur lequel je n'ai rien à dire à part "bravo, c'était bien", je ne fais même pas de BL, pour moi ça sert à rien.
Miléna Owein a écrit :
sam. sept. 18, 2021 6:23 pm
Alors que c'est super enrichissant de recevoir une bl de quelqu'un qui n'a pas aimé (si cette personne arrive à développer son point de vue de façon construite et bienveillante, évidement). De la même façon c'est très instructif de pouvoir betalire un texte qu'on a pas aimer en expliquant pourquoi.
Pour le coup, j'ai reçu une BL une fois comme ça. La personne n'avait pas aimé le texte, l'a expliqué de façon construite et bienveillante et a expliqué pourquoi. Au début j'ai trouvé ça cool, parce que ça me faisait plein de points à retravailler. Sauf qu'en essayant d'inclure ses points de correction, je me suis rendue compte qu'ils n'étaient pas du tout compatibles avec mon intention initiale. Et pour cause : la BL reconnaissait elle-même qu'elle était sans doute passée à côté du texte (et c'était le cas). En fin de comptes, la BL ne m'a rien apporté, à part peut-être l'idée que l'intention d'auteur n'était pas claire (et encore, je ne suis pas sûre vu que les autres ont compris). Quasiment tout le reste des remarques étaient à jeter.
"Make the plan, execute the plan, expect the plan to go off the rails, throw away the plan"

Challenge 2021

Avatar de l’utilisateur
Sytra
Guide l'esprit du Tigre de l'Écosse au Japon
Messages : 3979
Inscription : jeu. déc. 09, 2010 12:29 pm
Rang special : Batracienne occitane
Localisation : Toulouse
Contact :

Re: De l'art de la Bêta-Lecture

Message par Sytra »

Je pense que nous nous rejoignons totalement sur le fait que la première qualité d'une bêta-lecture doit être de chercher à comprendre les intentions de l'auteurice pour pouvoir ensuite l'aider à savoir où son texte ne fonctionne pas bien par rapport à ces intentions.

Et, dans l'idée, ta comparaison avec les réseaux sociaux paraît très sensée (et j'adhère totalement au fait que les rs créent des biais néfastes).
Je te rejoins aussi sur le fait qu'aimer un texte n'est pas une garantie absolue d'en comprendre les intentions et donc d'en faire une bonne bl.

Mais il y a une chose que je n'ai comprise qu'après presque dix ans d'écriture et de bl : tout dans un texte (de fiction, s'entend) est lié à l'émotion. Un texte qui ne crée aucune émotion chez ses lecteurices ne fonctionnera pas. Or les émotions sont quelque chose d'éminemment subjectif. Ce que tu dis est vrai : elles découlent de notre éducation, de notre vécu, parce qu'une émotion naît de l'écho qu'elle provoque en nous. Mais personnellement je n'y vois rien de néfaste, car pour moi ce n'est pas la même chose que le biais de pensée que peuvent créer les rs. Les émotions sont indépendantes des idées (pour moi, la preuve de ça, c'est qu'il y a des gens que j'adore dont je n'aime pourtant pas les romans).
Peut-on créer un biais néfaste au niveau des émotions à cause d'un "entre-soi" de personnes qui apprécieraient de lire/écrire les mêmes émotions ? Je ne crois pas... (Mais je reste à l'écoute d'arguments qui me ferait changer d'avis.)
Par contre, en tant que BL, si on n'est pas sensible aux émotions que cherche à faire passer l'auteurice, là je reste convaincue que ça peut être contre-productif. Bien sûr, on peut toujours se concentrer uniquement sur les problèmes de logique narrative, mais tout le reste (style, rythme, personnages, descriptions,...) est relié d'une manière ou d'une autre à l'émotion. Si je suis un bon bl, je saurai faire des commentaires utiles à l'auteurice et ne pas appliquer mes propres intentions au texte, certes. Mais je n'arrive pas à voir ce que ça apportera à l'auteurice, ni ce que ça m'apportera en tant que bl ?

À moins que notre incompréhension pendant tout cet échange réside dans ce que nous appelons un texte que "nous aimons" ? Pour moi, par exemple, ce n'est pas lié à un genre en particulier. Ce n'est pas parce que je ne lis que de la fantasy et de la romance (pour 90%) que je ne vais bêta-lire que des textes de ce genre. Je ne lis par exemple jamais de l'horreur ou de l'absurde, ce sont deux genres qui ne sont pas du tout dans mes goûts. Pourtant, en tant que bêta-lectrice j'ai déjà eu un coup de coeur pour une nouvelle d'horreur et pour une nouvelle absurde. Parce que j'ai adhéré aux émotions qu'elles me proposaient...

