Le présent de narration est-il ringard ?

[visible par les non-inscrits] C'est ici qu'on discute des règles de la langue française et qu'on apprend ou réapprend.
Avatar de l’utilisateur
Nana
La Mort en Héritage
Messages : 4399
Inscription : mer. avr. 27, 2016 8:04 pm
Rang special : écrivain du bonheur

Re: Le présent de narration est-il ringard ?

Message par Nana » ven. sept. 27, 2019 11:22 am

yks a écrit :
jeu. sept. 26, 2019 1:47 pm
Dans un récit à la première personne, il n’y a pas de narrateur omniscient pour ramener tout de suite le lecteur à distance
Pas forcément; perso, dans la seule histoire que j'ai écrite au présent, je suis partie du principe que la narratrice racontait son histoire des années plus tard et connaissait donc la fin; ça lui permet d'analyser les choses et de mettre à distance quand ça lui plaît. Mais ça aussi c'est une autre discussion. ;)
ilham a écrit :
jeu. sept. 26, 2019 1:52 pm
Et je trouve les différentes valeurs du présent plus faciles à appréhender que celles de l'imparfait... bien que l'imparfait, j'ai l'impression, ne demande pas trop ce savoir. On peut quasiment l'utiliser de façon intuitive si on lit un minimum, tant il existe de romans au passé simple + imparfait (ou présent + imparfait) alors que les différentes valeurs du présent... ben tu les rencontres pas tant que ça .
Le truc de l'imparfait, c'est qu'à l'école, on parle beaucoup des valeurs de l'imparfait et du passé simple, si bien que ça nous paraît intuitif, alors qu'à la base ça ne l'était pas. (pour avoir vu des copies de 6e, il y en a pour qui ça ne l'est vraiment pas et qui vont utiliser le passé simple à la place de l'imparfait ou inversement). A l'inverse, on travaille moins les valeurs du présent; la seule qui est vraiment connue des élèves c'est le présent de vérité générale. Ca fait qu'une fois adulte, quand on écrit, les valeurs de l'imparfait nous semblent intuitives et pas celles du présent.
Mais du coup je trouve ça "marrant" que pour toi les valeurs du présent soient plus faciles à appréhender.
"Make the plan, execute the plan, expect the plan to go off the rails, throw away the plan"
Modo challenge :violet:
challenge marrainée Minock et kyaramoe :love:
:mage: de LaCath, Aramis

Avatar de l’utilisateur
ilham
Messages : 1498
Inscription : dim. nov. 11, 2012 6:17 am
Rang special : 1234

Re: Le présent de narration est-il ringard ?

Message par ilham » sam. sept. 28, 2019 7:54 pm

Oui, je suis d'accord Nana sur le passé simple et l'imparfait pour la plupart des gens (j'ai des élèves qui ne savent pas faire la différence, mais qui ne lisent quasiment pas). Je parlais de gens supposés lire un minimum...
Mais j'suis un peu bizarre avec la langue française. J'ai appris beaucoup de choses de façon intuitive. En fait, je m'ennuyais en cours de français et j'étais mauvaise en grammaire alors que j'écrivais pas trop mal pour une gamine de mon âge. Et donc, j'ai découvert des trucs, dont les valeurs de l'imparfait, avec mes élèves !
Et c'est dans ce cadre, de redécouverte, que je disais que je trouvais le présent plus simple. Y'a des valeurs pour l'imparfait que je trouve redondantes, que je n'arrive pas toujours bien à analyser. Je sais qu'on doit l'utiliser, mais dire pourquoi : description, habitude, actions de second plan, répétés, inachevées et je ne sais plus quoi encore ! Parfois, je trouve que ça se recoupe ! Une action peut être une habitude répétée, de second plan et inachevée... :argh:
Mon challenge : Le lanceur de pierres
La logique vous mènera d'un point A à un point B. L'imagination vous mènera partout. Albert Einstein

Avatar de l’utilisateur
Nana
La Mort en Héritage
Messages : 4399
Inscription : mer. avr. 27, 2016 8:04 pm
Rang special : écrivain du bonheur

Re: Le présent de narration est-il ringard ?

