En faire beaucoup ou en faire trop ?

[visible par les non-inscrits] Ici on parle de nos problèmes et questions concernant les bêtas, qu'on soit auteur ou lecteur.
Avatar de l’utilisateur
Gilou
Messages : 231
Inscription : mer. déc. 01, 2010 4:18 pm
Rang special : Batracien
Localisation : Toulouse
Contact :

En faire beaucoup ou en faire trop ?

Message par Gilou »

Salut les grenouilles,

Alors tout de suite je m'excuse si ce point a déjà été soulevé ailleurs, mais j'avoue ne pas avoir lu tous les fils de ce sous-forum (je devrais peut-être, remarque...).

Admettons que je lise un texte et que j'ai une remarque à faire à chaque phrase. Oui oui, à chaque phrase, voire plusieurs fois dans une même phrase. Genre quand j'ai fini ma bêta, mes commentaires dépassent en nombre de caractères le texte d'origine. Ma question est : est-ce beaucoup ou est-ce trop ?
Je dis toujours que le mieux est l'ennemi du bien, et suite à une bêta où l'auteure n'en attendait visiblement pas tant, je me dis que dans une situation comme celle-là, je devrais peut-être garder pour moi certaines remarques et faire le focus sur les points les plus importants.
Qu'en pensez-vous ? Faut-il ne rien laisser passer ? Ou au contraire limiter les retours pour ne pas saturer l'auteur ? Jusqu'où peut-on aller dans le détail sans risquer de décourager personne ?
Les Révoltés de Noël, Editions du Carnet à Spirale.
Mon blog : Sotte d'humeur

Avatar de l’utilisateur
Celia
C'est le grand retour d'une merveilleuse grenouille
Messages : 4062
Inscription : dim. mai 25, 2008 5:26 pm
Rang special : Aime le sang et les câlins
Localisation : A l'Est
Contact :

Re: En faire beaucoup ou en faire trop ?

Message par Celia »

Cela dépend des cas, à mon avis. Je vais être sincère ici.
Quand je tombe sur ce genre de texte (ici ou ailleurs d'ailleurs) j'ai deux solutions :
- J'arrête de bêta-lire et je laisse ce choix à d'autres bêtas : ça c'est le cas qu'en en plus de demander beaucoup de travail, le texte ne me plaît pas, que je sais que je ne vais pas y arriver sans déborder, c'est à dire en commençant à devenir méchante (ça arrive, c'est normal, il faut juste faire très attention et se souvenir qu'on a un auteur face à soi, et donc savoir rétropédaler quand on sent que ça risque de déraper)
- Je fais une synthèse de ma bêta-lecture en listant, point par point, les choses à retravailler. Si tu dois faire des remarques sur chaque phrase, c'est que forcément il y a des choses qui reviennent : une construction de phrase qui te paraît déséquilibré, un trop-plein de répétition, des problèmes de vocabulaire, pour la forme ; des problèmes de caractérisation, de logique du texte, pour le fond. En listant de façon synthétique, au lieu de présenter une bêta "dans le texte", toi, tu pourras avoir une vision moins "colorée" du texte, et, surtout, l'auteur sera moins submergé par le trop-plein de corrections à faire. Dans ce cas-là aussi, toujours, je veille à mettre en avant les points positifs du texte.
Il y a une troisième solution qui est applicable, même si personnellement je ne l'utilise jamais :
- Se focaliser sur deux ou trois points qui te sembles importants : au lieu de se concentrer d'abord sur les personnages, par exemple, essayer d'aider l'auteur à reprendre ses dialogues ou à faire plus attention à ses conjugaisons. Bref, tenter de lui faire écrire un texte propre avant de lui demander autre chose. Ce ne sera pas une bêta-lecture incomplète, parce que l'auteur va forcément en tirer quelque chose, et tu ne prends pas le risque de le noyer et de le braquer. Et bien entendu, toujours donner des remarques positives et agir avec courtoisie et diplomatie.

:)
Bêta-lectrice
Creep Show en recherche d'éditeur

Avatar de l’utilisateur
Ayalys
Purple Cat
Messages : 1000
Inscription : lun. août 01, 2011 8:57 am
Rang special : Mini-Brume grognon
Localisation : Dépend des jours

Re: En faire beaucoup ou en faire trop ?