Edit : Nana a été plus rapide, et je me retrouve totalement dans ce qu'elle dit ! :wow:
Le blog d'écriture qui vous donne des solutions concrètes pour marcher dans les pas des écrivain.es qui vous inspirent : La quête de l'écrivaine
Aussi sur Instagram :stylo:

Avatar : @Djamila Knopf

Avatar de l’utilisateur
Miléna Owein
Messages : 148
Inscription : mer. déc. 11, 2019 12:37 pm
Rang special : 1

Re: De l'art de la Bêta-Lecture

Message par Miléna Owein »

Je suis déjà beaucoup plus en accord avec ce que vous dites, mais peut-être effectivement qu'on n'a pas les mêmes définitions de "aimer" ou qu'on n'y accorde pas les même sens. Et je reste sur l'idée que c'est pertinent de commenter des textes qu'on a pas aimé.

Par exemple ça m'est déjà arriver de lire un texte, de détesté cette lecture parce qu'elle avait provoqué en moi des émotions que je n'ai pas aimé ressentir, mais d'être capable de reconnaître que tout le texte était très bien fait. Le texte pausait une ambiance, voulait construire quelque chose et aboutissait très bien. Ca aurait été très dommage de ne pas faire de bétha lecture parce que je n'aurais pas aimé, alors que le texte était très bon et avait pleins de qualité qui méritaient d'être signalé à l'auteur.

Y'a aussi beaucoup de textes que je ne commente pas car je n'ai pas les compétences pour le faire. Les récits sentimentaux, pornographique, ou l'humour absurde par exemple, sont des textes que je ne commente pas car je n'aime pas en écrire ni en lire, donc je n'ai pas les compétences pour conseiller l'auteur. Mais c'est parce que je n'ai pas les compétences que je ne commente pas (pas parce que je n'aime pas). Peut-être que c'est là où en fait on se rejoint ?

Avatar de l’utilisateur
Sytra
Guide l'esprit du Tigre de l'Écosse au Japon
Messages : 3979
Inscription : jeu. déc. 09, 2010 12:29 pm
Rang special : Batracienne occitane
Localisation : Toulouse
Contact :

Re: De l'art de la Bêta-Lecture

Message par Sytra »

Miléna Owein a écrit :
dim. sept. 19, 2021 10:47 am
Par exemple ça m'est déjà arriver de lire un texte, de détesté cette lecture parce qu'elle avait provoqué en moi des émotions que je n'ai pas aimé ressentir,
Mais justement, même si c'étaient des émotions que tu n'aimais pas, tu les as ressenti. :wow: Ce qui veut dire que tu étais sensible à la "proposition émotionnelle" de l'auteurice (si on peut l'appeler ainsi), et donc en capacité de l'aider à travailler cette proposition.
Un texte que je n'aime pas, pour moi, ce sera un texte qui ne me fera rien ressentir. Où je m'ennuierai parce que je n'aurai pas d'empathie pour les personnages, parce que je n'aurai aucun intérêt pour leurs buts ou pour les enjeux associés, etc. Et ça ne sera pas forcément relié à la qualité du texte. Comme je l'ai dit précédemment, j'ai déjà ressenti ça pour des romans qui avaient par ailleurs reçu de prestigieux prix littéraires. Donc le problème n'était pas sur la qualité, mais sur la résonance entre la proposition de l'auteurice et ma propre sensibilité. :lect:
Le blog d'écriture qui vous donne des solutions concrètes pour marcher dans les pas des écrivain.es qui vous inspirent : La quête de l'écrivaine
Aussi sur Instagram :stylo:

Avatar : @Djamila Knopf

Avatar de l’utilisateur
Miléna Owein
Messages : 148
Inscription : mer. déc. 11, 2019 12:37 pm
Rang special : 1

Re: De l'art de la Bêta-Lecture

Message par Miléna Owein »