Message par Nana » dim. sept. 29, 2019 9:11 am

ilham a écrit :
sam. sept. 28, 2019 7:54 pm
Oui, je suis d'accord Nana sur le passé simple et l'imparfait pour la plupart des gens (j'ai des élèves qui ne savent pas faire la différence, mais qui ne lisent quasiment pas). Je parlais de gens supposés lire un minimum...
ah oui je comprends mieux. C'est vrai que quand on lit ça peut aider (vu que le passé simple est essentiellement une langue écrite).
ilham a écrit :
sam. sept. 28, 2019 7:54 pm
En fait, je m'ennuyais en cours de français et j'étais mauvaise en grammaire alors que j'écrivais pas trop mal pour une gamine de mon âge.
On peut avoir l'intuition des choses sans connaître la théorie (et inversement). Certains vont écrire sans problème mais ne réussiront pas les exercices de grammaire, d'autres vont réussir les exercices sans problème mais vont être incapables de réinvestir dans une rédaction par exemple.
Je me rappelle, quand je préparais le CAPES de lettres, j'étais meilleure en grammaire que des gens qui la travaillaient beaucoup parce que ça me paraissait logique, intuitif (enfin ça dépend, les valeurs des temps justement c'était moins drôle parce que moins intuitif pour moi :roll: ).
"Make the plan, execute the plan, expect the plan to go off the rails, throw away the plan"
Modo challenge :violet:
challenge marrainée Minock et kyaramoe :love:
:mage: de LaCath, Aramis

Avatar de l’utilisateur
yks
Messages : 244
Inscription : lun. mars 18, 2019 9:50 pm
Rang special : explorateur

Re: Le présent de narration est-il ringard ?

Message par yks » mar. oct. 08, 2019 6:14 pm

Pour celles et ceux que le sujet intrigue, j'ai posté un extrait où j'emploie le présent de narration (à la fin). Même si vous ne faites pas de BL, ça m'intéresse de recueillir des avis. ;)

Avatar de l’utilisateur
Jonnie Go
Messages : 92
Inscription : jeu. oct. 17, 2019 8:31 pm
Rang special : Gremlins

Re: Le présent de narration est-il ringard ?

Message par Jonnie Go » dim. oct. 20, 2019 8:48 pm

@Yks, je n'avais pas vu ce topic.
Je viens de voir le lien après ta réponse à ma BL.

C'est un sujet intéressant...

Je me souviens que ça m'avait marqué à la lecture de Malataverne où l'auteur (Clavel) utilise le présent sur un petit morceau du livre uniquement (dans mes souvenirs en tout cas). C'est lors du climax de fin, et c'est plutôt une scène d'action.
Pour moi, les deux raisons qui font que ça fonctionne dans ce cas sont :
- la rareté de l'utilisation qui permet de mettre en évidence un moment particulier (quand tout bascule de manière irrémédiable pour le héros)
- le fait que ce soit une scène d'action assez rapide que le présent permet de rendre plus directe

Ça reste une analyse subjective.

À l'inverse, je sors tout juste d'un roman de Luminet (La perruque de Newton) où il abuse du procédé : allers-retours incessants passé/présent qui ne semblent pas suivre d'autre logique que la volonté de varier le rythme. C'était presque épuisant à lire.

Je n'ai pas en tête d'exemple par des auteurs anglophones.

Personnellement, je l'utilise pour un chapitre presque entier du roman sur lequel je bosse en ce moment (écrit au passé le reste du temps).
C'est aussi pour une scène d'action mais c'est surtout que le déroulement est différent du reste du livre.
Pour faire simple, c'est un moment pendant lequel le protagoniste se contente de suivre un plan qui a été minuté entièrement à l'avance (et qui part bien sûr en sucette mais ce n'est pas le propos ici ^^).
Donc j'énumère les actions les unes après les autres de manière presque factuelle, sans aucun enrobage stylistique.
De mémoire, ça donne un truc du genre :
" ...
19h36. Ils sont dans le couloir. Alexander marche devant Jules en sifflotant.
...
19h39. Sibylle ouvre la porte. Son visage rond paraît un instant troublé.
...
etc."
Il m'a semblé que le présent collait mieux à la temporalité et au rythme de ce passage.
Je me suis creusé le cerveau avant de me décider à l'utiliser mais, avec le recul, je reste sur ce choix.

Donc, pour conclure, je trouve personnellement que ce n'est pas ringard et que ça peut vraiment donner de l'épaisseur à une scène !

Avatar de l’utilisateur
yks
Messages : 244
Inscription : lun. mars 18, 2019 9:50 pm
Rang special : explorateur

Re: Le présent de narration est-il ringard ?