Message par Ayalys »

Je dirais, en règle générale, quand on est confronté à ce genre de situations, beaucoup de remarques reviennent au fil du texte, parce que ce sont des points récurrents. Il peut alors être utile de plutôt les noter en synthèse, en donnant un exemple, et en expliquant que c'est récurrent dans le texte.
Pour le reste, je dirais que ça dépend un peu du texte et de l'importance des remarques. Tu peux toujours faire un premier message en pointant ce que tu juges le plus problématique, et après au fur et à mesure des versions, pointer ce qui étaient moins importants.

Je dirais donc que le plus important, c'est de bien développer la synthèse, et aussi pour ne pas décourager l'auteur, que tu choisisses de garder toutes les remarques ou de te focaliser sur l'important, de lui signaler ton choix et surtout de souligner aussi les points positifs, ce qu'il a bien réussi.

Avatar de l’utilisateur
Ivan
Attention ! Grenouille rouge. Ne pas lécher (mais on peut y frotter ses pointes de flèches)
Messages : 891
Inscription : mer. oct. 24, 2012 6:39 pm
Rang special : Gestalt, parce que je le vaux bien
Contact :

Re: En faire beaucoup ou en faire trop ?

Message par Ivan »

Je crois, pour ma part, qu'il y a une limite à ce que l'auteur peut encaisser par béta-lecture.
A moins de tomber sur un texte particulièrement mauvais, il me semble difficile de croire que chaque phrase peut-être contestable : peut-être s'agit-il plutôt d'une approche de l'écriture différente de la tienne, ou d'un style que tu n'apprécies pas à titre personnel.

Comme Ayalis, je serais donc plutôt partisan de délayer les remarques au fil des versions. Commencer par ce qui te semble le plus important, peut-être faire une allusion au reste dans la synthèse, et pointer plus tard les éléments restant à corriger.
Évidemment, si tu connais la personnalité de ton auteur, tu peux t'adapter plus facilement : après quelques bétas pour quelqu'un, on a une bonne idée de ce à quoi il est réceptif, et surtout dans quelles proportions. Mais j'éviterais vraiment le torrent de corrections.

Enfin, dernier point, être capable de se remettre en cause. Je sais que je suis plus sévère quand je suis de mauvaise humeur, et il faut être capable de reconnaître quand on se trouve dans ce genre d'état. Il est également facile d'entrer dans une spirale descendante quand le texte ne commence pas sur les chapeaux de roue : on se met à "trouver" des raisons de critiquer jusqu'à la fin. Quand on se retrouve dans ta situation, il faut se dire que ce n'est pas forcément la faute de l'auteur (mais des fois, si !), et respirer un grand coup avant de continuer la béta-lecture !
Note de service :

Le message ci-dessus est destiné à un public adulte.
Cordialement,
Ivan

Avatar de l’utilisateur
Gilou
Messages : 231
Inscription : mer. déc. 01, 2010 4:18 pm
Rang special : Batracien
Localisation : Toulouse
Contact :

Re: En faire beaucoup ou en faire trop ?

Message par Gilou »

Bref, vous êtes tous d'accord qu'il existe un "trop" en matière de corrections. Vos idées me semblent adaptées, je les mettrais en application si je retombe sur un texte de ce type.
Les Révoltés de Noël, Editions du Carnet à Spirale.
Mon blog : Sotte d'humeur

Avatar de l’utilisateur
vestrit
Attrape les mouches avec du chocolat, à moins que ce ne soit du chocolat avec des mouches. Quelle importance, du moment qu'elles sont cuites à point !
Messages : 4888
Inscription : dim. oct. 18, 2009 8:21 pm
Rang special : .
Contact :

Re: En faire beaucoup ou en faire trop ?

Message par vestrit »

Pour ma part, je pense aussi que c'est auteur dépendant. Certains ont besoin de temps et de version successives pour tout assimiler, certains peuvent se sentir brusqués par un texte trop coloré.
Mais ce n'est pas forcément le cas de tous. Je sais que personnellement, je préfère un sapin de noel monstrueux, une énorme travail de correction, et obtenir une V2 quasi finie que de me retrouver en V5 avec encore tout autant de remarques qu'en V1 (même si elles sont différentes).
Du coup, il y a aussi une question d'adaptation au caractère et à l'expérience de l'auteur que tu bêta lis ;)
Membre du club des Larves Anonymes :fatigue:
Mon blog, Entre chien et loup
Les Baleines Célestes pour parcourir l'espace
Cuits à point chez ActuSF en février

Répondre