Sytra a écrit :
dim. sept. 19, 2021 1:03 pm
Un texte que je n'aime pas, pour moi, ce sera un texte qui ne me fera rien ressentir. Où je m'ennuierai parce que je n'aurai pas d'empathie pour les personnages, parce que je n'aurai aucun intérêt pour leurs buts ou pour les enjeux associés, etc.
Pour moi un bon betha lecteur doit être capable de faire la différence entre si ce manque d'empathie vient de la mauvaise qualité du texte ou d'une incompatibilité.
Effectivement, si en lisant un texte on est capable de se rendre compte que le texte est bon et qu'il fonctionne, mais que chez sois la magie ne prend pas, alors ça peut valoir le coup de se dire "je ne commente pas".
Mais perso un texte que je n'aime pas parce qu'il me ne fait rien ressentir, c'est un texte qui a mon sens doit être commenté, surtout sur un forum comme ici où le but est d'avancer et de progresser.
Là encore un bon bétha lecteur est sensé faire la part des choses entre son ressentit personnel et les qualités du texte. Si le texte est bon mais ne plais pas, c'est effectivement qu'on est peut-être pas la meilleurs personne pour le commenter. S'il ne plait pas parce qu'il n'est pas bon et qu'on a les capacités de détailler de façon construite et bienveillante pourquoi le texte ne fonctionne pas, alors à mon sens c'est contre productif de s'arrêter à "je ne commente pas parce que je n'aime pas".

Avatar de l’utilisateur
chep
Messages : 49
Inscription : sam. sept. 11, 2021 1:19 pm
Rang special : 1

Re: De l'art de la Bêta-Lecture

Message par chep »

Miléna Owein a écrit :
dim. sept. 19, 2021 1:42 pm
Effectivement, si en lisant un texte on est capable de se rendre compte que le texte est bon et qu'il fonctionne, mais que chez sois la magie ne prend pas, alors ça peut valoir le coup de se dire "je ne commente pas".
Mais perso un texte que je n'aime pas parce qu'il me ne fait rien ressentir, c'est un texte qui a mon sens doit être commenté, surtout sur un forum comme ici où le but est d'avancer et de progresser.
J'ai zéro expérience en BL, c'est pour ça que j'ai posé ces questions. Instinctivement je pense aussi comme ça (mais toutes les réponses précédentes me font aussi réfléchir). En fait c'est plutôt que je me dis que si je propose un texte complètement nul, personne ne va le lire sauf 1 ou 2 personnes qui ont mauvais goût (attention je ne vise personne, d'ailleurs je ne connais encore personne ici). Ces deux exceptions vont me dire qu'elles ont trouvé ça bien et je ne saurais jamais que l'immense majorité a trouvé ça très mauvais.

Avatar de l’utilisateur
Oxymore
Grande Suspendeuse à suspens et experte en sondage
Messages : 5069
Inscription : lun. janv. 21, 2019 2:29 pm
Rang special : CycloBiblio
Localisation : Poitiers

Re: De l'art de la Bêta-Lecture

Message par Oxymore »

Pour moi "un texte nul" ça ne veut rien dire : tout dépend des goûts et de la sensibilité de chacun. Donc il n'y a quasi pas de textes que personne ne va lire. Du moins j'ai l'impression que ça n'arrive presque jamais sur la mare: ça veut bien dire quelque chose. Quand on a du mal à trouver des BL c'est plutôt que c'est un moment de mou sur la mare, que dû au texte lui-même.

Les personnes ne vont pas dire qu'elles ont aimé : elles vont te rendre une BL c'est-à-dire des remarques sur ton texte. Alors certes, ceux qui n'ont pas aimé ne vont pas te dire qu'ils n'ont pas aimé, mais en fait, cela ne t'aurait pas plus avancé que de te dire qu'on a aimé.
:marraine: de LaCath et NellyParker :heart:

Mon premier challenge ! En binôme avec Kashiira, parrainées par Hotep :heart:

Et Plan Georgette en OLT

Avatar de l’utilisateur
Sytra
Guide l'esprit du Tigre de l'Écosse au Japon
Messages : 3979
Inscription : jeu. déc. 09, 2010 12:29 pm
Rang special : Batracienne occitane
Localisation : Toulouse
Contact :

Re: De l'art de la Bêta-Lecture

Message par Sytra »

chep a écrit :
dim. sept. 19, 2021 5:34 pm
Miléna Owein a écrit :
dim. sept. 19, 2021 1:42 pm
Effectivement, si en lisant un texte on est capable de se rendre compte que le texte est bon et qu'il fonctionne, mais que chez sois la magie ne prend pas, alors ça peut valoir le coup de se dire "je ne commente pas".
Mais perso un texte que je n'aime pas parce qu'il me ne fait rien ressentir, c'est un texte qui a mon sens doit être commenté, surtout sur un forum comme ici où le but est d'avancer et de progresser.
J'ai zéro expérience en BL, c'est pour ça que j'ai posé ces questions. Instinctivement je pense aussi comme ça (mais toutes les réponses précédentes me font aussi réfléchir). En fait c'est plutôt que je me dis que si je propose un texte complètement nul, personne ne va le lire sauf 1 ou 2 personnes qui ont mauvais goût (attention je ne vise personne, d'ailleurs je ne connais encore personne ici). Ces deux exceptions vont me dire qu'elles ont trouvé ça bien et je ne saurais jamais que l'immense majorité a trouvé ça très mauvais.
Ta peur est tout à fait légitime (je pense qu'on en est toustes passé par là à nos débuts ;) ). Mais rassure-toi, elle est infondée. De mon point de vue, il n'y a aucun texte nul, seulement des textes qui ont besoin de plus ou moins de travail. :stylo:

Et si tu as bien suivi nos échanges, tu as dû voir qu'il n'y a personne, à aucun moment, qui a relié la qualité d'un texte et le fait de l'aimer ou pas. Je pense que c'est totalement indépendant (sauf peut-être dans la tête de quelques personnes élitistes, mais ce n'est pas du tout la philosophie de la mare ^^). Donc, quand on dit qu'on ne va bl que des textes qu'on aime, ça ne signifie pas du tout que du coup on n'irait jamais bl des textes demandant encore beaucoup de travail. :wow:
Si on ne veut lire que des "bons" textes, on reste simple lecteurice. C'est l'un des plaisirs d'être bl que d'aider des auteurices à améliorer leurs textes. Donc, pas d'inquiétude, tu trouveras des bl, quelque soit la qualité (que tu supposes) de ton texte ! :sg:
Le blog d'écriture qui vous donne des solutions concrètes pour marcher dans les pas des écrivain.es qui vous inspirent : La quête de l'écrivaine
Aussi sur Instagram :stylo:

Avatar : @Djamila Knopf

Avatar de l’utilisateur
Nana
La Mort en Héritage
Messages : 4142
Inscription : mer. avr. 27, 2016 8:04 pm
Rang special : autrice sadique détectée

Re: De l'art de la Bêta-Lecture

Message par Nana »

Je crois que je n'ai vu qu'une seule fois un texte qui n'a pas trouvé de BL, et c'était parce qu'il y avait tant de fautes de grammaire que c'en était illisible, et donc une BL impossible. (ce pourquoi on demande à avoir un texte à peu près propre à ce niveau avant de demander une BL). Mais c'était un cas vraiment extrême.

En vrai, je ne pense pas que ça existe, un texte "complètement nul". Un texte avec beaucoup de "défauts", oui, c'est sûr que ça existe. Mais un texte qui n'a aucune qualité et donc, qui ne plairait à personne? Non, je ne pense pas.
Perso, je le vois comme ça. En tant qu'auteur, on a envie de faire telle ou telle chose avec son texte. Le boulot du BL, c'est de nous dire si on a réussi ou non, et ce qu'on peut améliorer pour mieux atteindre notre but.
Si je vois que l'auteur se dirige vers un texte qui n'est pas dans mes goûts (dans mon cas, des styles très poétiques, ou alors de la hard SF avec des termes techniques à répétition... oui je caricature lol), je vais passer mon chemin, quelque que soit la qualité du texte, en me disant que les gens qui aiment ce type de texte vont être plus à même de les aider.
Si je vois que l'auteur se dirige vers un texte plus en adéquation avec mes goûts personnels (par exemple, un style plus orale, un récit plein de magie, les relations familiales...), je vais voir si ma BL peut lui apporter quelque chose. Si je ne trouve rien à dire parce que c'est déjà presque parfait pour moi, je passe mon chemin. Si je vois que j'ai pas mal de remarques à faire, je BL. (Enfin, pas en ce moment car je n'ai pas le temps, mais... normalement)
Si je vois que l'auteur ne sait pas trop vers quoi il se dirige, mais qu'il y a des choses qui me plaisent, je peux aussi voir si j'ai quelque chose à apporter.

Bref, tout ça pour dire que quand je parle d'aimer ou de pas aimer, ce n'est pas pour dire "ce texte est excellent" pu "ce texte est nul". Ce serait plutôt : est-ce que ce texte a des thèmes ou un style susceptible de me plaire, et que puis-je apporter à l'auteur?

D'ailleurs, je pense que le premier texte que j'ai posté sur ce forum était franchement pas terrible, pour pas dire autre chose. :lol: Mais c'est sûrement mon texte qui a reçu le plus de BL. Si les textes "nuls" ne trouvaient pas de BL, je peux t'assurer que les gens auraient fui en courant, pourtant.