Message par yks » dim. oct. 20, 2019 9:15 pm

Jonnie Go a écrit :Personnellement, je l'utilise pour un chapitre presque entier du roman sur lequel je bosse en ce moment (écrit au passé le reste du temps).
Peut-être le verra-t-on un jour ? :sifflote:

Je n'ai pas lu les deux romans que tu cites. Je suis d'accord lorsque tu dis que
les deux raisons qui font que ça fonctionne... sont :
- la rareté de l'utilisation qui permet de mettre en évidence un moment particulier...
- le fait que ce soit une scène d'action assez rapide que le présent permet de rendre plus directe
Content de te voir déclarer aussi
que ce n'est pas ringard et que ça peut vraiment donner de l'épaisseur à une scène !
Maintenant, c'est comme :nenuphou2: À consommer avec modération.

MorganeB
Batracien
Messages : 16
Inscription : jeu. oct. 24, 2019 9:31 am
Rang special : Gentille foldingue

Re: Le présent de narration est-il ringard ?

Message par MorganeB » ven. nov. 29, 2019 11:37 am

Bonjour !

Je trouve le sujet particulièrement intéressant alors je me permets de venir donner mon avis même si c'est plusieurs semaines après.
Pour ma part je connais le procédé pour l'avoir étudié en cours de français mais il est vrai que maintenant que j'y réfléchis c'est quelque chose que je rencontre peu à la lecture. Pourtant je trouve que cela peut être extrêmement pertinent dans un passage pour dynamiser l'action, renforcer l'effet de surprise ou certaines émotions...

Après je pense que c'est comme toutes ces règles de grammaire et ces procédés qui font la langue française mais sont de moins en moins utilisés à l'oral : il ne faut pas aller dans le sens de cette perte de la richesse de la langue à l'écrit parce qu'on la constate à l'oral et il ne faut pas non plus penser le lecteur "plus bête qu'il ne l'est" (cette expression n'est pas très gentille :? ), il comprendra. Par exemple quand la concordance l'exige je ne me gêne pas pour utiliser le subjonctif imparfait parce que c'est qui me semble le plus fluide et le plus correct, même s'il n'est presque plus utilisé à l'oral et pas toujours à l'écrit... et autre exemple : quand je lis Pierre Bottero aujourd'hui (j'ai 25 ans) je suis toujours agréablement surprise de voir à quel point sa plume est riche, il y a parfois même des mots que je ne connais pas... et ça n'a pas empêché La Quête d'Ewilan d'être ma saga préférée depuis que j'ai 10 ans ;)

Alors selon moi du moment qu'on n'en abuse pas (comme de toutes les bonnes choses :mrgreen: ), n'ayons pas peur d'utiliser ce procédé !
:nenuphou2:

Avatar de l’utilisateur
yks
Messages : 244
Inscription : lun. mars 18, 2019 9:50 pm
Rang special : explorateur

Re: Le présent de narration est-il ringard ?

Message par yks » ven. nov. 29, 2019 6:05 pm

Je trouve cela rassurant que des personnes se souviennent de ce qu’elles ont appris en cours de français. :)
MorganeB a écrit :Après je pense que c'est comme toutes ces règles de grammaire et ces procédés qui font la langue française mais sont de moins en moins utilisés à l'oral : il ne faut pas aller dans le sens de cette perte de la richesse de la langue à l'écrit parce qu'on la constate à l'oral et il ne faut pas non plus penser le lecteur "plus bête qu'il ne l'est" (cette expression n'est pas très gentille :? ), il comprendra.
Je suis tout à fait d’accord avec toi, un peu moins optimiste cependant. Lorsque des tournures ont été oubliées (parce que très peu employées même si elles ont été étudiées), il me semble que c’est mission impossible de les réintroduire. Encore plus dur que pour réintroduire l’ours dans les Pyrénées ! :mouahaha: Je me demande si le présent de narration n’est pas déjà condamné ainsi que le subjonctif passé et le subjonctif plus-que-parfait auxquels tu fais référence. En tous les cas, ils font partie des espèces en voie de disparition et comptent de moins en moins de défenseurs. :pleure:

Je l’ai dit un peu plus haut, la majeure partie des littératures de genre que l’on rencontre en librairie sont des traductions de l’anglais. L’expression du passé dans cette langue est relativement simple. Pourquoi les traducteurs se casseraient-ils la tête à complexifier ce qui est simple ? Du coup je me demande si les auteurs francophones actuels (beaucoup sont également traducteurs pour vivre) ne cèdent pas à cette facilité. :perplexe:

Ce n’est pas le cas de quelques auteurs tels que Pierre Bottero. Je n’ai jamais lu ses livres, mais je n’en ai entendu que du bien, notamment sur son écriture. Mais bon, lui et quelques autres, j’ai l’impression qu’ils appartiennent déjà à une autre époque… ;)

Tu fais également le parallèle entre langue orale et langue écrite. C’est sûr que c’est assez difficile de placer le présent de narration vu que personne ne parle au passé simple. Il y a cependant le cas du théâtre (d’accord, c’est avant tout une langue écrite). Et puisque tu parles de souvenirs de cours de français, je ne peux pas résister à la tentation de citer cet extrait que tout le monde, je dis bien tout le monde a étudié en classe :
Spoiler: montrer
DON RODRIGUE.
Sous moi donc cette troupe s’avance,
Et porte sur le front une mâle assurance.
Nous partîmes cinq cents ; mais par un prompt renfort
Nous nous vîmes trois mille en arrivant au port,
Tant, à nous voir marcher avec un tel visage,
Les plus épouvantés reprenaient de courage !
J’en cache les deux tiers, aussitôt qu’arrivés,
Dans le fond des vaisseaux qui lors furent trouvés ;
Le reste, dont le nombre augmentait à toute heure,
Brûlant d’impatience, autour de moi demeure,
Se couche contre terre, et sans faire aucun bruit
Passe une bonne part d’une si belle nuit.
Par mon commandement la garde en fait de même,
Et se tenant cachée, aide à mon stratagème ;
Et je feins hardiment d’avoir reçu de vous
L’ordre qu’on me voit suivre et que je donne à tous.
Cette obscure clarté qui tombe des étoiles
Enfin avec le flux nous fait voir trente voiles ;
L’onde s’enfle dessous, et d’un commun effort
Les Maures et la mer montent jusques au port.
On les laisse passer ; tout leur paraît tranquille ;
Point de soldats au port, point aux murs de la ville.
Notre profond silence abusant leurs esprits,
Ils n’osent plus douter de nous avoir surpris ;
Ils abordent sans peur, ils ancrent, ils descendent,
Et courent se livrer aux mains qui les attendent.
Nous nous levons alors, et tous en même temps
Poussons jusques au ciel mille cris éclatants.
Les nôtres, à ces cris, de nos vaisseaux répondent ;
Ils paraissent armés, les Maures se confondent,
L’épouvante les prend à demi descendus ;
Avant que de combattre ils s’estiment perdus.
Ils couraient au pillage, et rencontrent la guerre ;
Nous les pressons sur l’eau, nous les pressons sur terre,
Et nous faisons courir des ruisseaux de leur sang,
Avant qu’aucun résiste ou reprenne son rang.
Mais bientôt, malgré nous, leurs princes les rallient,
Leur courage renaît, et leurs terreurs s’oublient :
La honte de mourir sans avoir combattu
Arrête leur désordre, et leur rend leur vertu.
Contre nous de pied ferme ils tirent leurs alfanges ;
De notre sang au leur font d’horribles mélanges.
Et la terre, et le fleuve, et leur flotte, et le port,
Sont des champs de carnage où triomphe la mort.
Ô combien d’actions, combien d’exploits célèbres
Sont demeurés sans gloire au milieu des ténèbres,
Où chacun, seul témoin des grands coups qu’il donnait,
Ne pouvait discerner où le sort inclinait !
J’allais de tous côtés encourager les nôtres,
Faire avancer les uns et soutenir les autres,
Ranger ceux qui venaient, les pousser à leur tour,
Et ne l’ai pu savoir jusques au point du jour.
Mais enfin sa clarté montre notre avantage ;
Le Maure voit sa perte, et perd soudain courage :
Et voyant un renfort qui nous vient secourir,
L’ardeur de vaincre cède à la peur de mourir.
Ils gagnent leurs vaisseaux, ils en coupent les câbles,
Poussent jusques aux cieux des cris épouvantables,
Font retraite en tumulte, et sans considérer
Si leurs rois avec eux peuvent se retirer.
Pour souffrir ce devoir leur frayeur est trop forte ;
Le flux les apporta, le reflux les remporte ;
Cependant que leurs rois, engagés parmi nous,
Et quelque peu des leurs, tous percés de nos coups,
Disputent vaillamment et vendent bien leur vie.
À se rendre moi-même en vain je les convie :
Le cimeterre au poing ils ne m’écoutent pas ;
Mais voyant à leurs pieds tomber tous leurs soldats,
Et que seuls désormais en vain ils se défendent,
Ils demandent le chef ; je me nomme, ils se rendent.
Je vous les envoyai tous deux en même temps ;
Et le combat cessa faute de combattants…