Grillée par Sytra. C'est tout à fait ça je pense, l'affection portait à un texte n'est pas forcément lié à sa qualité.
"Make the plan, execute the plan, expect the plan to go off the rails, throw away the plan"

Challenge 2021

Avatar de l’utilisateur
chep
Messages : 49
Inscription : sam. sept. 11, 2021 1:19 pm
Rang special : 1

Re: De l'art de la Bêta-Lecture

Message par chep »

Sytra a écrit :
dim. sept. 19, 2021 6:41 pm
Ta peur est tout à fait légitime (je pense qu'on en est toustes passé par là à nos débuts ;) ). Mais rassure-toi, elle est infondée. De mon point de vue, il n'y a aucun texte nul, seulement des textes qui ont besoin de plus ou moins de travail. :stylo:
Oui, j'exagère un peu avec le terme "nul" mais bon au moins vous avez compris mon inquiétude. Je suis aussi content de savoir que je ne suis pas le seul à la ressentir (j'ai un petit problème de confiance en moi)
Sytra a écrit :
dim. sept. 19, 2021 6:41 pm
Et si tu as bien suivi nos échanges, tu as dû voir qu'il n'y a personne, à aucun moment, qui a relié la qualité d'un texte et le fait de l'aimer ou pas. Je pense que c'est totalement indépendant (sauf peut-être dans la tête de quelques personnes élitistes, mais ce n'est pas du tout la philosophie de la mare ^^). Donc, quand on dit qu'on ne va bl que des textes qu'on aime, ça ne signifie pas du tout que du coup on n'irait jamais bl des textes demandant encore beaucoup de travail. :wow:
Oui je comprends, mais si les personnages ne sont pas intéressants, que l'intrigue ne tient pas debout, bref, si le fond n'est pas bon, qui le dira à l'auteurice? C'est souvent ça qui fait qu'on aime un texte ou pas et la qualité d'écriture un plus (ou un frein si c'est vraiment mauvais).

Avatar de l’utilisateur
Sytra
Guide l'esprit du Tigre de l'Écosse au Japon
Messages : 3979
Inscription : jeu. déc. 09, 2010 12:29 pm
Rang special : Batracienne occitane
Localisation : Toulouse
Contact :

Re: De l'art de la Bêta-Lecture

Message par Sytra »

chep a écrit :
dim. sept. 19, 2021 7:05 pm
Sytra a écrit :
dim. sept. 19, 2021 6:41 pm
Ta peur est tout à fait légitime (je pense qu'on en est toustes passé par là à nos débuts ;) ). Mais rassure-toi, elle est infondée. De mon point de vue, il n'y a aucun texte nul, seulement des textes qui ont besoin de plus ou moins de travail. :stylo:
Oui, j'exagère un peu avec le terme "nul" mais bon au moins vous avez compris mon inquiétude. Je suis aussi content de savoir que je ne suis pas le seul à la ressentir (j'ai un petit problème de confiance en moi)
Sytra a écrit :
dim. sept. 19, 2021 6:41 pm
Et si tu as bien suivi nos échanges, tu as dû voir qu'il n'y a personne, à aucun moment, qui a relié la qualité d'un texte et le fait de l'aimer ou pas. Je pense que c'est totalement indépendant (sauf peut-être dans la tête de quelques personnes élitistes, mais ce n'est pas du tout la philosophie de la mare ^^). Donc, quand on dit qu'on ne va bl que des textes qu'on aime, ça ne signifie pas du tout que du coup on n'irait jamais bl des textes demandant encore beaucoup de travail. :wow:
Oui je comprends, mais si les personnages ne sont pas intéressants, que l'intrigue ne tient pas debout, bref, si le fond n'est pas bon, qui le dira à l'auteurice? C'est souvent ça qui fait qu'on aime un texte ou pas et la qualité d'écriture un plus (ou un frein si c'est vraiment mauvais).
Ce qui fait personnellement que je vais me dire que j'aime un texte ou pas (en tant que bêta-lectrice, ce qui est très différent de me positionner en tant que simple lectrice :lect: ), c'est l'intention de l'auteurice que je vais y percevoir. Et cette intention, elle restera perceptible quelque soit à quel point le texte est bourré de défauts. D'expérience, j'irai même jusqu'à dire que plus un texte est celui d'un.e débutant.e, plus cette intention sera aisément perceptible. Tout simplement car elle ne sera pas cachée derrière la technique, elle ressortira de manière très (trop) claire.
Quand je parle de qualité d'écriture, en ce qui me concerne ça englobe tout : personnages, intrigue, univers, rythme, thèmes,... Le style n'est qu'un petit point de ce qui fait à mes yeux la qualité d'un texte. :lect:
Le blog d'écriture qui vous donne des solutions concrètes pour marcher dans les pas des écrivain.es qui vous inspirent : La quête de l'écrivaine
Aussi sur Instagram :stylo:

Avatar : @Djamila Knopf

Répondre