Voilà un bel exemple de scène épique comme j’aimerais en lire plus souvent dans les littératures de l’imaginaire. Sur ce site, tu vas beaucoup entendre parler de "Show don’t Tell". Ici nous avons un récit de bataille entièrement raconté où il n’y a pas la moindre trace de "Tell". Rien que du "Show" ! À mon avis, l’emploi du présent de narration sur presque toute la tirade y contribue pour beaucoup. À noter que, dès le troisième vers, nous sommes bien ancrés dans le passé grâce au passé simple que l’on retrouvera à la toute fin du récit. L’on aura pu rencontrer des imparfaits et même des passés composés. Pour moi, rien ne me choque, tout me semble fluide et compréhensible. Que celles et ceux qui en ont le courage remplacent mentalement les présents par leurs équivalents logiques du passé : imparfait et passé simple. Je défie quiconque d’arriver au bout sans éprouver la lourdeur :boulet: dont ne souffre pas l’original. :vole:

Donc oui, je suis un partisan du présent de narration. Je considère qu’il est bien adapté aux scènes d’action. Jules César en a fait un grand usage ; il paraît que de Gaulle l’a employé aussi (je ne sais pas dans quel contexte par contre).

J’ai ouvert ce sujet, car des lecteurs étaient déconcertés par l’emploi du présent de narration dans mes extraits (en toute bonne foi de leur part). Après, c’est vrai que j’ai tendance à en abuser. :abus: Alors je me suis résolu à en restreindre l’usage en me disant que les lecteurs s’habitueraient peut-être en reconnaissant à la longue la voix d’un personnage… Je serais bien plus embêté si j’avais la chance d’intéresser un éditeur et qu’il me disait de réécrire les passages concernés. :argh:

Avatar de l’utilisateur
Nana
La Mort en Héritage
Messages : 4399
Inscription : mer. avr. 27, 2016 8:04 pm
Rang special : écrivain du bonheur

Re: Le présent de narration est-il ringard ?

Message par Nana » ven. nov. 29, 2019 6:50 pm

yks a écrit :
ven. nov. 29, 2019 6:05 pm
J’ai ouvert ce sujet, car des lecteurs étaient déconcertés par l’emploi du présent de narration dans mes extraits (en toute bonne foi de leur part). Après, c’est vrai que j’ai tendance à en abuser.
Comme dit plus haut il ne faut pas abuser des bonnes choses. :mouahaha: surtout que ce genre de technique marche mieux utiliser avec parcimonie, sinon ça devient mécanique et ça perd en intérêt.
"Make the plan, execute the plan, expect the plan to go off the rails, throw away the plan"
Modo challenge :violet:
challenge marrainée Minock et kyaramoe :love:
:mage: de LaCath, Aramis

MorganeB
Batracien
Messages : 16
Inscription : jeu. oct. 24, 2019 9:31 am
Rang special : Gentille foldingue

Re: Le présent de narration est-il ringard ?

Message par MorganeB » lun. déc. 02, 2019 3:05 pm

Je l’ai dit un peu plus haut, la majeure partie des littératures de genre que l’on rencontre en librairie sont des traductions de l’anglais. L’expression du passé dans cette langue est relativement simple. Pourquoi les traducteurs se casseraient-ils la tête à complexifier ce qui est simple ? Du coup je me demande si les auteurs francophones actuels (beaucoup sont également traducteurs pour vivre) ne cèdent pas à cette facilité
Oh mais pourquoi perdre ainsi la richesse de la langue française, chaque langue est différente et intéressante à sa manière :pleure: Bref, tu as sans doute raison...

En tout cas bon exemple qui illustre bien cela, c'est certainement dans les scènes d'action, et de combat en particulier, que les auteurs de l'imaginaire peuvent le plus se plonger dans l'utilisation du présent. :)

Répondre